Dampmart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dampmart
Blason de Dampmart
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Arrondissement de Torcy
Canton Canton de Thorigny-sur-Marne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Marne et Gondoire
Maire
Mandat
Laurent Delpech
2014-2020
Code postal 77400
Code commune 77155
Démographie
Gentilé Dampmartois
Population
municipale
3 179 hab. (2011)
Densité 537 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 07″ N 2° 44′ 10″ E / 48.8852777778, 2.73611111111 ()48° 53′ 07″ Nord 2° 44′ 10″ Est / 48.8852777778, 2.73611111111 ()  
Altitude Min. 38 m – Max. 124 m
Superficie 5,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dampmart

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dampmart
Liens
Site web dampmart.fr

Dampmart (on prononce "Damar") est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Dampmartois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans une boucle de la Marne concave à l'Est. Les communes limitrophes sont : Thorigny-sur-Marne à l'ouest et sur la rive gauche de la Marne de l'amont à l'aval : Annet-sur-Marne, Jablines, Chalifert, Chessy et Montévrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village apparaît dans les textes vers la fin du XIIe siècle, mais l’implantation humaine dans cette boucle de la Marne date du Paléolithique.

De nombreuses découvertes archéologiques ont mis au jour des objets préhistoriques et gallo-romains, dans les sablières, et mérovingiens, sous l’église.

Au Moyen Âge, le territoire de Dampmart est divisé entre le chapitre de Notre-Dame de Paris, l’abbaye Saint-Pierre de Lagny-sur-Marne et des seigneurs engagistes relevant du roi.

Après 1730, Olympe Dunoyer, baronne de Winterfeld, fait partie de ces seigneurs. Elle est également connue comme Pimpette, amie de jeunesse de Voltaire.

Il ne reste rien du château de cette époque, et l’édifice construit au XIXe siècle n’occupe pas le même emplacement.

De nombreux artistes aux XIXe et XXe siècles, parmi lesquels Eugène Batlo, Sacha Finkelstein, Lucien Griveau, Léon et André Plée, peignent ou évoquent Dampart dans leurs œuvres.

L’abbé Pierre-David Boilat, curé de la paroisse de 1853 à 1868, est également connu pour ses publications sur le Sénégal, son pays d’origine.

La commune a perdu ses vignes, mais elle reste à dominante agricole.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983    ? Lepaire   Entrepreneur
1989   Lucien Guillaume    
2001   François Pellissier    
mars 2008   André Canape   Ingénieur retraité
juillet 2008   délégation spéciale [1]   Ingénieur retraité
octobre 2008 en cours Georges Carré   Directeur Qualité

|}

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 179 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
812 822 862 748 720 695 686 686 703
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
615 667 720 711 712 707 787 808 841
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
846 802 831 932 1 021 1 113 1 125 1 089 1 179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 136 1 243 1 963 2 390 2 693 2 754 3 075 3 179 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Dampmart possède l’église Saint-Médard-et-Sainte-Anne qui recouvre des sépultures mérovingiennes et les vestiges d’un édifice préroman.

Reconstruite au XIIe siècle, modifiée au XVIe et surtout au XIXe siècle, elle est démolie en 1964, en raison de son mauvais état.

Seul le clocher, élevé au XIIe siècle, et la cloche de 1641 sont préservés.

La nouvelle église, surmontée d’une charpente en bois lamellé-collé, est alors érigée et ouverte au culte le 10 décembre 1967.

De 1961 à 1965, les travaux de démolition, puis de reconstruction de l’église de Dampmart, permettent le sauvetage partiel d’un cimetière mérovingien, situé sous l’édifice.

Les sépultures se présentent comme des sarcophages de plâtre moulé, décorés sur les panneaux de tête et de pied, à l’intérieur et à l’extérieur.

De ces sarcophages, souvent pillés, est extrait un mobilier funéraire des VIIe et VIIIe siècles : plaques-boucles, fibules, bagues, épingles et armes.

Cette fibule provient du sarcophage numéro 8, coupé par des terrassements utilitaires.

En bronze doré, elle est ornée d’un cabochon en verre bleu, entouré d’entrelacs et de cercles. Au revers, l’épingle de fixation a gardé son attache et son crochet.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les puits sont courants dans la région, mais celui de la cour Corbieuse, dit “ de la Reine-Blanche ”, est le plus ancien.

Sa base supporte une margelle monolithe, d’où l’eau s’écoule par une sorte de gargouille à tête d’animal.

Les piliers en maçonnerie, sans doute du siècle dernier, remplacent peut-être une armature en ferronnerie avec poulie.

Événements[modifier | modifier le code]

Parmi les anciennes traditions de Dampmart, l’archerie est toujours vivante.

Constituée en 1865, la Compagnie d’Arc se maintient malgré les événements.

Il est d’usage d’offrir au roi de la compagnie, pour saluer ses mérites, un bouquet dessiné ou peint.

Celui-ci est offert par les archers de Dampmart à leur roi, Maurice Gendret, le 20 janvier 1879, à la fête de leur saint patron, saint Sébastien.

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • [néant]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]