Saint-Mard (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Mard.
Saint-Mard
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Dammartin-en-Goële
Intercommunalité Communauté de communes Plaines et Monts de France
Maire
Mandat
Daniel Dometz
2014-2020
Code postal 77230
Code commune 77420
Démographie
Gentilé Mardochiens
Population
municipale
3 816 hab. (2011)
Densité 610 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 12″ N 2° 41′ 38″ E / 49.0366301, 2.693882 ()49° 02′ 12″ Nord 2° 41′ 38″ Est / 49.0366301, 2.693882 ()  
Altitude Min. 93 m – Max. 166 m
Superficie 6,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Mard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Mard
Liens
Site web www.saint-mard77.fr

Saint-Mard est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France dans la région naturelle de la Goële.

La commune est proche du Parc naturel régional Oise-Pays de France.

Les habitants sont appelés les Mardochiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Mard appartient au canton de Dammartin-en-Goële, dans l'arrondissement de Meaux. La ville est située à environ 45 km au nord de Paris, 9 km de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Longperrier
Othis
Dammartin-en-Goële Rouvres Rose des vents
Villeneuve-sous-Dammartin N Saint-Soupplets
O    Saint-Mard    E
S
Thieux Juilly Montgé-en-Goële
Vinantes

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec été tempéré (Classification de Köppen: Cfb)[1]. La station météorologique la plus rapprochée se trouve à Meaux à 16,4 km à vol d'oiseau[2].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire.

La commune est desservie par la gare de Dammartin - Juilly - Saint-Mard, située sur la ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière) et desservie par les trains de la ligne K du Transilien (Paris-Nord - Crépy-en-Valois) ainsi que par ceux du TER Picardie (Paris - Laon).


Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint-Mard (anciennement Saint-Marc ou Saint-Marcq) tire l’origine de son nom de Saint Médard, patron de la paroisse[3].


Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2008 Roger Boullonnois    
mars 2008 Daniel Dometz    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 816 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
432 465 472 428 446 420 401 425 447
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
364 582 449 426 444 433 507 513 602
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
656 685 784 764 857 988 880 868 984
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 073 1 090 2 021 2 375 2 959 3 445 3 610 3 625 3 798
2011 - - - - - - - -
3 816 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

École primaire Prévert (D75)

Saint Mard dispose d’une école élémentaire publique (Jacques Prévert), située dans le centre du bourg (Place de la Libération). Cet établissement inscrit sous le code 0770278J, comprend 295 élèves (chiffre 2013 de l'Éducation nationale)

La commune dispose également d’une école maternelle publique (Emile Cacheux) rue Curie, inscrit sous le code 0771641R.

Ces 2 établissement possèdent un restaurant scolaire[6].

Le Collège Georges Brassens est un établissement public du second degré. Ouvert en 1973, il est situé depuis 2002 Place Espace Georges Brassens.





Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

L’église Saint Médard
  • L’église Saint Médard : D’origine du XIIIe siècle, elle a été entièrement refaite en 1826[3].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune est notamment dotée d'un gymnase spécifique pour le volley-ball (Les Pailleux) où évolue le club de l'Alliance Nord 77, l'un des clubs les plus performant en volley-ball féminin de Seine-et-Marne, évoluant en Nationale 3 durant la saison 2012-2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Corvisier, Dammartin-en-Goële et environs, Vol. I : Longperrier - Othis - Rouvres, Coll. Mémoire en Images, Éd. Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire 2001, (ISBN 2-84253-592-8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]