Magny-le-Hongre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Magny-le-Hongre
La mairie de Magny-le-Hongre
La mairie de Magny-le-Hongre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Arrondissement de Torcy
(Torcy)
Canton Canton de Thorigny-sur-Marne
Intercommunalité Syndicat d'agglomération nouvelle du Val d'Europe
Maire
Mandat
Jean-Paul Balcou
2014-2020
Code postal 77700
Code commune 77268
Démographie
Gentilé Hongrémaniens
Population
municipale
6 580 hab. (2011)
Densité 1 412 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 47″ N 2° 48′ 48″ E / 48.8631, 2.8133 ()48° 51′ 47″ Nord 2° 48′ 48″ Est / 48.8631, 2.8133 ()  
Altitude Min. 65 m – Max. 135 m
Superficie 4,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Magny-le-Hongre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Magny-le-Hongre

Magny-le-Hongre est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne de la région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Hongrémaniens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Magny-le-Hongre est située en Île-de-France, dans le département de Seine-et-Marne (77). Elle se situe précisément dans le secteur IV de Marne-la-Vallée, Val d'Europe.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Magny-le-Hongre a été durant quelques années la ville ayant la plus forte croissance en Île-de-France (croissance de 50 %)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village s'est appelé primitivement Maigni, Mangnys Ste Geneviève, puis Magny Ste Geneviève jusque vers 1412.

De 1412 à 1415 (sous Charles VI), la terre de Magny appartenait à Jacques le Hongre, écuyer, général conseiller sur le fait de la justice des aides. C'est lui, très probablement, qui laissa son nom au village appelé par la suite, tantôt Magny Ste Geneviève, tantôt Magny le Hongre.

L'origine du nom de Magny-le-Hongre n'est pas si claire. Le nom du village apparaît dans les textes à partir du VIIIe siècle. Le qualificatif Le Hongre apparaît en 1267 : Menniaco dictite Hungre. Cette appellation réapparaît en 1372, 1392, 1411. Or Jacques le Hongre, écuyer du roi, n'apparaît à Magny, d'après la monographie de M. Fauvet, qu'en 1412. L'origine du nom du village serait donc à chercher ailleurs que dans celui de Jacques le Hongre (Dictionnaire de Seine-et-Marne).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1589, lors de la rédaction de la coutume de Paris, Thomas le Pilleur, conseiller notaire et secrétaire du roi, contrôleur de l'audience de Paris, est seigneur et châtelain de Bailly, Serris, Chatou, Magny le Hongre et Vères en partie.

Il y avait alors le petit château construit sur son fief qui prit le nom des Pilleurs, nom conservé par la suite avec des altérations. Ainsi, on retrouve plus tard au XVIIIe siècle, le fief d'Epilleurs, appelé aussi de Pileuse, ou Esblemeuse. À cette époque, le château n'existait plus ; il ne restait que les fossés et le fief était alors sans importance.

L' ancien domaine des Le Pilleur est acquis en 1644 par le prince de Rohan-Guéménée, Louis de Rohan, seigneur de Coupvray, Lesches et Magny le Hongre; il obtint des lettres du roi pour renouveler le terrier de ces seigneuries.

En 1603, lorsque Françoise de Laval, princesse de la maison de Rohan, duchesse de Montbazon, fonda le Mont de Piété de Coupvray, un collège pour élever six enfants pauvres choisis dans les paroisses de ses domaines, Magny le Hongre pouvait fournir un de ces enfants.

Pour subvenir aux frais de sa fondation, la duchesse de Montbazon affecta notamment 3 muids de blé de rente, tel qu'il était recueilli dans ses fermes de Coupvray, Voulangis, Magny et Lesches, et 500 livres de rente à prendre sur les revenus des mêmes fermes.

La seigneurie de Ste Geneviève de Magny comprenait droit de haute, moyenne et basse justice ; les premières causes étaient jugées dans le village même, les appels allaient au Châtelet de Paris.

En 1786, Nottin, juge ; Hébert, procureur fiscal; Nottin, notaire à Quincy, greffier.

La ferme seigneuriale de Magny appartenait à l'abbaye de Ste Geneviève de Paris et comprenait, au XVIIIe siècle, 228 arpents et les grosses dîmes de la paroisse. Le tout était loué le 12 juillet 1786 à Delaunay moyennant 4000 livres et un muid de blé.

Le chef-lieu de l'ancien fief de Ste Geneviève est aujourd'hui la ferme qui appartient à M. Le Marquis de Plessis Bellière, marié à Mlle de Pastoret (elle comprend 250 Ha).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune de Magny-le-Hongre fait partie Syndicat d'agglomération nouvelle du Val d'Europe.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 en cours Jean-Paul Balcou   Président du SAN

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis Brainerd (États-Unis)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 580 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
222 211 189 187 218 199 207 188 195
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
190 186 183 163 174 164 169 165 153
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
137 142 142 127 133 147 140 149 154
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
115 121 223 264 331 1 791 3 720 4 954 5 500
2011 - - - - - - - -
6 580 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Ezechiel Nizigiyimana (Burundi) a gagné les 10 km de Magny-le-Hongre 2012, sous le regard de Mehdi Baala et Leslie Djhone.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église et le lavoir Sainte-Geneviève
  • Halle traditionnelle
  • Fermes
  • Plans d'eau

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une salle de spectacles proposant de nombreux concerts et animations musicales.

  • Popa Chubby y a enregistré le 19 novembre 2006 le DVD de sa tournée hommage à Jimi Hendrix, Electric Chubbyland.
  • Catherine Ringer y était sur scène le 1er avril 2008, pour sa tournée: Catherine Ringer Chante les Rita Mitsouko
  • Les Fatals Picards se sont produit à la salle File 7 le 4 septembre 2011
  • Didier Wampas y présente son projet solo le 2 décembre 2011
  • Corneille s'est produit à la salle File 7 le 12 février 2012
  • Revolver ont présenté un concert dans cette salle le 25 mai 2012
  • Barcella s'est produit à la salle File 7 en septembre 2012
  • Lilly Wood and the Prick s'est produit à la salle File 7 le 9 mars 2013
  • Youssoupha s'est produit à la salle File 7 le 21 mars 2013
  • Tryo s'est produit à la salle File 7

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011