Ozouer-le-Voulgis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Ozouër-le-Voulgis redirige ici.
Ozouer-le-Voulgis
Vue sur Ozouer-le-Voulgis
Vue sur Ozouer-le-Voulgis
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Melun
Canton Tournan-en-Brie
Intercommunalité Communauté de communes des Gués de l'Yerres
Maire
Mandat
Nicolas Guillen
2014-2020
Code postal 77390
Code commune 77352
Démographie
Gentilé Ozoueriens
Population
municipale
1 815 hab. (2011)
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 37″ N 2° 46′ 29″ E / 48.6603, 2.7747 ()48° 39′ 37″ Nord 2° 46′ 29″ Est / 48.6603, 2.7747 ()  
Altitude Min. 62 m – Max. 104 m
Superficie 11,30 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ozouer-le-Voulgis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ozouer-le-Voulgis

Ozouer-le-Voulgis[1], ou Ozouër-le-Voulgis selon certaines appellations locales, est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France..

Ses habitants sont appelés les Ozoueriens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont : Courquetaine, Liverdy-en-Brie, Chaumes-en-Brie, Guignes, Yèbles et Solers.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La Compagnie des chemins de fer de l'Est met en service la station d'Ozouer lors de l'ouverture au service commercial, le 25 avril 1857[2], de la section de Nogent - Le Perreux à Nangis.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Ozouer-le-Voulgis
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1882   Jules-Victor Courtaud    
1989 mars 2014 Guy Bossard SE Cadre informatiqur
mars 2014 en cours Nicolas Guillen SE Directeur Technique

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 815 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
750 851 800 820 889 845 872 910 823
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
856 882 835 794 874 943 939 967 861
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
867 784 804 767 803 839 892 884 962
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
999 887 1 013 1 112 1 286 1 544 1 602 1 644 1 816
2011 - - - - - - - -
1 815 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sant-Martin

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église St Martin - Période : 1530-1540 Site protégé et classé monument historique. L'édifice de style Renaissance a été édifié vers 1530-1540 et restauré vers 1727. Matériaux : grès local et meulière, chênes de la forêt voisine. Buffet d'orgue XVIIIe s, retable du maître autel avec toile de Dumesnil. Très beaux fonts baptismaux de 1731. Deux chapelles latérales avec retables et tableaux.
  • L'actuel lavoir d'Ozouer-le-Voulgis fut construit aux environs des années 1848. Un plan d'architecte présenté par MF BUVAL, daté du 15 juin 1848, a été approuvé par le conseil municipal du 4 juillet 1848. De nos jours ce lavoir est quasiment à l'identique à ce qu'il était lors de son édification.]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le village a séduit au XIXe siècle, le peintre néoclassique Jacques Louis David. David à qui l'on doit Marat assassiné ou encore Le Serment du Jeu de Paume connaissait bien le canton. Il séjournait fréquemment dans la propriété de son beau-frère M. Sériziat, à la Ferme de Saint-Ouen, à Favières, au nord de Tournan.

Il s'y était retiré après sa première incarcération en 1794 après la chute de Robespierre. C'est de Favières qu'il écrit une lettre où il confie « Je mène une vie qui me plaît beaucoup, je suis au milieu de la nature, employé aux travaux de la campagne et de mon art ». C'est à Favières encore qu'il est arrêté pour la deuxième fois au printemps 1795. Amnistié en automne, il reprend ses pinceaux et entreprend l'élaboration des Sabines. Avec les 65 000 francs que lui rapporte l'exposition de cette œuvre, il achète la Ferme des Marcoussis, ancien Prieuré des Célestins à Ozouer-le-Voulgis. Il y a fréquemment séjourné sous l'Empire.

C'est là qu'il aurait conçu Le Sacre de Napoléon. La chute de l'Empire le contraint à s'exiler à Bruxelles et il ne reverra jamais sa propriété d'Ozouer qui reviendra en héritage à sa fille, Émilie Meunier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le Code officiel géographique établi par l'INSEE, la commune ne prend pas d'accent ; elle porte le nom d'Ozouer-le-Voulgis depuis le 1er janvier 1982.
  2. René-Charles Plancke, « Petite histoire de la ligne Paris - Belfort - Mulhouse », dans Histoire du chemin de fer de Seine-et-Marne : tome I de la vapeur au TGV, édition Amatteis, Le Mée-sur-Seine, 1991 (ISBN 2-86849-105-7) p. 157.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011