Féricy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Féricy
Mairie de Féricy.
Mairie de Féricy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Melun
Canton Le Châtelet-en-Brie
Intercommunalité Communauté de communes Vallées et Châteaux
Maire
Mandat
Daniel Aimar
2008-2014
Code postal 77133
Code commune 77179
Démographie
Gentilé Fériciens
Population
municipale
582 hab. (2011)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 34″ N 2° 48′ 05″ E / 48.4594, 2.8014 ()48° 27′ 34″ Nord 2° 48′ 05″ Est / 48.4594, 2.8014 ()  
Altitude Min. 52 m – Max. 109 m
Superficie 9,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Féricy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Féricy

Féricy est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Fériciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par la Vallée Javot, et comprend au Nord-Ouest une partie de la forêt domaniale de Barbeau, qui couvre également le Bois de Saint-Denis. À l'Est, la plaine, agricole, sépare Féricy de Machault.

La commune de Féricy est traversée par les routes départementales 110, 107 et 227.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Le village est un village rue de plus d'un km de long ; le cœur autour de l'église, la mairie et agence postale et le domaine de la salle relie deux rues principales : Le Ferland au Sud et le Montceau au Nord.

Le hameau de la Fontaine Ory, situé en contrebas au nord de la plaine, dépend de la commune de Féricy, ainsi que la ferme de la vue située le long de la forêt de Barbeau sur le plateau en allant vers la commune du Châtelet en Brie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Féricy
Fontaine-le-Port Le Châtelet-en-Brie
Féricy Machault
Héricy

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu est mentionné dès le IXe siècle sous le nom de « Fericiacum ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001   Monique Mouraud    
mars 2008 en cours Daniel Aimar    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 582 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
550 633 648 653 764 677 650 646 645
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
612 606 590 538 542 507 540 492 430
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
427 440 404 363 334 356 370 364 413
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
371 350 386 404 475 506 593 612 593
2011 - - - - - - - -
582 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Osmanne abrite une relique de Sainte-Osmanne, sainte Irlandaise, patronne du village. Elle devint un lieu de pèlerinage important, en raison des vertus de retour en fécondité de l'eau de la source Sainte Osmanne et de la proximité de la Cour de Fontainebleau. Ainsi, les reines Marie-Thérèse d'Autriche et Anne d'Autriche y vinrent-t-elles prier au XVIIe siècle. À la date de 1173 et sans doute beaucoup plus tôt, Féricy avait déjà titre d'église paroissiale, et l'archevêque de Sens, de qui elle dépendait à ce litre, reconnaissait à l'abbé de Saint-Denis le droit de présentation à la cure[3].

L'édifice comporte une nef de trois travées (XIIIe), un transept, un chœur à chevet plat, un portail du XVIIIe. Parmi les objets mobiliers, il convient de signaler le tabernacle (donné par Anne d'Autriche), le retable du maître-autel, orné de bas-reliefs rococo, une piscine du XVe, une Vierge à l'Enfant de pierre peinte du XVe, les reliques de Sainte-Osmanne, un calvaire d'art populaire du XVe ainsi qu'un bénitier curieux et très ancien.

L'église a été classée au titre des monuments historiques le 8 avril 1930[4]. Elle conserve un ensemble exceptionnel de verrières datant de 1534 et qui ont été également classées[5]. Elles relatent notamment la légende de Sainte-Osmane, le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, l'adoration des bergers, l'adoration des mages.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Domaine de la Salle
  • Église Sainte-Osmanne
  • Domaine de la Salle : château, communs et parc (voir liens externes)
  • Lavoir de la Fontaine Ory
  • Mare des Cyprès Chauves (plantés par Napoléon à l'occasion de la naissance du Roi de Rome)

Événements[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 3e dimanche du mois de septembre concert en l'église Sainte-Osmanne
  • Fête du village : 3e dimanche du mois de mai – brocantes, vide-greniers et Festijeux
  • Fête de la pomme : 2e dimanche du mois de novembre – marché de producteurs de terroirs et pressoir
  • Fête du cheval de trait et de l'âne : deuxième dimanche de septembre une année sur deux en 2009 et en 2011. Présentation de neuf races de chevaux de trait français, démonstrations des chevaux au travail, exercices de maniabilité

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • [néant]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Matthias Blazek, Marcel Coutaz et Pierre Grassat : Pompes à bras et pompiers à Féricy: L'Historique des Sapeurs-Pompiers de Féricy, Féricy 1999
  • Georges Guillory: Vulaines – Samoreau – Héricy, éditions Amatteis, Le Mée-sur-Seine 1993. (ISBN 2-86849-127-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  3. Frémont, Léon : Revue de Champagne et de Brie: Histoire – biographie – archéologie – documents inédits – bibliographie – beaux-arts, H. Menu, Paris 1892, p. 182.
  4. « Notice no PA00086958 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « Notice no PM77000631 », base Palissy, ministère français de la Culture, « Notice no PM77001954 », base Palissy, ministère français de la Culture, « Notice no PM77000644 », base Palissy, ministère français de la Culture