Bussières (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bussières.
Bussières
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton La Ferté-sous-Jouarre
Intercommunalité Communauté de communes du Pays fertois (Seine-et-Marne)
Maire
Mandat
Jérôme Leroy
2014-2020
Code postal 77750
Code commune 77057
Démographie
Gentilé Bussièrois
Population
municipale
461 hab. (2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 21″ N 3° 14′ 05″ E / 48.9226121, 3.234615348° 55′ 21″ Nord 3° 14′ 05″ Est / 48.9226121, 3.2346153  
Altitude Min. 105 m – Max. 203 m
Superficie 8,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bussières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bussières
Liens
Site web bussieres77.fr

Bussières est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bussièrois. Au dernier recensement de 2011, la commune comptait 461 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bussières
Saâcy-sur-Marne Citry Pavant
Saint-Cyr-sur-Morin Bussières Bassevelle
Saint-Ouen-sur-Morin Orly-sur-Morin Boitron

Bussières est situé sur la route départementale 407 entre Montapeine à l'Ouest et Bassevelle à l'Est. Le village est traversé par le Ru de la Fonderie. Les hameaux suivants sont rattachés à la commune de Bussières : Les Baillets, Bel-Air, Bois-Martin, les Cabarets, Chavosse, Fontaine d'Ain, la Garennière, les Hameaux, la Jarie, les Moulins, la Pierre Hamelot, les Potences et Séricourt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, le château de la seigneurie s’élève à l’emplacement du domaine de Séricourt. À la même époque, Bussières avait comme monument religieux l'église de Saint-Médard. En 1793, un orme est planté pour représenter la liberté. Son tronc atteint une circonférence de 4 m 50 dans les années 1930 et il vivra jusqu'en 1949.

En 1877, l’actuelle mairie – école est édifiée sur l’emplacement des anciens bâtiments reçus en don en 1842.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de Bussières se blasonnent ainsi :

De gueules à une larme d'argent surmontée de deux coquilles d'or[1].

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1828 1831 Jean-Pierre Brouillard    
1831 1841 Alexandre Isidore Paris    
1844 1846 François Augustin Lamiche    
1846 1848 Charles Alexandre Pinet    
1848 1852 Pierre Eloi Gillet    
1852 1857 François Augustin Lamiche    
1857 1865 Pierre Maximilien Brouillard    
1865 1888 François Denis Cherrier    
1888 1908 François Alexandre Bouttour    
1908 1919 Anatole Xavier Mayeur    
1919 1920 Mathieu Couvreur   1er conseiller faisant fonction de maire
1920 1925 Achille Brodard    
1925 1935 Eugène Couvreur    
1935 1936 Henri Couvreur    
1936 1947 Jean-Baptiste Hiernard    
1947 1961 Jean Mairy    
1961 mars 2008 Jean-Marie Rondeau   Agriculteur
mars 2008 en cours Marc Vallée   Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 461 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
359 355 372 381 407 382 406 389 381
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
393 348 268 284 332 338 326 305 273
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
267 267 272 241 237 279 384 397 362
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
262 262 290 448 432 425 477 497 463
2011 - - - - - - - -
461 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Transport en commun[modifier | modifier le code]

Bussières est desservie par la ligne 33 (Gare de La Ferté-sous-JouarreBassevelle) Du réseau de bus Marne et Morin la reliant en 15minutes à la Gare de La Ferté-sous-Jouarre TransilienLigne P du Transilien permettant de nombreuses correspondances ainsi qu'un desserte des établissements scolaires de La Ferté-sous-Jouarre.

Depuis 2011, une demande prolongation de la ligne à Nogent-l'Artaud ou Viels-Maisons a été demandé au STIF afin de permettre un remaniement total de cette ligne qui souffre de son manque de rotation en semaine et le samedi et d'horaire parfois mal agencé en fonction des correspondances SNCF en semaine. À terme, ce changement vise une augmentation des usagers et d'une réponse aux besoins des nouvelles populations s'installant massivement sur les communes desservies par la ligne 33.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

En 1829, Eugène Scribe a acquis le domaine de Séricourt à M. Musset de Séricourt. Il se plut à embellir ce domaine.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village possède un monument aux morts.

Il reste les ruines d'une église datant du XIIIe siècle. Celles-ci ont été inscrites aux monuments historiques par arrêté du 24 janvier 1930[4]. On sait qu'en 1874 l'église sera reconstruite. Vers les années 1930 le clocher s'est écroulé, laissant l'église en ruines. Le clocher sera reconstruit en 1957. En 2002, les vitraux sont rénovés.

Événements[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède un terrain omnisports, ainsi qu'un terrain de football et un terrain de pétanque.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]