Sarcophage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Sarkophage.

Un sarcophage est une cuve, le plus souvent sculptée dans la pierre et placée au-dessus du sol (elle est parfois enterrée), destinée à recueillir un cadavre ou un cercueil. Objet funéraire présent dans des cultures et civilisations diverses et éloignées les unes des autres le sarcophage ne semble lié à aucune idéologie religieuse particulière.

Par homologie, le terme de sarcophage est parfois utilisé dans d'autres domaines, notamment pour désigner certaines enceintes de confinement.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot français sarcophage vient du latin sarcophagus désignant le tombeau. Il s'agit d'un emploi substantivé de l'adjectif sarcophagus (du grec σαρκοφάγος (σάρξ, sarx désignant la chair, φαγεῖν phagein, manger) et veut dire « mangeur de corps ou de chair ». Une pierre calcaire (d'où l'expression lithos sarkophagos, λίθος σαρκοφάγος) était utilisée pour des sépultures antiques et qui, d'après les croyances de l'époque, hâtait la disparition des chairs (détruisait les cadavres non incinérés) ; sarx, sarcos signifie « chair, viande » ; phagein sert à compléter le verbe esthein qui signifie « manger, dévorer ».

Le mot sarcophage, après avoir apparemment désigné dans l'Antiquité tous les réceptacles funéraires, donne en français vers l'an 1050 le mot cercueil (par une forte réduction phonétique, sarqueu au XIe siècle, serqueu au XIIIe siècle[1]), qu'on utilise pour parler d'un coffre allongé dans lequel on dépose le corps avant de l'ensevelir, alors que le mot sarcophage est utilisé dès le XVIIe siècle pour désigner les cercueils en pierre.

En Égypte ancienne, le sarcophage est nommé « neb ânkh », ce qui en traduction littérale signifie « maître de la vie », et sa forme symbolise une barque.

Par extension, le terme de sarcophage est également utilisé pour dénommer les structures servant au confinement de sites très sensibles, comme celui servant au confinement du réacteur no 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl après la catastrophe nucléaire en 1986, ou celui présent sur l'atoll d'Eniwetok, lieu d'essai de la première bombe H.

Le peintre Frédéric Halbreich désigne par ce nom les châssis sur lesquels il peint et qu'il fabrique à cet effet.

Types de sarcophages[modifier | modifier le code]

Sarcophages égyptiens[modifier | modifier le code]

Sarcophage égyptien (Ramsès III) - Musée du Louvre.

Dans l'Égypte antique, un sarcophage forme la couche externe de protection d'une momie d'une personne de haut rang social et est généralement composé d'une cuve extérieure et de l'emboîtement de cuves intérieures (autres sarcophages ou cercueils le plus souvent en bois). Il est souvent orné de représentations peintes ou sculptées du défunt, à l'exception du sarcophage de l'Ancien Empire. La cuve est rectangulaire avec couvercle plat ou voûté ou imite la forme du corps (sarcophage momiforme ou anthropoïde), elle a pour matériau la pierre (calcaire, albâtre, granit, basalte, quartzite, etc.), le métal (argent, or pour les souverains) ou le bois, peut être plaquée d'or, de pierres semi-précieuses[2].

Sarcophages grecs[modifier | modifier le code]

Le sarcophage d'Aghia Triada, exposé au musée archéologique d'Héraklion.

Les sarcophages minoens, tel celui d'Aghia Triada, sont richement décorés et percés de trous dans leurs fonds, sans doute pour permettre aux liquides de s'évacuer[3].

Les sarcophages de Clazomènes (en) sont des cuves en terre cuite, peintes, rappelant parfois la forme anthropoïde des sarcophages orientaux[4].

Le sarcophage de Payava (en) a une décoration typique de l'époque avec des représentations symboliques de la victoire. Traduisant des influences grecques et perses, il est sans doute du plus beau et du plus grand sarcophage de la période lycienne classique [5].

Sarcophages étrusques[modifier | modifier le code]

Sarcophage de Larthia Seianti, en terre cuite peinte. Retrouvé en 1877 près de Chiusi, il date de 180-170 avant notre ère. Musée archéologique de Florence.

Pendant l'ère étrusque en Italie pré-romaine, suivant les époques, le sarcophage est à destination traditionnelle (inhumation) ou cinéraire (même forme mais de taille plus réduite pour les cendres du mort obtenues par crémation).[réf. nécessaire]

Sarcophages romains[modifier | modifier le code]

Sarcophage romain (chasse aux lions) - Musée du Louvre.

Les sarcophages romains (it) aux cuves rectangulaires sont aussi bien en pierre, en plâtre qu'en plomb[6].

Sarcophages paléochrétiens[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sarcophages paléochrétiens.

Sarcophages médiévaux[modifier | modifier le code]

Sarcophage roman trapézoïdal à intérieur anthopomorphe et à loge céphalique.

L'inhumation au Moyen Âge se réalise essentiellement sur une bière (du francisque bëra, « civière ») du Ve siècle au VIIIe siècle avant d'être progressivement remplacée par le cercueil en bois, les sarcophages (aux cuves souvent trapézoïdales et dont un gisant repose parfois sur le couvercle de la cuve) étant destinés à cette époque aux personnages au statut social élevé[7]. Selon le Dictionnaire historique de la langue française, « la coutume était en Europe occidentale et centrale d'enterrer les morts à même le sol, quelquefois sur une planche, rarement dans un réceptacle. Originellement, bière désigne la civière sur laquelle on portait les malades, les blessés et spécialement les morts, et que l'on abandonnait fréquemment comme couche avec ces derniers. Quand l'usage du cercueil, d'abord réservé aux grands personnages, se répandit, bière commença par métonymie à désigner un cercueil de bois »[8].

À partir du XIVe siècle, la peur de la décomposition des chairs et de la disparition des corps voit la réemergence du cercueil ou du sarcophage en plomb qui permettent une meilleure conservation du corps[9], le sarcophage en plomb devenant à la mode au XVIe siècle chez les personnes de haut rang social[10].

Sarcophages modernes et contemporains[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du dôme recouvrant le dépôt de déchets radioactifs, sur Runit, atoll d'Eniwetok.

Si dans de rares cas, des sarcophages sont encore confectionnés pour des particuliers, l'acception la plus courante est celle des ouvrages de grandes dimensions servant au confinement de zones susceptibles de contaminer l'environnement, appelées dans certains cas enceinte de confinement. Si le plus célèbre est le sarcophage de Tchernobyl, il en existe d'autre :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cercueil, définition du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. Le sarcophage en Égypte
  3. (en) Brendan Burke, « Materialization of Mycenaean ideology and the Ayia Triada sarcophagus », American journal of archeology, vol. 109, no 3,‎ 2005, p. 406
  4. (de) Ellen Schraudolph, « Der Klazomenische Sarkophag des Kestner-Museums », EOS, no 4,‎ 1998, p. 8
  5. (en) John Curtis; Nigel Tallis, Béatrice André-Salvini, Forgotten empire : the world of ancient Persia, University of California Press,‎ 2005 (ISBN 0-520-24731-0), p. 46
  6. Yves Manniez, « Les sarcophages en plomb d'époque romaine en Languedoc méditerranéen », Archéologie en Languedoc, no 23,‎ 1999, p. 159-174
  7. Danièle Alexandre-Bidon, Cécile Treffor, La mort au quotidien dans l'Occident médiéval, Presses Universitaires de Lyon,‎ 1993, 334 p.
  8. Glossaire
  9. Michel Vovelle, La mort et l'Occident de 1300 à nos jours, Gallimard,‎ 1983, 793 p.
  10. Danièle Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge, XIIIe-XVIe s., Hachette,‎ 1998, p. 137-138

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]