Avon (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avon.
Avon
L'église Saint-Pierre d'Avon.
L'église Saint-Pierre d'Avon.
Blason de Avon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Arrondissement de Fontainebleau
Canton Canton de Fontainebleau
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Fontainebleau
Maire
Mandat
Marie-Charlotte Nouhaud
2014-2020
Code postal 77210
Code commune 77014
Démographie
Gentilé Avonnais
Population
municipale
14 084 hab. (2011)
Densité 3 677 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 35″ N 2° 42′ 58″ E / 48.4097222222, 2.71611111111 ()48° 24′ 35″ Nord 2° 42′ 58″ Est / 48.4097222222, 2.71611111111 ()  
Altitude Min. 42 m – Max. 100 m
Superficie 3,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Avon

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Avon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avon
Liens
Site web avon77.com

Avon est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Avonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Avon forme avec sa voisine Fontainebleau une seule agglomération.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Avon
Samois-sur-Seine
Fontainebleau Avon Samoreau
Thomery

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La Butte Montceau, Valvins (partagé avec Samois-sur-Seine).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Seine.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

Avon est desservie par la gare de Fontainebleau - Avon.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Avon est divisé en plusieurs quartiers et résidences : Bellefontaine, Changis, La Butte Montceau, La Cave Coinard, Les Basses Loges, Le Prieuré, Les Fougères, Les Terrasses et Valvins.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Avuns - Sanctus Petrus de Avons - Adrons - Avon-en-Gâtinais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Ÿ=== Liste des maires ===

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
décembre 1792 10 ventose an II Claude Bellier    
10 ventose an II 11 prairial an VIII Pierre Fiacre Huge    
11 prairial an VIII décembre 1806 Pierre Louis Giot    
décembre 1806 septembre 1815 Nicolas Goga    
septembre 1815 mai 1819 Guyon    
mai 1819 octobre 1824 Barbarin    
octobre 1824 juin 1826 Jean Séraphin Desvesgnes    
juin 1826 décembre 1831 Claude Mathurin Jourdain    
décembre 1831 septembre 1833 Etienne Hutte    
septembre 1833 mai 1837 Jean Barbarin    
mai 1837 juin 1840 Claude Mathurin Jourdain    
juin 1840 1850 Charles Morlet    
1850 1852 ---PAS DE MAIRE---    
janvier 1852 mai 1871 Jean Fontenelle    
mai 1871 janvier 1878 Gustave Morlet    
janvier 1878 mai 1888 Charles Lefebvre    
mai 1888 mai 1896 Charles Meunier    
mai 1896 mai 1912 Adolphe Julien Porgeron    
mai 1912 décembre 1919 Georges Penelle    
décembre 1919 octobre 1925 Léopold Merrienne    
octobre 1925 mars 1933 Baron Christian de Coulange    
mars 1933 mai 1935 Xavier Leconte    
mai 1935 mai 1944 Rémy Dumoncel    
mai 1944 mai 1945 Charles Yaher    
mai 1945 mars 1959 Georges Lucquin    
mars 1959 mars 1971 Léon Béra    
mars 1971 mars 1995 Pierre Pic    
mars 1995 mars 2014 Jean-Pierre Le Poulain DVD  
avril 2014 en cours Marie-Charlotte Nouhaud [1] DVD  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 14 084 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 019 951 907 1 002 1 127 1 117 1 216 1 365 1 331
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 197 1 351 1 523 1 656 1 926 2 141 2 475 2 547 2 680
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 783 2 869 3 141 3 403 3 717 4 113 4 480 4 490 5 408
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
7 475 13 552 15 377 14 778 13 873 14 030 14 261 14 084 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Industrie du verre.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.

Avon possède une église du XIe siècle, Saint-Pierre. Cet édifice religieux est un des plus anciens de la région, c'est vers 1100 que se situent les débuts de sa construction alors petite église en forme de croix latine : nef et transept actuels. Église paroissiale, elle devient église royale car les Rois de France qui séjournent successivement dans le modeste rendez-vous de chasse dit « de la Fontaine belle eau », viennent entendre la messe à Avon. Au fil des siècles, ce modeste rendez-vous de chasse s'agrandira, s'embellira, pour devenir le palais que nous connaissons aujourd'hui.

Le robuste clocher date du XIIe siècle. En 1555, suppression de l'abside et édification du chœur gothique flamboyant, par Jean de Montceau, seigneur du lieu. Du retable Henri II, il ne reste que deux statues de bois polychrome fixées sur des piliers, la Vierge et St-Jean, sauvées de l'incendie survenu en 1892 ayant également détruit les bannières, les riches ornements et les verrières du XVIe siècle. Le portail en grèserie est du XVIe siècle, et du XVII le charmant et original auvent du porche sous lequel Madame de Maintenon, bienfaitrice de la paroisse, enseignait le catéchisme aux petits avonnais.

Église Saint-Paul (Avon, Seine-et-Marne, France)

En 1611, baptême de la cloche "Louise" dont le jeune Louis XIII, 10 ans, est le parrain. En 1616 pose du baptistère. C'est en 1690 que le général de l'ordre des Trinitaires fait creuser le caveau en avant du chœur. Les curés d'Avon, religieux Trinitaires, y seront inhumés jusqu'à la Révolution. En 1875, cinquante six pierres tombales placées sur le sol de l'église et dont les inscriptions s'effacent, sont relevées et fixées au mur du bas côté droit, dont celle du célèbre mathématicien Étienne Bézout. Celle de Jean de Monaldeschi, écuyer de la reine Christine de Suède, assassiné le 10 novembre 1657 sur son ordre dans la Galerie des Cerfs du Palais, demeure à l'entrée de l'édifice près de la vénérable pierre de seuil usée depuis près de 900 ans par le passage des fidèles.

Signalons également cinq statuettes en bois du XVIIe siècle provenant peut-être de bâtons de procession ? Parmi les verrières du chœur, sont présentes celles de Saint-Pierre et Saint-Paul, patrons de la paroisse, ainsi que deux vitraux consacrés à Saint-Fiacre, le patron des jardiniers d'Avon. Dans le bas-côté gauche, le petit et récent vitrail souvenir de la déportation, rappelle le sacrifice des vingt-trois Avonnais morts dans les camps de concentration, en particulier le père Jacques (Au revoir les enfants) et Rémy Dumoncel, ancien maire de la commune.

Il nexiste pas de grandes richesses artistiques ni de somptueuses reliques dans cette église, mais par sa sobriété, son dépouillement, elle invite au silence, à la prière et au recueillement. Juste à côté, se trouve le couvent des Carmes.

On trouve également une église Saint-Paul ouverte en 1969.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Rue Père Jacques, localisée à Avon.
Pierre tombale d'Étienne Bézout dans l'église Saint-Pierre à Avon.

Héraldique, devise et logotype[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

De gueules aux deux clefs d'argent passées en sautoir, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en 04/2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011