Juilly (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juilly.
Juilly
La mairie-école.
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Dammartin-en-Goële
Intercommunalité Communauté de communes Plaines et Monts de France
Maire
Mandat
Daniel Haquin
2014-2020
Code postal 77230
Code commune 77241
Démographie
Gentilé Juliaciens
Population
municipale
2 189 hab. (2011)
Densité 282 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 44″ N 2° 42′ 19″ E / 49.0120909, 2.705383349° 00′ 44″ Nord 2° 42′ 19″ Est / 49.0120909, 2.7053833  
Altitude Min. 77 m – Max. 114 m
Superficie 7,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Juilly

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Juilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Juilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Juilly
Liens
Site web juilly77.fr

Juilly est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Juliaciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Juilly est situé en Goële à 13 km au nord-ouest de Meaux.

Communes limitrophes de Juilly
Saint-Mard Montgé-en-Goële
Thieux Juilly
Nantouillet

Lieux-dits et écart[modifier | modifier le code]

  • La Louvière.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • Ru de l'Arzillère, ru de la Maquerelle, ru du Rossignol.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Dammartin - Juilly - Saint-Mard, située à Saint-Mard sur la ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière) et desservie par les trains de la ligne K du Transilien (Paris-Nord - Crépy-en-Valois) ainsi que par ceux du TER Picardie (Paris - Laon).

Toponymie[modifier | modifier le code]

De l'anthroponyme Julius et du suffixe gaulois -acos, exprimant la propriété.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1989 Paul Heurtaut    
1989 en cours Daniel Haquin [1]   agriculteur

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 189 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
559 450 476 456 520 514 747 758 905
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
902 898 953 864 1 025 935 1 002 1 073 1 076
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
987 912 840 1 011 1 050 1 146 1 099 1 229 1 315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
823 798 802 1 130 1 288 1 448 1 647 1 699 2 156
2011 - - - - - - - -
2 189 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Étienne
Le porche du collège.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le collège de Juilly et son parc aménagé au XVIIIe siècle, célèbre pour son internat créé en 1638 et fermé en 2012.
Il figurait dans les années 1960 parmi les pionniers de l'apprentissage de l'anglais par immersion totale sur la côte sud de l'Angleterre, méthode immortalisée par le film de Michel Lang : À nous les petites Anglaises.
  • Église placée sous le vocable de Saint-Étienne, reconstruite au XIXe siècle par l'architecte Louis-Auguste Boileau.
  • Mairie-école, XXe siècle.
  • Château de la Marguette, XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site de la mairie

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en 10/2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011