Compans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Compans (homonymie).
Compans
La mairie.
La mairie.
Blason de Compans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Arrondissement de Meaux
Canton Canton de Mitry-Mory
Intercommunalité Communauté de communes plaines et monts de France
Maire
Mandat
Joël Marion
2014-2020
Code postal 77290
Code commune 77123
Démographie
Gentilé Compannais
Population
municipale
723 hab. (2011)
Densité 136 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 39″ N 2° 39′ 52″ E / 48.9942, 2.6644 ()48° 59′ 39″ Nord 2° 39′ 52″ Est / 48.9942, 2.6644 ()  
Altitude Min. 57 m – Max. 101 m
Superficie 5,30 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Compans

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Compans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Compans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Compans
Liens
Site web mairiedecompans.fr

Compans est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Compannais(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune s'étend à la frontière orientale du pays de France, à deux pas de la grande zone industrielle Mitry-Compans.

Communes limitrophes de Compans
Le Mesnil-Amelot Thieux
Compans Saint-Mesmes
Mitry-Mory Gressy Messy

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Rivières la Biberonne et la Beuvronne.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Compans, située sur la ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière) et desservie par les trains de la ligne K du Transilien (Paris-Nord - Crépy-en-Valois).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, Compans s'appelait Compans-la-Ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Implanté dans la vallée de la Biberonne, affluent de la Beuvronne, Compans connaît, dès le néolithique, des établissements humains, dont les traces sont mises au jour, ainsi que celles de sites protohistoriques et de petites villas gallo-romaines.

Au XIIe siècle, l’église Notre-Dame et l’hôtel-Dieu de Paris possèdent de nombreuses terres dans le village. Le reste du terroir est partagé entre de petits seigneurs locaux. Au cours des XIVe et XVe siècles, ils sont progressivement évincés par des familles de l’administration parisienne qui, peu à peu, regroupent toutes les terres en une seule seigneurie, possédée au XVIIe siècle par Louis Boucherat, chancelier sous le règne de Louis XIV. La terre de Compans est alors érigée en comté, bien que le manoir n’existe plus. Par la suite, le domaine est acquis par Jean-Baptiste Paulin d’Aguesseau, seigneur de Fresnes et fils du chancelier d’Aguesseau[1].

Village agricole, Compans disposait de deux moulins, actionnés par la Biberonne, les moulins de Condé et d’Ouacre, ce dernier datant du XIIe siècle. Ils ne sont plus actifs depuis le XIXe siècle, cependant le moulin d’Ouacre est utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale, afin de fournir de la farine au village. Les plus anciens racontent que le bâtiment de la mairie serait un ancien corps de ferme du XVIe siècle ayant appartenu à Sully, ministre d'Henri IV, Roi de Navarre[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2001 Gustave Malingre PCF  
mars 2001 mars 2008 Lionel Colling -  
mars 2008 en cours Joël Marion PCF  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 723 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
301 251 250 217 229 241 218 212 195
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
160 277 206 209 204 188 196 211 197
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
206 205 201 227 241 241 203 248 278
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
311 340 325 345 507 724 765 781 694
2011 - - - - - - - -
723 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'Association Sportive Culturelle Artistique (AASCC) propose plusieurs activités notamment du piano et de la guitare, de la peinture, du sport de combat. De plus l'AASCC organise chaque mois des soirées à thèmes et s'occupe de la brocante en septembre, de la fête du village en mai, et du 14 juillet.

L'ASCA, association sportive et culturelle de Compans propose aussi de la danse, de la danse orientale, du step, du yoga, du théâtre, de l'art floral, de la gymnastique, de la marche et des stages de country.

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs associations sportives :

  • Compans Football Club (Football)
  • La compannaise (Tennis de table)
  • Tennis Club Compans (Tennis)
  • Compans Fight Club (Boxe et lutte)

Économie[modifier | modifier le code]

  • Z.I. Mitry-Compans, ZAC de la Feuchère, ZAC du Parc, soixante-quinze hectares.
  • Exploitations agricoles. (Vente ou cueillette à la ferme par des particuliers possible).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-l’Assomption
Le château

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-l’Assomption : l’église, restaurée en 1694 et en 1730, est reconstruite en totalité en 1867, date qui figure sur la façade ouest. En 1694, l’hôtel-Dieu et le Chapitre de Notre-Dame-de-Paris, qui perçoivent les dîmes locales, participent à la remise en état du clocher, dont la cloche est baptisée l’année suivante, en présence de « Louis Boucherat chevalier, comte de Compans, chancelier et garde des sceaux de France »[1].
L’église se compose d’une nef unique, meublée de deux rangés de bancs clos. L’accès à chaque banc est permis par une petite porte qui ouvre sur l’allée centrale. Le fond du chœur est occupé par un retable, don du chevalier Boucherat, en 1699. Ce dernier offre, à cette même occasion, l’autel et un tableau illustrant le vœu de Louis XIII[1]. Confié à un peintre en 1825, pour qu’il en fasse une copie, le tableau a disparu.
  • Château édifié par la famille des Vallé des Noyers (qui était aussi propriétaire du moulin d'Ouacre) construit en pierre et brique rouge (1866) de style classique d'inspiration Louis XIII , actuellement fractionné en appartements.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Compans

Les armes de Compans se blasonnent ainsi :

Fascé de gueules et d’argent, au chef d’or chargé de quatre merlettes d’azur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Compans sur « Société d'Histoire de Claye et de ses Environs » » (consulté le 23 septembre 2012)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]