Coupvray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coupvray
Mairie de Coupvray.
Mairie de Coupvray.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Canton Thorigny-sur-Marne
Intercommunalité Syndicat d'agglomération nouvelle du Val-d'Europe
Maire
Mandat
Martine Dogit
2008-2014
Code postal 77700
Code commune 77132
Démographie
Gentilé Cupressiens
Population
municipale
2 656 hab. (2011)
Densité 328 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 33″ N 2° 47′ 38″ E / 48.8925, 2.7939 ()48° 53′ 33″ Nord 2° 47′ 38″ Est / 48.8925, 2.7939 ()  
Altitude Min. 41 m – Max. 132 m
Superficie 8,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coupvray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coupvray
Liens
Site web coupvray.fr

Coupvray est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Cupressiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Coupvray est située à 32,9 kilomètres à l'est de la cathédrale Notre-Dame de Paris[1].

Coupvray fait partie du secteur 4 de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, appelée Val d'Europe.

Les communes limitrophes incluent : Chessy, Esbly, Lesches, Magny-le-Hongre, Montry, Serris et Chalifert.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Situé en bordure du plateau de Brie, son territoire est coupé par un talweg créé par un ancien bras du Morin remplacé par le seul rû de Coupvray qui mène ses eaux vers la vallée du Morin. De part et d'autre, des coteaux argileux boisés marquent un dénivelé de 80 mètres.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

En 1994 pour l'aménagement du plateau et l'implantation du nouveau centre urbain sur le plateau autour des parcs Disney, il fut construit la ligne LGV Interconnexion Est qui franchit le talweg par le viaduc de Chalifert Nord-Sud à plus de 35 mètres de haut en surplomb du canal. La Gare de Marne-la-Vallée - Chessy est la plus grande gare d'interconnexion du réseau TGV.

Au milieu du XIXe siècle, les grandes infrastructures que sont le canal de Chalifert, dérivation d'une boucle de la Marne jusqu'à Meaux et la ligne des chemins de fer de l'Est (Paris Meaux Strasbourg) ont coupé le village d'est en ouest.

Coupvray est desservie par la ligne no 6 du réseau de bus PEP'S des cars Marne et Morin qui relie au sud la gare de Gare de Marne-la-Vallée - Chessy de la ligne A du RER d'Île-de-France et au nord la gare d'Esbly de la ligne P du Transilien (Paris).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Ru de Coupvray

Au milieu du XIXe siècle, les grandes infrastructures que sont le canal de Chalifert, dérivation d'une boucle de la Marne jusqu'à Meaux et la ligne des chemins de fer de l'Est (Paris Meaux Strasbourg) ont coupé le village d'est en ouest.

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Île-de-France.

De multiples études et recherches ont été réalisées sur le village, rarement publiées. Sont connus les écrits vers 1880 de l'instituteur Darche également secrétaire de Mairie, les écrits de Jean Roblin, qui a fait beaucoup dans les années 1950-1970 pour la maison Louis Braille et le village, les expositions de l'association « La Grangée de l'histoire » qui étudie et inventorie le patrimoine historique, artistique et coutumier des communes du Val d’Europe et environs[2] créée à Coupvray par une habitante historienne dans les années 1990, et par l'atelier d'histoire de l'association Renaissance et Culture[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1808 août 1815 Jean-Louis Tourteau, marquis d'Orvilliers[4]
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 novembre 2005 François Bentz
novembre 2005 en cours Martine Dogit

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La topologie très accidentée, le sous-sol garni d'argiles et de marnes vertes, avec des sources, rendent ingrat la sécurité de construction, après de fréquentes déclarations de catastrophes naturelles, il est convenu de préserver les zones boisées sur de grandes surfaces. Le parc du château, site classé et boisé, longtemps peu fréquenté constitue une réserve biologique naturelle. Pour l'évacuation des eaux du plateau, le coteau traversé par le rû des pendants puis le rû de Coupvray, les zones humides en fond de vallées favorisent le développement de la flore et de la faune, où plusieurs zones sont classées en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEF).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 24 septembre 2012, Coupvray est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 656 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
588 681 629 612 616 572 543 575 566
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
512 499 480 463 452 456 513 503 513
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
519 505 516 507 582 521 695 658 707
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
680 769 1 063 1 416 2 280 2 713 2 791 2 790 2 656
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Coupvray est située dans l'académie de Créteil.

À la rentrée scolaire 2009, la commune administre le groupe scolaire Odette et Francis Tesseire constitué d'une école maternelle et d'une école élémentaire communale. Le département gère le collège Louis Braille, à Esbly. La région Île-de-France gère le lycée Pierre de Coubertin à Meaux, lycée d'affectation lié à la carte scolaire[8].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune s'associe en 2009 avec l'ensemble des associations réunies dans le CINAL pour organiser les manifestations du bicentenaire de la naissance de Louis Braille.

Santé[modifier | modifier le code]

Un dentiste est installé dans les locaux de la zone de l'Aulnoye, les cabinets médicaux et laboratoires les plus près se trouvent à Esbly.

Sports[modifier | modifier le code]

Coupvray dispose depuis 1992 d'un complexe sportif de grande qualité, exceptionnel pour une faible population : tennis externes et couverts, gymnase avec dojo, stade de foot, piscine découverte pour l'été. Tir à l'arc.

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune de Coupvray fait partie de la paroisse des Portes de la Brie dont dépend l'église Saint Pierre de Coupvray.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 50 386 €, ce qui plaçait Coupvray au Modèle:274e rang parmi les 31 347 communes de plus de 50 ménages en métropole[9].

Emploi[modifier | modifier le code]

Village très dépendant de la commune riveraine d'Esbly qui s'est développée autour de la gare SNCF, Coupvray est devenue résidentielle en profitant de ses atouts paysagers et agricoles. Intégré dans l'opération de pôle touristique signé en 1985 entre l'État et la société américaine Disney World pour créer son parc européen, le sud du territoire partagé par la route RN 34 est dévolu à cette nouvelle activité. Cette annonce a incité au développement, le POS de 1986 avec la création de zones d'urbanisation et une zone d'activité (l'Aulnoy), a favorisé le doublement de la population de 1982 à 1999, et l'arrivée d'un supermarché.

La convention finalement signée en 1987, a entraîné la formation du syndicat d'agglomération nouvelle (dénommé SAN des Portes de la Brie puis SAN du Val d'Europe) qui inclut les cinq communes de Bailly-Romainvilliers, Chessy, Coupvray, Magny le Hongre et Serris. L'État signataire s'engage envers les communes avec la mise en place d'un Projet d'Intéret Général pour la répartition des zones d'influence entre Disney et les autorités locales et départementales non signataires. De nouveaux axes de communication traversent la commune et réorientent son développement avec les gares du TGV et du RER à Chessy. La commune accueille les principaux hôtels d'Eurodisney et se trouve propulsée commune touristique avec environ 3 800 chambres dans les quatre principaux hôtels.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église
Ruines du château

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le menhir sur le coteau nord ensoleillé des bourgognes
  • Une église restaurée dans le centre-village. Avec de beaux vitraux.
  • Le canal de Meaux à Chalifert débouchant sur la Marne
  • La maison natale de Louis Braille
  • La grande place de l'église
  • La vieille ferme de la rue Braille
  • Le fief de Maulny (La Grande ferme)
  • Le lavoir du haut dit le lavoir des Médisances
  • « le lavoir du bas »
  • Les bornes-fontaines
  • Ruines du château des Rohan, construit vers 1600 par Hercule de Rohan[10] et son parc boisé

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La salle commune de la maison natale de Louis Braille

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Calcul de l'orthodromie entre Coupvray et Paris », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 25 octobre 2009).
  2. « Page d'accueil », sur site de l'association « La Grangée de l'histoire » (consulté le 25 octobre 2009).
  3. « Page d'accueil », sur site de l'association « Renaissance et culture » (consulté le 25 octobre 2009).
  4. Sylvie Nicolas, Les derniers maîtres des requêtes de l'Ancien Régime (1771-1789) : dictionnaire prosopographique, Librairie Droz,‎ 1998, 398 p. (ISBN 9782900791219, lire en ligne)
  5. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 24 septembre 2012).
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  8. « Etablissements scolaires », sur site de la commune de Coupvray (consulté le 25 octobre 2009).
  9. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 septembre 2012)
  10. http://www.coupvray.fr/coupvray/menu_principal/decouvrir_coupvray/histoire_de_coupvray
  11. http://www.coupvray.fr/coupvray/menu_principal/decouvrir_coupvray/histoire_de_coupvray/les_trevise