Échouboulains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Échouboulains
Image illustrative de l'article Échouboulains
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Melun
Canton Le Châtelet-en-Brie
Intercommunalité Communauté de communes de la Région du Châtelet-en-Brie
Maire
Mandat
André Ducelier
2014-2020
Code postal 77830
Code commune 77164
Démographie
Gentilé Échouboulinois
Population
municipale
505 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 49″ N 2° 56′ 42″ E / 48.4637, 2.945148° 27′ 49″ Nord 2° 56′ 42″ Est / 48.4637, 2.9451  
Superficie 20,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Échouboulains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Échouboulains

Échouboulains est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Échouboulinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Échouboulains se situe à une vingtaine de kilomètres de Fontainebleau et à une trentaine de Melun, préfecture de Seine-et-Marne.

Ce village est localisé dans le sud de la Seine-et-Marne non loin de la frontière entre la Seine-et-Marne et l'Yonne.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont :

Histoire[modifier | modifier le code]

Construite en 1679, elle connut les Première et Secondes Guerres mondiales.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1959       agriculteur
mars 2001   Roland Dufour   retraité
mars 2008 en cours André Ducelier Sans parti retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 505 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
415 416 465 457 503 535 530 542 547
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
545 565 562 559 535 635 625 621 594
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
547 517 491 396 364 368 345 512 571
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
442 374 339 484 503 516 535 534 516
2011 - - - - - - - -
505 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Flox

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

- Église Sainte-Marie-Madeleine : Beau spécimen d'église XIXe siècle, construite entre 1869 et 1871. Oeuvre de l'architecte Varcollier. Le clocher est encadré par quatre clochetons. La nef unique, coupée par un transept, se termine par une abside en cul de four. La sacristie, au sud, se termine aussi par une abside. À l'intérieur deux objets sont inscrits à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques. L'un est un tableau du 17e siècle, attribué à l'atelier de Lebrun. Il représente " Jacob devant les filles de Laban ". L'autre objet est un siège cathèdre de style néo-gothique dont le décor est d'inspiration royaliste. L'un et l'autre objet pourraient être des dons du comte René Boussard de La Chapelle qui fut châtelain et maire d'Échouboulains dans les années 1870-1880.


- Croix-Mahon : Au long de la route départementale 107, entre les agglomérations de Boulains et d'Échou, au débouché d'un chemin herbu dit de ce fait " Chemin vert ". Cette croix en fonte, souvenir vraisemblable d'une mission de rechristianisation, au XIXe siècle, est en fonte. Elle présente un décor de gracieux enroulements de pampres de vigne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ferme-auberge de la recette située à Echou.
  • Forêt Domaniale de Villefermoy.

- Lavoir du bourg de Boulains : Entre le 11 et le 13 rue Pasteur (rue à gauche de l'église) : Ce lavoir, dit en impluvium, construit en 1883, est alimenté par la source voisine. De plan carré, il présente une charpente intéressante. À l'intérieur, deux inscriptions peintes dans un style naïf rappellent qu'il est interdit de rentrer les brouettes dans le lavoir et de mettre du linge à sécher sur les jambes de force.


- Pont des Petites Fontaines : Situé près de l'Étang du Pont Brossard, dont l'enceinte est en cours de classement ENS, en limite du territoire d'Échouboulains et de Valence-en-Brie. Ce pont, datant vraisemblablement de XIXe siècle, à une arche, enjambe un des deux bras que forme à cet endroit le lit de la Vallée Javot. Avant les transformations dues à la construction de l'autoroute A5, on pouvait immédiatement au sud de ce pont, voir un gué aménagé par un paravent de pierres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]