Ferrières-en-Brie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferrières-en-Brie
maison de basile
maison de basile
Blason de Ferrières-en-Brie
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Torcy
(Torcy)
Canton Torcy
Intercommunalité Communauté de communes de la Brie Boisée
Maire
Mandat
Mireille Munch
2014-2020
Code postal 77164
Code commune 77181
Démographie
Gentilé Ferrobriards ou Ferrobriards
Population
municipale
2 243 hab. (2011)
Densité 332 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 25″ N 2° 42′ 21″ E / 48.8236111111, 2.70583333333 ()48° 49′ 25″ Nord 2° 42′ 21″ Est / 48.8236111111, 2.70583333333 ()  
Altitude Min. 84 m – Max. 126 m
Superficie 6,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ferrières-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ferrières-en-Brie
Liens
Site web ferrieresenbrie.fr

Ferrières-en-Brie est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Ferrobriards, les Ferrieresko ou plus communément les Ferrièrois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ferrières-en-Brie est situé à 26 km à l'est de Paris, sur le plateau de la Brie, entre les vallées de la Seine et de la Marne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont :

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné au XIIe siècle sous le nom de Ferreriae. Il doit son nom à d'anciennes forges installées en ce lieu en raison de l'abondance des bois qui servaient de combustible pour le traitement du minerai de fer.

L'église date du XIIIe siècle.

Le château a appartenu à Fouché, qui le vendit au baron de Rothschild.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

D’argent maçonné de sable de sept pièces, deux en chef, trois en fasce et deux en pointe, la pièce en abîme chargée d’un croissant de gueules et les autres chargées chacune d’une merlette de sable.

Le blason a été adopté officiellement par la municipalité de Ferrières-en-Brie en 1976. Il s'agit de celui des seigneurs de Marillac, installés à Ferrières au XVe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Historique des maires de Ferrières-en-Brie
(Source: MairesGenWeb[2])
Période Identité Étiquette Qualité
1810   Charles Heucleux    
1810 1815 Antoine Cadot    
1815 1816 Pierre Lemaire    
1816 1817 Jean-Baptiste Rigal    
1817 1825 Pierre Guimard    
1825 1831 Jean Martragny    
1831 1841 Françaois Vaudescal    
1841 1848 Pierre Morlet    
1848 1848 Paul Dutfoy    
1848 1861 Jean Martragny    
1862 1865 Baptiste Cresson    
1865 1872 Charles Vavasseur    
1872 1873 Désiré Grouard    
1873 1888 Charles Vavasseur    
1888 1900 François Bescher    
1900 1908 Paul Publier    
1908 1938 Auguste Trezy    
1938 1942 Jules Rochat    
1942 1945 Emile Jovenet    
1945 1947 Édouard de Rothschild   Homme d'affaires
1947 1953 Maurice Chevanne    
1953 1959 Édouard Bader    
1959 1973 Marcel Delamotte    
1974 1977 André Pracht    
1977 1983 Guy de Rothschild   Homme d'affaires
1983 1989 Thérèse Potier    
1992 en cours Mireille Munch Cap21  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 243 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
415 383 346 383 408 433 436 494 584
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
700 762 847 802 797 839 930 931 937
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
961 898 815 678 739 699 715 605 673
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
833 941 1 031 1 340 1 445 1 655 2 078 2 138 2 243
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint Rémy présentent des éléments des Xe, XIe, XIIIe et XVIe siècles. Pour l'essentiel, elle a été édifiée vers 1230-1240 sous le patronage de l'évêque de Paris de l'abbé prémontré d'Hermières[5].

L'édifice, sans transept, est composée de trois nefs de cinq travées terminées par trois absides. Le chevet est de type champenois, les absidioles communiquant avec le chœur par une arcade et étant plantées de biais[6]. Les arcades principales de la nef sont portées par des colonnes tandis que l'étage supérieur présente un triforium aveugle à quatre arcs par travée sommé d'oculi. Ce parti dérive de Notre-Dame de Paris. Le voûtement est barlong et la charpente date de l'époque moderne (elle a été entièrement reconstruite après un incendie en 1569).

L'église a été classée le 7 mai 1847[7].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Ferrières a été construit entre 1853 et 1861 par l'architecte anglais Joseph Paxton pour le baron James de Rothschild.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le château de Ferrières-en-Brie a servi entre autres de décor à la séquence finale du film « Papy fait de la résistance ».

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Angleterre Dunchurch (Angleterre) depuis 1987, voir Dunchurch (en)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ballon N° 30 : « Le Daguerre »
  2. http://francegenweb.org/mairesgenweb/resultcommune.php?id=12767 MairesGenWeb
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. Michel Lheure, Le rayonnement de Notre-Dame-de Paris dans ses paroisses. 1170-1300., Éditions Picard, Paris, 2010, 244p., (ISBN 978-2-7084-0853-1), p.99.
  6. Collectif, Le guide du patrimoine. Île-de-France., Hachette, Paris, 750p., (ISBN 2-01-016811-9), p.262.
  7. « Notice no PA00086960 », base Mérimée, ministère français de la Culture