Crouy-sur-Ourcq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crouy (homonymie).
Crouy-sur-Ourcq
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Meaux
Canton Lizy-sur-Ourcq
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de l'Ourcq
Maire
Mandat
Maria-Christine Goossens
2014-2020
Code postal 77840
Code commune 77148
Démographie
Gentilé Crouyciens
Population
municipale
1 745 hab. (2011)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 23″ N 3° 04′ 30″ E / 49.0897, 3.075 ()49° 05′ 23″ Nord 3° 04′ 30″ Est / 49.0897, 3.075 ()  
Altitude Min. 52 m – Max. 165 m
Superficie 19,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Crouy-sur-Ourcq

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Crouy-sur-Ourcq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crouy-sur-Ourcq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crouy-sur-Ourcq
Liens
Site web crouy-sur-ourcq.fr/

Crouy-sur-Ourcq est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Crouycien(ne)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans l'extrême nord du département de la Seine-et-Marne à 25 km de Meaux et à 60 km au nord-est de Paris, la commune est limitrophe des départements de l'Aisne et de l'Oise. L'altitude varie de 165 mètres pour le point le plus haut à 52 mètres dans la partie aval de la vallée de l'Ourcq, le village étant vers 60 à 70 mètres d'altitude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Crouy-sur-Ourcq[1]
Neufchelles(Oise) Montigny-l'Allier (Aisne)
Varinfroy(Oise) Crouy-sur-Ourcq[1] Coulombs-en-Valois
May-en-Multien Ocquerre Vendrest

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Fussy, la Chaussée, Gesvres (château).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • Le ru la Croix Hélène traverse la commune d'est en ouest.
  • La rivière l'Ourcq et ses marais bordent la partie ouest de la commune; son affluent le Clignon et ses marais bordent sa partie nord.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Crouy-sur-Ourcq sur la ligne Paris - La Ferté-Milon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès le XIIe siècle sont mentionnés deux seigneurs, deux frères Olivier et Henry de Crouy. Le château fort est construit par Jean III de Sépois. il est partiellement détruit pendant les guerres de la Fronde et saccagé par les Espagnols en 1652[2].

L'ordonnance du 8 juin 1834 fixe la limite territoriale de la commune de Crouy avec celle de Coulombs.

Crouy-sur-Ourcq et Gesvres ont formé deux paroisses distinctes jusqu'en 1790. L'histoire des deux localités se confond en bien des points. Situé sur les limites du Valois et de la Brie champenoise, Crouy a été placé tantôt dans l'une, tantôt dans l'autre de ces divisions territoriales[2].

Bénéficiant d'une « heureuse situation » pour le commerce, la commune en tirait toute sa richesse. Dès 1610, c'est une place commerciale renommée. Crouy possédait de temps immémorial un marché qui attirait une foule nombreuse. En 1770, on y comptait 70 artisans et commerçants, 47 maraîchers et chanvriers. La création du Canal de l'Ourcq participa également au développement de la localité[2].

Un témoignage sur les faits survenus pendant la Seconde Guerre mondiale du 9 au 11 juin 1940 à Neufchelles et Crouy-sur-Ourcq, est dû à Maître Pierre Véron[3].

La commune a accueilli une antenne du Bureau pour le développement des migrations dans les départements d'outre-mer à compter de 1965 jusqu'à sa dissolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Michel Fouchault   Agriculteur
2014 en cours Maria-Christine Goosens[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 745 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 125 1 080 1 072 1 110 1 341 1 145 1 374 1 406 1 345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 336 1 186 1 250 1 177 1 198 1 216 1 236 1 141 1 105
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 050 1 130 1 142 1 045 1 047 986 1 017 1 018 1 012
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
905 913 1 053 1 069 1 260 1 585 1 662 1 663 1 749
2011 - - - - - - - -
1 745 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitations agricoles.
  • Marché le deuxième dimanche du mois.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Donjon avec sa ferme

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • César Poulain (1822-1886).
  • Irène Amiard
  • Famille Saint Phalle
  • Prince de Broglie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Benoist, Notice historique et statistique sur Crouy-sur-Ourcq, Lorisse, Le Livre d'Histoire, (ISBN 2-84178-122-4)
  • Jean Mesqui, Île-de-France Gothique 2 : Les demeures seigneuriales, Paris, Picard,‎ 1988, 404 p. (ISBN 2-7084-0374-5), p. 171-179

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Crouy-sur-Ourcq sur Géoportail.
  2. a, b et c Louis Benoist, "Notice historique et statistique sur Crouy-sur-Ourcq", Lorisse - Le Livre d'Histoire [ISBN 2-84178-122-4]
  3. http://www.histoireaisne.fr/memoires_numerises/chapitres/tome_39/Tome_039_page_187.pdf
  4. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en 04/2014).
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  7. Notre-Dame de France ou histoire du culte de la Sainte Vierge en France... par André Jean Marie Hamon, sur Google Books.