Croissy-Beaubourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croissy et Beaubourg.
Croissy-Beaubourg
Rond-point de l'Horloge
Rond-point de l'Horloge
Blason de Croissy-Beaubourg
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Canton Torcy
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Marne-la-Vallée - Val Maubuée
Maire
Mandat
Michel Gérès
2014-2020
Code postal 77183
Code commune 77146
Démographie
Gentilé Croisséens
Population
municipale
1 988 hab. (2011)
Densité 181 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 45″ N 2° 39′ 38″ E / 48.8292, 2.6606 ()48° 49′ 45″ Nord 2° 39′ 38″ Est / 48.8292, 2.6606 ()  
Altitude Min. 87 m – Max. 116 m
Superficie 11,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Croissy-Beaubourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Croissy-Beaubourg
Liens
Site web croissy-beaubourg.fr

Croissy-Beaubourg (prononcé [kʁwa.si bo.buʁ ]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France. Commune de la ville nouvelle de Marne la vallée, elle appartient au secteur de Val-Maubuée. Ses habitants sont appelés les Croisséens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Croissy-Beaubourg appartient au canton et à l’arrondissement de Torcy. La commune comprend 1100 hectares dont 600 hectares de massif boisé. Les communes limitrophes incluent Émerainville, Noisiel, Lognes, Torcy, Collégien et Roissy-en-Brie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Noisiel Lognes Torcy, Collégien Rose des vents
Émerainville N Collégien
O    Croissy-Beaubourg    E
S
Émerainville Roissy-en-Brie Pontcarré, Roissy-en-Brie

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne de bus 421 de la RATP, en direction de la gare d'Émerainville - Pontault-Combault (RER E) d'une part et de celle de Vaires - Torcy (Transilien ligne P) via la gare de Torcy (RER A) d'autre part.

La zone industrielle Pariest, en bordure de l'aérodrome de Lognes-Émerainville, est desservie par la ligne de bus 321 de la RATP partant de la gare de Lognes (RER A).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les armoiries de Croissy-Beaubourg sont celles de la famille Colbert, qui résida au château de Croissy au cours du XVIIIe siècle. Le blason représente une couleuvre ondoyante en pal d'azur sur écu d'or, il est soutenu par deux licornes et surmonté d'une couronne de marquis. Le village, constitué de deux anciennes paroisses : Beaubourg et Croissy, a été réuni en une seule commune le 1er floréal de l'an XII (20 avril 1804). Crussiacum : la seigneurie de Croissy aurait été donnée au XIe siècle par Henry de Croissy à l'Abbaye de Lagny. Durant la guerre de Cent Ans, le château de Croissy est pris et brûlé par les Armagnacs.

En 1573, le marquis de Coeuvres, père de Gabrielle d'Estrées - favorite de Henri IV en est le possesseur. En 1656, la terre est achetée par Joachim Béraud, seigneur de Torcy, qui marie sa fille à Charles Colbert, frère aîné du ministre de Louis XIV. Ainsi est créé le marquisat de Croissy et Torcy. En 1764, la terre est vendue au fermier général Antoine François Bouret de Valroche. Après la Révolution de 1789, parmi les personnes illustres qui ont vécu dans le château de Croissy, citons la comtesse de Montesquiou (1821), le prince de la Trémoille (1826), puis le comte et la comtesse d'Agout (1833). Marie d'Agout, spirituelle femme de lettres, crée un salon où l'aristocratie et les artistes se rencontrent. Parmi les visiteurs, notons : Ingres, Émile de Girardin, Sainte-Beuve, Maerber, Alfred de Vigny, Eugène Sue et Frantz Liszt. Le château a été dénaturé au XIXe siècle et a subi une destruction quasi complète le 17 août 1944 lorsque les troupes allemandes qui l'occupaient le firent sauter.

Bellus Bergus : Beaubourg, seul village de ce nom en France, avait une chapelle seigneuriale érigée en paroisse au XIIe siècle Elle avait pour patrons sainte Marie-Madeleine et saint Marlin et elle était édifiée dans la cour du château. Le château de Beaubourg, construit sur une petite éminence avec fossés à l'entour, était le chef-lieu d'une seigneurie relevant de la baronnie de Montjay. Parmi les principaux possesseurs, peuvent être cités : Jean et Simon de Beaubourg, Simon des Essarts, Raoul de Longueval, Tissart de Rouvres, marquis de Tissart, officier des gardes françaises ayant magnétisé un arbre du parc du château. Puis l'ancien domaine fut démantelé : en 1846, le château deviendra la propriété de M. de Tupigny de Bouffé. À son décès, sa nièce, la comtesse de Ferrières Sauvebeuf, en héritera, puis le revendra. M. Smadja, directeur du journal Combat, en sera le dernier propriétaire. En 1975, le château en ruines fut démoli pour permettre l'implantation de bureaux. Seules ont été conservées et restaurées les dépendances du château, qui appartient désormais au groupe d'hypermarchés Cora pour abriter leur direction.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1847 1852 Théophile de Tupigny de Bouffe    
1852 1860 Louis Nicolas Lagaudin    
1860 1871 Jean Charles Gautier de Charnace    
1871 1878 Charles de Tupigny    
1878 1892 Édouard André    
1892 1917 Christian Gautier de Charnace    
1917 1937 Henri Puerari    
1937 1941 Jacques Puerari    
1941 1945 Charles Couesnon    
1945 1947 Augustin Durecq    
1947 mars 1977 Jean Lemarie    
mars 1977 mars 1983 Michel Diefenthal P.S.  
mars 1983 en cours Michel Geres UMP  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 988 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
201 193 274 259 259 267 282 265 282
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
277 270 281 277 247 233 244 252 260
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
242 260 241 260 273 306 227 161 190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
217 231 957 1 555 2 396 2 236 2 147 2 097 2 037
2011 - - - - - - - -
1 988 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Contrairement à l’arrondissement dont la population est en forte hausse avec 343 583 habitants en 1999 pour 302 207 en 1990 soit 41 376 personnes en plus avec une densité de 1 138 habitants au km² ; la commune a perdu en 9 ans 160 habitants (2 396 en 1990 et seulement 2 236 en mars 1999), avec une densité de 192 habitants au km². À rappeler pour les Croisséens de longue date que notre village comptait 957 habitants en 1975 et 231 habitants en 1968. De 1990 à 1999, 203 naissances et 61 décès ont été enregistrés, soit un excédent naturel de 142 personnes. Par ailleurs, le déficit des entrées sur les sorties de population est de 302 personnes, ce qui explique la perte de 160 personnes et ces chiffres traduisent une nette décohabitation.

Commerces et activités[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

École maternelle Alfred Chartier.

La commune possède sur son territoire deux écoles publiques : une école maternelle (Alfred Chartier) et une école élémentaire (Les Lions de Beaubourg). Croissy-Beaubourg dépend du Collège du Segrais (Lognes) et du Lycée Jean Moulin (Torcy).

Loisirs[modifier | modifier le code]

Croissy-Beaubourg dispose d'une crêche communale, d'un centre de loisirs (pour les enfants), d'un club pour les adolescents et d'un club pour les retraités. Un voyage est organisé chaque année par la mairie pour les retraités de la commune et des séjours, colonies et voyages d'école sont organisés pour les enfants et les jeunes de la commune.

Associations et Sports[modifier | modifier le code]

Salle polyvalente de l'Orangerie.

De nombreuses associations sont sur la commune dont des associations sportives.

L'ASCB (Association Sportive de Croissy-Beaubourg) propose des sections danse, foot, gym, arts martiaux, yoga, tennis de table, motricité et d'autres sports sont proposés par diverses associations (Atelier d'arts chorégraphiques, Tennis (ATCB), Club de boules de Croissy-Beaubourg CBCB (Pétanque), Club de Kung-fu Wushu, Golf club de Croissy-Beaubourg, Judo Club Croissy Umenoki, Croissy-Beaubourg Modern'Jazz).

D'autres associations sont implantées tel que l'ABCDEFGH (Association des Briards), l'Association des familles et ASTROCOM (Astrologie & communication) ou encore le comité des fêtes (qui organise les fêtes à Croissy-Beaubourg), la Maison Pour Tous « Juge Michel », Mistigris Croissy-Beaubourg (Association de défense des chats), l'Association pour la démocratie et la transparence, le PIMV (Parents Indépendants de Marne-la-Vallée : Fédération de parents d'élèves). Ces associations sont présentes lors du forum des associations chaque année au mois de septembre avant que les activités ne reprennent pour une nouvelle saison.

Commerces[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un centre commercial Intermarché équipé d'une cafétaria ouverte le matin pour le petit-déjeuner des entreprises nombreuses implantées dans la zone industrielle. C'est dans ce centre commercial que se situe la pharmacie du village. Un cabinet médical est ouvert depuis février 2008 sur la place du village ainsi qu'une boulangerie pâtisserie ouverte depuis octobre 2008. Un magasin de sport, décathlon est ouvert lui aussi depuis le mois d'octobre 2008.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

ZAC Paris EST.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Étang de Beaubourg : Biotope

Événements[modifier | modifier le code]

  • Fête du village : 2e dimanche de septembre (en l'honneur de la Nativité de la Vierge)
  • Tournoi de football Poussin Benjamin le 13 et 14 juin dans un cadre sympathique

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Roccasecca (Italie)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011