Bagnolet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bagnolet (homonymie).
Bagnolet
La mairie et les mercuriales.
La mairie et les mercuriales.
Blason de Bagnolet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-Saint-Denis
Arrondissement Bobigny
Canton Bagnolet (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Est Ensemble[Note 1]
Maire
Mandat
Tony Di Martino
2014-2020
Code postal 93170
Code commune 93006
Démographie
Gentilé Bagnoletais
Population
municipale
34 513 hab. (2011)
Densité 13 429 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 09″ N 2° 25′ 05″ E / 48.8692, 2.418148° 52′ 09″ Nord 2° 25′ 05″ Est / 48.8692, 2.4181  
Altitude Min. 57 m – Max. 119 m
Superficie 2,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bagnolet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bagnolet
Liens
Site web ville-bagnolet.fr

Bagnolet est une commune française, située dans le département de la Seine-Saint-Denis en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bagnoletais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Une carte de la petite couronne parisienne, avec indiqué la situation de la commune de Bagnolet
Situation de la commune dans la petite couronne.

La ville est située dans la banlieue est de Paris, dans le sud du département de la Seine-Saint-Denis. Elle fait partie de la petite couronne.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Carte postale ancienne montrant un tramway de l'Est Parisien à Bagnolet au début du XXe siècle
La ville était desservie par les tramways parisiens dès l'extrême fin du XIXe siècle.
On voit ici un tramway de l'Est Parisien, lointain ancêtre de la RATP, au carrefour des rues de Paris et de Vincennes, en direction de Bondy et de la gare de Gargan.

Bagnolet est desservie par la ligne 3 du métro, terminus Gallieni, le tramway parisien passe à la porte de Bagnolet

L'autoroute A3 y naît à la porte de Bagnolet et coupe en deux parties inégales le territoire de la commune. La ville est également desservie par le Boulevard périphérique de Paris, portes de Bagnolet.

Beaucoup de lignes de bus desservent Bagnolet; la société de transports internationaux par autocars EUROLINES a son terminal au sous-sol de "GALLIÉNI" desservi par le métro.

La ville est également équipée de plusieurs stations de Vélib' depuis juin 2009[1], autolib' est également accessible dans la ville.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Bagnolet peut être divisé en sept quartiers bien individualisés :

  • le Plateau, au nord-est ;
  • la Dhuys, au nord-ouest ;
  • les Malassis, à l'est ;
  • l'Église, au centre ;
  • la Noue, au centre sud ;
  • la Capsulerie, au sud-est ; Quartier connu pour son trafic de cannabis[2].
  • les Coutures, au sud.

Logement[modifier | modifier le code]

Bagnolet a une densité de population d'environ 13 167 habitants au kilomètre carré. Elle était de 12 650 en 1999. La moyenne est de 6 424 pour la Seine-Saint-Denis. Cette densité élevée est typique des communes de la petite couronne parisienne.

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Bagnolet pourrait venir de balneolum, rappelant la présence d'eau, de mares, de marécages (noues), ou de bannus, qui signifie ban, marge d'une juridiction, et qui a donné le mot banlieue; ou peut dire petite coiffe(dictionnaire ancien).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Bagnolet avait été construit par les ordres de Lejuge, fermier général, et fut acheté par Philippe d'Orléans, régent de France. Détruit aujourd'hui. Il existe un "château de l'Etang" ayant vocation d'organiser des événements ponctuels

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Après les élections municipales de 2008, les villes de Bagnolet, Bobigny, Bondy, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Le Pré-Saint-Gervais, Pantin et Romainville ont entamé les réflexions nécessaires à la création d'une communauté d'agglomération.

Celles-ci ont abouti à une conférence de presse commune aux neuf maires, à l'hôtel de ville de Romainville le 10 avril 2009, et à la création, au 1er juin suivant, de l'« Association de Préfiguration de l'Intercommunalité de l'Est Parisien » (APIEP 93)[3]. Comme suite à la concertation et aux délibérations positives des neuf conseils municipaux, Est Ensemble, la plus importante des intercommunalités d'Île-de-France avec près de 400 000 habitants, a été créée le 1er janvier 2010 par arrêté du Préfet de Seine-Saint-Denis.

Bagnolet a aussi adhéré au syndicat Paris Métropole, cette dernière structure remettra en cause les politiques des communes.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1772 1804 Jean-Pierre Maurice    
1807 1816 Baudon Comte d'Issoncourt    
1816 1820 Buisson    
1820 1832 Pinard    
1832 1849 Jean-Pierre Marie Vienot    
1849 1862 Maurice    
1863 1880 Adolphe Léon Vienot    
1880 1890 Adrien Benoît Hure    
1890 1892 Édouard Stoff    
1892 1893 Joseph Nicolas Auguste Gobin    
1900 1901 Adrien Benoît Hure    
1901 1901 Jean Ferdinand Reiss    
1901 1911 Hure    
1911 1920 Reiss    
1920 1928 Sabatier    
1928 1939 Paul Coudert PCF  
1939 1944 Aucun maire[Note 2]    
1944 mars 1959 Paul Coudert PCF  
mars 1959 1986 Jacqueline Chonavel PCF Députée (1968-1981) - Conseillère générale du Canton de Bagnolet (1964-1970)
1986 mars 2001 Daniel Mongeau PCF Conseiller général du Canton de Bagnolet (1970-2001)
mars 2001 mars 2014 Marc Everbecq PCF  
mars 2014 en cours Tony Di Martino [5] PS  

Budget et fiscalité communale[modifier | modifier le code]

Bagnolet est la la quatrième ville française la plus endettée par habitant avec une dette de 3 200 euros par personne[6].

Élections[modifier | modifier le code]

Pour les échéances électorales de 2007, la commune fait partie des 82 communes[7] de plus de 3500 habitants ayant utilisé les machines à voter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau jumelage bagnolet.jpg

Bagnolet est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 34 513 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 043 953 987 878 1 093 1 090 1 321 1 327 1 298
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 556 2 553 2 924 2 597 2 861 3 839 5 280 6 124 7 116
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 799 11 770 15 744 20 406 26 538 28 112 28 052 25 059 26 779
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
31 591 34 054 35 906 32 557 32 600 32 511 34 069 34 513 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Les associations sportives locales[10] sont nombreuses et proposent des sports très variés : avec des athlètes sélectionnés pour les compétitions internationales dont les olympiques

  • Alsace de Bagnolet
  • AS Mesclado Show
  • ASG Bagnolet (Association Sportive et Gymnique de Bagnolet)
  • Association AJNANA
  • Association Jeunesse de la Noue (AJN)
  • Association ZIRI
  • Boxing Club de Bagnolet
  • Club Bagnolet de Lutte 93 - "Les Diables Rouges"
  • Club de Cyclotourisme des Malassis de Bagnolet
  • Compagnie de Tir à l'Arc Bagnolet Belleville
  • Escalade et Loisirs pour Tous
  • Golden Riders
  • Hirondelle des Coutures
  • Rugby Club
  • Shaolin Kung-fu
  • Street Violence Solution (Club de self defense)
  • Top Rank de Bagnolet (Club de Boxe Anglaise)

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine paysager[modifier | modifier le code]

Sur une superficie totale de 257 hectares, Bagnolet compte 35 hectares d'espaces verts dont 7 sites principaux, dont 5 squares et 2 parcs:

  • le square Schnarbach : 9 241 m2
  • le square du 8 mai 1945 : 4 500 m2
  • le square du 19 mars 1962 : 12 500 m2
  • le jardin des Buttes ;
  • le square Jules-Ferry : 4 180 m2
  • le parc du Château de l'Etang : 10 400 m2
  • le parc départemental Jean-Moulin : 8 hectares. Ce parc vient d'être connecté avec celui des Guilands de Montreuil, afin de créer le parc départemental Jean Moulin-Les Guilands d'une superficie de 33ha.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Bagnolet possède une médiathèque, un conservatoire, un cinéma et des centres de quartier :

  • Un conservatoire de danse, avec des activités comme l'éveil musical et corporel, l'éveil au mouvement, l'initiation à la danse, la danse classique, la danse moderne, la danse contemporaine, la danse expression africaine, le yoga dynamique, les ateliers chorégraphiques, le contact improvisation et les stages de percussions.
  • Les conservatoires de musique avec l'école municipale de musique agréée et le conservatoire slave de musique.
  • La médiathèque gratuite avec 120 000 documents référencés en 2006 et les bibliothèques annexes : la bibliothèque municipale Pablo-Neruda et la bibliothèque municipale des Coutures.
  • Le Cin'Hoche qui a été l'un des premiers cinémas créés par une municipalité. En ouvrant cette salle en 1977, la ville de Bagnolet souhaitait pallier le manque de salles privées et marquer son intérêt pour le cinéma dans le cadre de sa politique culturelle. Il compte maintenant deux salles.
  • Les centres de quartier : le centre de quartier Les Coutures, centre de quartier Pablo-Neruda, le centre de quartier La Fosse-aux-Fraises, le centre de quartier Guy-Toffoletti et le centre de quartier Anne-Frank.

La ville est aussi connue pour le Concours chorégraphique international de Bagnolet, aussi appelé concours "Ballet pour Demain" (il n'existe plus depuis 1988) et l’Événement annuel Kosmopolite: concours international de graf.

Outre ces équipements municipaux, la ville de Bagnolet est riche de quatre lieux créés et gérés par des compagnies indépendantes :

  • L'Échangeur/Cie Public chéri : a ouvert au public en 1996
    • Lieu de résidence permanente de Public Chéri : la compagnie y fabrique et y représente ses créations professionnelles.
    • Lieu de diffusion du théâtre, de la danse, de la musique et des arts visuels associés : plus de 1 600 dates de programmation depuis sa création et plus de 85 000 spectateurs.
    • Lieu de formation, de pratique et de création amateurs.

L'Échangeur-Cie Public Chéri est conventionné par La DRAC Île-de-France - Ministère de la Culture et de la Communication et reçoit le soutien du Conseil Régional d'Île-de-France, du Conseil général de Seine-Saint-Denis et de la Ville de Bagnolet.

  • Le Colombier/Cie Langaja Groupement : a ouvert au public en 2000
    • Lieu de création et de diffusion, centre de recherche théâtrale ouvert à la danse, la vidéo et aux arts martiaux.
  • Le Samovar : a ouvert au public en 2000
    • Un théâtre, une école pour les clowns, les burlesques et les excentriques.
  • Association Lutherie Urbaine (Le Local: le LULL) a ouvert au public en 2006
    • Créations musicales et fabrication d'instruments insolites
  • Association Kosmopolite pour la promotion de l'Art street.

Films tournés à Bagnolet[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Comme pour Montreuil-sous-Bois, les murs à pêches de Bagnolet produisaient des pêches.

Armes de Bagnolet

Les armes de la commune de Bagnolet se blasonnent ainsi :
d'or à la branche de pêcher entrelacée en sautoir de sinople fruitée de trois pièces de gueules [12]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jusqu'à la dissolution de la communauté d'agglomération le 31 décembre 2015 compte tenu de la création de la Métropole du Grand Paris le 1er janvier 2016.
  2. Du fait de la suspension des mairies communistes en octobre 1939.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]