Vitry-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vitry.
Vitry-sur-Seine
L'hôtel de ville
L'hôtel de ville
Blason de Vitry-sur-Seine
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement Créteil
Canton chef-lieu des cantons de Vitry-Est, Vitry-Nord et Vitry-Ouest
Intercommunalité Communauté d'agglomération Seine Amont[Note 1]
Maire
Mandat
Alain Audoubert (PCF)
2014-2020
Code postal 94400
Code commune 94081
Démographie
Gentilé Vitriots
Population
municipale
86 375 hab. (2011)
Densité 7 401 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 15″ N 2° 23′ 34″ E / 48.7875, 2.3927777777848° 47′ 15″ Nord 2° 23′ 34″ Est / 48.7875, 2.39277777778  
Altitude Min. 27 m – Max. 106 m
Superficie 11,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte administrative du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Vitry-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Vitry-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vitry-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vitry-sur-Seine
Liens
Site web vitry94.fr

Vitry-sur-Seine est une commune française située dans le département du Val-de-Marne en Île-de-France à environ quatre kilomètres au sud de Paris.

Située sur la rive gauche de la Seine, la commune est traversée par la ligne de chemin de fer Paris - Bordeaux. Faiblement urbanisée au début du XXe siècle, elle connaît une croissance démographique à partir de l'entre-deux-guerres pour atteindre 85 413 habitants en 2010. Historiquement siège de nombreuses carrières et pépinières, notamment pour les lilas, la commune s'est fortement industrialisée au cours du XXe siècle. La commune fait partie de la Ceinture Rouge, avec une municipalité communiste à la tête de la ville depuis 1925. Ses habitants sont appelés les Vitriots[1].

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte localisant Vitry-sur-Seine au sein du département
Localisation de Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne

La commune de Vitry-sur-Seine est la plus grande du Val-de-Marne par sa superficie (11,67 km2) et la seconde par son nombre d'habitants derrière Créteil. Elle est bordée au nord par Ivry-sur-Seine, à l’est par Alfortville, au sud par Choisy-le-Roi et Thiais et à l’ouest par Chevilly-Larue et Villejuif.

Ses limites géographiques sont la Seine à l’est, l’autoroute A86 au sud, la route nationale 7 à l’ouest, et au nord, en partie, le glacis sud du fort d'Ivry.

Rose des vents Le Kremlin-Bicêtre Ivry-sur-Seine Rose des vents
Villejuif N Alfortville
O    Vitry-sur-Seine    E
S
Chevilly-Larue, L'Haÿ-les-Roses Thiais Choisy-le-Roi

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune se situe au cœur du bassin parisien, unité géologique constituée de roches relativement jeunes, partout recouverte d’alluvions plus ou moins récentes. La Seine en creusant son lit a formé le plateau de Longboyau, Vitry-sur-Seine étant située au nord de ce plateau[2]. La commune s'étend du plateau jusqu'à la vallée de la Seine.

Le sous-sol de la commune a été exploité jusqu'au début du XXe siècle pour fournir des matériaux de construction dans toute la région, ce qui explique la présence d’anciennes carrières, notamment sur le plateau[3]. On retrouve du calcaire grossier au nord du territoire communal au niveau du fort d'Ivry et du quartier des Malassis, du gypse au sud, et du sable du lit de la Seine sur la plaine alluviale.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Photo d'une barque dans la rue Nationale à Vitry-sur-Seine durant la crue de la Seine de 1910
Barque dans la rue Nationale (actuelle avenue Anatole-France) durant la crue de la Seine de 1910.

La ville est bordée à l'est sur 3,8 km par la Seine, dont le régime est relativement régulier. Elle est néanmoins sujette à des crues importantes, dont la dernière remonte à 1956[4]. Depuis la construction en amont de quatre barrages-réservoirs entre 1949 et 1990 le long de la Seine, le nombre de crues petites et moyennes a diminué.

La crue de la Seine de 1910, considérée comme une crue centennale, a marqué la ville, dévastant 1 500 logements et laissant 8 000 habitants sans abri[4]. Cependant, les inondations par crue et débordement de la Seine sont des phénomènes lents, et en janvier 1910 la montée des eaux n’a pas dépassé un mètre en 24 heures.

Le barrage éclusé de Port-à-l'Anglais, achevé en 1864, est situé sur la rive gauche, côté Vitry-sur-Seine[5]. L'écluse mesure 180 m de long sur 12 m de large. Face à l'augmentation du trafic, une seconde écluse est construite sur la rive d'Alfortville en 1902. Devenues vétustes, les différentes installations du barrage sont reconstruites entre 1971 et 1973, 60 m plus en amont[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Vitry-sur-Seine est de type océanique dégradé. La station d'observation la plus utilisée pour la météorologie à Vitry-sur-Seine est celle de Paris Montsouris[7]. Le climat dans les départements de la petite couronne parisienne est caractérisé par un ensoleillement et des précipitations assez faibles.

Tableau comparatif des données climatiques de Paris[8]

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74

Le tableau suivant donne les moyennes mensuelles de température et de précipitations pour la station de Paris Montsouris recueillies sur la période 1961 - 1990 :

Relevés météorologiques de la station de Paris Montsouris 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,6 4,5 6,7 10,1 13,2 15,2 14,8 12,6 9,4 5,2 2,9 8,3
Température moyenne (°C) 4,1 5,2 7,8 10,6 14,3 17,4 19,5 19,2 16,7 12,7 7,7 5 11,7
Température maximale moyenne (°C) 6,3 7,9 11 14,5 18,4 21,6 23,9 23,6 20,8 16 10,1 7 15,1
Précipitations (mm) 55 45,4 52,2 49,5 62 53,2 58,3 46 52,9 54,9 57 55,1 641,6
Source : Infoclimat [9]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le réseau routier de Vitry-sur-Seine comprend plusieurs catégories de voies[10]. Une autoroute borde la commune au sud, l'A86 (sortie no 24). Le réseau routier départemental est composé de deux voies magistrales, du nord au sud la D5 (ex-N305) et à l'ouest la D7 (ex-N7), de trois voies principales, d'est en ouest la RD148, du nord au sud la RD152 et du nord-est à l'ouest la RD155, et d'une voie secondaire, du nord au sud la RD274. Au total, Vitry-sur-Seine compte 125 km de voiries, dont 100 km de voies communales[11].

Le seul franchissement de la Seine entre Vitry-sur-Seine et Alfortville se fait au pont du Port-à-l'Anglais, implanté sur la RD148.

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

La ville compte 11 km de pistes cyclables[11], et notamment tout le long de la Seine[12].

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

Carte postale des années 1920 représentant la gare de Vitry-sur-Seine
Carte postale ancienne (années 1920) de la gare de Vitry-sur-Seine

Vitry-sur-Seine est desservie par la ligne C du RER d'Île-de-France grâce à deux stations, les gares de Vitry-sur-Seine et des Ardoines, toutes deux situées sur la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean et en zone 3 du système de tarification des transports en commun d'Île-de-France. La desserte se fait par les missions origine / destination Massy - Palaiseau (MONA) et Pont de Rungis - Aéroport d'Orly (ROMI). Ce sont des trains qui utilisent la ligne de Choisy-le-Roi à Massy - Verrières, élément de la grande ceinture de Paris. Les trains se dirigeant vers d'autres lignes par Juvisy traversent les deux gares de Vitry-sur-Seine sans arrêt. Pour atteindre Juvisy-sur-Orge ou les gares situées plus au sud, il faut changer de train à Choisy-le-Roi.

Le temps de parcours Vitry-sur-Seine - Saint-Michel - Notre-Dame (correspondance avec le RER B) est de treize minutes, et la gare de la Bibliothèque François-Mitterrand (correspondance avec la ligne 14 du métro de Paris) peut être rejointe en six minutes. Les trains se succèdent toutes les quinze minutes, tout au long de la journée, quel que soit le jour de la semaine[13]. Les lignes de bus sur le territoire de la commune ne sont pas configurées pour assurer la correspondance avec le RER C, mais avec le métro de Paris (voir ci-dessous).

Métro et autobus[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Seine n'est traversée par aucune ligne de métro, mais le nord et l'ouest de la commune sont toutefois desservies par les deux branches de la ligne 7 du métro de Paris. La ligne de bus RATP no 182 fait la navette entre le terminus Mairie d'Ivry et la gare de Choisy-le-Roi, en traversant Vitry-sur-Seine du nord au sud suivant un itinéraire proche de la voie ferrée. La gare des Ardoines est desservie au passage, mais à une certaine distance. Depuis la mairie d'Ivry-sur-Seine (et la bibliothèque François-Mitterrand), la ligne RATP no 132 se dirige vers la mairie de Vitry-sur-Seine et trouve son terminus à la station « Moulin Vert » de la ligne 7 du tramway d'Île-de-France : c'est l'unique terminus d'une ligne de bus sur le territoire communal. Un second axe d'autobus nord-sud est représenté par la ligne RATP no 183, qui quant à elle fait la navette entre la station Porte de Choisy et l'aéroport de Paris-Orly en passant par la mairie[14].

Les lignes de bus RATP no 172 et 180 établissent la correspondance avec le métro à Villejuif - Louis Aragon et traversent la commune d'ouest en est. La première se rend à Créteil - L'Échat ; la seconde se rend à Charenton - Écoles ; les deux terminus étant situés sur la ligne 8 du métro de Paris. Les stations de métro Villejuif - Léo Lagrange et Villejuif - Léo Lagrange ne sont éloignées que de quelques centaines de mètres des quartiers nord-ouest de Vitry-sur-Seine. Une troisième liaison ouest-est a son terminus à la gare de Vitry-sur-Seine ; il s'agit de la ligne RATP no 217 vers Mairie d'Alfortville et Hôtel de ville de Créteil. C'est avec la ligne RATP no 180 la seule ligne à desservir la gare de Vitry-sur-Seine. Finalement, les lignes RATP no v7, 185 et 293 traversent le territoire communal en périphérie, sans atteindre le centre-ville[14].

L'ensemble des lignes de bus mentionnées fonctionnent tous les jours de l'année du matin jusqu'après minuit, et les jours ouvrables, les fréquences minimales en pleine journée ne tombent pas en dessous de quinze minutes. Trois lignes font partie du réseau Mobilien, à savoir les lignes 172, 180 et 183, et proposent aux voyageurs une plus grande fréquence de passage des autobus avec une amplitude de fonctionnement plus importante le matin et le soir[15]. Entre la fin et le début de service des lignes ordinaires, trois lignes Noctilien prennent le relais : la N31 sur l'itinéraire de la ligne RATP no 183, et la N133 sur l'itinéraire de la ligne RATP no 182, avec toutefois des origines et destinations différentes. La N22 ne touche Vitry-sur-Seine qu'en périphérie[16].

Tramway[modifier | modifier le code]

La ligne 7 du tramway d'Île-de-France, mise en service le 16 novembre 2013, longe Vitry-sur-Seine sur sa partie est en suivant le tracé de la route nationale 7[17]. Cette ligne fait la navette entre la station Villejuif - Louis Aragon et la commune d'Athis-Mons, avec deux arrêts en périphérie de Vitry-sur-Seine: « Domaine Chérioux » et « Moulin Vert ».

Projets[modifier | modifier le code]

Métro[modifier | modifier le code]

Le projet de métro automatique Grand Paris Express prévoit la traversée de Vitry-sur-Seine par la ligne 15 circulaire à l’horizon 2020. Ce projet nécessiterait la création de la gare « Vitry Centre »[18] et l’aménagement de la gare des Ardoines[19],[20],[21].

Tramway[modifier | modifier le code]

Le projet de ligne 9 du tramway est prévu en remplacement de la ligne RATP no 183, la plus fréquentée d’Île-de-France avec 57 000 voyageurs par jour et 16 millions de voyageurs par an[22]. La mise en œuvre est prévue en 2013-2015, le site propre étant en cours de traitement à Ivry-sur-Seine ainsi que l’aménagement sur la partie sud de Vitry-sur-Seine sur la D5.

Bus[modifier | modifier le code]

La création d'une ligne de bus à haut niveau de service en site propre est à l'étude et deviendrait la ligne 5 du T Zen[23],[24]. Ce projet vise à relier la gare de la Bibliothèque François-Mitterrand à la gare de Choisy-le-Roi via la gare des Ardoines pour une mise en service en 2019. Un autre projet de création de ligne de bus nord/sud devrait aussi voir le jour avec un transport en commun « Arc Sud » reliant la ligne 7 du tramway d'Île-de-France au futur tramway sur la D5, à la gare des Ardoines et à la ligne D du RER d'Île-de-France, en utilisant les ponts des voies ferrées et de la Seine[20]. Enfin, le prolongement de la ligne no 132 de la cité du Moulin Vert vers la ligne 7 du tramway d'Île-de-France est prévu à hauteur de la station « Petite Bretagne »[20].

Bateau-bus[modifier | modifier le code]

Une extension à partir de 2013 de la navette fluviale Voguéo reliant Vitry-sur-Seine aux Invalides jusqu'au pont du Port-à-l'Anglais a été projetée en 2012. Au-delà, le franchissement d'une écluse aurait été un défi pour la qualité de service et ne pouvait donc être envisagé[25].

Cependant, après la période d'expérimentation menée entre la Gare de Paris-Austerlitz et l'école vétérinaire de Maisons-Alfort de 2008 à 2011[26],[27], l'ensemble du service Voguéo a été abandonné car économiquement non-viable.

Transport aérien et accès à l'aéroport[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Seine est située à proximité de l'aéroport de Paris-Orly. La ligne C du RER permet de rejoindre directement la station Pont de Rungis - Aéroport d'Orly depuis deux gares de la commune sur le RER C : Vitry-sur-Seine et Les Ardoines. Des navettes par autobus relient Pont de Rungis à l'aéroport proprement dit. De même, la ligne de bus RATP no 183 et la ligne 7 du tramway d'Île-de-France permettent de rejoindre directement l'aéroport d'Orly à partir de Vitry-sur-Seine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'histoire du territoire de Vitry est intimement lié à la présence du fleuve[28].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Occupation des sols en 2008
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 80,2 % 932,00
Espace urbain non construit 10,8 % 125,07
Espace rural 9,0 % 104,78
Source : Iaurif[29]

Le plan local d'urbanisme (PLU) de la commune a été révisé en 2006 à partir des conclusions d'une enquête faite en 2003 auprès des habitants et dont les résultats ont fait l'objet d'un projet d'aménagement et de développement durable (PADD)[30]. L'élaboration de ce PLU s'est achevée par l'adoption du projet définitif lors d'un vote du conseil municipal le 17 mai 2006.

Logements[modifier | modifier le code]

Immeubles à Vitry-sur-Seine

Diverses formes d'habitat cohabitent à Vitry-sur-Seine, le parc de logements comportant un nombre important de logements sociaux de type HLM (plus de 40 % du parc), et un parc de logements privés comprenant une forte proportion de maisons individuelles (plus de 30 % du parc privé)[31]. Près de 60 % des logements ont été construits entre 1949 et 1974, mais on peut noter que le parc de logements est actuellement en croissance, principalement aux abords de la D5 et le long d’un axe centre ville/gare RER.

Quartiers[modifier | modifier le code]

La ville est découpée en onze quartiers selon le redécoupage des comités de quartiers adopté par le conseil municipal le 24 juin 2009[32]. Chacun a pour référent un ou plusieurs élus qui, avec les habitants qui le souhaitent, constituent le conseil de quartier.

  • 1. Centre-ville
  • 2. Clos-Langlois
  • 3. Commune-de-Paris
  • 4. Vitry Sud-Ardoines
  • 5. Paul-Froment-8-mai-1945
  • 6. Port-à-L’Anglais
  • 7. Gare-Jean-Jaurès
  • 8. Fort
  • 9. Coteau-Malassis
  • 10. Plateau
  • 11. Moulin-Vert

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Les espaces verts représentent 25 % de la surface totale de la ville[33], soit 1 168 hectares, dont 80 hectares d'espaces verts municipaux, 100 hectares pour le parc départemental des Lilas et 5 000 jardins privatifs. Il existe trois grands parcs dans la ville, le parc du Coteau-Marcel Rosette, le parc Daniel-Ferry à destination des enfants, et le parc Joliot-Curie. La ville compte également neuf squares, sept places et des promenades.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Détail de la carte de Cassini (1750)

Le nom de la localité est attesté sous les formes latinisées Victoriacum[réf. nécessaire], puis Vitriacum au IXe siècle[34], Vitrii-les-Parisii[Quand ?], Vitri-lèz-Paris[Quand ?][35].

Il s'agit d'un type toponymique gallo-roman fréquent basé sur l'anthroponyme latin Victorius (porté par un autochtone, cf. Victor), suivi du suffixe -acum[36] d'origine gauloise, marquant la propriété, d'où le sens global de « domaine de Victorius ».

Le déterminant complémentaire les-Parisii fait référence, soit aux Parisii, soit à sa situation « près de Paris », -lèz-Paris ayant effectivement ce sens en ancien français.

Dénomination de la commune[modifier | modifier le code]

Comme pour beaucoup de localités proches de grandes villes, il a été de coutume de faire suivre le Vitry du nom de sa grande voisine, et la fin du XIVe siècle la ville s'est ainsi nommée « Vitry-près-Paris ». Cependant, à partir de la fin du XVIe siècle, les registres paroissiaux ainsi que les actes notariés portent fréquemment la mention de « Vitry-sur-Seine ». Au XVIIe siècle, compte tenu de l'importance prise par les pépiniéristes, la question est été posée de savoir si « Vitry-sur-Seine » ne deviendrait pas « Vitry-aux-Arbres »[37],[35]. En 1897, le conseil municipal opte finalement pour « Vitry-sur-Seine ».

Toponymie de détail[modifier | modifier le code]

En 1280, les Langlois, anciens serfs du chapitre Notre-Dame, s'installent au bord de la Seine, construisent une ferme et creusent un port, dénommé « Port à Langlois »[38]. Au cours des siècles, et du fait des déformations successives, le lieu-dit devient « Port-à-l'Anglais », et constitue un des deux villages qui formeront plus tard la ville de Vitry-sur-Seine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire de l'Île-de-France.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Lors de fouilles archéologiques, un squelette de Palaeotherium, sorte de tapir, datant de l'ère tertiaire et conservé au Muséum national d'histoire naturelle à Paris, et les restes d'un Anoplothérium, lointain parent de l'antilope, ont été retrouvés sur le territoire de la commune[39].

Des outils paléolithiques et néolithiques ont été retrouvés dispersés un peu partout sur le territoire de la commune, en particulier autour du « Port à l’Anglais » et dans les carrières de Gournay[40]. Des sites datant de l’âge du bronze et de l'âge du fer ont été mis au jour dans le parc des Lilas[41]. Plusieurs fosses complexes, des vestiges de structures de combustion de même qu'un vase entier vieux de 6 500 ans ont été observés à cette occasion, et pourraient indiquer qu'une partie du parc était cultivée dès le néolithique.

Une sépulture isolée datant du IIIe siècle av. J.-C. a été découverte sur le coteau. Une vaste nécropole de la même période a été découverte dans la plaine de Vitry. La présence de nombreuses épées aux côtés des défunts, dont l’une conservée au musée Carnavalet, démontre l’existence d’une élite de guerriers Parisii sur ce territoire. De même, plusieurs structures agricoles et une inhumation datant d'avant l'invasion romaine ont été fouillées à la fin des années 1990 sur le plateau, au sein du « Parc des Lilas »[41].

Au cours de la Guerre des Gaules, la direction de la défense de Lutèce fut confiée à Camulogène, cet épisode étant connu comme la « bataille de Lutèce »[42]. Le lieu précis où cette bataille a été donnée a beaucoup préoccupé les érudits, mais de nombreux indices donnent à croire que cette bataille aurait eu lieu dans la plaine de Vitry en 52 av. J.-C.[43],[44]. La bataille oppose les légions romaines commandées par Titus Labienus et une coalition Gauloise composée de Sénons, de Parisii et d'Aulerques Éburovices dirigés par Camulogène, qui sera tué lors de la bataille. À la suite de cette victoire, les Romains se rendent à Agedincum reprendre leurs bagages et rejoignent ensuite César revenant de Gergovie.

On peut retrouver les marques d'une voie romaine empierrée sous l’avenue de Choisy à Paris et dans une sablière à Orly, qui se poursuivait à l’origine à Vitry-sur-Seine au niveau de la rue Constant Coquelin. Cette ancienne voie royale est devenue la route nationale 305[40].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Troupes anglaises franchissant la Seine et pillant Vitry durant la guerre de Cent Ans (miniature du XIVe siècle).

La prise de Lutèce par Clovis au Ve siècle entraîne l'installation de fermes sur le territoire de Vitry, au niveau du Port-à-l'Anglais et sur les pentes du plateau[45]. À la mort de Clovis, le royaume est partagé, et le village fait partie du domaine royal du royaume de Neustrie.

Au IXe siècle les Normands envahissent et brûlent Paris, de même que les campagnes aux alentours, et pillent Vitry en 886 et 887, détruisant l'église Saint-Gervais-et-Saint-Protais[46].

Au XIIe siècle, on commence à trouver la mention de Vitry sur certains actes. Jusqu'au XIIIe siècle, la presque totalité des biens appartient à des ordres religieux. À la fin du XIVe siècle, Vitry jouit déjà d'une administration municipale. En 1462, une visite archidiaconale indique que les deux paroisses comptent environ 47 feux (47 foyers), soit approximativement 211 habitants. Au XVe siècle, des laïcs commencent à acheter des terres aux communautés religieuses, formant des fiefs appartenant à des seigneurs qui sont dits « en partie seigneurs de Vitry ».

Lors de la Grande Jacquerie en 1358, les rebelles parisiens unis aux Jacques parcourent la banlieue de Paris pour dévaster les propriétés des conseillers du régent Charles II de Navarre. Au cours de sa lutte avec Étienne Marcel, le dauphin Charles plaça son camp à Charenton afin de resserrer le blocus de Paris, et le Port-à-L'Anglais fut le théâtre de combats sanglants[47]. Vitry est une des localités les plus éprouvées et en réparation de ces dommages, Charles rend le 16 mai 1370 une ordonnance exemptant de prises les habitants.

En 1434, des combats sont rapportés autour du port entre Armagnacs et Bourguignons, et la ville est mise à sac par des bandes de brigands[48].

En 1465, la guerre du Bien public entre le roi Louis XI et certains grands seigneurs qui sont venus investir Paris par le sud touche à sa fin. Les Bourguignons assemblent un pont de bateaux au Port-à-L'Anglais pour traverser la Seine, mais ne parviennent pas à débarquer[49].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Nicolas de L'Hospital, maréchal de Vitry (1581-1644)

En 1572, les réformés tentent de fuir Paris par la Seine lors de la Saint-Barthélemy, mais sont bloqués par un barrage de bateaux au Port-à-l'Anglais par le maître passeur d’eau Nicolas Surgert, agent du duc de Guise[50], et permet le massacre des protestants qui fuyaient Paris.

À la suite de l'assassinat d'Henri IV, c'est le favori de Marie de Médicis, le maréchal Concino Concini qui règne sur la France. Louis XIII de France opéra un coup de force : ne pouvant arrêter Concini qui disposait d’une armée personnelle de plus de 7 000 soldats, le roi fit assassiner le maréchal à coups de pistolet par Nicolas de L'Hospital, alors marquis de Vitry, capitaine des gardes du corps, le 24 avril 1617 dans la cour du Louvre. Louis XIII se serait alors écrié : « Vitry, tu m'as fait roi! »[51]. Pour cette action, Nicolas de Vitry est fait maréchal de France.

Au XVIIe siècle, de terribles épidémies de peste ravagent la population et Vitry, comme d'autres villages d'Île-de-France, est décimée. Une plaque dans l'église Saint-Germain rappelle ce fléau[52] :

« Icy reposent les corps d'Antoine de La Loevre, vivant seigneur du Malay en Bourbonnais et de La Bretesche en Brie, mort de la peste, le 15e jour d'octobre de l'an 1631, enterré dans le cimetière de Vitry sur Seine, proche de la croix et de très noble dame Loyse Le Camus, sa femme aussi morte de la peste dans le même lieu le 17e jour d'octobre de l'an 1631, deux jours après son mary. Noble homme François de La Loevre, leur fils escuyer procureur en la chambre des comptes de Paris, a fait mettre cette épitaphe pour servir de monument, à la postérité du respect du respect qu'il avait pour leur mémoire. »

Les guerres de la Fronde amènent leur part de combats autour et dans Vitry. Les « frondeurs » entreprennent en 1649 la conquête de Paris. Les combats à Vitry-sur-Seine et le siège de Paris sont représentés sur une toile de Sauveur Le Conte, Les Actions du Grand Condé, blocus de Paris 1649, conservée au musée Condé[53]. Ce tableau représente les troupes loyalistes emmenées par le Grand Condé pour assurer le blocus de Paris tenu par les « frondeurs ».

La Révolution et l’Empire[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIIe siècle, Vitry-sur-Seine est divisée en deux paroisses, celle de Saint-Gervais-et-Saint-Protais et celle de Saint-Germain. Le village compte alors entre deux et trois mille habitants. Le château de Vitry appartient à Jacques-Marie de Vougny, ancien mousquetaire du roi. Comparativement au reste de la France, Vitry-sur-Seine jouit d'une situation favorisée grâce aux pépinières installées sur le territoire de la commune, et de nombreux riches bourgeois parisiens y viennent en villégiature[54].

Le cahier de doléances de Vitry-sur-Seine comprend 24 articles, signé par une majorité de marchands d'arbres, et s'intéresse principalement aux questions de la fiscalité, s'oppose à la parcellisation de terres et demande une simplification du système des poids et mesures[55],[56].

Louis Nicolas Dubois, préfet de police de Paris et maire de Vitry-sur-Seine (1758-1847)

Le premier maire de Vitry-sur-Seine est Jean-Honoré Le Fèvre, pépiniériste, qui exerce ses fonctions de premier magistrat de 1790 à 1793, puis de nouveau sous le Directoire de 1796 à 1799[57]. La Révolution assure pour près d'un siècle le pouvoir des pépiniéristes sur la vie municipale. Les départements sont mis en place le 15 janvier 1790, et celui de Paris se divise en trois districts, Vitry-sur-Seine appartenant à celui de Bourg-la-Reine, renommé « Bourg-l'Égalité », d'où le nom de « district de l'Égalité » trouvé dans les documents officiels. Ce district est divisé en huit cantons, Vitry-sur-Seine étant rattaché au canton de Villejuif, malgré les protestations de la municipalité qui souhaite devenir chef-lieu de canton[58].

Une société populaire, « Les Amis de la constitution », s'ouvre à Vitry-sur-Seine et ce comité, lié aux Jacobins, entretient des contacts étroits avec la commune de Paris, et Danton et Robespierre se rendent plusieurs fois à Vitry. L'église Saint-Germain est utilisée pour les assemblées générales et est renommée temple de la Raison le 3 décembre 1793, puis temple pour le culte de la Raison et de l'Être suprême le 17 mai 1794[59]. La société populaire sera dissoute le 1er juin 1795.

L'affaire du Petit-Val, tuerie toujours mystérieuse, passionne l'opinion publique durant le Directoire. Dans la nuit du 20 au 21 avril 1796, François-Gaspard Petit de Petit-Val, un riche financier propriétaire du château de Vitry, est assassiné dans sa propriété ainsi que six personnes, sa belle-mère et ses deux sœurs ainsi que deux femmes de chambre[60]. Le mobile reste un mystère, aucun vol n'ayant été commis, et diverse pistes ont été évoquées, comme un crime politique ou une affaire d'héritage familiale.

Le premier préfet de police de Paris, poste créé au début du Premier Empire, est Louis Nicolas Dubois, propriétaire du château de Vitry, qui occupera la fonction de 1800 à 1811, et deviendra par la suite maire de Vitry-sur-Seine de 1819 à 1821[61].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Révolution industrielle[modifier | modifier le code]

Barrage éclusé de Port-à-l'Anglais, début du XXe siècle.

Au milieu du XIXe siècle, l'industrialisation de la zone entre la Seine et la ligne de chemin de fer débute à Vitry-sur-Seine avec l'arrivée d'une usine de pâtes alimentaires, suivie en 1854 d'une usine de blanchiment de tissus au chlore[62]. La population augmente fortement, en passant de 1 956 habitants en 1821 à 3 745 habitants en 1866. Le barrage éclusé de Port-à-l'Anglais est construit entre 1861 et 1864 afin d'améliorer la navigabilité sur la Seine[5]. La gare de Vitry sur la ligne Paris-Corbeil est ouverte en 1860, bien que la ligne fonctionne depuis déjà près de 20 ans.

Guerre de 1870 et Commune de Paris[modifier | modifier le code]

Pendant le siège de Paris, lors de la guerre de 1870, les Prussiens entrent le 11 septembre 1870 dans Vitry, mais onze jours plus tard sous la direction du général Maud'hui la ville repasse à nouveau sous autorité française, et les positions du Moulin de Saquet sont renforcées[63],[64].

Après la proclamation de la Commune de Paris, les forts et les redoutes autour de Paris, dont le Moulin de Saquet, sont occupés par la Garde nationale, et passent donc aux mains des communards[64]. L'armée versaillaise tente dès le 1er avril 1871 de reprendre le Moulin de Saquet, mais est repoussée par les fédérés. Le commandement du secteur Sud est confié à Walery Wroblewski, mais la redoute du Moulin de Saquet est reprise par la ruse dans la nuit du 3 mai 1871 par les Versaillais, dans des combats qui feront 150 morts[65]. La répression sera terrible, et quinze mille communards seront jetés dans les fosses communes du fort d'Ivry.

On peut noter qu'un procédé de transport du courrier vers la ville de Paris, la boule de Moulins, a été testé lors de la guerre de 1870[66]. Afin de rester en contact avec la ville lors du siège de Paris, les boules sont mises à l'eau en amont de Paris, entre Bray-sur-Seine et Montereau et des filets tendus derrière les lignes ennemies, au niveau du Port à l'Anglais, devaient les récupérer. Malheureusement, envasées, arrêtées par des obstacles, ou passant à côté des filets, les boules ne furent pas très efficaces, si bien qu'aucune des 55 boules envoyées du 4 au 29 janvier 1871 ne fut récupérée pendant le siège.

Belle Époque[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la ville était reliée à la Place de la Concorde par une ligne de tramway.
Autre vue d'un tramway, boulevard Lamouroux, dans les années 1920.

L'industrialisation de la ville progresse, et celle-ci doit s'organiser afin de pallier les problèmes de logements et de transports. Différentes lignes d'omnibus permettent de rejoindre directement Paris. Durant les années 1890 apparaissent les premiers tramways électriques avec la ligne Concorde-Bonneuil et la ligne Concorde-Choisy-le-Roi[67],[68]. Des écoles et une poste sont créés, le gaz arrive à Vitry-sur-Seine en 1866, le téléphone en 1894 et l'électricité en 1904[69],[70].

De terribles inondations consécutives à la crue de la Seine de 1910 mettent la ville à rude épreuve. 1 500 logements sont dévastés et 8 000 habitants se retrouvent sans abris, sur une population totale de plus de 14 000 habitants, et la ligne de chemin de fer Paris-Orléans est coupée à Choisy-le-Roi et Vitry-sur-Seine[4],[71]. En 1911-1912, le château de Vitry, qui a subi des dommages par suite des inondations, est démoli à la suite d'un référendum municipal en 1907 concernant son acquisition par la mairie[72].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'embauche de main-d’œuvre féminine vient pallier le départ des hommes mobilisés à partir d'août 1914. Les établissements Poulenc frères, installés à Vitry-sur-Seine depuis 1911, voient augmenter leur production de produits chimiques. L'usine d'eau de Javel met au point la fabrication de gaz de combats. Les ateliers Brasier d'Ivry et de Vitry-sur-Seine fabriquent des munitions, les établissements Bidault-Elion, installés en 1917, fondent et emboutissent des métaux non ferreux, et les établissements Chauvière fournissent des hélices à l'aéronautique. De toutes ces nouvelles installations d'usines, dues à l'occupation ennemie du Nord et de l'Est de la France, il résulte un accroissement de fabrication métallurgique dans les parties du territoire non occupé. L'octroi de Vitry-sur-Seine accuse, entre 1915 et 1917, une moyenne annuelle de traitement de métaux de 97 000 tonnes, soit dix fois supérieure à celle de 1914[73].

Comme toute ville de France, Vitry-sur-Seine est durement marqué par la guerre, qui coûte la vie à 736 habitants. En souvenir d'eux, un monument aux morts a été élevé en 1921 sur une petite place, en face de l'église Saint-Germain. C'est un obélisque de granite rose de Bretagne et de marbre de Carrare. La rénovation du centre-ville a nécessité son transfert sur l'ancienne place du Jet-d'Eau, maintenant place du 19-Mars-1962[74].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le caractère industriel et ouvrier de la ville continue de se renforcer après la Première Guerre et, aux élections municipales de 1925, une liste d'union entre le parti communiste et la SFIO met le pharmacien Pierre Périé à la tête de la ville [75]. À partir de cette date et hormis durant la Seconde Guerre mondiale, un maire communiste l'emporte à chaque élection, la municipalité étant soit communiste, soit d'union de la gauche. Vitry-sur-Seine fait donc partie de la Ceinture Rouge, ensemble des villes à mairie communiste (PCF principalement) qui entourent Paris depuis les années 1930.

Bain au Port-à-l'Anglais en 1932.

Lors des élections législatives de 1928, Maurice Thorez est candidat dans la circonscription qui recouvre Ivry, Choisy et Vitry, mais il ne peut faire campagne car il est toujours clandestin du fait de son action contre la guerre du Rif. Il arrive en tête du premier tour, mais au second tour, de nombreuses voix socialistes se portent sur le candidat de droite, qui est élu[76]. Maurice Thorez l'emportera toutefois lors des élections législatives de 1932.

Au début des années 1930, la centrale électrique Arrighi, présentée comme la plus puissante au monde, est mise en service dans le quartier du Port-à-l'Anglais. Elle sera détruite le 16 octobre 1991. Les premiers grands ensembles sont édifiés au milieu des années 1920[77]. Ils préfigurent les cités à venir sur le territoire de la commune. La municipalité met aussi l'accent sur la santé et l'hygiène en créant le premier dispensaire municipal moderne du pays en 1925 sous la direction de Robert Hazemann[78].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La municipalité élue est remplacée par une délégation spéciale chargée d'appliquer la politique de collaboration avec l'occupant. La Résistance s'organise rapidement, et notamment autour des cheminots des ateliers de Vitry-sur-Seine qui organisent le sabotage de convois militaires allemands[79].

Le 19 août 1944 un comité de libération composé de résistants s'empare de la mairie. Des combats se poursuivent dans la ville jusqu'à l'arrivée de soldats canadiens le 24 août 1944[80]. Au cours de la guerre, 422 Vitriots, dont une centaine déportés dans les camps de concentration nazis, auront payé de leur vie leurs actions de résistance, de combats ou simplement leur appartenance religieuse.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

L’après-guerre est consacré à la modernisation de la commune. Le 8 mars 1960 est créé la ZUP de Vitry-sur-Seine, sous la direction des architectes Mario Capra et André Remondet, qui prévoit la création de 8 930 logements et se fonde sur une projection de forte croissance démographique pour Vitry-sur-Seine (100 000 à 120 000 habitants)[81]. Entre 1945 et 1975, la population double et atteint près de 88 000 habitants. Le bâti ancien a presque entièrement été remplacé par l’urbanisation pavillonnaire et les grands ensembles.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, les politiques d'aménagement montrent leur limite, à la faveur de la crise qui débouche à Vitry-sur-Seine et son lot de violence dont certaines ont eu un important retentissement médiatique. Dans un contexte où les municipalités communistes accueillent des taux extrêmement élevés de populations immigrées, là où la plupart des communes s'en déchargent de fait, le 24 décembre 1980, la municipalité de Vitry-sur-Seine bloque au bulldozer la construction d'un foyer de travailleurs immigrés devant abriter 300 travailleurs maliens, après que la municipalité de Saint-Maur-des-Fossés a tenté de transférer encore davantage d'immigrés vers Vitry. Le maire Paul Mercieca est soutenu par Georges Marchais puis par une résolution du comité central du PCF. Le retentissement de cette affaire en fera un des événements révélateurs d'une crise de l'immigration en France et marque son entrée dans le débat politique.

Si les protestations n'ont guère de suite localement, en revanche le meurtre d'Abdelkader Lareiche, un adolescent de 15 ans, tué le 16 février 1980 par un gardien d’immeuble, est l'occasion d'une des premières mobilisations importantes des associations nées à cette époque pour la défense des banlieues et des jeunes issus de l'immigration. L'annonce de la condamnation à cinq ans de prison avec sursis du meurtrier provoque une émeute devant le palais de justice de Créteil[82], des manifestations à Lyon et l'occupation d'un local du PCF.

Du 26 au 31 décembre 2001, pendant cinq nuits s'affrontent jeunes et forces de police après le décès d'un jeune originaire de Vitry, abattu alors qu'il tentait de braquer une banque de Neuilly-sur-Marne[82]. Plus d'une soixantaine de voitures sont incendiées.

Le 4 octobre 2002, le meurtre de Sohane Benziane, 17 ans, brûlée vive dans un local à poubelles de la cité « Balzac », par son ex-petit ami de 19 ans, est à l'origine de la première marche de « Ni putes ni soumises »[83]. Le maire de Vitry-sur-Seine a inauguré une esplanade « Sohane Benziane », et un centre d'animation parisien porte également son nom.

La ville est peu touchée par les émeutes du 27 octobre au 16 novembre 2005 dans les banlieues. Ces évènements coïncident avec l'inauguration du MAC/VAL, musée d'art contemporain du Val-de-Marne, le 15 novembre 2005, en l'absence notable du ministre de la culture, Renaud Donnedieu de Vabres[84],[85].

Histoire économique et sociale[modifier | modifier le code]

Commune essentiellement agricole avant la révolution industrielle, les activités industrielles de Vitry-sur-Seine se limitaient à quelques tisserands et à une plâtrière. À la suite de l'ouverture de la ligne de chemin de fer Paris-Orléans en 1862, de nombreuses industries s'installent autour du Port-à-l'Anglais entre la voie du chemin de fer et la Seine[86]. Les activités concernées sont très diverses (fabrication de briques, une fonderie, une papeterie, etc.). Avec la première Guerre mondiale, on voit apparaître une usine de fabrication d'hélices d'avion et une usine de fabrication d'eau de Javel. En 1933 fût installé par l'office central d'études de matériel de chemins de fer un banc d'essais des locomotives utilisé par la SNCF jusque dans les années 1990, et actuellement siège de l'agence d'essais ferroviaires de la SNCF.

Carrières et plâtrières[modifier | modifier le code]

L'exploitation du sous-sol de Vitry-sur-Seine remonterait aux années 700 avec l'exploitation du gypse sur le plateau, mais le premier document qui représente les plâtrières de Vitry-sur-Seine date de 1675[3]. Des mines d'argile plastique et de calcaire ont de même été exploitées sur le territoire de la commune, principalement durant le XIXe siècle. Certaines galeries ont été utilisées comme champignonnières pour la culture des champignons de Paris, mais celles-ci ont toutes disparu à la fin du XXe siècle.

L'abandon des carrières et surtout des plâtrières pose encore de sérieux problèmes de sécurité. Certaines galeries n'ayant pas été comblées ont tendance à s'effondrer. Sur le plateau, certains pavillons ayant été construits au-dessus d'anciennes carrières se sont lézardés. La majeure partie des plâtrières est actuellement auto-écrasée et mécaniquement auto-bloquée. La zone située sur le plateau de Vitry est maintenant inconstructible, et le « Parc des Lilas » y a été aménagé.

Centrales électriques[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Seine accueille historiquement de nombreux industriels spécialisés dans la production d'électricité du fait de sa localisation à proximité de la Seine et d'un embranchement ferroviaire. Cinq centrales ont été construites à Vitry-sur-Seine, toutes dans le quartier du Port-à-l'Anglais[87] :

Salle des dynamos de l'usine de production d'électricité de la Compagnie des tramways de l'Est parisien

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Ancienne commune du canton de Villejuif (1801-1893) puis du canton d'Ivry (1893-1967) au sein de l'arrondissement de Sceaux dans le département de la Seine, Vitry-sur-Seine est devenue une des quarante-sept communes du nouveau département du Val-de-Marne le 1er janvier 1968.

De 1967 à 1984, le territoire de la commune couvrait les deux cantons Est et Ouest et depuis 1984 le troisième canton Nord.

La commune fait partie des neuvième et dixième circonscriptions du Val-de-Marne.

Depuis 2013, la ville fait partie de la communauté d'agglomération Seine Amont aux côtés des communes de Choisy-le-Roi de d'Ivry-sur-Seine, cette intercommunalité regroupant ainsi plus de 170 000 habitants[90].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

L'électorat de la commune est marqué, à l'image de celui du Val-de-Marne, par une forte domination de la gauche, notamment d'influence communiste. La droite n’a traditionnellement qu’une audience relativement limitée. Ainsi, si on fait abstraction de la période du régime de Vichy, Vitry-sur-Seine n'a connu que des maires communistes depuis 1925.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Vitry-sur-Seine est composé du maire, de quinze maires-adjoints, de six conseillers municipaux délégués, ainsi que de trente et un conseillers municipaux[91]. Les sièges au sein du conseil municipal de Vitry-sur-Seine sont répartis de la façon suivante :

Groupe Président Effectif Statut
PCF / PS / PG / MRC Alain Audoubert 40 majorité
UMP / UDI Alain Afflatet 6
EELV Jacques Perreux 4
FN François Paradol 3

Lors des élections municipales de mars 2014, le taux de participation pour le premier tour fut faible avec seulement 40,67 % de votants[92]. Sur les 46 492 inscrits sur listes électorales, 19 601 Vitriots ont voté et 18 910 électeurs se sont exprimés. Au premier tour, la liste d'Alain Audoubert, maire sortant, est arrivée en tête avec 44,57 % des suffrages exprimés, soit 8 430 voix. Quatre listes sont qualifiées pour le second tour, et la liste du maire sortant arrive de nouveau en tête avec 47,59 % des suffrages exprimés[93].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le budget municipal principal 2010 totalisait 57 888 000 € d'investissement et 144 388 000 € de fonctionnement[94]. La dette de la commune était en 2010 de 98 186 000 €, soit 1 164 € par habitant[95].

En 2010 le taux de la taxe d'habitation prélevée par la commune était de 11,79 %, celui de la taxe foncière sur les propriétés bâties était de 18,08 % tandis que celui de la taxe foncière sur les propriétés non bâties était de 28,75 % [96]. Ces taux ont permis de dégager des recettes de respectivement 11 506 000 €, 21 014 000 € et 56 000 €[97].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Cinq maires se sont succédé depuis 1944[98] :

Période Identité Étiquette Qualité
1944 1957[Note 2] Lucien Français Parti communiste français  
1957 mars 1965 Clément Perrot Parti communiste français Cheminot
mars 1965 mars 1977 Louis Marcel Rosette Parti communiste français Sénateur
mars 1977 1996[Note 3] Paul Mercieca Parti communiste français Député
1996 en cours Alain Audoubert Parti communiste français  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Vitry-sur Seine relève du tribunal d'instance d'Ivry-sur-Seine, du tribunal de grande instance de Créteil, de la cour d'appel de Paris[99], du tribunal pour enfants de Créteil, du conseil de prud'hommes de Créteil, du tribunal de commerce de Créteil, du tribunal administratif de Melun et de la cour administrative d'appel de Paris[100].

Jumelages et contrat de coopération[modifier | modifier le code]

Au 13 mai 2012, Vitry-sur-Seine est jumelée avec [101] :

Par ailleurs, Vitry-sur-Seine a signé quatre contrats de coopération entre 1995 et 2005 avec [101]:

Europe laea location map.svg
Burnley, Royaume-Uni
Kladno, République tchèque
Meissen, Allemagne

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 86 375 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 4],[Note 5].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 025 2 018 2 100 1 956 2 188 2 079 2 506 2 831 2 559
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 600 3 095 3 745 3 758 4 155 5 284 6 122 7 161 8 010
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9 894 11 497 14 969 21 492 31 355 41 919 46 945 44 058 52 540
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
64 409 77 846 87 316 85 263 82 400 78 908 82 902 86 375 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[102] puis Insee à partir de 2004[103].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (17,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 22 %, 15 à 29 ans = 20,8 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 14,7 %) ;
  • 51,4 % de femmes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 20,7 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 18,3 %).
Pyramide des âges à Vitry-sur-Seine en 2008 en pourcentage[104]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,6 
4,1 
75 à 89 ans
6,3 
10,3 
60 à 74 ans
11,4 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
22,5 
30 à 44 ans
22,2 
20,8 
15 à 29 ans
20,7 
22,0 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département du Val-de-Marne en 2008 en pourcentage[105].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,6 
75 à 89 ans
7,5 
10,7 
60 à 74 ans
11,3 
19,6 
45 à 59 ans
19,7 
23,1 
30 à 44 ans
22,1 
20,9 
15 à 29 ans
20,2 
20,8 
0 à 14 ans
18,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Enseignement primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

La ville administre vingt-trois écoles maternelles et vingt-et-une écoles élémentaires communales, qui accueillent environ 9 000 élèves[106].

Écoles maternelles

  • Anatole-France
  • Blaise-Pascal
  • Charles-Perrault I
  • Charles-Perrault II
  • Daniele-Casanova
  • Eugénie-Cotton
  • Eva-Salmon
  • Henri-Wallon
  • Irène-Joliot-Curie
  • Jean-Jacques-Rousseau
  • Jean-Jaurès
  • Jean-Moulin
  • Jules-Verne
  • La Petite Saussaie
  • Les Malassis-Gluck
  • Louise-Michel
  • Makarenko
  • Marcel-Cachin
  • Paul-Éluard
  • Paul-Langevin
  • Pauline-Kergomard
  • Victor-Hugo I
  • Victor-Hugo II

Écoles élémentaires

  • Anatole-France
  • Blaise-Pascal
  • Diderot
  • Eugénie-Cotton A
  • Eugénie-Cotton B
  • Henri-Wallon A
  • Henri-Wallon B
  • Irène-Joliot-Curie A
  • Irène-Joliot-Curie B
  • Jean-Jaurès
  • Jean-Moulin
  • Jules-Verne
  • Makarenko A
  • Makarenko B
  • Marcel-Cachin A
  • Marcel-Cachin B
  • Montesquieu
  • Paul-Eluard A
  • Paul-Eluard B
  • Paul-Langevin
  • Victor-Hugo

Le département du Val-de-Marne gère huit collèges et la région Île-de-France quatre lycées.

Collèges

  • Adolphe-Cherioux
  • Daniele-Casanova
  • François-Rabelais
  • Gustave-Monod
  • Jean-Perrin
  • Joseph-Lakanal
  • Jules-Vallès

Lycées

  • Adolphe-Chérioux
  • Camille-Claudel
  • Jean-Macé
  • Epin (privé)

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

L'institut universitaire de technologie de Créteil/Vitry est une composante de l'université Paris-Est Créteil Val-de-Marne (UPEC)[107]. Situé sur le site Chérioux, sont proposées des formations supérieures de type DUT (chimie ou gestion des télécommunications et réseaux) et licence professionnelle (transformation des métaux option chimie métallurgique, durabilité des métaux et alliages).

Les lycées Jean-Macé et Adolphe-Chérioux proposent aussi des formations supérieures de type BTS (maintenance industrielle, technico-commercial option génie électrique, réalisation d’ouvrages chaudronnés, comptabilité et gestion des organisations, management des unités commerciales, bâtiment, design d’espace, électrotechnique)[108],[109].

Deux projets de développement de l’enseignement supérieur sur Vitry-sur-Seine sont à l’étude[110], avec l'implantation d’un troisième département à l’institut universitaire de technologie de Créteil/Vitry, axé sur les métiers du transport et de la logistique, et l'implantation de l’institut supérieur des bio-sciences de Paris sur le secteur des Ardoines.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Différents manifestation se déroulent à Vitry-sur-Seine[111], comme le « Carnaval du printemps » au mois de mai, les « Fêtes du lilas » au mois de juin, le « Marché de Noël » sur le mail de l'église Saint-Germain, le « Festival de l’Oh! » organisé par le conseil général du Val-de-Marne[112] ou l’« Humarathon » au mois d’avril organisé en partenariat avec la ville d’Ivry-sur-Seine[113]. De plus, la ville accueille depuis 2009 le festival « Sur les pointes » qui se déroule au printemps au parc départemental des Lilas[114].

Santé[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Seine ne dispose pas de secteur public hospitalier, mais accueille sur son territoire deux cliniques privées, la clinique Pasteur[115], qui assure notamment les urgences légères, et la clinique des Noriets[116], qui enregistre près de 2 000 naissances par an. Le centre municipal de Santé Pierre-Rouquès fournit un accès aux soins et participe à des campagnes d’information et de prévention[117].

Sports[modifier | modifier le code]

Photo de l'équipe du CA Vitry contre le Racing Club Luxembourg en 1912.

L’Entente sportive de Vitry (E. S. V.) est le club sportif de Vitry-sur-Seine[118]. Il fait partie de la Fédération sportive et gymnique du travail (F.S.G.T) et de la Fédération Française. L'E.S.V est née en 1946 de la fusion entre le « Club sportif ouvrier de Vitry » (fondé en 1923 et renommé « Club sportif olympique de Vitry » pendant la Seconde Guerre mondiale) et le « Club cycliste de Vitry »[119]. L'association compte aujourd'hui 7 000 adhérents et plus de 600 animateurs et dirigeants bénévoles et permet la pratique de 48 activités sportives. Lors de la saison 2012-2013, le club de football évolue en première division du district de football du Val-de-Marne[120] et le club de handball en championnat de France de Nationale 3[121].

Le Club athlétique de Vitry (ou CA Vitry) est un club de football créé en 1897 et qui évolue au cours de la saison 2012-2013 en première division du district de football du Val-de-Marne[122]. Plusieurs joueurs devenus professionnels sont passés par ce club, comme Jimmy Briand (Olympique lyonnais) ou Jérémy Ménez (PSG).

La ville compte huit gymnases, quatre stades, cinq complexes sportifs, trois piscines et une patinoire.

Médias[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Vitry-sur-Seine a été récompensée par le label « Ville Internet @@@@@ » après six années de participation[123],[124].

Le ville diffuse quatre publications concernant les actualités de la commune[125], Vitry le Mensuel, Vitry Hebdo, le Relais (revue du centre culturel de Vitry), et Vitry Entreprises.

Le quotidien Le Parisien, dans son édition « Val-de-Marne », consacre chaque jour plusieurs articles concernant l'actualité de la ville[126].

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Vitriots disposent de plusieurs lieux de cultes catholique, baptiste, israélite et musulman. Le doyenné de Vitry-sur-Seine[127], rattaché au diocèse de Créteil, regroupe cinq paroisses (Saint-Germain de Paris, Saint-Marcel, Saint-Roger, Saint-Paul et Notre-Dame-de-Nazareth). Une église évangélique baptiste[128] regroupant la communauté baptiste est présente à Vitry-sur-Seine. Une synagogue, gérée par l'association consistoriale israélite de Paris, est implantée à Vitry-sur-Seine[129], ainsi que deux mosquées, Er-Rahma[130] et Nour Es-Salam[131].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 16 074 €, ce qui plaçait Vitry-sur-Seine au 22 617e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[132]. En 2008, Vitry-sur-Seine se classe 399e sur 416 villes de France de 20 000 habitants et plus au classement des villes pour le nombre de contribuables soumis à l'ISF, soit 0,6 % du nombre total de foyers fiscaux[133].

Population active[modifier | modifier le code]

La population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 56 264 personnes en 2008 (53 556 en 1999), parmi lesquelles on comptait 72,9 % d'actifs. Ce chiffre se décompose en 62,6 % d'actifs ayant un emploi et 10,3 % de chômeurs[134]. Seulement 22,4 % des actifs ayant un emploi travaillent sur Vitry-sur-Seine même, 28,3 % travaillent dans une autre commune du Val-de-Marne, et 48,6 % travaillent dans un autre département d'Île-de-France[135].

Le taux d'activité en 2008 est de 41,0 % pour la tranche d'âge 15 - 24 ans (France métropolitaine : 43,0 %), 87,8 % pour la tranche d'âge 25 - 54 ans (France métropolitaine : 89,4 %), et 53,1 % pour la tranche d'âge 55 - 64 ans (France métropolitaine : 41,5 %)[134].

Répartition de la population active par catégories socioprofessionnelles (recensement de 2008)

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Vitry-sur-Seine 0,1 % 4,9 % 17,0 % 28,4 % 24,5 % 25,1 %
Moyenne nationale 2,0 % 6,1 % 15,9 % 24,9 % 28,6 % 22,5 %
Sources des données : INSEE[134]

Emploi[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal de Vitry-sur-Seine, le recensement de 2008 a révélé la présence de 26 782 emplois, ce qui représente une augmentation de 4,9 % depuis 1999. La population active ayant augmenté davantage que le nombre d'emplois, l'indicateur de concentration d'emploi est par contre passé de 78,6 à 75,4, c'est-à-dire qu'il n'y a que trois emplois pour quatre actifs.

Les emplois à Vitry-sur-Seine correspondent pour une très large majorité à des emplois salariés. Seulement 8,2 % des emplois sont en effet des emplois non salariés. Parmi les emplois salariés, 42,4 % des postes sont occupés par des femmes, et 11,5 % sont des postes à temps partiel[136]. La répartition des emplois sur les secteurs d'activité se présente comme suit :

Répartition des emplois par domaines d'activité (recensement de 2008)

  Agriculture Industrie Construction Commerce,
transports,
services divers
Administration publique,
enseignement,
santé, action sociale
Vitry-sur-Seine 0,2 % 10,8 % 9,2 % 52,4 % 27,3 %
Moyenne nationale 3,0 % 14,2 % 6,9 % 45,2 % 30,7 %
Sources des données : INSEE[134]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2009, le nombre total d'établissements était de 4 134[137] répartis de la façon suivante par secteur d'activité : 11 (soit 0,3 %) dans le domaine agricole (agriculture, sylviculture et pêche), 211 (soit 5,1 %) dans le domaine de l'industrie, 623 (soit 15,1 %) dans la construction, 2 728 (soit 66,0 %) dans le commerce, transports et services divers dont 853 (soit 20,6 %) dans le commerce et la réparation automobile, enfin 561 (soit 13,6 %) dans les domaines administration publique, enseignement, santé, action sociale.

Parmi les 4 134 établissements présents, 2 487 (soit 60,2 %) n'avaient aucun salarié, et 1 269 (soit 30,7 %) comptaient un à neuf salariés, ou un peu moins de trois salariés en moyenne. Les 7 % d'établissements de dix à quarante-neuf salariés totalisaient 6 555 emplois salariés, soit 25 % des emplois salariés à Vitry-sur-Seine. Les 2,1 % d'établissements de cinquante salariés et plus totalisaient quant à eux 16 524 emplois salariés, soit 63,2 % des emplois salariés sur la commune. Le secteur primaire n'est pas présent parmi ces plus grands établissements, et le secteur secondaire, donc l'industrie et la construction, n'en représente que 22 % de par le nombre des emplois salariés. Le secteur tertiaire est donc dominant et représente 78 % des emplois des plus grands établissements[136].

On trouve sur le territoire de la commune de nombreuses industries, comme des entrepôts DHL, FedEx et frigorifiques de STEF, une usine Air liquide, une usine de transformation BP, un centre de recherche Sanofi Aventis[138], deux centrales thermiques EDF, une chaudronnerie Ponticelli, une usine de production de chauffage urbain (CPCU), deux centres de traitement de données exploités par Free[139], de nombreux industriels spécialisés dans le recyclage de métaux et papiers (CRR Environnement, etc.), ou encore le siège de l'agence d'essais ferroviaires de la SNCF[140].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Comme tout village d'Île-de-France, Vitry-sur-Seine a d'abord été un pays de culture. Jusque vers 1700, la vigne recouvrait tout le coteau, avant d'être supplantée par des pépinères[141]. Ainsi, à l'époque révolutionnaire, le blason de Vitry-sur-Seine comportait trois arbres. La ville avait également connu une importante, et étonnamment florissante, culture du figuier. Le remplacement progressif de cette dernière par les pépinières et les lilas est commémoré chaque année en juin lors de la fête des lilas[111].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Germain[modifier | modifier le code]

Église Saint-Germain vue depuis la place du Marché

Au cours de son histoire, la ville a connu deux églises majeures. L'église Saint-Gervais - Saint-Protais, construite au XIIIe siècle, connait un destin mouvementé : brûlée par les troupes de Charles II de Navarre, reconstruite aux frais de Charles V[142], fermée à la Révolution, elle fut finalement détruite peu après en raison de sa vétusté.

La construction de l'église Saint-Germain débute au XIIe siècle et est achevée au XIVe siècle, à la même époque que la cathédrale Notre-Dame de Paris. Cette église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[143].

Ancien hôtel particulier[modifier | modifier le code]

Un hôtel particulier du XVIIe siècle, 1 rue Édouard-Tremblay, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 10 février 1962[144]. L'hôtel particulier a d'abord appartenu à Pierre Lamouroux, maire de Vitry-sur-Seine de 1825 à 1861. Il resta propriété d'une famille de pépiniéristes pendant près d'un siècle (de 1874 à 1965), puis la ville s'est portée propriétaire en 1979 et décide en 1984 d'en faire la nouvelle bibliothèque. Les travaux de construction et de restauration dirigés par l'architecte Louis Soria commencent fin 1988 et le bâtiment est inauguré le 5 novembre 1990[145].

Le château[modifier | modifier le code]

Claude François Paparel, trésorier des guerres de Louis XIV, fait construire un château en 1708[146],[147]. Par la suite, différents propriétaires l’occupent dont le maréchal d’Alègre. Le château est proposé en 1907 comme hôtel de ville à la municipalité, mais l’achat du château est repoussé à la suite d'un référendum. Il est démoli en 1912 et les terres vendues en lotissements. Seul vestige de ce passé, la grille qui se trouvait au bout de l'allée des marronniers existe encore. Elle se trouve en bout de la place des Martyres de la Déportation.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La ville applique le 1 % artistique lors de la construction de bâtiments publics, ainsi plus de 100 sculptures d'art contemporain sont implantées dans la ville, notamment dans les établissements d'enseignement public (écoles, collèges et lycées)[148]. Des œuvres de Pierre Szekely (square de l'horloge)[149], de Louis Chavignier (collège Gustave-Monod)[150], Piotr Kowalski (place du Théâtre)[151] ou encore Jean Dubuffet (place de la Libération)[152] font de Vitry-sur-Seine un véritable musée hors les murs.

Théâtre Jean Vilar[modifier | modifier le code]

Inauguré en 1972, le « Théâtre Jean Vilar » doit son nom à Jean Vilar (°1912 - †1971), acteur, metteur en scène, directeur de théâtre, et créateur du Festival d'Avignon[153],[154]. L’architecte Pierre Braslavsky et l’ingénieur scénographe Bernard Guillaunot ont collaboré à cette réalisation. En 1998, après un an de travaux, le nouveau théâtre rénové et agrandit par l’architecte Jean-Christophe Tougeron, rouvre ses portes. Il accueille depuis sa création de nombreux spectacles de théâtre, de danse et de musique, et la salle de spectacle peut accueillir jusqu'à 1 200 personnes[155].

MAC/VAL[modifier | modifier le code]

Musée MAC/VAL

Vitry-sur-Seine accueille le musée d'art contemporain du Val-de-Marne (MAC/VAL)[156],[157]. Inauguré le 18 novembre 2005, ce musée propose en outre des ateliers d'arts plastiques, un auditorium et un cinéma d'art et d'essais.

Galerie municipale Jean-Collet[modifier | modifier le code]

La galerie municipale Jean-Collet[158], ouverte en 1982, présente en permanence des expositions d'art contemporain. L'espace de 500 m2 a été organisé sur deux niveaux dans les anciens bains-douches.

Exploradôme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Exploradôme.

En 2009 l'Exploradôme déménage du Jardin d'acclimatation à Vitry-sur-Seine[159]. Musée interactif des sciences, du multimédia et du développement durable, il est situé sur la place du Marché à proximité du MAC VAL[160]. Dans un bâtiment à l'architecture surprenante, l'espace de découverte scientifique invite à la manipulation et à l'expérimentation.

Bibliothèque Nelson Mandela[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Seine possède une bibliothèque municipale depuis 1879, qui s'est installée en 1990 dans un ancien hôtel particulier, rue Édouard-Tremblay, datant de la seconde moitié du XVIIIe siècle, prolongé par une construction contemporaine créée par l'architecte Louis Soria[145]. La façade et la toiture de l'hôtel particulier fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 10 février 1962[144].

Sur cinq niveaux, la bibliothèque municipale Nelson Mandela propose un large fond de documents[161] : 65 000 livres adultes, 49 000 livres jeunesse, 975 livres audio, 177 abonnements à la presse écrite, 1 000 partitions, 21 000 CD, 4 400 DVD et 230 livres électroniques.

La Briqueterie[modifier | modifier le code]

En 2013 est inauguré le Centre de développement chorégraphique (CDC) du Val-de-Marne à Vitry-sur-Seine sur le site de la Briqueterie[162],[163]. Le projet dirigé par l'architecte Philippe Prost et débuté en 2010 réhabilite une ancienne fabrique de briques construite en 1868[164]. Le bâtiment est inscrit à l'Inventaire général du patrimoine culturel depuis 1995[165].

Vitry-sur-Seine dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Seine dans la littérature[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Seine dans la peinture[modifier | modifier le code]

  • Les Actions du Grand Condé, blocus de Paris 1649, toile de Sauveur Le Conte conservée au musée Condé[53]. Ce tableau représente les combats à Vitry-sur-Seine et le siège de Paris en 1649 par les troupes loyalistes emmenées par le Grand Condé pour assurer le blocus de Paris tenu par les frondeurs.

Vitry-sur-Seine au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Seine dans la musique[modifier | modifier le code]

Les artistes de la ville ont contribué à l’essor du mouvement hip-hop en France depuis la fin des années 1980, et de nombreux artistes et groupes, comme Général Murphy, Lionel D, JND, KMKZ, EJM, le 113, Timide & Sans Complexe (dont Doudou Masta était membre), Mafia K'1 Fry, Rohff, Leck, Six Coups MC, Sté Strausz, les Little (dont Sulee B Wax était membre) ou TLF, sont originaires de Vitry-sur-Seine[175].

La ville est aussi le siège de l’association Carl-Orff France, représentation française du mouvement international de pédagogie musicale active Orff-Schulwerk. L'association propose tout au long de l'année des stages, publications et conférences. Chaque été, au mois de juillet, l'association organise ses rencontres internationales, où des personnes du monde entier viennent se former à cette pédagogie musicale active originale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Rue Antoine Mimerel

Outre les maires cités ci-dessus, de nombreuses personnalités sont liées à la commune dont :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Vitry-sur-Seine

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'argent à un arbre accosté de six peupliers, plus petits, rangés trois à dextre, trois à senestre, le tout terrassé de sinople ; à une navette d'or et une canette de gueules passées en sautoir brochant sur le fût de l'arbre.

Inspiré par le sceau utilisé par le premier maire élu de Vitry-sur-Seine au début de la Révolution, le blason est le symbole de la commune depuis 1942[176],[177]. Il représente sept arbres, pour rappeler les nombreuses pépinières présentes sur le territoire, et une navette et une canette pour rappeler que les tisserands composaient à cette époque la principale industrie de la commune.

Logo de la ville de Vitry-sur-Seine

En décembre 1972 la ville choisit un logo sur le thème du V de Vitry, avec six V en étoile suggérant une idée de dynamisme, d'ouverture et de croisement[177].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Histoire

Géographie

Politique et administration

Culture

Sport

Transports

Patrimoine architectural

Économie

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Créée le 1er janvier 2013, elle devrait être dissoute le 31 décembre 2015, compte tenu de la création de la métropole du Grand Paris le 1er janvier 2016.
  2. Mandature interrompue à la suite de la mort de Lucien Français.
  3. Mandature interrompue à la suite de la démission de Paul Mercieca.
  4. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  5. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  6. La « rue Antoine Mimerel » et la « rue des trois frères Mimerel » sont situées au sein de la cité-jardin du « Moulin vert », elles rendent hommage à Antoine Mimerel (1854-1939) et à ses trois fils morts pour la France (Jacques Antoine Floris Édouard, avocat à la Cour, mort pour la France le 20 août 1914 ; Jean Baptiste Eugène, saint-cyrien, mort au champ d'honneur le 1er septembre 1914 ; Marc Édouard Firmin, mort au champ d'honneur à Verdun le 12 juin 1916). Ce sont des rues, à l'origine privées qui sont passées dans le domaine public en 1946 sans changer de nom. C'est la Société Anonyme Immobilière du Moulin Vert (fondée et dirigée à l'époque par l'abbé Jean Violet) qui a créé la cité jardin du Moulin Vert dans les années 1920 et qui a nommé les rues. Antoine Mimerel, président de l'ordre des avocats au Conseil d'État et à la Cour de cassation a été également le président du conseil d'administration de la dite société. Ses trois fils sont décédés pendant la Première Guerre mondiale. Jean Violet était le frère d'Henri Violet architecte (qui a construit une partie de la cité) et de Roger Violet le photographe. La Société Anonyme Immobilière du Moulin Vert existe toujours. Son siège social est à Paris. Elle est toujours propriétaire d'une partie des maisons de la cité jardin. » (Informations aimablement communiquées par l'archiviste de la mairie de Vitry-sur-Seine le 8 juin 2010).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants des communes françaises, Vitry-sur-Seine », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 11 mai 2012).
  2. IAU Île-de-France, Unités paysagères de la région d’Île-de-France,‎ juin 2010 (ISBN 9782737117473, lire en ligne).
  3. a et b « Carrières et plâtrières », sur le site de la société d'histoire de Vitry-sur-Seine (consulté le 11 mai 2012).
  4. a, b et c « Risque inondation », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine,‎ août 2006 (consulté le 24 décembre 2012).
  5. a et b « Barrage éclusé de Port-à-l'Anglais », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. « Le barrage éclusé de Port-à-l’Anglais », sur le site de la région Île-de-France (consulté le 24 novembre 2012).
  7. « Fiche sur Vitry-sur-Seine », sur le site de Météo-France (consulté le 11 mai 2012).
  8. « Climat, Paris (75000) », sur le site l'Internaute (consulté le 3 septembre 2012).
  9. « Paris Montsouris, Paris(75), 75m - [1961-1990] », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le 11 mai 2012).
  10. « Carte de la nouvelle numérotation des routes du Val-de-Marne », sur le site du conseil général du Val-de-Marne,‎ 15 juin 2009 (consulté le 11 mai 2012).
  11. a et b « Vitry en chiffres », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 17 février 2013).
  12. « Plan interactif de la ville », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 17 février 2013).
  13. D'après les fiches horaires consultables sur le site « Fiches horaires », sur le site Transilien de la SNCF (consulté le 27 mai 2012).
  14. a et b Pour les itinéraires des lignes de bus, cf. [PDF] « Plan du secteur 12 » et « Plan du secteur 13 » sur le site « RATP - Plans bus » (consulté le 27 mai 2012).
  15. Pour consulter les horaires sous la forme de documents [PDF], cf. « Horaires de bus », sur RATP (consulté le 27 mai 2012).
  16. Pour les itinéraires des lignes Noctilien, cf. « Recherche des itinéraires Noctilien par commune », sur Noctilien (consulté le 27 mai 2012).
  17. « Tramway 7 », sur le site de la Ligne 7 du tramway d'Île-de-France (consulté le 24 décembre 2013).
  18. « Vitry Centre », sur le site de la Ligne Rouge Sud du Grand Paris Express (consulté le 11 septembre 2012).
  19. « Les Ardoines », sur le site de la Ligne Rouge Sud du Grand Paris Express (consulté le 11 septembre 2012).
  20. a, b et c « Transports », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  21. [PDF] « Présentation lors de la réunion publique d’information à Vitry-sur-Seine », sur le site de la Ligne Rouge Sud du Grand Paris Express,‎ 12 octobre 2012 (consulté le 24 octobre 2012).
  22. « Fiche projet du Tramway Porte de Choisy - Orly », sur le site du syndicat des transports d'Île-de-France (consulté le 20 mars 2014).
  23. « T Zen 5 Vallée de la Seine », sur le site du syndicat des transports d'Île-de-France (consulté le 11 mai 2012).
  24. « Ça avance pour le T Zen 5 », sur le site du syndicat des transports d'Île-de-France,‎ 6 juillet 2011 (consulté le 11 mai 2012).
  25. « Voguéo sur les flots », sur le site metro-pole.net, site d'information indépendant des entreprises de transport et des collectivités locales,‎ 11 novembre 2008 (consulté le 11 mai 2012).
  26. « En 2013, le bateau avec le Navigo (le bien-nommé) », sur le blog de Sibylle Vincendon,‎ 1er juin 2011 (consulté le 11 mai 2012).
  27. « Voguéo : un dispositif de transport fluvial public en concertation jusqu'au 3 mars 2012 », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  28. La Seine en amont de Paris. Région Ile-de-France, service patrimoines et Inventaire
  29. « Occupation du sol détaillée en 2008 - Vitry-sur-Seine », sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région d'Île-de-France,‎ 2008 (consulté le 11 mai 2012).
  30. « Plan local d'urbanisme », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  31. « Plan local d'urbanisme - Rapport de présentation », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine,‎ 2006 (consulté le 24 décembre 2012), p. 61-71.
  32. « Vie de quartier », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  33. « Espaces verts », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  34. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 727a sous Vitrac
  35. a et b Dimet 1989, p. 46
  36. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Op. cit.
  37. Vitry-sur-Seine - Guide pratique, Mairie de Vitry-sur-Seine,‎ octobre 2011, 158 p. (lire en ligne), « Bienvenue à Vitry », p. 10.
  38. Sagot-Duvauroux 2002, p. 12
  39. Sagot-Duvauroux 2002, p. 4-5
  40. a et b « Notice archéologique de Vitry-sur-Seine », sur le site du conseil général du Val-de-Marne,‎ mars 1995 (consulté le 12 mai 2012).
  41. a et b « Archéologie sur le Parc des Lilas », sur le site du conseil général du Val-de-Marne,‎ décembre 2007 (consulté le 12 mai 2012).
  42. Jules César (trad. Désiré Nisard), La Guerre des Gaules, VII, Didot,‎ 1865 (lire en ligne), p. 57-62.
  43. Jules César et C. L. Louandre (dir.), Guerre des Gaules : Commentaires, Charpentier,‎ 1855, 476 p. (lire en ligne), p. 404-405 (note 37).
  44. Jules Quicherat, « L'opinion de M. de Saulcy sur la bataille entre Labiénus et les parisiens », Revue archéologique, Ernest Leroux, vol. 15, no 1,‎ 1858, p. 101-108 (lire en ligne).
  45. Dimet 1989, p. 52
  46. Dimet 1989, p. 53
  47. H. Gaillard, « Les franchises de Vitry-sur-Seine sous les règnes de Charles V et de Charles VI », Bibliothèque de l'École des chartes, Paris, vol. 66, no 1,‎ 1905, p. 121-130 (DOI 10.3406/bec.1905.448235, lire en ligne).
  48. Sagot-Duvauroux 2002, p. 11
  49. Dimet 1989, p. 59
  50. Dimet 1989, p. 64
  51. Pierre Deyon, Histoire de la France de 1348 à 1852, Paris, Larousse,‎ 1987, « La France baroque, 1589-1661 », p. 254.
  52. Dimet 1989, p. 69
  53. a et b « Les actions du Grand Condé, blocus de Paris 1649 », sur le site du musée Condé (consulté le 12 mai 2012).
  54. Dimet 1989, p. 73-76
  55. J. Mavidal (dir.) et É. Laurent (dir.), Archives parlementaires de 1787 à 1860 : Recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres Françaises, vol. 1, t. 5,‎ 1869, 802 p. (lire en ligne), p. 228-229.
  56. Sagot-Duvauroux 1996, p. 12
  57. Dimet 1989, p. 80
  58. Dimet 1989, p. 82
  59. Dimet 1989, p. 86.
  60. Philippe de Ladebat, « Six morts sur ordonnance au château de Vitry-sur-Seine », sur le site Histoire-Généalogie,‎ 25 juin 2009 (consulté le 12 mai 2012).
  61. Dimet 1989, p. 95-96
  62. Dimet 1989, p. 96
  63. Sagot-Duvauroux 2002, p. 23
  64. a et b Dimet 1989, p. 100
  65. Dimet 1989, p. 101
  66. « Sphères en zinc », sur le site de la Poste (consulté le 11 mai 2012).
  67. (en) « The GS Tram Site: Paris, France (1911) », sur le site GS Tram Site (consulté le 12 mai 2012).
  68. Dimet 1989, p. 107
  69. Sagot-Duvauroux 1996, p. 17.
  70. Dimet 1989, p. 111-113
  71. Dimet 1989, p. 114-115
  72. Dimet 1989, p. 113
  73. « Guerre de 1914-1918 », sur le site de la société d'histoire de Vitry-sur-Seine (consulté le 11 mai 2012).
  74. « Le Monument aux morts », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  75. Dimet 1989, p. 119-120
  76. Dimet 1989, p. 125
  77. Sagot-Duvauroux 1996, p. 32
  78. Dimet 1989, p. 120-1921
  79. « Conflit 1939-1945 », sur le site de la société d'Histoire de Vitry-sur-Seine (consulté le 12 mai 2012).
  80. Sagot-Duvauroux 1996, p. 34
  81. Plan local d'urbanisme, 2006, p. 21.
  82. a et b Olivier Pironet, « Banlieues : chronologie 1973-2006 », Manière de voir, vol. 86,‎ octobre-novembre 2006 (ISSN 1241-6290, lire en ligne).
  83. Mustapha Kessous, « L'ombre de Sohane, cité Balzac », Le Monde,‎ 31 mars 2006 (ISSN 0395-2037, lire en ligne).
  84. Élisabeth Lebovici, « L'art lèche Vitry », Libération,‎ 15 novembre 2005 (ISSN 0335-1793, lire en ligne).
  85. Laurence Voyer, « Le ministre accusé de bouder le musée d'Art contemporain », Le Parisien,‎ 12 novembre 2005 (ISSN 0767-3558, lire en ligne).
  86. « Industrialisation de la commune », sur le site de la société d'histoire de Vitry-sur-Seine (consulté le 8 février 2011).
  87. « Centrales électriques », sur le site de la société d'histoire de Vitry-sur-Seine (consulté le 11 mai 2012).
  88. C. Mateus, « La centrale EDF fermera en 2015 », Le Parisien,‎ 31 janvier 2008 (ISSN 0767-3558, lire en ligne).
  89. « Derniers travaux avant la fermeture de la centrale EDF », Le Parisien,‎ 22 mars 2010 (ISSN 0767-3558, lire en ligne).
  90. « Intercommunalité », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 18 avril 2013).
  91. « Conseil municipal », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 31 août 2014).
  92. « Résultats des élections », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 31 août 2014).
  93. « Élection Municipale 2e Tour », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 31 août 2014).
  94. « Fonctionnement », sur le site du ministère de l'économie et des finances (consulté le 12 mai 2012).
  95. « Endettement », sur le site du ministère de l'économie et des finances (consulté le 2 mai 2012).
  96. « Impôts locaux », sur le site Taxe.com de la SARL Batir technologies (consulté le 2 mai 2012).
  97. « Fiscalité », sur le site du ministère de l'économie et des finances (consulté le 2 mai 2012).
  98. « Liste des maires successifs », sur le site Francegenweb.org de l'association FranceGenWeb (consulté le 12 mai 2012).
  99. « Carte de la cour d'appel de Paris », sur le site du Ministère de la Justice (consulté le 8 mars 2013).
  100. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le 8 mars 2013).
  101. a et b : « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 13 mai 2012).
  102. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  103. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  104. « Évolution et structure de la population à Vitry-sur-Seine en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 mai 2012).
  105. « Résultats du recensement de la population du Val-de-Marne en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 mai 2012).
  106. « Écoles », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  107. « Page d'accueil », sur le site de l'IUT de Créteil/Vitry (consulté le 31 mai 2012).
  108. « BTS au lycée Jean-Macé », sur le site de l'académie de Créteil (consulté le 12 mai 2012).
  109. « Formations au lycée Adolphe Chérioux », sur le site du lycée Adolphe-Chérioux (consulté le 12 mai 2012).
  110. Plan local d'urbanisme, 2006, p. 74.
  111. a et b « Fêtes », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  112. « Festival de l’Oh! », sur le site du Festival de l'Oh! (consulté le 11 mai 2012).
  113. « Humarathon », sur le site de l'Humarathon (consulté le 11 mai 2012).
  114. « Festival Sur les pointes », sur le site du Festival « Sur les pointes » (consulté le 11 mai 2012).
  115. « Clinique Pasteur », sur le site de la clinique Pasteur (consulté le 12 mai 2012).
  116. « Clinique des Noriets », sur le site de la clinique des Noriets (consulté le 12 mai 2012).
  117. « Centre Municipal de Santé Pierre-Rouquès », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  118. « Entente Sportive de Vitry », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  119. « Historique de l'Entente Sportive de Vitry », sur le site de l'Entente Sportive de Vitry (consulté le 11 mai 2012).
  120. « Vitry E. S. - Les classements du club », sur le site de la ligue de Paris Île-de-France de football (consulté le 3 octobre 2012).
  121. « Championnat de France Nationale 3 », sur le site de la fédération française de handball (consulté le 17 septembre 2012).
  122. « Vitry C. A. - Les classements du club », sur le site de la ligue de Paris Île-de-France de football (consulté le 3 octobre 2012).
  123. « Vitry-sur-Seine @@@@@ 2014 », sur le site de l'association « Villes Internet » (consulté le 31 mai 2012).
  124. « Label Villes Internet 2014 : 5@ pour Vitry ! », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 26 février 2014).
  125. « Publications », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  126. « Le Parisien - Val-de-Marne », sur le site du quotidien Le Parisien (consulté le 12 mai 2012).
  127. « Paroisses de Vitry-sur-Seine », sur le site du diocèse de Créteil (consulté le 9 mai 2012).
  128. « Église évangélique baptiste de Vitry-sur-Seine », sur le site de la fédération des Églises évangéliques baptistes de France (consulté le 9 mai 2012).
  129. « Communauté de Vitry-sur-Seine », sur le site du consistoire central israélite de France (consulté le 9 mai 2012).
  130. « Mosquée Er-Rahma à Vitry sur Seine », sur le site Guide Musulman (consulté le 8 mars 2013).
  131. « Mosquée Nour Es-Salam », sur le site Guide Musulman (consulté le 8 mars 2013).
  132. « Données publiées en 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 mai 2012).
  133. « Impôt sur la fortune : le classement de 300 villes selon la fortune des foyers », Capital, no 219,‎ décembre 2009, p. 52-82 (ISSN 0245-9949, lire en ligne).
  134. a, b, c et d « Résultats du recensement de la population - 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2012).
  135. « Résultats du recensement de la population - 2008 - Thème : Formes et conditions d'emploi », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2012).
  136. a et b [PDF] « Vitry-sur-Seine (94081 - Commune) ; Emploi - Population active », sur le site de l'Insee (consulté le 28 mai 2012).
  137. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 mai 2012).
  138. « Sanofi - Centre de recherche de Vitry-Alfortville », sur le site du groupe Sanofi (consulté le 27 mai 2012).
  139. « Le datacenter Paris ILD1 », sur le site de la SAS Online (consulté le 11 mai 2012).
  140. « Agence d'Essai Ferroviaire », sur le site d'Eurailtest (consulté le 12 mai 2012).
  141. Michel Traversat, Les pépinières : Étude sur les jardins français et sur les jardiniers et les pépiniéristes (thèse de doctorat), EHESS,‎ 2001.
  142. Jean Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, vol. 12, Prault,‎ 1757 (lire en ligne), p. 171.
  143. « Notice no PA00079921 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  144. a et b « Notice no PA00079922 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  145. a et b « La bibliothèque Nelson Mandela », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  146. « Château de Vitry », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 24 décembre 2012).
  147. Lebeuf 1757, p. 182.
  148. « Annuaire des Œuvres d'art », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 12 mai 2012).
  149. « Horloge biologique - Pierre Szekely », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 22 mars 2013)
  150. « Sculpture en acier peint - Louis Chavignier », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 12 mai 2012).
  151. « Ignal, tubes acier et néon - Piotr Kowalski », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 12 mai 2012).
  152. « Chaufferie avec cheminée - Jean Dubuffet », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 12 mai 2012).
  153. « Théâtre Jean Vilar », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 12 mai 2012).
  154. « Théâtre Jean Vilar », sur le site du théâtre Jean Vilar (consulté le 12 mai 2012).
  155. « La technique », sur le site du théâtre Jean Vilar (consulté le 17 juillet 2012).
  156. « MAC/VAL », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 12 mai 2012).
  157. « MAC/VAL », sur le site du MAC/VAL (consulté le 12 mai 2012).
  158. « Site de la galerie municipale Jean-Collet » (consulté le 8 septembre 2013).
  159. « Exploradôme », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 1er avril 2013).
  160. « Exploradôme », sur le site de l'Exploradôme (consulté le 12 mai 2012).
  161. « Présentation de la bibliothèque Nelson Mandela », sur le site de la bibliothèque Nelson Mandela (consulté le 23 février 2013).
  162. « La Briqueterie », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 1er avril 2013).
  163. « La Briqueterie », sur le site de la Briqueterie (consulté le 1er avril 2013).
  164. « Briqueterie : la danse s'invite, en résidence, à Vitry », sur le site de la mairie de Vitry-sur-Seine (consulté le 1er avril 2013).
  165. « Notice no IA00123535 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  166. Marguerite Duras, La Pluie d'été, P.O.L.,‎ 1990, 151 p. (ISBN 9782867441776, présentation en ligne).
  167. (en) Seconde B sur l’Internet Movie Database
  168. (en) Art'n Acte Production sur l’Internet Movie Database.
  169. (en) Les Fautes d'orthographe sur l’Internet Movie Database.
  170. « Entrez dans la danse : une autre façon d'apprendre la musique et la danse selon Carl Orff » », de Denys Piningre, 2005 [présentation en ligne].
  171. (en) Trois amis sur l’Internet Movie Database.
  172. « Dans le regard de l'autre », de Daniel Kupferstein, 2009 [présentation en ligne].
  173. « La Cité du mâle - REPROGRAMMATION », sur le site de la chaîne Arte,‎ 2 octobre 2010 (consulté le 30 mai 2012).
  174. « Les garçons et Guillaume, à table » tourné à Chérioux, sur le site du journal Le Parisien,‎ 22 novembre 2013 (consulté le 23 décembre 2013).
  175. K. Madani, « Berceau du rap », Vitry - Le mensuel, no 83,‎ février 2012, p. 21 (lire en ligne).
  176. Sagot-Duvauroux 1996, p. 4.
  177. a et b G. Le Morzellec, « 40 ans de logo marquants », Vitry - Le mensuel, no 92,‎ décembre 2012, p. 19 (lire en ligne).


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 10 juin 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.