Cachan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cachan (homonymie).
Cachan
Vue nocturne des Aqueducs d'Arcueil et de Cachan.
Vue nocturne des Aqueducs d'Arcueil et de Cachan.
Blason de Cachan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement l'Haÿ-les-Roses
Canton Cachan (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Val de Bièvre[Note 1]
Maire
Mandat
Jean-Yves Le Bouillonnec
2014-2020
Code postal 94230
Code commune 94016
Démographie
Gentilé Cachanais
Population
municipale
28 404 hab. (2011)
Densité 10 366 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 31″ N 2° 19′ 55″ E / 48.7919444444, 2.33194444444 ()48° 47′ 31″ Nord 2° 19′ 55″ Est / 48.7919444444, 2.33194444444 ()  
Altitude Min. 42 m – Max. 111 m
Superficie 2,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte administrative du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Cachan

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Cachan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cachan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cachan
Liens
Site web ville-cachan.fr

Cachan est une commune française située dans le département du Val-de-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Cachanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Cachan dans le Val-de-Marne

Cachan est située dans la proche banlieue sud de Paris, à deux kilomètres des portes d'Orléans et d'Italie et à 7,4 kilomètres au sud de la cathédrale Notre-Dame de Paris[1].

À l'ouest du Val-de-Marne et en limite des Hauts-de-Seine, elle est voisine des communes suivantes : Arcueil au nord, Villejuif à l'est, L'Haÿ-les-Roses au sud-est, Bourg-la-Reine au sud-ouest, et Bagneux à l'ouest.

La commune s'étend sur toute la largeur de la vallée de la Bièvre, d'un coteau à l'autre. Au sommet du coteau, le parc panoramique offre une vue quasi-exhaustive de la commune ainsi qu'une belle vue sur le sud-ouest de Paris et la Tour Eiffel.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La RD 920[2] (anciennement appelée RN 20) passe à la limite ouest de Cachan, et vers le nord, permet de rejoindre la Porte d'Orléans en dix minutes. À l'est, les autoroutes A 6A et A 6B se rejoignent à la périphérie de Cachan.

Transports[modifier | modifier le code]

Cachan est desservie par deux stations sur la ligne du RER B - Arcueil-Cachan et Bagneux. La gare d'Arcueil-Cachan est sise sur le territoire de la commune de Cachan. Elle sera aussi reliée à la rocade du Grand Paris, faisant de Cachan un pôle de croisement majeur[3].

De nombreuses lignes de bus relient Cachan à Paris et aux communes limitrophes, via les réseaux de bus de l'Île-de-France :

ainsi que par le réseau des transports de proximité du Val de Bièvre (Valouette), cogéré par le Val de Bièvre et la RATP.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Les quartiers de la ville sont :

  • le centre-ville,
  • le Coteau,
  • la Cité-Jardins,
  • la Plaine,
  • la Prairie,
  • la Grange Ory,
  • les Lumières.

Logement[modifier | modifier le code]

Le quartier comprend 6945 logements fin 2011. Il y a 2102 logements HLM,soit 30,2 % du parc immobilier de Carreau. 75,8 % sont des appartements, 24,2 des maisons. Le nombre de locataires est de 44,6 % et de proprietaires 55,4 %. Le nombre de logements vacants est de 2292, soit 33 % contre 10 % au niveau national et 8 % dans la ville.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Cachan était connu sous Louis le Débonnaire et avait jadis une léproserie.

Charles le Chauve, en 872, confirma à l'abbaye de Saint Germain des Prés la possession de ses domaines à Cachan.

Un titre daté de 1308 montre que Philippe le Bel y avait une maison de plaisance. Charles le Bel l'habita et le roi Jean II l'agrandit en 1353.

Le duc de Berry posséda le manoir, en fit cadeau à Bertrand Duguesclin, qui, en 1377, le vendit au duc d'Anjou.

En 1424, cette antique maison s'appelait encore l'hôtel du roi.

En 1583, les moines de l'abbaye de St Germain des Prés étaient seigneurs de Cachan.

Le 25 juillet 1671 le roi rendit un arrêt pour porter les eaux de Cachan dans l'aqueduc d'Arcueil.

Deux fontaines et le nom d'un quartier évoquent le temps où les poètes de la Pléiade (XVIe siècle) fréquentaient la vallée, attirés par les baignades dans la Bièvre, le vin et les melons. Certains archéologues pensent qu'il y aurait à Cachan un ancien palais des rois de France du temps des Mérovingiens.

Jules Michelet mentionne la ville dans "Histoire de la Révolution française I" volume II collection Folio histoire livre 8 chapitre 8 p. 1287: "il est infiniment probable qu'il [Danton] alla d'abord à Cachan, petit village sur la route, où put le recevoir Camille Desmoulins, chez sa belle-mère, la mère de Lucile, l'amie de Mme Danton."

Création de la commune de Cachan[modifier | modifier le code]

La commune de Cachan n'existe que depuis 1923. Elle était auparavant un hameau puis un quartier plutôt bourgeois et rural de l'industrielle commune d'Arcueil.

Le 27 avril 1894, le nom de Cachan est adjoint à celui d'Arcueil pour former Arcueil-Cachan. Au cours du temps, cependant, les deux communes commencent à s'affirmer indépendamment. En 1902, une décision du conseil municipal d'implanter une nouvelle école à Arcueil – qui comptait déjà plusieurs établissements scolaires, alors que Cachan ne disposait que d'une maternelle – déclenche un mouvement de protestation des citoyens de la commune qui culmine en 1911 en une pétition réclamant la séparation d'avec Arcueil.

Cachan est devenue une ville bourgeoise pendant qu'Arcueil se peuplait d'ouvriers et élisait une majorité communiste.

Le 21 décembre 1921, le conseil général de la Seine donne un avis favorable et le 26 décembre 1922, le Parlement vote la loi entérinant la création de Cachan[4].

Plus anecdotiquement, il semble que Cachan ait été le point de départ de la plaisanterie des boîtes aux lettres roses[5] qui se répandit à Montmartre[6].

L'affaire des « squatters » de Cachan[modifier | modifier le code]

Courant août 2006, plusieurs centaines d'immigrés d'Afrique subsaharienne majoritairement en situation régulière[7] sont expulsés d'un bâtiment appartenant au Crous de Créteil sur le campus de l'École normale supérieure. Le bâtiment était alors désaffecté en vue d'une prochaine démolition afin de reconstruire un « parc de stationnement boisé ». Les personnes se retrouvant dans la rue malgré une proposition de relogement d'un mois, le maire de Cachan souhaite apaiser les choses en les relogeant exceptionnellement dans le gymnase d'une école. L'affaire est d'autant plus complexe qu'ils souhaitent être relogés dans un même lieu. Le dossier se complique ensuite avec l'arrivée au gymnase d'autres personnes sans rapport avec les « squatters de Cachan ». La préfecture annonce qu'elle limitera ses offres de relogement à 102 familles soit environ 220 personnes, mais la mairie recense 516 occupants dans le gymnase. Le 6 septembre 2006, Lilian Thuram et Patrick Vieira créent une polémique en invitant, pour un match de football, certains de ces expulsés. Initiative approuvée par certaines associations telle que SOS Racisme mais critiquée par certains hommes politiques de droite comme Philippe de Villiers[8]. Mercredi 4 octobre 2006, Patrick Gaubert et Dominique Sopo, président de SOS Racisme ainsi que Pierre Henry, directeur général de France terre d'asile, acceptent une mission de médiation à la demande de Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur. Selon le Ministère de l'Intérieur et les explications de Claude Guéant, cette mission aurait débuté plusieurs jours avant l'annonce faite à la presse, voir Le Monde[9] et Le Figaro[10].

Un an après l'affaire des « squatters de Cachan », la plupart des personnes ont pu obtenir soit un logement provisoire, soit un titre de séjour[11]. Les associations comme France Terre d'Asile soulignent que le gouvernement a donné des papiers à 231 des occupants[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Cachan.

Depuis 1949, trois maires se sont succédé à Cachan :

Liste des maires depuis 1949
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1949 mai 1953 François Marie-Jean Guillas   fonctionnaire au ministère de l'Air
mai 1953 septembre 1998 Jacques Carat SFIO, PS journaliste, sénateur
septembre 1998 en cours Jean-Yves Le Bouillonnec PS avocat, député

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Une partie des bâtiments de Cachan est chauffé au moyen d'une centrale géothermique situé non loin du centre ville.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 5 avril 2010, Cachan est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 28 404 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1926. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
9 829 12 790 14 567 15 156 16 965 23 282 26 187 26 442 23 930
1990 1999 2006 2011 - - - - -
24 266 24 838 27 590 28 404 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Cachan est située dans l'académie de Créteil. Cachan accueille de nombreux établissements d'enseignement, dont des établissements d'enseignement supérieur de renom.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La ville administre six écoles maternelles et cinq écoles élémentaires communales.

Le département gère deux collèges (collège Victor-Hugo et collège Paul-Bert)[16] et la région Île-de-France deux lycées[17]  : le lycée polyvalent Gustave-Eiffel[18], et le lycée d'enseignement général et technologique Maximilien-Sorre[19], qui disposent de classes préparatoires aux concours des grandes écoles pour, respectivement, les sciences de l'ingénieur et l'économie-gestion.

Cachan dispose également d'un établissement scolaire privé, le collège Saint-Joseph.

Vie universitaire[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • L'association d'aide au développement Solidarité Normalienne[21], basée sur le campus de l'ENS de Cachan, agit pour le développement des pays du sud, et également au niveau local avec des projets concernant l'éducation et l'environnement.
  • Praccis[22] (PouR l'ACquisition d'une CItoyenneté Scientifique) tente, par des ateliers ludiques au collège Victor Hugo, de donner goût à des collégiens aux études scientifiques.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le Prix littéraire de l'ENS de Cachan (en partenariat entre la ville de Cachan, l'ENS et une librairie locale). Le prix existe depuis 2001. Les livres primés sont des premiers romans. Le jury est composé de 15 normaliens qui lisent une sélection de 15 livres, parus depuis un an maximum, établie par un comité de pilotage[23].
  • Le festival d'arts vivants Les sENS de l'Art[24], organisé tous les ans au printemps à l'ENS de Cachan. Sur une durée de 5 jours se succèdent des spectacles de théâtre, d'improvisation, de danse, de cirque, d'humour, et surtout des concerts lors de la soirée du samedi.
  • Le Festival de cinéma africain Afrique sur Bièvre[25] a lieu tous les ans en novembre-décembre dans le Val-de-Bièvre.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Cachanais disposent de lieux de cultes catholique, juif et musulman.

La commune de Cachan appartient au « secteur du Val-de-Bièvre »> du diocèse de Créteil. La paroisse Sainte-Germaine et Saint-Jean dispose de deux lieux de culte : l'église Sainte-Germaine et l'église Saint-Jean-l'Évangéliste[26].

Une mosquée Masjid Al-Falah est implantée à Cachan[27], de même qu'une synagogue[28].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 20 587 €, ce qui place Cachan au 2 552e rang parmi les 30 687 communes de plus de 50 ménages en métropole[29].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Germaine[modifier | modifier le code]

En 1927, Cachan était la seule commune du département de la Seine à n'avoir ni église, ni chapelle[30]. La première église de Cachan, Sainte-Germaine, fut construite de 1929 à 1935. Mais son premier curé prit rapidement conscience de l'isolement, dans la nouvelle paroisse, de la Cité-Jardin construite près de Bourg-la-Reine au début des années 1920.

Église Saint-Jean l'Évangéliste[modifier | modifier le code]

C'est alors que germa l'idée de doter ce quartier d'une chapelle. En 1936, un terrain fut offert à l'Église et en juin de la même année le cardinal Verdier bénit la première pierre d'une chapelle dédiée à Saint-Jean l'Évangéliste, chapelle qui allait être la centième construite par l'Œuvre des Chantiers du Cardinal[31]. Le plan de l'édifice rappelle ceux du roman auvergnat du XIe siècle avec en particulier une nef carrée coiffée d'un toit à quatre pentes tenu par des arcs d'ogive qui portent la lanterne à 13 mètres du sol. Un campanile associé à l'église domine le quartier du haut de ses 33 mètres. L'appareil des murs extérieurs est formé de moellons bruts, rugueux et inégaux, qui confèrent à l'édifice une touche quelque peu romane. La charpente apparente en bois donne au volume intérieur originalité et simplicité. De simple chapelle à l'origine, Saint-Jean devint en 1959 une église paroissiale. Sans être un joyau de l'art religieux contemporain, cette église présente un certain cachet et sa beauté aide à prier[32].

Mairie[modifier | modifier le code]

La mairie, imposante par volonté de revanche sur la commune d'Arcueil, est une œuvre construite au début des années 1930 par les architectes Joannès Chollet, René Chaussat, Yves Chaussat et surtout Jean-Baptiste Mathon, Premier Grand Prix de Rome et inaugurée en 1935. Cet édifice est fortement influencé par les préceptes architecturaux de l'École hollandaise (architecture), née au cours de la décennie précédente.

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

La commune abrite plusieurs espaces verts témoignant de son riche passé :

  • Le parc départemental Benjamin Raspail : situé en plein cœur de la ville, derrière l'Hôtel de ville, le parc Raspail est le plus grand de Cachan avec ses 3,08 hectares. Il constitue la dépendance d'un château aux dimensions modestes édifié au XVIIIe siècle et est agrémenté d'une orangerie (de 1903 à 1940 et à nouveau depuis les années 1990, transformée en espace d'expositions artistiques), ainsi que d'une riche bambouseraie.
  • Le jardin panoramique départemental : situé en hauteur, sur le quartier du Coteau, ce jardin de 1,66 hectare offre une vue panoramique sur toute la commune et au-delà, jusqu'à Paris[33].
  • Le jardin public du Commandant Simmonin.
  • Le square de la Libération.
  • Le jardin du Vallon près du château des Arcs.

Fontaines et rivière[modifier | modifier le code]

  • La rivière Bièvre traverse Cachan, elle était entièrement canalisée et enterrée depuis les années 1930 pour cause d'insalubrité. Un projet pour assainir et redécouvrir la Bièvre en plusieurs endroits dans le cadre de la politique d'environnement de la Communauté d'agglomérations a eu lieu. La Bièvre est de nouveau découverte à cachan depuis le 21 octobre 2006
  • La fontaine, rue Gallieni: anciennement située place Gambetta

Aqueducs[modifier | modifier le code]

Aqueduc de la Vanne vu depuis le Jardin Panoramique Départemental
Voir aussi Aqueducs d'Arcueil et de Cachan.

Cachan en possède rien moins que quatre dont trois en parfait état de conservation :

Monuments classés ou inscrits[modifier | modifier le code]

  • Château dit fief des Arcs, dit château de Provigny, dit maison Renaissance ; pont aqueduc, classés en 1875[34]
  • Maison Renaissance (ancien Fief des Arcs), classée en 1875[35]
  • Demeure dite fondation Raspail, inscrite le 6 mars 1933[36]
  • Aqueduc des Eaux de Rungis, classé le 26 février 1991[37],[38]
  • Ancien aqueduc des eaux de Rungis ou aqueduc Médicis, classé le 4 mars 1994[39]
  • Maison Eyrolles, inscrite le 6 janvier 1997[40]
  • École supérieure dite école spéciale des Travaux publics, inscrite en 1997[41]
  • Hôtel de ville de Cachan, inscrit le 11 mars 2002[42]

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

  • Le cimetière municipal abritant plusieurs tombes notables;
  • Le marché Carnot
  • Les aqueducs;
  • L'école nationale de musique, de danse, et d'art dramatique.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cachan

Ecartelé : au premier et au quatrième d'azur semé de fleurs de lys d'or, au deuxième et au troisième d'argent à l'aigle bicéphale au vol abaissé de sable, becquée, membrée et armée de gueules, au bâton du même brochant sur le tout[43].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • État des communes à la fin du XIXe siècle : Arcueil-Cachan, notice historique & renseignements administratifs, Paris, Montévrain, 1901
  • André Desguines, Histoire d'Arcueil-Cachan

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jusqu'à la dissolution de la communauté d'agglomération le 31 décembre 2015 compte tenu de la création de la Métropole du Grand Paris le 1er janvier 2016.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Calcul de l'orthodromie entre Cachan et Paris » (consulté le 5 avril 2010)
  2. « Aménagement de la route départementale 920 », sur site spécifique créé par le conseil général des Hauts-de-Seine (consulté le 18 septembre 2009)
  3. http://www.metrograndparis.com/Un-reseau-en-rocade.html
  4. Cachan : création de la commune, son évolution, sa modernisation : 1923-1935
  5. Art Of Graffiti Bougez avec la poste / 3D Graffiti.keusta.net
  6. http://julbordier.free.fr/papiers/express/Scans/La%20poste%20mise%20au%20rose.jpg
  7. Le syndrome de Cachan, Jacques Attali, L'Express, 14 septembre 2006
  8. 81 ex-squatters de Cachan invités pour France-Italie, polémique ; Libération ; 6 septembre 2006 (article en ligne)
  9. Le Monde du 04-10-06
  10. Le Figaro du 04-10-06
  11. Squat de Cachan : un an après, le bilan est positif | Politique | Actualité
  12. France Terre d Asile - Cachan, la vérité : le défi migratoire
  13. a et b « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 5 avril 2010)
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  16. « Les collèges », sur site de l'académie de Créteil,‎ 21 septembre 2008 (consulté le 5 avril 2010)
  17. « Les lycées », sur site de l'académie de Créteil,‎ 21 septembre 2008 (consulté le 5 avril 2010)
  18. « Le lycée Gustave Eiffel », sur site de l'académie de Créteil (consulté le 6 avril 2010)
  19. « page d'accueil », sur site de l'enc Cachan (consulté le 6 avril 2010)
  20. esitc
  21. L'association d'aide au développement Solidarité Normalienne
  22. Praccis
  23. Les activités culturelles des normaliens
  24. Le festival Les sENS de l'art
  25. Afrique sur Bièvre, association organisatrice d'un festival de cinéma africain dans le Val-de-Bièvre
  26. « L'Église catholique du Val-de-Bièvre vous accueille... », sur le site du secteur Val-de-Bièvre (consulté le 30 octobre 2011)
  27. « Mosquée de Cachan », sur le site du guide musulman (consulté le 30 octobre 2011)
  28. « Synagogue de Cachan », sur le site des oratoires du Val-de-marne (consulté le 30 octobre 2011)
  29. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'INSEE (consulté le 9 septembre 2009)
  30. Revue des Chantiers du Cardinal, no 118, juin 1992, p. 17
  31. Revue des Chantiers du Cardinal, no 118, juin 1992, p. 18
  32. Père Louveau, Pierre Pierrard, Histoire et architecture de l'église Saint-Jean l'Évangéliste de Cachan
  33. Voir [1]
  34. « Notice no IA94000383 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. « Notice no PA00079856 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  36. « Notice no IA94000382 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  37. « Notice no PA00079845 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  38. « Notice no IA94000310 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  39. « Notice no PA00086607 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  40. « Notice no PA94000004 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  41. « Notice no IA94000347 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  42. « Notice no PA94000015 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  43. Banque du Blason