Servon (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Servon.
Servon
Place du centre historique du village.
Place du centre historique du village.
Blason de Servon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Arrondissement de Melun
Canton Canton de Brie-Comte-Robert
Intercommunalité Communauté de communes de l'Orée de la Brie
Maire
Mandat
Dominique Stabile
2008-2014
Code postal 77170
Code commune 77450
Démographie
Population
municipale
3 104 hab. (2011)
Densité 419 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 01″ N 2° 35′ 14″ E / 48.7169, 2.5872 ()48° 43′ 01″ Nord 2° 35′ 14″ Est / 48.7169, 2.5872 ()  
Altitude Min. 65 m – Max. 97 m
Superficie 7,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Servon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Servon

Servon est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Servonnais.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

La commune de Servon, située à l'Ouest du département, à quelque 25 kilomètres de Paris en limite du chef-lieu de canton, Brie-Comte-Robert, occupe une superficie de 740 hectares entre la RN 19 de Paris à Troyes et la RN 104 (Francilienne).

Elle est en partie séparée des secteurs les plus proches de l’agglomération parisienne (petite couronne) par le Bois de Notre-Dame (lisière sud). Elle est bordée par la vallée du Réveillon, petite rivière affluent de l’Yerres qui prend sa source dans la forêt d’Armainvilliers et atteint Servon après avoir traversé Chevry-Cossigny et Férolles-Attilly.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église, avec un sanctuaire, est du XIIIe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’azur à la fasce d’or accompagnée de trois têtes de lion arrachées du même.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 104 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
264 293 284 302 359 350 331 320 298
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
300 346 375 335 353 365 372 388 406
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
400 404 355 325 369 347 375 405 547
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
822 1 174 1 163 1 526 1 924 2 791 2 861 2 851 2 940
2011 - - - - - - - -
3 104 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Santeny Lésigny Férolles-Attilly Rose des vents
Santeny N Chevry-Cossigny
O    Servon    E
S
Périgny Brie-Comte-Robert Brie-Comte-Robert

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le centre historique, noyau initial de la commune, s’est constitué autour de l’église : maisons paysannes et petites maisons de maître, ainsi que 3 grandes propriétés et leur parc : la Dame Blanche, le Château de Servon et le Château de Villemenon. Des lotissements ont progressivement été réalisés depuis une cinquantaine d’années : quartiers de la Porte Rouge (près de l’ancienne gare SNCF), du Pied de Coq, de la Jarrie et de la Croix Blanche (de chaque côté de la route menant à Forcilles et Férolles-Attily), la ZAC de la Butte aux Bergers (qui compte 245 pavillons). Plus récemment le lotissement des maroniers et un autre à la place de l'ancienne école comptent respectivement 40 et 18 pavillons. Actuellement un lotissement en Rue de la Paix est en cours de construction pour 34 maisons individuelles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2008, la commune a reçu le label « Ville Internet @ »[3].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Christian Daniel    
mars 2008   Dominique Stabile    
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

Les activités industrielles et commerciales se répartissent dans 3 secteurs qui bénéficient de la présence de 2 axes de communication routiers (Francilienne et RN 19) : - une zone d’occupation "spontanée" au lieu-dit "Le Poirier Penché" - une amorce de zone industrielle au sud-ouest de la N19, au lieu-dit "l’Arpent Ferret" - une zone d'activité récemment aménagée, la ZAC de "l'Orme Rond".

La RN19 et la Francilienne constituent un atout remarquable pour les entreprises. Déjà de grands groupes comme Algéco, Truffaut, La Flèche Cavaillonaise, Weber et Broutin ont choisi Servon.

Environnement[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par la rivière le Réveillon.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]