Savigny-sur-Orge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Savigny.
Savigny-sur-Orge
L’hôtel de ville.
L’hôtel de ville.
Blason de Savigny-sur-Orge
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Savigny-sur-Orge (chef-lieu) et Juvisy-sur-Orge
Intercommunalité Communauté d'agglomération Les Portes de l'Essonne
Maire
Mandat
Éric Mehlhorn (UMP)
2014-2020
Code postal 91600
Code commune 91589
Démographie
Gentilé Saviniens
Population
municipale
37 132 hab. (2011)
Densité 5 327 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 47″ N 2° 20′ 45″ E / 48.679667, 2.34572148° 40′ 47″ Nord 2° 20′ 45″ Est / 48.679667, 2.345721  
Altitude Min. 33 m – Max. 99 m
Superficie 6,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Savigny-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Savigny-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Savigny-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Savigny-sur-Orge
Liens
Site web savigny.org

Savigny-sur-Orge[1] (prononcé [saviɲi syʁ ɔʁʒ ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située à dix-neuf kilomètres au sud de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France. Elle est le chef-lieu du canton de Savigny-sur-Orge et le siège du doyenné de Savigny-Viry.

Domaine seigneurial et monacal dès le Moyen Âge, Savigny-sur-Orge construit autour du château occupé par d’illustres familles se développa dès l’arrivée du chemin de fer à la fin du XIXe siècle. Le lotissement des coteaux puis du plateau, la construction de grands ensembles multiplièrent par vingt la population de la commune en un siècle, pour en faire au XXIe siècle la quatrième ville du département. Reliée au grands pôles urbains et économiques de la région par une ligne de RER et l’autoroute A6 mais disposant de peu d’espaces industriels et commerciaux, c’est aujourd’hui tant une « ville-dortoir » confrontée au vieillissement de ses infrastructures qu’une commune recherchée des classes moyennes.

Ses habitants sont appelés les Saviniens[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Savigny-sur-Orge en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 88,8 % 616,52
Espace urbain non construit 9,2 % 64,02
Espace rural 2,0 % 13,98
Source : Iaurif[3]

Savigny-sur-Orge est située dans la région Île-de-France, au nord du département de l’Essonne, totalement intégré à l’agglomération parisienne, à la frontière est de l’ancien pays et aujourd’hui région naturelle du Hurepoix. La commune occupe un territoire approximativement rectangulaire dont la base orientée au sud-est fait trois kilomètres et le côté orienté au sud-ouest fait deux kilomètres et trois cent mètres, le tout représente une superficie de six cent quatre-vingt-dix-sept hectares. Près de 90 % de ce territoire est aujourd’hui urbanisé et construit et seulement 2 % sont répertoriés comme espace « rural », intégralement composé des berges relativement préservées de la rivière au sud. L’Institut national de l'information géographique et forestière attribue les coordonnées géographiques 48°41'23" N et 02°21'11" E au point central de ce territoire[4]. La commune est implantée à proximité de la confluence de deux cours d’eau qui marquent en partie des frontières naturelles avec ses voisines, l’Yvette qui coule du nord au sud sur la frontière ouest et l’Orge qui coule d’ouest en est sur presque toute la frontière sud. Elle est aussi positionnée à quelques centaines de mètres du cours de la Seine qui passe à l’est sur le territoire des communes voisines de Viry-Châtillon et Juvisy-sur-Orge. Le territoire est situé pour une part importante sur des coteaux orientés au sud-ouest à l’extrémité sud du vaste plateau d’Orly, l’altitude s’échelonne ainsi entre trente-trois mètres à l’extrême sud-ouest et quatre-vingt-dix-neuf mètres au nord-est. Suivant le cours de l’Yvette, l’ouest de la commune est traversé par la tranchée de l’autoroute A6, reliée aux routes départementales 167, 25 et 77 traversant la commune d’est en ouest. Suivant le cours de l’Orge, la ligne de Grande Ceinture aujourd’hui empruntée par la ligne C du RER permet à la commune de disposer d’une gare. Urbanisée au cours du XXe siècle, la morphologie urbaine mêle aujourd’hui quartiers pavillonnaires sur le plateau et grands ensembles sur les coteaux, encadrant le centre-ville historique.

Quatrième commune du département, Savigny-sur-Orge est pourtant située à l’écart des pôles administratifs et économiques du département, à dix-neuf kilomètres au sud de Paris-Notre-Dame[5], point zéro des routes de France, neuf kilomètres au nord-ouest d’Évry[6], neuf kilomètres au sud-est de Palaiseau[7], treize kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[8], trente-deux kilomètres au nord-est d’Étampes[9], huit kilomètres au nord-est de Montlhéry[10], treize kilomètres au nord-est d’Arpajon[11], vingt-trois kilomètres au nord de La Ferté-Alais[12], trente et un kilomètres au nord-est de Dourdan[13] et trente-trois kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[14].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L’Orge à la frontière avec Viry-Châtillon.

Savigny-sur-Orge est implantée sur le coteau nord de la vallée de l’Orge qui marque la frontière sud et sud-est avec les communes de Morsang-sur-Orge et Viry-Châtillon, la rivière parcourt ainsi trois kilomètres et trois cent mètres sur le territoire commun. Son affluent l’Yvette sert elle aussi de frontière avec la commune voisine d’Épinay-sur-Orge au sud-ouest et forme une boucle dans le quartier de Grand-Vaux sur une longueur de neuf cent mètres. Au sud du territoire, dans le parc de l’ancien château aujourd’hui occupé par le lycée se trouvent deux canaux artificiels et les douves. Un bassin de retenue des eaux de pluie a été aménagé sur le plateau en bordure de l’avenue du Garigliano et un autre à l’intersection des avenues du Général Friant et du Général Louis Morand. Du sud au nord-est coule dans des canalisations souterraines l’aqueduc de la Vanne et du Loing relié au réservoir de Montsouris pour l’alimentation de Paris en eau potable.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Savigny-sur-Orge est implantée à l’extrémité sud du plateau de Longboyau et sur les coteaux des vallées de l’Yvette à l’ouest et de l’Orge au sud, dominant ainsi la pénéplaine de l’Yvette-Orge-Seine. Le territoire s’étage entre une altitude basse de trente-trois mètres à l’extrême sud-ouest en bordure de la confluence de l’Yvette et de l’Orge[15] et une altitude haute de quatre-vingt-dix-neuf mètres à proximité de la Ferme de Champagne[16]. La déclivité se fait relativement doucement sur les deux tiers nord du territoire vers le sud et le sud-ouest puis s’accentue fortement à l’approche du centre-ville, l’altitude passant brusquement de quatre-vingt-quatre mètres dans le quartier des Cherchefeuilles, approximativement centré sur le territoire[17] à seulement trente-sept mètres dans le parc du lycée[18], distant de seulement un kilomètre au sud-est et dans le parc de Grand-Vaux[19], distant de mille six cent mètres au sud-ouest. Le sous-sol est caractéristique de l’ensemble du bassin parisien avec une succession de couches de meulière, de limon, d’argile et de calcaire au plus profond[20].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Deux cours d’eau matérialisent une partie des frontières de la commune, l’Yvette au sud-ouest avec Épinay-sur-Orge, l’Orge au sud avec Villemoisson-sur-Orge et Morsang-sur-Orge et au sud-est avec Viry-Châtillon. À l’ouest se trouve une courte limite avec Longjumeau, qui se poursuit au nord-ouest par une frontière avec Morangis en partie matérialisée par l’avenue de l’Armée Leclerc. Au nord, la rue de la Voie Verte marque la limite avec Paray-Vieille-Poste puis avec Athis-Mons au nord-est. À l’est se trouve la commune de Juvisy-sur-Orge, en partie séparée par l’avenue de Champagne qui recouvre l’aqueduc de la Vanne et du Loing.

Rose des vents Morangis Paray-Vieille-Poste Athis-Mons Rose des vents
Longjumeau N Juvisy-sur-Orge
O    Savigny-sur-Orge    E
S
Épinay-sur-Orge Villemoisson-sur-Orge
& Morsang-sur-Orge
Viry-Châtillon

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Savigny-sur-Orge est située en Île-de-France et bénéficie d’un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l’ensemble de l’année. En moyenne annuelle, la température s’établit à 10,8 °C, avec une maximale de 15,2 °C et une minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le 1er juillet 1952 et -19,6 °C le 17 janvier 1985. Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir. L’ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an. Les précipitations sont également réparties sur l’année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Savigny-sur-Orge.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[21],[22].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Savigny-sur-Orge.

Placée à la confluence de deux cours d’eau, Savigny-sur-Orge a toujours été à proximité d’importantes routes commerciales. Aujourd’hui, son territoire est parcouru ou traversé par plusieurs voies routières et ferrées et par un maillage de transports en commun relativement dense. La commune dispose ainsi de la gare de Savigny-sur-Orge reliée à la ligne C du RER complétée dans la commune voisine d’Épinay-sur-Orge par la gare de Petit Vaux. Le projet de Tram-train Évry - Massy devrait à terme prévoir la création d’une station dédiée au quartier de Grand Vaux[23].

À l’extrême ouest passe l’autoroute A6, la commune disposant de l’échangeur numéro 6 à proximité de Petit Vaux et du centre-ville. À l’est, tout proche de la Cité du panorama passe sur le territoire de la commune voisine Juvisy-sur-Orge l’ancienne route nationale 7, ces deux voies majeures sont ensuite reliées entre elles par plusieurs routes départementales, du nord au sud passant par Savigny-sur-Orge, la RD 167 qui prend l’appellation d’Avenue Jean Allemane, la RD 25 qui est appelée Boulevard Aristide Briand et la RD 77 qui passe par le centre-ville en s’écartant du cours de l’Orge. Ce réseau routier est emprunté quotidiennement par plusieurs lignes d’autobus parmi lesquelles les lignes DM21[24] et DM22[25] du réseau de bus Daniel Meyer qui assurent la desserte locale vers les villes voisines de Morsang-sur-Orge, Viry-Châtillon et Grigny, les lignes du réseau de bus RATP 292 vers le marché international de Rungis[26], 385[27], 486[28] et 492[29], et assurant la continuité de service de nuit, la ligne N131 du réseau Noctilien[30].

Enfin, la commune n’est située qu’à cinq kilomètres au sud de l’aéroport Paris-Orly et trente-neuf kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Une barre d’immeuble du grand ensemble de Grand Vaux.

Savigny-sur-Orge est divisée en plusieurs quartiers, historiquement, le centre-ville est implanté au sud à proximité du cours de l’Orge, il a été complété au fur et à mesure de l’urbanisation par le quartier pavillonnaire des Cherchefeuilles puis du Plateau au nord, par le grand ensemble de Grand Vaux au sud-ouest et par le quartier de Clair Village ainsi que par la zone d'aménagement concerté des Gâtines au nord-ouest et par le quartier Champagne et des Prés Saint-Martin à l’est et de la Voie Verte au nord-est. Les quartiers de Grand Vaux et des Prés Saint-Martin, non classifiés comme zone urbaine sensible sont toutefois intégrés dans un contrat urbain de cohésion sociale[31],[32]. L’Insee découpe la commune en seize îlots regroupés pour l'information statistique[33].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Savigny-sur-Orge viendrait de la présence à l’époque gallo-romaine d’un propriétaire terrien originaire de la Sabine et dénommé Sabinus qui évolua vers l’appellation Savinus puis la graphie actuelle[34]. Créée en 1793, la commune ajouta la mention du cours d’eau l’Orge en 1801 pour se distinguer des nombreuses autres communes homonymes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Des vestiges de silex taillé, des pierres polies de bronze et de céramique certifient la présence humaine dès le néolithique et jusqu’à l’époque celtique[35]. L’origine latine du nom semble indiquer la présence d’un propriétaire terrien à l’époque gallo-romaine. Des pièces en bronze découvertes attestent d’une concentration humaine aux IIIe et IVe siècles. Au Moyen Âge, des moines de l’abbaye Notre-Dame-des-Champs développèrent un moustier aux Prés-Saint-Martin[36].

Savigny, un château et son village[modifier | modifier le code]

Carte de la région de Savigny au XVIIe siècle par Cassini.
Le château de Savigny au XVIIe siècle.

Longtemps, Savigny ne fut qu’un petit village groupé autour du château seigneurial, le territoire comme celui des bourgs voisins était alors occupé par de vaste champs sur le plateau, de vignes et de vergers sur les coteaux et d’herbages dans la vallée de l’Orge. Au XIe siècle fut élevée la première chapelle seigneuriale.

Au XIIe siècle fut élevée sur le plateau la ferme de Champagne. L’église Saint-Martin fut édifiée à cette époque par les moines de l’abbaye de Longpont. Pendant la guerre de Cent Ans, l’église comme beaucoup d’autres de la région fut ravagée puis reconstruite. En 1475, Étienne de Vesc, chambellan de Charles VIII, acquit le domaine de Savigny. Entre 1485 et 1488, il étendit le domaine sur la Champagne et le bois de Viry. En 1493, l’église agrandie fut consacrée à Saint-Martin. En 1587 furent installées quatre cloches à Saint-Martin. Charles-François de Vintimille du Luc hérita de la seigneurie et mourut au château en 1740. Au XVIIIe siècle, Marie-Nicolas Pigeon, avocat au Parlement de Paris fit construire le domaine de Courte-rente. Entre 1635 et 1797, le domaine de Grand Vaux passa entre différentes mains. Pierre Vigier l’acquit en 1797 et l’agrandit jusqu’à sa mort en 1817, le parc couvrant alors cent hectares.

En 1801, Pauline de Beaumont loua le domaine de Courte-rente pour abriter ses amours avec François-René de Chateaubriand. En 1802, Louis Nicolas Davout acquit le château de Savigny et y fit d’importants travaux. En 1854, Charles Petit, propriétaire de la ferme de Champagne créa une usine d’expérimentation de distillation de la betterave sucrière. En 1855, Louis Adolf Duval, futur maire de la commune fonde une manufacture de fleurs artificielles. En 1869, la reine d’Espagne Isabelle II en exil séjourna au château de Savigny.

Croissance moderne[modifier | modifier le code]

Savigny bénéficia à la fin du XIXe siècle de l’arrivée de la ligne de Grande Ceinture avec la construction d’une gare sur son territoire en 1888. En 1834, elle se dota d’une maison commune aménagée dans la première école. En 1847, elle construisit un nouveau bâtiment pour accueillir la mairie, l’école et le presbytère. La même année, la Maréchale Davout fit don à la commune d’une école de filles. En 1883, une nouvelle école fut construite.

En 1916, la ferme de Champagne fut vendue et accueillie un centre de rééducation des victimes de guerre inauguré en 1917 par le président de la République Raymond Poincaré[37]. La même année, des hôpitaux militaires furent installés au château de Grand Vaux et au château de Savigny.

Au sortir de la Première Guerre mondiale, l’afflux de provinciaux dans la région capitale et la politique en faveur du logement social modifièrent la physionomie de la commune. Entre 1923 et 1935, des lotissements pavillonnaires remplace les champs et vergers au nord et à l’est du centre-ville, d’abord pour la villégiature des parisiens puis pour le logement des nouveaux employés et ouvriers. Outre la construction d’équipements publics, la viabilisation des nouveaux quartiers fut entreprise à partir de 1928 et des 1931, près de 70 % des Saviniens résidaient sur le plateau. En 1929, pour accompagner cette croissance démographique fut construit le groupe scolaire Jules Ferry, suivit en 1931 par l’église Sainte-Thérèse et en 1936 par le groupe Aristide Briand. En 1930 s’ouvrit l’une des premières salles de cinéma de la région, l’Excelsior.

En 1942, la mairie fut transférée dans une ancienne ferme, plus vaste. Durant la seconde Guerre mondiale, les résistants Georgette et Francis Remoissenet et Fernande et Paul Arnoult s’illustrèrent par l’aide qu’ils apportèrent aux persécutés, ils ont ainsi été élevés au rang de « Juste parmi les nations »[38],[39]. Entre 1945 et 1972, la ferme de Champagne, devenue propriété du ministère de la Justice servit de centre d’éducation surveillée pour mineurs délinquants. En 1947, le ministère de l’Éducation nationale, propriétaire du château de Savigny y installa une annexe du lycée Lakanal de Sceaux. En 1953, cette annexe devint le lycée autonome Jean-Baptiste Corot[40]. Les Trente Glorieuses entraînèrent un nouvel afflux de population, rapidement logée dans les grands ensembles implantés dans le parc du château de Grand Vaux entre 1960 et 1966, à Clair Village entre 1967 et 1971 et aux Prés-Saint-Martin entre 1970 et 1972[41]. Les groupes scolaires Kennedy et Saint-Exupéry et l’église Notre-Dame-de-l’Espérance accompagnèrent cette urbanisation entre 1962 et 1964. Entre 1953 et 1960, le parc de Grand Vaux fut coupé en deux par la nouvelle autoroute A6 qui reliait ainsi directement la commune aux portes de Paris. Le 24 mai 1969, Savigny-sur-Orge accueillit un meeting de campagne du candidat Georges Pompidou[42]. Entre 1978 et 1979, Savigny-sur-Orge fut à nouveau sous le feu des projecteurs lors de l’affaire Empain[43].

L’urbanisation s’acheva en 1992 avec l’aménagement de la zone d'aménagement concerté des Gâtines[44]. En 1999, la commune se dota d’un nouvel hôtel de ville. Savigny-sur-Orge fut la première ville à avoir pris la décision d’un couvre-feu de vingt-deux heure à sept heures du matin pour les mineurs, lors des émeutes de novembre 2005.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui quatrième commune du département en nombre d’habitants, Savigny-sur-Orge a connu comme de nombreuses villes de l’agglomération parisienne une explosion urbanistique et démographique au cours du XXe siècle, entamée dès les années 1920. Lors du premier recensement des personnes en 1793, la nouvelle commune n’était qu’un village de mille cinq habitants, qui connut par la suite une forte baisse puis une évolution chaotique, jusqu’à ne compter que huit cent vingt-trois résidents en 1800. Elle ne dépassa à nouveau le cap des mille personnes que lors du recensement de 1856, date à partir de laquelle la croissance se poursuivie de façon relativement linéaire et lente, pour n’approcher le nombre de deux mille résidents qu’en 1921. En 1926 débuta une période de développement plus rapide avec déjà près de cinq mille six cent habitants et très vite plus de onze mille dès 1931. Le second conflit mondial eut un impact limité sur cette évolution puisqu’en 1946 la population était passée à quatorze mille cinq cent cinquante quatre personnes puis plus de dix sept mille en 1954, vingt-quatre mille en 1962 et près de trente quatre mille cinq cent en 1975. Le recensement de 1982 fut marqué par une nette diminution avec la perte de deux mille habitants avant une reprise de la croissance jusqu’au chiffre établit en 2006 à trente sept mille deux cent cinquante neuf Saviniens. L’immigration compte pour une part relativement importante dans cette évolution puisqu’en 1999, 8,2 % de la population était de nationalité étrangère[45]. Parmi cette population, 3,2 % était de nationalité Portugaise, 0,9 % Marocaine, 0,8 % Algérienne, 0,5 % Italienne, 0,3 % Espagnole et Tunisienne et 0,2 % Turque[46].


En 2011, la commune comptait 37 132 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 005 823 911 895 925 882 955 932 923
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 016 1 260 1 246 1 255 1 348 1 386 1 472 1 684 1 667
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 647 1 711 1 848 1 995 5 593 11 582 13 039 14 554 17 608
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
24 219 31 956 34 478 32 502 33 295 36 258 37 259 37 132 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis Insee à partir de 2004[48].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

L’analyse comparée des pyramides des âges de Savigny-sur-Orge et du département de l’Essonne établies en 2006 montre une relative similarité de répartition des catégories d’âges dans la population, avec néanmoins quelques variations, à la baisse dans la commune pour les jeunes résidents et à la hausse pour les populations masculines entre trente et soixante-quatorze ans. À l’inverse, dans la commune, les femmes sont moins représentées que dans le reste du département jusqu’à l’âge de cinquante-neuf ans puis largement plus nombreuses pour les trois tranches d’âges suivantes. En 1999, la proportion de jeunes de moins de vingt-cinq ans représentait 30,5 % dans la commune et les familles monoparentales comptaient pour 11,0 % de la population[49].

Pyramide des âges à Savigny-sur-Orge en 2009 en pourcentages[50].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,1 
5,7 
75 à 89 ans
9,5 
11,5 
60 à 74 ans
12,2 
20,9 
45 à 59 ans
20,1 
21,9 
30 à 44 ans
20,3 
20,5 
15 à 29 ans
17,9 
19,1 
0 à 14 ans
18,7 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[51].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

Le territoire de Savigny-sur-Orge est divisé en deux cantons, le canton de Savigny-sur-Orge qui rassemble les 28 382 habitants des trois quarts ouest de la commune, représenté par le conseiller général Éric Mehlhorn (UMP) et le canton de Juvisy-sur-Orge qui regroupe les 8 877 habitants du nord-est, représenté par le conseiller général Étienne Chaufour (PS). Les deux subdivisions sont intégrées à la septième circonscription de l’Essonne représentée par le député Éva Sas (EÉLV). Le maire actuel est Eric Mehlhorn, il préside le conseil municipal composé de trente-neuf élus dont trente pour l'UMP, sept pour l’opposition Divers gauche et deux pour l’autre liste d’opposition divers gauche. Il est assisté par onze adjoints au maire[52]. La commune a mis en place un conseil municipal des Jeunes[53]. L’Insee attribue à la commune le code 91 3 99 589[54]. La commune de Savigny-sur-Orge est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 105 897. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[55].

En 2009, la commune disposait d’un budget de 49 187 000 € dont 41 204 000 € de fonctionnement et 7 983 000 € d’investissement[56], financés pour 43,50 % par les impôts locaux[57] avec des taux de taxes fixés à 16,92 % pour la taxe d'habitation, 14,92 % et 50 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti et 20,97 % pour la taxe professionnelle[58], la même année, la dette municipale s’élevait à 32 219 000 €[59]. En 2009, sur les 15 964 logements que comptait la commune, 2 066 étaient des logements sociaux[60] soit seulement 12,94 % du parc, la commune ne respectant ainsi pas le seuil de 20 % imposé par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.

La commune adhéra en 2013 à la communauté d'agglomération Les Portes de l'Essonne[61] et coopérait avec les communes voisines dans le cadre du syndicat mixte Orge-Yvette-Seine, du syndicat mixte pour la revalorisation et l'élimination des déchets et ordures ménagères[62] et du syndicat mixte d'aménagement hydraulique de la Vallée de l'Yvette[63]. La commune s’est dotée d’un office de tourisme.

Conseil municipal de Savigny-sur-Orge (mandature 2008-2014)[64].
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Liste d’union républicaine » UMP Laurence Spicher-Bernier[Note 3] 30 Majorité
« Imagine Savigny » DVG David Fabre 7 Opposition
« Savigny égalité » DVG Jean Estivill 2 Opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Quarante maires se sont succédé à la tête de la commune depuis l’élection du premier en 1790 :

Liste des maires successifs[65].
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Eric Mehlhorn UMP Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Le 29 septembre 2008, à la suite du décès de son prédécesseur Jean Marsaudon, Laurence Spicher-Bernier a été élue maire. Née le 16 juin 1961 dans le 15e arrondissement de Paris, ses parents se sont installés à Savigny-sur-Orge en 1964 dans le quartier populaire de Grand-Vaux. Employée de banque pendant dix-sept ans, elle est ensuite agent immobilier. Présidente de l’association des commerçants de Savigny-sur-Orge pendant quinze ans, elle a été pendant dix ans Conseiller prud’hommes[70],[71]. Le 6 septembre 2011, Laurence Spicher-Bernier est condamnée à huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel d'Evry pour exercice illégal de la profession d’avocat et usage illicite du titre de conseil[72]. Membre du Parti radical[73], elle a été exclue en mars 2012 de l'UMP pour avoir présenté une candidature dissidente aux élections législatives[74]. En 2014, à l'issu d'un second tour marqué par une quadrangulaire, Eric Mehlhorn devient Maire de Savigny-sur-Orge.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Ancienne commune de la « Ceinture Rouge » de Paris, Savigny-sur-Orge se caractérise aujourd’hui par un électorat relativement ancré à droite quels que soient les scrutins organisés. L’analyse des résultats des élections organisées au cours de la dernière décennie montre ainsi une nette avance des candidats de la droite gouvernementale avec en 2001 des scores important pour le maire sortant Jean Marsaudon et la conseillère générale avec respectivement 52,17 % et 58,55 % des suffrages. En 2002, le candidat Jacques Chirac y obtint près de 85 % des bulletins de vote soit deux points de plus qu’au niveau national et les électeurs avaient écarté le candidat frontiste dès le premier tour au profit de Lionel Jospin. La même année, le député maire sortant obtenait une large victoire face à son adversaire socialiste. En 2004, comme sur l’ensemble du territoire, les élections furent favorables à la gauche avec des victoires du candidat socialiste sur le tiers de la commune concernée par les élections cantonales, et la nette avance des candidats socialistes aux élections régionales et européennes. En 2006, l’élection cantonale partielle vit cependant une nouvelle victoire de la droite, confirmée par les scores importants, bien qu’en baisse, des candidats de la majorité présidentielle. En 2008, bien qu’élu une nouvelle fois au premier tour, le maire sortant voyait une importante érosion de son électorat, dans les mêmes proportions que pour les élections cantonales où la droite peina à dépasser les 50 % des suffrages. L’année 2009 vit comme partout dans la région la nette avance du mouvement populaire et la percée du mouvement Europe Écologie, toutefois onze points derrière. En 2005, les électeurs Saviniens ont rejeté à 50,11 % le traité de Lisbonne alors qu’ils avaient approuvés à 54,17 % le traité de Maastricht[75]. La fédération départementale de l’Union pour un mouvement populaire est implantée dans la commune[76], ainsi que des sections du Parti socialiste[77] et du Parti communiste français[78].

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours (canton de Savigny-sur-Orge) 
Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours (canton de Juvisy-sur-Orge, qui comprend la partie Est de Savigny-sur-Orge

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Référendums[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le groupe scolaire Jules Ferry.

Les établissements scolaires de Savigny-sur-Orge sont rattachés à l’académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire des écoles maternelles François-René de Chateaubriand, Paul Bert, Jean Mermoz, des Marguerite et de la Champagne, de l’école élémentaire Ferdinand Buisson, des écoles primaires Jules Ferry, Antoine de Saint-Exupéry, Aristide Briand, John Fitzgerald Kennedy et Louise Michel[99]. Deux écoles primaires privées sous contrat s’ajoutent à cette offre, l’école du Sacré-Cœur et l’école Cohen Tenoudji[100]. La poursuite d’études s’effectue ensuite dans les collèges de la commune Jean Mermoz, Paul Bert et des Gâtines-René Cassin, ce dernier disposant d’une section d'enseignement général et professionnel adapté puis dans les lycées général et technologique Jean-Baptiste Corot et polyvalent Gaspard Monge[101].

Les écoles Aristide Briand, Champagne, François-René de Chateaubriand, Jules Ferry, John Fitzgerald Kennedy, Louise Michel, des Marguerites, Jean Mermoz, Paul Bert et Antoine de Saint-Exupéry servent en dehors des périodes scolaires de centres de loisirs. S’ajoutent le centre de loisirs Charles Perrault[102] et le centre de vacances « La Savinière », propriété de la commune depuis 1972 situé à La Tranche-sur-Mer[103]. Les jeunes enfants sont accueillis dans les crèches collectives Les Moussaillons, Les Lutins et Les Dauphins, dans la crèche parentale des Petits sucres d’orge, dans la crèche d’entreprise des Petits Chaperons rouges ou dans le réseau d’assistantes maternelles affiliées à la crèche familiale. Une halte-garderie complète l’offre[104]. Trois maisons de quartier ont été mises en place à Grand Vaux, Prés-Saint-Martin et Sainte-Thérèse. La Fédération des conseils de parents d'élèves[105] et la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public sont représentées dans les établissements de la commune. Un centre d'information et d'orientation est implanté dans la commune[106].

Santé[modifier | modifier le code]

La maison de retraite Charaintru.

La commune ne dispose plus d’aucun établissement de santé. Toutefois, plusieurs structures d’accueil pour personnes handicapées y sont installées, le foyer Jacques Cœur, l’espace Simone Dussart pour personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et l’association « L’Oasis » qui propose un accueil de jour pour enfants autistes. Elle est en outre dotée de plusieurs lieux d’accueil pour personnes âgées dont l’Éhpad des Cèdres, la maison de retraite intercommunale Charaintru, la résidence César Franck, le foyer Lucien Midol et la maison d’accueil temporaire Marie Chauvet. Deux centres de protection maternelle et infantile[107],[108] sont installés dans la commune, complétés par un centre de planification familiale[109]. Elle s’est par ailleurs dotée d’un service de soins infirmiers à domicile. Soixante médecins[110] et vingt-et-un chirurgiens-dentistes[111] exercent dans la commune, douze pharmacies y sont implantées[112].

Services publics[modifier | modifier le code]

L’agence postale du centre.

Pôle urbain important, Savigny-sur-Orge dispose de quatre bureaux de Poste en centre-ville[113], à Grand Vaux[114], aux Chardonnerets[115] et sur le Plateau[116], d’une trésorerie principale[117], d’une antenne de la caisse d’allocations familiales[118] et de la caisse primaire d'assurance maladie[119] et d’une agence Pôle emploi[120]. Dix avocats[121], deux études de notaire[122] et une société civile d’huissier de justice[123] sont installés dans la commune. La sécurité des biens et des personnes est assurée par un commissariat de Police nationale[124] et un centre de secours mixte[125]. L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables saviniens au tribunal d’instance et au conseil de prud’hommes de Longjumeau, aux tribunaux de grande instance et de commerce d’Évry et à la cour d'appel de Paris[126].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Savigny-sur-Orge n’a développé aucune association de jumelage.

Vie quotidienne à Savigny-sur-Orge[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La bibliothèque André Malraux.

La commune de Savigny-sur-Orge dispose de plusieurs espaces d’accès et de pratique culturelle, dont la médiathèque André Malraux, le conservatoire de musique municipal Claude Debussy, l’école municipale d’arts plastiques, une salle des fêtes et le cinéma Excelsior Panorama. S’ajoute le musée municipal consacré au Maréchal Davout[127].

Sports[modifier | modifier le code]

Le parc des sports Jean Moulin.

Le sport à Savigny-sur-Orge se pratique en divers lieux répartis sur le territoire. La commune dispose ainsi du parc des sports Jean Moulin complété par la maison du tennis et l’espace Jean Laguionie, des complexes sportifs David Douillet, Pierre de Coubertin et Léon Cheymol, du gymnase John Fitzgerald Kennedy, de la salle polyvalente Aristide Briand, du boulodrome Pierre Mathieu et de la salle d’haltérophilie Mamadou Lamine Loum[128]. La commune a mis en place des écoles municipales du sport et du cirque. Elle organise depuis 1990 les « Foulées de Savigny » une course d’endurance de la marche au semi-marathon. La commune accueille en résidence l’équipe des Lions de Savigny-sur-Orge, club de baseball fondé en 1982 qui évolue en championnat de France. S'ajoutent diverses disciplines regroupées au sein du club olympique Savigny (handball, basket-ball et football).

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Savigny-sur-Orge est rattachée au secteur pastoral de Savigny-Viry et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l’église Saint-Martin, de l’église Notre-Dame-d’Espérance et de l’église Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus[129]. La commune accueille aussi une église évangélique baptiste[130] et une association cultuelle israélite[131].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Médias[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif. L’hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales dans son édition Nord-Essonne comme la station de radio EFM.

Économie[modifier | modifier le code]

La halle du marché Davout.

La commune de Savigny-sur-Orge est principalement occupée par des espaces d’habitation, elle se rapproche ainsi du concept de « banlieue dortoir ». Le commerce joue un rôle important dans la vie économique avec un centre-ville actif et deux marchés organisés, le marché Jules Ferry qui se tient les jeudis et samedis et le marché Davout qui a lieu chaque mardi, vendredi et dimanche[132]. La commune accueillait en 2006 1 297 entreprises dont 739 dans le seul secteur des services. Elle ne dispose cependant que d’une petite zone d'activités industrielles et commerciales au nord-ouest, implantée en bordure de l’autoroute A6. Dans cette zone se regroupent principalement des entreprises de services employant relativement peu de salariés. Ainsi, près de 85 % des actifs de la commune étaient contraint de se rentre dans une autre commune ou un autre département pour exercer leur activité. Plusieurs supermarchés sont répartis sur le territoire, complétant l’offre de commerces de proximité dense. Trois hôtels regroupent un total de cent cinquante-deux chambres[133]. Elle est aujourd’hui intégrée par l’Insee au bassin d'emploi d’Orly qui regroupait en 2006 469 279 habitants, les Saviniens représentant 8 % du total[134]. Dans cette zone, la population active comptait 232 993 personnes mais seulement 210 476 personnes avaient un emploi. Dans la commune, la population active comptait 18 556 personnes et 16 859 avaient un emploi.

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

La démographie économique de la commune se distingue assez fortement des moyennes nationales et de la zone d’emploi. On trouve ainsi à Savigny-sur-Orge une proportion presque double d’artisans et commerçants que dans la zone d’emploi, plus d’employés et à l’inverse nettement moins d’ouvriers. Les secteurs d’activités où exerce la population est elle aussi relativement différente avec une répartition plus importante dans la construction et les services aux particuliers à Savigny-sur-Orge que dans le reste du bassin et à l’inverse un net déficit dans l’industrie, les services aux entreprises, dû principalement au fait qu’aucune entreprise d’envergure dans ces secteurs n’est implantée à proximité. Parmi la population ayant un emploi, près de 80 % disposait d’un statut de titulaire de la fonction publique ou d’un contrat à durée indéterminée. Le revenu net imposable moyen était fixé en 2006 à 26 290 euros mais 31 % des ménages ne payaient pas d’impôt sur le revenu. Près de 66 % de la population était propriétaire de son logement, un pavillon dans 55 % des cas[135]. Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 21 651 euros, ce qui plaçait Savigny-sur-Orge au mille six cent sixième rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages en métropole et au cent vingt-neuvième rang départemental[136].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Savigny-sur-Orge 0,1 % 8,3 % 15,1 % 26,8 % 33,8 % 15,9 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Savigny-sur-Orge 0,6 % 7,5 % 8,3 % 9,5 % 11,8 % 8,9 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[137]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Près de 90 % du territoire sont occupés par les espaces urbanisés construits, la commune ne dispose ainsi que des berges de l’Yvette et de l’Orge ayant conservées un caractère naturel. La commune a aménagé plusieurs parcs et squares, dont le parc du pré de l’Orge, le square René Cassin, le parc André Séron, le parc de Champagne, le square Georges Brassens, le square du Capitaine d’Hers. Les actions d’embellissement de la commune lui ont valu d’être récompensée par trois fleurs au concours des villes et villages fleuris[138]. La portion du parc du château de Morsang-sur-Orge situé sur le territoire communal a été recensé au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[139].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le patrimoine architectural de Savigny-sur-Orge est varié des différentes époques d’urbanisation du territoire. Dans le centre-ville se trouve le seul monument inscrit aux monuments historiques, une borne routière ornée d’un bonnet phrygien, inscrite le 12 janvier 1931[140]. La cloche de l’église Saint-Martin fondue en 1787 a été classée au titre des objets le 27 avril 1944[141]. La commune dispose en outre de l’ancien château du XVe siècle aujourd’hui occupé par le lycée, de la ferme de Champagne du XIIe siècle propriété du ministère de la Justice. S’ajoutent de nombreux équipements publics construits entre le XIXe siècle et le XXe siècle, l’ancien bureau de Poste construit en 1904[142], la première mairie acquise en 1834[143], la mairie acquise en 1846 et occupée par le musée Davout[144], l’aqueduc d’alimentation de la capitale en eau potable, construit entre 1867 et 1874[145], la gare construite en 1888[146], les anciens bains publics aménagés en 1930[147], l’église Sainte-Thérèse construite en 1928[148] et le cinéma Excelsior construit en 1930[149]. La tour du 1 rue Van Gogh haute de seize étages[150] et la barre de la rue Gauguin haute de quatorze étages[151] dominent le paysage de la commune.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Savigny-sur-Orge :

Louis Nicolas Davout.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason de Savigny-sur-Orge

Les armes de Savigny-sur-Orge se blasonnent : D’or au lion de gueules tenant une bannière coupée d’argent et de gueules emmanchée aussi d’argent, au chef d’azur semé de fleurs de lys d’or[152].

Le blason créé en 1952 par un Savinien est inspiré de celui du maréchal Davout. Le semis de fleurs de lys rappelle que Savigny est situé dans l’ancienne province d’Île-de-France dont la fleur de lys était l’emblème.

Savigny-sur-Orge s’est dotée en 1990 d’un logotype, il fut modernisé en 2004. Il était voulu plus dynamique avec la présence de rouge et d'un « S » stylisé et symbolisant la croissance de la commune en s'étirant vers le haut[153].

Logotype de Savigny-sur-Orge

Savigny-sur-Orge dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Coindreau, Savigny-sur-Orge de Sabinius à Savigny, Clermont-Ferrand, L’instant durable,‎ 1987
  • André Bourgoin, La vigne et le vin à Savigny-sur-Orge, Commune de Savigny-sur-Orge,‎ 1993
  • André Bourgoin, La dynastie Vigier à Savigny-sur-Orge et à Lamorlaye,‎ 1995
  • Collectif d'auteurs, Savigny-sur-Orge, Alan Sutton,‎ 26 octobre 2005 (ISBN 9782849103401)
  • Jacques-André Janvier, Le Maréchal Davout et sa famille à Savigny-sur-Orge,‎ 2006
  • Collectif d'auteurs, Davout maréchal d’Empire : catalogue de l’exposition présentée en 2006 à Savigny-sur-Orge

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. En remplacement de Jean Marsaudon, décédé en cours de mandat.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Savigny-sur-Orge dans le Code officiel géographique sur le site de l’Insee. Consulté le 07/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 08/04/2009.
  3. Fiche communale d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le 01/11/2010.
  4. Coordonnées géographiques sur le site lion1906.com Consulté le 29/11/2009.
  5. Orthodromie entre Savigny-sur-Orge et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  6. Orthodromie entre Savigny-sur-Orge et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  7. Orthodromie entre Savigny-sur-Orge et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  8. Orthodromie entre Savigny-sur-Orge et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  9. Orthodromie entre Savigny-sur-Orge et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  10. Orthodromie entre Savigny-sur-Orge et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  11. Orthodromie entre Savigny-sur-Orge et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  12. Orthodromie entre Savigny-sur-Orge et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  13. Orthodromie entre Savigny-sur-Orge et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  14. Orthodromie entre Savigny-sur-Orge et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  15. Fiche de la borne géodésique du pont de la RD 29 sur le site de l’Ign. Consulté le 28/11/2009.
  16. Fiche de la borne géodésique de la Ferme de Champagne sur le site de l’Ign. Consulté le 28/11/2009.
  17. Fiche de la borne géodésique des Cherchefeuilles sur le site de l’Ign. Consulté le 28/11/2009.
  18. Fiche de la borne géodésique du lycée sur le site de l’Ign. Consulté le 28/11/2009.
  19. Fiche de la borne géodésique du parc de Grand Vaux sur le site de l’Ign. Consulté le 28/11/2009.
  20. %2FOR0046 Fiche géologique de Savigny-sur-Orge sur le site du Brgm. Consulté le 20/08/2012.
  21. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  22. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  23. Communiqué du maire concernant le projet de Tram-Train sur le site officiel de la commune. Consulté le 28/11/2009.
  24. Carte de la ligne DM21 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/11/2009.
  25. Carte de la ligne DM22 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/11/2009.
  26. Plan de la ligne RATP 292 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/11/2009.
  27. Plan de la ligne RATP 385 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/11/2009.
  28. Plan de la ligne RATP 486 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/11/2009.
  29. Plan de la ligne RATP 492 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/11/2009.
  30. Fiche du Noctilien N131 sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/11/2009.
  31. Fiche du quartier de Grand Vaux sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 29/11/2009.
  32. Fiche du quartier des Prés Saint-Martin sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 29/11/2009.
  33. Carte de zonage de Savigny-sur-Orge sur le site de l’Insee. Consulté le 26/02/2011.
  34. « Fiche de Savigny-sur-Orge sur le site du Quid. » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 03/12/2009.
  35. « Fiche de Savigny-sur-Orge sur le site du Quid. » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 06/12/2009.
  36. Histoire de Savigny-sur-Orge sur le site topic-topos.com Consulté le 08/12/2009.
  37. Fiche de la ferme de Champagne sur le site topic-topos.com Consulté le 08/12/2009.
  38. Fiche de Georgette et Francis Remoissenet sur le site du comité français pour Yad Vashem. Consulté le 15/02/2010.
  39. Fiche de Fernande, Maurice et Paul Arnoult sur le site du comité français pour Yad Vashem. Consulté le 23/11/2010.
  40. Fiche du château de Savigny sur le site topic-topos.com Consulté le 08/12/2009.
  41. Histoire de la commune sur son site officiel. Consulté le 06/12/2009.
  42. Vidéo du meeting de Georges Pompidou à Savigny-sur-Orge en 1969 sur le site de l’Ina. Consulté le 08/12/2009.
  43. Vidéo du journal télévisé de TF1 du 27 juin 1979 sur le site de l’Ina. Consulté le 08/12/2009.
  44. Histoire des quartiers sur le site officiel de la commune. Consulté le 06/12/2009.
  45. Données démographiques sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 24/11/2009.
  46. Répartition de la population par nationalités sur le site de l’Insee. Consulté le 24/11/2009.
  47. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  48. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  49. Statistiques démographiques sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 24/11/2009.
  50. Pyramide des âges à Savigny-sur-Orge en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/08/2012.
  51. Pyramide des âges de l’Essonne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  52. Présentation des adjoints sur le site officiel de la commune. Consulté le 03/12/2009.
  53. Présentation du conseil municipal des Jeunes sur le site officiel de la commune. Consulté le 04/12/2009.
  54. Fiche de Savigny-sur-Orge sur le site de l’Insee. Consulté le 03/12/2009.
  55. Fiche entreprise de la commune de Savigny-sur-Orge sur le site verif.com Consulté le 11/03/2011.
  56. Budget communal sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 14/12/2010.
  57. Compte communal détaillé sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 14/12/2010.
  58. Taux de taxes sur le site taxe.com Consulté le 14/12/2010.
  59. Endettement municipal sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 14/12/2010.
  60. Répartition du patrimoine social par commune et par bailleur sur le site de l’Aorif. Consulté le 15/05/2010.
  61. Arrêté n° 2012-PREF.DRCL/749 du 20 décembre 2012 paru au recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Essonne. Consulté le 22/12/2012.
  62. Carte des communes adhérents au Siredom sur le site officiel du syndicat. Consulté le 03/12/2009.
  63. Liste des communes adhérentes au Siahvy sur le site officiel du syndicat. Consulté le 03/12/2009.
  64. Listes élues au conseil municipal en 2008 sur le site linternaute.com Consulté le 03/12/2009.
  65. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 11/06/2009.
  66. a et b Jean Estivill, « Quand la gauche se porte mal, c’est la démocratie qui est malade », ReSPUBLICA no 622, 30 septembre 2009
  67. Information du décès de Jean Marsaudon sur le site d’information en ligne leparisien.fr Consulté le 26/09/2008.
  68. Communiqué de presse de l’Élysée suite au décès de Jean Marsaudon. Consulté le 26/09/2008.
  69. « Fédération de l'Essonne du Parti radical » (consulté le 26 janvier 2012)
  70. Bulletin municipal novembre 2008
  71. Le Parisien 30 septembre 2008
  72. « La maire UMP condamnée à huit mois avec sursis », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 7 septembre 2011 (consulté le 23 mai 2012).
  73. « Les maires, conseillers régionaux et généraux », sur le site de la fédération de l'Essonne du Parti radical (consulté le 23 mai 2012).
  74. « La maire exclue de l'UMP », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 23 mars 2012 (consulté le 23 mai 2012).
  75. Résultats du référendum 1992 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 03/12/2009.
  76. Site de la fédération UMP de l’Essonne. Consulté le 03/12/2009.
  77. Site de la section du Parti socialiste de Savigny-sur-Orge. Consulté le 03/12/2009.
  78. Site de la section Val de Seine du Parti communiste français. Consulté le 03/12/2009.
  79. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  80. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  81. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  82. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  83. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  84. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 23/06/2012.
  85. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  86. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  87. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  88. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/03/2010.
  89. Résultats de l’élection cantonale 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  90. Résultats de l’élection cantonale partielle 2006 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/11/2009.
  91. Résultats de l’élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  92. Résultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  93. Résultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/04/2011.
  94. Résultats de l’élection municipale 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  95. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  96. http://savigny2014.over-blog.com/2014/03/savigny-sur-orge-municipales-2014.html résultat, consulté le 9/04/2014
  97. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 24/08/2009.
  98. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  99. Liste des écoles du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 01/09/2010.
  100. Liste des écoles privées du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 04/12/2009.
  101. Liste des établissements du second degré du bassin de Savigny sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 04/12/2009.
  102. Présentation du centre de loisirs Charles Perrault sur le site officiel de la commune. Consulté le 04/12/2009.
  103. Présentation du centre La Savinière sur le site officiel de la commune. Consulté le 04/12/2009.
  104. Présentation des lieux d’accueil de jeunes enfants sur le site officiel de la commune. Consulté le 04/12/2009.
  105. Conseil local FCPE sur le site de la fédération de l’Essonne. Consulté le 04/12/2009.
  106. Coordonnées du CIO de Savigny-sur-Orge sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 04/12/2009.
  107. Fiche du PMI Van Gogh sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 16/01/2013.
  108. Fiche du PMI Prés Saint-Martin sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 16/01/2013.
  109. Fiche du centre de planification familiale sur le site conseil général de l’Essonne. Consulté le 16/01/2013.
  110. Annuaire des médecins sur le site du Conseil national de l’Ordre. Consulté le 04/12/2009.
  111. Annuaire des chirurgiens-dentistes sur le site de l’Ordre national. Consulté le 04/12/2009.
  112. Annuaire des pharmacies sur le site de l’Ordre national. Consulté le 04/12/2009.
  113. Coordonnées de l'agence postale de Savigny-sur-Orge Centre sur le site officiel de La Poste. Consulté le 14/11/2010.
  114. Coordonnées de l'agence postale de Savigny-sur-Orge Grand Vaux sur le site officiel de La Poste. Consulté le 14/11/2010.
  115. Coordonnées de l'agence postale de Savigny-sur-Orge Chardonnerets sur le site officiel de La Poste. Consulté le 14/11/2010.
  116. Coordonnées de l'agence postale de Savigny-sur-Orge Plateau sur le site officiel de La Poste. Consulté le 14/11/2010.
  117. Liste des trésoreries de l’Essonne sur le site de la Drire d’Île-de-France. Consulté le 03/02/2010.
  118. Coordonnées de la CAF de Savigny-sur-Orge sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 04/12/2009.
  119. Coordonnées de la CPAM de Savigny-sur-Orge sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 04/12/2009.
  120. Coordonnées du Pôle emploi de Savigny-sur-Orge sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 04/12/2009.
  121. Annuaire des avocats sur le site du conseil national des barreaux. Consulté le 04/12/2009.
  122. Annuaire des notaires sur le site notaires.fr Consulté le 04/12/2009.
  123. Annuaire des huissiers sur le site de la chambre nationale. Consulté le 04/12/2009.
  124. Organisation des forces de l’Ordre en Essonne sur le site officiel de la préfecture. Consulté le 04/12/2009.
  125. Carte d’organisation des sapeurs-pompiers en Essonne sur le site du sdis91. Consulté le 04/12/2009.
  126. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère français de la Justice. Consulté le 03/12/2009.
  127. Site officiel du musée Davout. Consulté le 04/12/2009.
  128. Liste des équipements sportifs sur le site officiel de la commune. Consulté le 04/12/2009.
  129. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 04/12/2009.
  130. Coordonnées des églises protestantes du département sur le site eglises.org Consulté le 04/12/2009.
  131. Coordonnées de l’Acise sur le site du grand consistoire de France. Consulté le 04/12/2009.
  132. Les marchés de Savigny-sur-Orge sur le site officiel de la commune. Consulté le 06/12/2009.
  133. Tourisme local sur le site de linternaute.com Consulté le 06/12/2009.
  134. %5CDL_ZE19901144.pdf Fiche démographique de la zone d’emploi d’Orly sur le site de l’Insee. Consulté le 06/12/2009.
  135. %5CCOM%5CDL_COM91589.pdf Fiche démographique économique sur le site de l’Insee. Consulté le 06/12/2009.
  136. Résumé statistique national des communes sur le site de l’Insee. Consulté le 06/12/2009.
  137. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 05/07/2009.
  138. Palmarès départemental des villes et villages fleuris sur le site officiel de l’association. Consulté le 04/12/2009.
  139. Carte des ENS de Savigny-sur-Orge sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 14/02/2013.
  140. Fiche de la borne n°10 sur la base Mérimée du ministère de la Culture. Consulté le 05/12/2009.
  141. Fiche de la cloche de Saint-Martin sur la base Palissy du ministère de la Culture. Consulté le 05/12/2009.
  142. Fiche du bureau de poste sur le site topic-topos.com Consulté le 05/12/2009.
  143. Fiche de la première mairie sur le site topic-topos.com Consulté le 05/12/2009.
  144. Fiche du musée Davout sur le site topic-topos.com Consulté le 05/12/2009.
  145. Fiche de l’aqueduc de la Vanne sur le site topic-topos.com Consulté le 05/12/2009.
  146. Fiche de la gare sur le site topic-topos.com Consulté le 05/12/2009.
  147. Fiche des bains-douches sur le site topic-topos.com Consulté le 05/12/2009.
  148. Fiche de l’église Sainte-Thérèse sur le site topic-topos.com Consulté le 05/12/2009.
  149. Fiche du cinéma Excelsior sur le site topic-topos.com Consulté le 05/12/2009.
  150. Fiche de la tour du 1 rue Van Gogh sur la base Emporis. Consulté le 23/08/2010.
  151. Fiche de la barre de la rue Gauguin sur la base Emporis. Consulté le 23/08/2010.
  152. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 27/09/2009.
  153. Présentation du blason et des logotypes sur le site officiel de la commune. Consulté le 12/11/2009.
  154. Histoire de la commune sur son site officiel. Consulté le 12/11/2009.
  155. Liste des films tournés à Savigny-sur-Orge sur le site L2TC.com Consulté le 05/12/2010.