Fort-Mardyck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

À ne pas confondre avec Mardyck, une autre commune associée à Dunkerque.


Fort-Mardyck
L'église
L'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Grande-Synthe
Intercommunalité Communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral
Commune Dunkerque
Statut Commune associée
Date de fusion 2010
Maire délégué Roméo Ragazzo
Code postal 59430
Code commune 59248
Démographie
Gentilé Fort-Mardyckois
Population 3 605 hab. (2009)
Densité 2 557 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 01′ 52″ N 2° 18′ 22″ E / 51.0311111111, 2.30611111111 ()51° 01′ 52″ Nord 2° 18′ 22″ Est / 51.0311111111, 2.30611111111 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 9 m
Superficie 1,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 15.svg
Fort-Mardyck

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 15.svg
Fort-Mardyck

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Fort-Mardyck

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Fort-Mardyck

Fort-Mardyck (Fort Mardijk[1] en flamand occidental) est une ancienne commune française, située dans le département du Nord et la région Nord-Pas-de-Calais, aujourd'hui associée à Dunkerque.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fort-Mardyck dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

Située dans la banlieue Dunkerquoise, Fort-Mardyck est reliée à Lille (80 km) et Paris (300 km) par l'autoroute A25, au Tunnel sous la Manche via Calais par l'A16/E40, et à Bruxelles par l'A16/E40. Liaisons ferroviaires directes au départ de Dunkerque à destination de Calais, Lille, Paris, Marseille. Canal à grand gabarit jusqu'à Valenciennes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de Fort-Mardyck se blasonnent ainsi :"Champs de gueules à la licorne saillante d'argent, au chef d'azur chargé d'un soleil à face humaine, rayonnant d'or, enfermé dans une bordure bretessée aussi d'or."

Drapeau[modifier | modifier le code]

La ville de Fort-Mardyck utilise son propre drapeau que se décrit ainsi "Fascé de 4 pièces d'argent et de gueules.

Drapeau de Fort-Mardyck

Histoire[modifier | modifier le code]

la bataille de Dunkerque en 1646 - Siège de Mardyck - toile de Sauveur Le Conte (1659-1694) au Château de Chantilly

La commune tire son nom du fort construit en 1622 sous la domination espagnole, pour protéger la passe ouest de Dunkerque.

  • 30 septembre 1657 – 3 octobre : siège et prise de la ville par l’armée française, commandé par le chevalier de Clerville[2] et Vauban[3].
  • 1662 : après la victoire de Turenne lors de la Bataille des Dunes, Louis XIV rachète Dunkerque et le fort de Mardyck aux Anglais. Colbert, ministre de la marine, installe une colonie de marins venue de Picardie sur l'emplacement du fort.
  • 1793 : le hameau devient commune.
  • 1800 : le hameau est rattaché à la commune de Mardyck.
  • 1830 : rattachement à la commune de Grande-Synthe.
  • 1868 : le hameau redevient une commune indépendante.
  • 2004 : le 5 décembre les habitants de Fort-Mardyck et Saint-Pol-sur-Mer sont consultés par référendum sur la fusion-association à la ville de Dunkerque. Le oui l'emporte à 54 %, mais n'obtient que 24,25 % des inscrits au lieu des 25 % exigés par la loi. La fusion-association est donc rejetée par le préfet.
L'ancienne mairie
  • 2010 : suite à la décision du Conseil d'État d'annuler l'arrêté du préfet (CE 20 octobre 2010, no 306643, commune de Dunkerque : AJDA, 4 avril 2011, p. 686, note A. Treppoz Bruant), le projet de fusion est de nouveau à l'ordre du jour[4].
  • 7 décembre 2010 : le préfet ayant autorisé les conseils municipaux à statuer de nouveau sur le sort du projet, les 3 conseils municipaux votent une nouvelle fois en faveur de la fusion-association.
  • 8 décembre 2010 : le préfet ayant pris acte de la volonté des conseils municipaux, il accepte la fusion qui prend effet le 9 décembre 2010[5].

Administration[modifier | modifier le code]

Fort Mardyck est une commune associée à Dunkerque depuis le 9 décembre 2010, elle dispose donc d'un conseil consultatif présidé par un maire délégué. Les membres de ce conseil siègent également au conseil municipal de Dunkerque. Le maire Délégué de Fort Mardyck est actuellement Roméo Ragazzo.

La commune associée appartient également au Canton de Grande-Synthe, qui comprend une partie de Dunkerque-Petite-Synthe, les communes associées de Mardyck et de Fort-Mardyck. L'actuel conseiller général est aussi Roméo Raggazzo.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1908 1919 Adolphe Deconinck    
1919 1929 Jules Turbot    
1929 1932 André Boulogne    
1932 1935 Ferdinand Bernard    
1935 1938 Léon Deconinck    
1938 1945 François Evrard (fils)    
1945 1947 Laurent Legas    
1947 1971 Jean Deconinck[6] SFIO Conseiller général du Canton de Dunkerque-Ouest de 1964 à 1971,
Président du S.I.E.R.D. (Syndicat Intercommunal d’Equipement de la Région Dunkerquoise) de 1966 à 1970,
Vice-président de la Communauté urbaine de Dunkerque de 1969 à 1971[6].
1971 1977 Raymond Coulier    
1977 1989 Jacques Deconinck PS  
1989 2010 Roméo Ragazzo PS Conseiller général du Canton de Grande-Synthe depuis 1998,
Vice-président de la Communauté urbaine de Dunkerque de 1989 à 2014[7].

Liste des maires-délégués[modifier | modifier le code]

Liste des maires-délégués successifs représentant Fort Mardyck au conseil municipal de Dunkerque
Période Identité Étiquette Qualité
2010 en cours Roméo Ragazzo PS Conseiller général du Canton de Grande-Synthe depuis 1998.
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants depuis 1793 est connue à travers les recensements de la population effectués à Fort-Mardyck depuis cette date :

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
332 - - - - - - - -
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
- - - 1 070 1 225 1 375 1 481 1 607 1 672
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 678 1 785 1 879 1 964 1 967 1 977 1 882 1 577 2 501
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
3 124 3 666 4 802 4 229 4 074 3 766 3 586 3 568 3 563
Sources - Nombre retenu jusque 1962 : base Cassini de l'EHESS[8] et à partir de 1968 : Insee (population sans doubles comptes puis population municipale à partir de 2006)[9],[10],[11]



Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Fort-Mardyck en 2007 en pourcentage[12].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,4 
3,2 
75 à 89 ans
6,2 
12,8 
60 à 74 ans
14,4 
23,6 
45 à 59 ans
23,2 
20,7 
30 à 44 ans
20,5 
20,1 
15 à 29 ans
17,3 
19,6 
0 à 14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[13].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Parc zoologique

Fort-Mardyck est le lieu d'implantation d'un parc zoologique, abritant environ 170 individus et plus d'une quarantaine d'espèces sauvages et domestiques, vivant dans un milieu de vie reconstitué.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://proussel.voila.net/pages/noms_flamands.htm
  2. Anne Blanchard, « Louis Nicolas de Clerville», in Actes du colloque « Vauban et ses successeurs dans les ports du Ponant et du Levant », Brest, 16-19 mai 1993, publié dans Vauban et ses successeurs dans les ports du Ponant et du Levant, Paris : Association Vauban, 2000, p. 123 (également publié dans Les cahiers de Montpellier no 38, tome II/1998, Histoire et Défense, Université Paul-Valéry).
  3. Martin Barros, Nicole Salat et Thierry Sarmant. Vauban - L’intelligence du territoire. Éditions Nicolas Chaudun et Service historique de l'armée, Paris, 2006. Préface de Jean Nouvel. 175 p, ISBN 2-35039-028-4, p. 164.
  4. « La fusion de nouveau d'actualité », sur http://www.lavoixdunord.fr, La Voix du Nord (consulté le 6 novembre 2010).
  5. « Le préfet du Nord prononce la fusion association de Dunkerque, Saint-Pol et Fort-Mardyck », sur http://www.lavoixdunord.fr, La Voix du Nord (consulté le 8 décembre 2010).
  6. a et b http://collegedeconinck.fr/spip/spip.php?article17
  7. http://www.communaute-urbaine-dunkerque.fr/fr/linstitution/lorganisation-politique/les-vice-presidents/index.html
  8. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 28 juillet 2010)
  9. « Évolution et structure de la population (de 1968 à 2007) », sur Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  10. « Recensement de la population au 1er janvier 2006 », sur Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  11. « Recensement de la population au 1er janvier 2008 », sur Insee (consulté le 5 janvier 2011)
  12. « Évolution et structure de la population à Fort-Mardyck en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]