Wattrelos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wattrelos
Eglise Saint-Maclou
Eglise Saint-Maclou
Blason de Wattrelos
Blason
Wattrelos
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Roubaix-Est
Roubaix-Nord
Intercommunalité Lille Métropole
Maire
Mandat
Dominique Baert
2014-2020
Code postal 59150
Code commune 59650
Démographie
Gentilé Wattrelosiens
Population
municipale
41 538 hab. (2011)
Densité 3 050 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 42′ 06″ N 3° 12′ 51″ E / 50.7016666667, 3.21416666667 ()50° 42′ 06″ Nord 3° 12′ 51″ Est / 50.7016666667, 3.21416666667 ()  
Altitude Min. 16 m – Max. 42 m
Superficie 13,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Wattrelos

Géolocalisation sur la carte : Lille Métropole

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Wattrelos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wattrelos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wattrelos

Wattrelos [watʁəlo][1] est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais. Elle fait partie de la Communauté urbaine Lille Métropole Communauté urbaine (LMCU) et de l'Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai qui compte plus de 2 millions d'habitants. La commune est partagée entre les cantons de Roubaix-Est et de Roubaix-Nord. Ses habitants sont nommés les Wattrelosiens et ont pour surnom "Les coupés en deux" ("Les copés in deux" en Cht'i).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Wattrelos est situé sur la frontière belge, à 0 km de Mouscron, 5 km de Lannoy, 14 km de Lille, 15 km de Menin, 17 km de Courtrai et à 19 km de Tournai. Le canal de Roubaix qui longe le sud de la commune est rouvert à la navigation depuis 2009 (programme Blue Links).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Située à la frontière belge, Wattrelos est limitrophe en France des communes de Roubaix, Tourcoing et Leers et en Belgique de la ville de Mouscron (dont les sections ou villages de Luingne et d'Herseaux) et de la commune d'Estaimpuis (dont la section ou village de Leers-Nord).

Communes limitrophes de Wattrelos
Tourcoing (France) Mouscron (Belgique)
Wattrelos Estaimpuis (Belgique)
Roubaix (France) Leers (France)

Accès et transports[modifier | modifier le code]

La commune de Wattrelos est desservie par le réseau de transports en communs Transpole. Trois lignes de bus (Liane 3, MWR, 25) joignent le centre-ville de Wattrelos à la station de métro roubaisienne Eurotéléport à raison d’une moyenne de six passages par heure. La commune est également desservie par les lignes de bus 25 (Wattrelos – Roubaix – Lys lez Lannoy – Wattrelos) 32 (Wattrelos - Tourcoing), 47 (Collège Pablo Neruda - Villeneuve d'Ascq Hôtel de Ville) et 34 (Roubaix - Tourcoing).

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

On peut dire que Wattrelos a un avantage. Elle se trouve sur un terrain plat, des plaines. Comme la majorité de la topographie du Nord-Pas-de-Calais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Peut-être du flamand waterloos «sans eau»[2]. (la francisation des -er en -re est courante en France).
  • Waterlooz en 1030[2], Wattrelos en 1793.
  • La commune se nomme Waterlo[3]/Waterloo en néerlandais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Waterlos apparaît pour la première fois sur un document vers 1030 (XIe siècle)[4]. D'abord propriété d'un riche et puissant seigneur nommé Allowin ; celui-ci, lors de sa conversion, abandonne tous ses biens dont Wattrelos, à l'abbaye gantoise de Saint Bavon[5].

Au XIVe siècle Wattrelos voit apparaître sur ses terres les artisanats du textile en complément des activités agricoles[6].

Pendant plusieurs siècles la région lilloise a été disputée par plusieurs royaumes entrainant avec elle les communes de Tourcoing, Roubaix, Wattrelos…[7]:

En 1477, les soldats du roi Louis XI, pillent les manoirs, le château et les récoltes.
La ville commence enfin à prospérer, mais en 1488 la bataille de l'Espierre se déroulera au cœur même de la ville[réf. nécessaire].
Les Wattrelosiens n'échapperont pas aux guerres de Religion: en 1566, 150 protestants seront massacrés dans l'église[8].
En 1667, sur ordre de Louis XIV, la ville de Lille est capturée et la Flandre devient française (de ce fait Wattrelos aura 12 km de frontière à surveiller).
Pendant la Révolution, en 1794, Wattrelos va subir la bataille de Tourcoing (victoire de la république contre les monarchies européennes voulant remettre Louis XVI sur le trône).

Au XIXe siècle la ville va connaître son essor industriel. 1865 voit la première implantation industrielle: l'entreprise Leclerq-Dupire (filature / tissage)[9]. Grâce au textile, de nombreuses usines vont s'installer et la population va connaître une forte croissance. Plusieurs usines du secteur appartenaient à Alfred Motte.

Héraldique[modifier | modifier le code]

armes de Wattrelos

Les armes de Wattrelos se blasonnent ainsi : D'azur au lion fascé d'argent et de gueules, armé, lampassé et couronné d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Wattrelos
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790   Pierre-Joseph Lefèvre    
1901 1906 Victor Leplat    
1906 1912 Joseph Thérin   Délégué cantonal, conseiller général et député
1912 1938 Henri Briffaut SFIO Conseiller d'arrondissement (1892), conseiller général (1904), député (1924-1928)
1938 1944 Florimond Lecomte SFIO  
1944 1945 Louis Dornier SFIO  
1945 1947 François Mériaux PCF  
1947 1957 Albert Dhondt SFIO Ouvrier
Conseiller général (1938)
1957 mars 1971 Jean Delvainquière SFIO Vice-président de la Communauté urbaine de Lille, conseiller général, député
mars 1971 2000 Alain Faugaret PS Vice-président du Conseil général, député (1978-1988)
2000 en cours Dominique Baert PS/DVG député de 1997 à 2002 et depuis 2007
Les données manquantes sont à compléter.

Cantons[modifier | modifier le code]

Wattrelos (qui n'est pas chef-lieu de canton) est composé de deux parties de cantons à la fois : Roubaix-Est et Roubaix-Nord. Les électeurs votent donc dans l'un ou l'autre lors de l'élection de leur conseiller général.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Habitants[modifier | modifier le code]

Les habitants de Wattrelos ont pour surnom les « copés in deux » (coupés en deux)[10], terme qui a été repris localement dans des noms de clubs et activités culturelles ou sportives: damier club "les coupés en deux"[11],[12], atelier patoisant "Les copés in deux"[13],[14], brevet de cyclotourisme les "Copés in Deux"[15].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 41 538 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 590 3 214 3 969 4 901 6 791 7 300 7 864 8 736 9 432
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
10 360 12 315 13 113 14 682 15 325 15 725 17 118 19 770 22 731
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
25 884 27 503 29 089 27 733 29 032 30 647 31 084 28 796 31 993
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
41 319 43 754 45 440 44 626 43 675 42 753 42 852 41 538 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Wattrelos est la 8e ville du département en nombre d'habitants.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Wattrelos en 2010 en pourcentage[18].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,6 
4,9 
75 à 89 ans
8,5 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
18,8 
45 à 59 ans
19,8 
21,3 
30 à 44 ans
19,8 
20,5 
15 à 29 ans
18,6 
22,9 
0 à 14 ans
20,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage [19].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 


Économie[modifier | modifier le code]

  • Services (44 %)
  • Commerce de détail (31 %)
  • Établissements industriels et commerciaux (15 % : La Redoute, Promod, Jules...)
  • Commerce de gros (10 %)

Zones d'activités[modifier | modifier le code]

Zone de l'Union (juin 2011)
Zone de l'Union, ancienne usine Terken (Brasserie industrielle) en cours de réhabilitation (juin 2011)

Dans le domaine économique, Wattrelos a de nombreux atouts pour les investisseurs : des facilités d’accès (deux liaisons ouvertes vers la Belgique en 2004 à l’ouest et à l’est de la ville), 90 hectares de friches industrielles à reconquérir (Filatures du Sartel, Filature Saint-Liévin et Lainière de Roubaix dont la très grande majorité des bâtiments se trouve en réalité sur le territoire de Wattrelos) et des terrains à aménager en parcs d’activité afin de compléter l’offre existante – notamment la zone industrielle de la Martinoire, où se situe La Redoute, plus gros employeur de la ville (plus de 2000 salariés), qui fut la première zone industrielle du département du Nord.

Ces parcs d’activité, actuellement en plein développement, sont au nombre de trois sur le territoire de la commune: l’Avelin, le Beck et le Winhoute, auxquels il faut ajouter la « Zone de l’Union » qui s'étend aussi sur les communes limitrophes de Roubaix et Tourcoing et qui est l’un des plus grands chantiers de France.

*l’Avelin (10ha) Situé au sud-est de la ville, son aménagement (par la Communauté urbaine de Lille) date de 1995. Il est presque rempli. On y trouve pour l’instant les entreprises suivantes : Eurographie (impression sérigraphique), Spuntini Snacks (plate-forme de distribution de produits alimentaires destinés à la restauration rapide), Koloris (traitement et revêtement des métaux), Ricci Automobiles (concession automobile Peugeot, garage, vente et réparation), Les Salons de l'Aveline (restauration traditionnelle et salons de réception) et Senelar (négoce de bois).

*le Beck (32ha) Dans le prolongement du parc de l’Avelin mais de l’autre côté de la RD 700 (Antenne Sud de Roubaix) se situe le parc du Beck, conçu à la manière d’un bocage et mêlant activité économique et habitat (lotissement de 31 maisons). On y trouve les entreprises suivantes : Théâtre équestre Droulers (théâtre équestre), Steffy (négoce textile), Promod (prêt-à-porter féminin), Metro (produits alimentaires pour professionnels des métiers de bouche), Avez Ferblanterie (conditionnement en ferraille). En face du parc du Beck, sur une parcelle du hameau de la Carluyère, est implanté un dépôt de bus Transpole (transports en commun).

*le Winhoute (28ha) La Chambre de Commerce Grand Lille est l'aménageur de ce parc d'entreprises attenant à la zone industrielle de la Martinoire (nord-ouest de la ville). On y trouve les entrepôts logistiques de Jules (prêt-à-porter masculin) et Papier (matériel pour piscines).

*l'Union (80ha). C'est une ZAC ayant pour objet la réhabilitation d’une vaste friche industrielle qui abritait notamment l'ancienne brasserie Terken, avec l'objectif d'en faire une zone d’activité de haute qualité environnementale, en associant les habitants des quartiers au projet dans une dynamique de démocratie participative.

Article détaillé : Écoquartier de l'Union.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le 2e dimanche du mois de septembre est celui de la fête des Berlouffes, l'un des plus grands vide-greniers de France au charme authentique organisé tous les ans depuis plus de 30 ans. La Ville organise également l'un des plus grands carnaval de la région au printemps.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Depuis toujours, Wattrelos est une ville de fêtes :

  • la plus identitaire est incontestablement la fête des Berlouffes (en patois : guenilles, chiffons), immense vide-grenier créé il y a 30 ans. Ce vide-grenier présente la particularité d’être exclusivement réservé aux amateurs, contrairement à la braderie de Lille. Les Berlouffes accueillent chaque deuxième dimanche de septembre des centaines de milliers de chineurs et visiteurs (2 500 emplacements, sur 16 km de trottoirs). La fête est si connue que Wattrelos a été baptisée par les médias régionaux « la cité des Berlouffes ».
  • le carnaval : importé d'Allemagne et créé en même temps que la fête des Berlouffes, le carnaval de Wattrelos est l’un des plus importants de la région. Il a lieu en avril. Une vie associative folklorique s'est développée autour de l’évènement.
  • Wattrelos est aussi une ville de brocantes et de ducasses (fêtes foraines). Héritage du passé, elles concernent tous les quartiers de la ville, quasiment tout au long de l’année.
  • la fête nationale, le 14 juillet, se décline en deux temps : feu d’artifice le 13 au soir et fête champêtre au parc du Lion le 14 durant tout l’après-midi avec concerts, animations pour les enfants, etc.
  • les Allumoirs se déroulent en octobre dans tous les quartiers de la ville. Des cortèges de lampions effectuent un petit parcours derrière une société de musique, avant une distribution de friandises finale aux enfants.
  • le salon du Commerce & de l'Artisanat se déroule tous les ans à la Toussaint depuis plus de trente ans. Il accueille plus de soixante-dix exposants et reçoit plus de 10 000 visiteurs.
  • le marché de Noël est organisé depuis 1990. Tous les ans, le Père Noël descend en rappel du clocher de l’église et distribue des friandises aux enfants.

Wattrelos est aussi une ville au réseau associatif très dense et très actif : entre 300 et 400 associations y sont répertoriées.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Wattrelos abrite [21]:

  • Treize écoles maternelles (Jean-Macé, Jacques-Brel, Albert-Camus, Jean-Jaurès...) dont une privée (Sainte-Thérèse) et seize écoles élémentaires (Albert-Camus, Jean-Macé, Jean-Jaurès...) dont quatre privées (L'Enfant Jésus...) ;
  • Quatre collèges (Gustave-Nadaud, Pablo-Neruda, Émile-Zola) dont un privé (St-Joseph) ;
  • Un lycée d’enseignement général et technologique public : le lycée Émile-Zola ;
  • Un lycée d’enseignement professionnel et technique public : le lycée Alain-Savary.
  • Ainsi que : un conservatoire (à rayonnement communal) de musique, situé rue Denis-Pollet, et un atelier de coupe et couture (rue de Stalingrad).

Santé[modifier | modifier le code]

La ville de Wattrelos abrite un centre hospitalier, situé rue du Docteur Alexander Fleming, à 200 m à l’est de l’Hôtel de Ville.

Il existe également un centre médico-psychologique (pour enfants, adolescents et adultes) rue du Docteur Leplat.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville a beaucoup d'installations sportives et on y pratique au total une bonne trentaine de disciplines sportives, mais aussi des sports et jeux traditionnels comme le tir à l'arc à la perche, le javelot-tir sur cible et la bourle.

Culture[modifier | modifier le code]

Le Festival international du court métrage et de la vidéo eut lieu de 1972 à 1994.

La Ville propose une programmation culturelle étoffée tout au long de l'année, avec notamment un festival de spectacle pour enfants, L'Enfance de l'Art, chaque printemps durant un mois. Pour les musiciens amateurs, la Boîte à Musiques offre également des studios de répétition et propose régulièrement des concerts de rock, chanson française, etc.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Catholique[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Maclou (centre-ville) a été construite en 1882 et restaurée de 1992 à 2005. L'église saint Maclou a servi de décor au film : " Je rends larmes " en 2010
  • L'église Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus de Wattrelos, au Laboureur, de Charles Bourgeois, a été construite dans la première moitié du XXe siècle. Elle est classée à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.
  • L'église Saint-Vincent-de-Paul, au Crétinier, de Paul Destombes, a été construite en 1897, détruite en 1992 et reconstruite en 1993.
  • Église Saint-Gérard (Touquet-Saint-Gérard)
  • Église Notre-Dame du Bon Conseil (Beaulieu)
  • Église du Christ-Roi (Sapin Vert)

Cimetières[modifier | modifier le code]

  • Le cimetière communal du centre
  • Le cimetière communal du crétinier
  • Le cimetière communautaire de Lille Métropole

Patrimoine naturel et culturel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Brasseries du Nord Pas-de-Calais.
  • Les bourloires (aires du jeu traditionnel de la Bourle) de Wattrelos (le Saint-Paul, le Carin, la municipale, Saint-Joseph) sont répertoriées à l'inventaire des Monuments Historiques. Deux d'entre-eux sont inscrits depuis 2006, le Café-bourloire Le Carin, 52 rue François-Mériaux[22] et le Café-bourloire du Cercle Saint-Paul, 22 rue Jean-Jaurès[23].
  • Le terril de Wattrelos a été requalifié et renaturé par l'Agence Paysages à Lille. Le paysagiste et la commune ont reçu en 1989 le premier trophée du paysage français[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Peeters, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 103.
  2. a et b Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  3. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  4. Histoire de Wattrelos par Alexandre Pruvost - 1865 - page 67 - Googlebook
  5. Site de la municipalité de Wattrelos - Présentation de Wattrelos - Quelques Dates
  6. Site de la municipalité de Wattrelos - Présentation de Wattrelos - Le développement de l'industrie textile
  7. Wattrelos de Philippe Waret - éditions A. Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, France - ISBN 978-2-84910-513-9, 2006 "La guerre ne cesse de traverser le territoire wattrelosien, le comté de Flandre étant convoité par les empereurs et les rois. Les soldats du roi Louis XI pillent et détruisent les manoirs et les censés en 1477 et la bataille de l'Espierre se déroule au cœur même du village, en 1488. Les guerres de Religion n'épargnent pas Wattrelos qui est le théâtre, en 1566 dans sa propre église, du massacre de 150 protestants appelés «gueux» par l'Inquisition lancée par Charles Quint."
  8. NordÉclair - Les Berlouffes, emblème de Wattrelos - 13 août 2013
  9. Site de la municipalité de Wattrelos - Présentation de Wattrelos - Quelques Dates "1865 : l'entreprise Leclerq-Dupire s'installe à Wattrelos : première implantation industrielle dans une commune jusque là rurale "
  10. La Voix du Nord - 23 août 2011 "Wattrelos, où résident les « copés in deux »"
  11. Site du damier club "les coupés en deux"
  12. Fiche du club "les coupés en deux" - site de la LIGUE NORD PAS DE CALAIS PICARDIE DE JEU DE DAMES
  13. Site du groupe patoisant "Les copés in deux"
  14. Wattrelos : Rindez-vous le dernier spectacle des Copés in Deux - NordÉclair - 29 septembre 2013
  15. À l'ENTENTE DE WATTRELOS, le traditionnel brevet des COPÉS IN DEUX 2013
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  18. « Évolution et structure de la population à Wattrelos en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  19. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  20. Document sans titre
  21. Site municipal - Écoles, collèges et lycées
  22. « Café-bourloire Le Carin », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Café-bourloire du Cercle Saint-Paul », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. Communiqué du ministère de l'écologie d'avril 2002 reprenant la liste des précédents trophée du paysage