Cappelle-la-Grande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cappelle-la-Grande
La mairie de Cappelle-la-Grande.
La mairie de Cappelle-la-Grande.
Blason de Cappelle-la-Grande
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Dunkerque-Ouest
Intercommunalité Communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral
Maire
Mandat
Léon Devloies
2014-2020
Code postal 59180
Code commune 59131
Démographie
Gentilé Cappellois(es)
Population
municipale
8 096 hab. (2011)
Densité 1 483 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 59′ 57″ N 2° 21′ 53″ E / 50.9991666667, 2.36472222222 ()50° 59′ 57″ Nord 2° 21′ 53″ Est / 50.9991666667, 2.36472222222 ()  
Altitude Min. 1 m – Max. 5 m
Superficie 5,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Cappelle-la-Grande

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Cappelle-la-Grande

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cappelle-la-Grande

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cappelle-la-Grande

Cappelle-la-Grande (Kapelle en néerlandais) est une commune française située dans le département du Nord, en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cappelle-la-Grande dans son canton et son arrondissement.

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cappelle-la-Grande
Dunkerque Coudekerque-Branche
Cappelle-la-Grande Coudekerque-Village
Armbouts-Cappel Bierne

Histoire[modifier | modifier le code]

Des origines à la fin des années 1950[modifier | modifier le code]

Jusqu'au IXe siècle de notre ère, le territoire de Cappelle la Grande sort à peine la tête de l'eau. D'ailleurs, la presque totalité de la Flandre Maritime est constituée d'un vaste espace marécageux, très peu peuplé. À partir du Xe siècle débute le vaste mouvement de reconquête de la mer par les hommes et c'est alors que le territoire cappellois émerge véritablement. Pendant tout le Moyen Âge, Cappelle reste un petit hameau villageois agricole qui évolue au gré de l'histoire de la Flandre, puis de celle de la France. Avec le XXe siècle, sa révolution industrielle et ses nombreuses mutations, la cité entre dans l'ère de la modernité du progrès. De 135 habitants en 1789, Cappelle compte 1 000 administrés un peu plus d'un siècle plus tard en 1908. L'implantation de l'usine de Georges Lesieur en 1910 permet d'augmenter les besoins en main-d'œuvre.

C'est en 1920 que la commune prend son nom actuel de « Cappelle la Grande ». Au même moment se développe la cité des cheminots, « véritable ville dans la ville » et pépinière du mouvement associatif cappellois naissant.

Comme toute la région du Nord occupée, la ville souffre des deux guerres mondiales de 1914-1918 et 1939-1945. La période de reconstruction et les « Trente Glorieuses » font passer la commune du statut de village agricole à celui de ville périurbaine.

Depuis les années 1960, une expansion rapide de la cité[modifier | modifier le code]

Profitant du développement de l'industrie dans la région dunkerquoise au début des années 1960, Cappelle la Grande connaît une explosion démographique très rapide. La ville passe de 4 500 habitants en 1960 à presque 8 000 âmes dès 1975. Près de 1 200 logements sont construits en moins de quinze ans. De nouveaux équipements vont être proposés à la population dont un collège en 1968, un jardin public en 1977, une piscine, une MJC... Avec les années 1980, un centre ville moderne est créé qui permet de relier les différents quartiers de la cité. Le symbole en est le Palais des Arts et des Loisirs inauguré en 1980. Ont suivi un beffroi de style flamand, une poste moderne, un planétarium en 1989 et le Palais de l'Univers en 1997 qui marquent l'ouverture de Cappelle la Grande au tourisme scientifique.

À l'aube du nouveau siècle, notre ville n’a cessé de se moderniser par les installations sportives avec, en 2002, la construction entre autres, du complexe sportif Roger Gouvart donnant l’opportunité à la population de s'initier à de nouvelles activités sportives, ce qui a impliqué l’agrandissement du Palais des Arts en 2005 afin de pouvoir accueillir dans de meilleures conditions de nombreuses associations comme l’'école des Beaux-Arts, la chorale…. Dans cette même période, la ville a vu l'apparition de nouveaux logements sociaux du centre ville, le Hameau des sept planètes, les logements de la cité des Cheminots (rue Vatel) ainsi que le béguinage Marthe Marchyllie aménagé pour les anciens.

L'implantation de nombreuses sociétés a permis le développement de la zone économique de la Grande Porte. Depuis 1997, l'ampleur du Palais de l’Univers et de son planétarium a donné le jour au P.L.U.S. « Palais de l'Univers et des Sciences » inauguré en octobre 2009. Ce nouvel espace dédié à la culture et aux loisirs scientifiques montre une ville ouverte au monde.

Aujourd’hui, la ville compte 8 096 habitants…

Les autres dénominations de Cappelle-la-Grande ont été : Azemboustcapel en 1793, Arembout-Cappel Cappelle en 1801 pour devenir Cappelle-la-Grande en 1921.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville

Les armes de Cappelle-la-Grande se blasonnent ainsi, telles qu'elles sont décrites dans l'Armoriale des communes du département du Nord de T. Leuridan : « D'argent semé de croisettes recroisetée de sable, à deux bars adossés du même, et en chef un écusson d'or au chevron de sable. », mais les armoiries actuelles sont celles de Martin De Visch et se lisent ainsi : « D'argent à deux poissons pâmés, adossés en pal, de sable, l'écu semé de croisettes recroisetées, au pied fiché de même et en chef un écusson d'or au chevron de sable. »

Drapeau[modifier | modifier le code]

Le drapeau de la ville au sommet du beffroi

La ville de Cappelle-la-Grande dispose de son propre drapeau qui se décrit comme suit : fascé de huit pièces d'azur et d'or avec en son centre le blason de la ville avec à dextre et à senestre le lion des Flandres[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  13 mars 1983 Marius Rubbens PS  
13 mars 1983 20 juin 2013 Roger Gouvart PCF Vice-Président de la Communauté Urbaine de Dunkerque, Délégué syndical portuaire, décédé, en cours de mandat le 20 juin 2013
21 juin 2013 8 septembre 2013 Anne-Marie Deneckère Sans étiquette Intérim de Roger Gouvart
9 septembre 2013 en cours Léon Devloies Union de gauche Professeur de Mathématiques, Président d'honneur du Basket-Club Cappellois, Chevalier des Palmes académiques, Médaille d'or de la FFBB, 7ème Vice-Président de la Communauté Urbaine de Dunkerque
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 8 096 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
191 304 257 286 279 303 297 311 291
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
310 344 497 461 537 641 627 687 658
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
688 786 1 115 1 494 2 142 2 317 2 559 2 157 3 156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
4 781 5 723 7 962 9 186 8 908 8 613 8 329 8 131 8 141
2011 - - - - - - - -
8 096 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Cappelle-la-Grande en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,1 
4,1 
75 à 89 ans
5,9 
12,2 
60 à 74 ans
14,3 
19,3 
45 à 59 ans
20,1 
21,3 
30 à 44 ans
19,3 
21,5 
15 à 29 ans
20,6 
21,6 
0 à 14 ans
19,8 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Divers[modifier | modifier le code]

Forte de la richesse de ses associations, la ville s'est construite et développée autour du Palais des arts et des Loisirs un centre ville de style flamand pour dynamiser la commune au début des années 1980 ainsi que par la construction d'un beffroi. La ville se caractérise dans le tourisme scientifique avec le planétarium, le seul au nord de Paris et la construction du Palais de l'univers et des sciences (PLUS) ouvert depuis 2009, qui est devenu un équipement touristique et scientifique majeur appartenant à la Communauté Urbaine de Dunkerque.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Palais de l'Univers et des Sciences.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alain Vasseur, coureur cycliste français, Vainqueur des 4 Jours de Dunkerque 1969 et d'une étape du Tour de France en 1970.
  • Sylvain Vasseur, coureur cycliste français, Vainqueur du Tour du Luxembourg en 1973
  • Roger Gouvart (1928-2013), Leader syndical historique des Dockers du Port de Dunkerque, Maire pendant 30 ans
  • Bernard Gouvart (1953-2004), Secrétaire syndical portuaire, fondateur de la CSOPMI - CNTPA, Adjoint au maire et fondateur de nombreuses associations Cappelloises
  • Xavier Degans, Artiste peintre, sculpteur, mosaïste Dunkerquois qui a ouvert la première académie artistique de la ville et dont une rue porte le nom.
  • André Lesage, artiste peintre
  • Paul Gokel (1947-2008), Adjoint au maire de 1991 à 2008, conseiller général suppléant en 2008
  • Peter Akinlabi, Pongiste Nigérian licencié au TT Cappelle, 2 participations aux JO de Sydney 2000 et d'Athènes 2004
  • Marjorie Voituriez, 6ème dauphine de Miss France 1992, Déléguée Régionale Miss Prestige National présidée par Geneviève de Fontenay

Clubs sportifs nationaux et évènements sportifs internationaux[modifier | modifier le code]

Le ministère des sports a décompté 29 équipements sportifs sur le territoire de la commune en 2013[6].

  • Tennis de table Cappellois en Nationale 2 masculine,
  • Le BC Cappellois en Pré-nationale de basket-ball
  • Open international d'échecs, 600 participants, 60 pays.
  • L'Échiquier Cappellois avec des équipes en Nationale I, III, IV et IV Jeunes
  • Tournoi international moins de 17 ans de football
  • Cap Arena plus grande LAN de jeu vidéo en France 860 participants 10 pays.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]