Traité de Dunkerque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Traité de Dunkerque d'assistance mutuelle entre la France et le Royaume-Uni fut signé le 4 mars 1947 à Dunkerque.

Les signataires sont Georges Bidault, ministre français des Affaires étrangères et Ernest Bevin, secrétaire d’État britannique pour les Affaires étrangères.

Les objectifs qui président à la conclusion de ce traité se retrouvent dans le souci de se protéger contre une éventuelle agression allemande (crainte de réunification sous l'égide de l'URSS), ainsi que dans la volonté de resserrer les relations économiques entre les deux pays.

Réactivation plus profonde de l'Entente cordiale franco-britannique, le Traité de Dunkerque était à l'origine dirigé contre le risque d'une résurgence de l'expansionnisme allemand. Or, le danger soviétique se cristallisant alors rapidement, les deux pays vont s'orienter ensuite vers une alliance plus large, sous tutelle américaine, qui aboutit à la signature du Traité de Bruxelles en 1948, puis à la création de l'OTAN en 1949.

Selon Marc Trachtenberg c'est dès sa création que le traité fut conçu pour faire face à une menace soviétique : la menace allemande ne fut initialement invoquée que pour faciliter l'adoption du traité au moment où le parti communiste jouissait d'une position assez forte, notamment en France.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yann Lamézec Le traité franco-britannique de Dunkerque Presses Université Paris-Sorbonne 2007 (ISBN 978-2-840-50493-1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]