Commissaire Moulin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moulin (homonymie).

Commissaire Moulin

Titre original Commissaire Moulin
Autres titres
francophones
L'enquête est ouverte seulement pour les quatre premiers épisodes
Genre Série policière
Création Paul Andréota
Claude Boissol
Acteurs principaux Yves Rénier
Clément Michu
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine TF1
Nb. de saisons 8
Nb. d'épisodes 70
Durée 90 minutes
Diff. originale

Commissaire Moulin ou Commissaire Moulin, police judiciaire est une série télévisée française en 70 épisodes de 90 minutes créée par Paul Andréota et Claude Boissol, diffusée du au sur TF1, rediffusée entre 2007 et 2010 sur TMC, puis sur NRJ 12 entre 2010 et 2012, puis sur D17[1] depuis 2013 .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette série met en scène les enquêtes de Jean-Paul Moulin, commissaire de police.

Créée en 1976 par Paul Andréota et Claude Boissol, interrompue en 1982, la série Commissaire Moulin a été reprise en 1989 par son acteur principal, Yves Rénier, et l'auteur de romans policiers Georges Moréas[2]. Désormais intitulée Commissaire Moulin, police judiciaire (ce n'est pas à proprement parler la même série que celle créée en 1976, mais plutôt sa série dérivée), elle met en scène un Moulin devenu commissaire principal.

C'est le plus vieux feuilleton policier que TF1 a connu, après avoir totalisé 32 ans de diffusion sur la une.

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Yves Rénier : Commissaire puis Commissaire Principal puis Commissaire Divisionnaire Jean-Paul Moulin (1976-2008)
  • Guy Montagné : Inspecteur Pierre Guyomard (1976-1979)
  • Clément Michu : Inspecteur Galand (1980-1982) ; Inspecteur Divisionnaire, Commandant puis Commissaire (à titre posthume) Pierre Guyomard (1989-2006)
  • Samantha Rénier : Marie Moulin, fille de Jean-Paul (1999-2006)
  • Maxime Mansion : Frédéric Moulin, fils de Jean-Paul décédé (1989-1990)
  • Boris Roatta : Frédéric Moulin, fils de Jean-Paul décédé (1991-1993)
  • Bernard Rosselli : Buveur d'eau 1 (Les buveurs d'eau), Sutter (Silence radio), Capra (Serial killer) et Commandant Léon Guermeur (2000-2008)
  • Alice Béat : Lieutenant Charlotte Marszewski (2000-2006)
  • Natacha Amal : Samantha Beaumont, ex-femme de Jean-Paul (1993-2003)
  • Anne-Charlotte Pontabry : Docteur Sophie Magny, femme de Jean-Paul (2003-2008)
  • Pauline Larrieu: Béatrice moulin, ex femme de Jean Paul, Mère de Frédéric (1989-1991).
  • Catherine Morin : Jocelyne, compagne de Jean Paul (1976)
  • Laurence Charpentier : Lolo, ex-Compagne de Jean-Paul(1989-1992)
  • Jean-Pierre Kérien : Rocard (1976-1982)
  • Jean-Luc Moreau : Alex
  • Diane Simenon : Lieutenant Scola (surnommée Poupette) (1989-1992)
  • Anie Balestra : Baba ; La femme de Max (Mort d'un officier de police)(1989-1990)et Nicole Leguen (Illégitime défense)
  • Tchee : Le Chinois (1989-2000)
  • Francis Lax : Directeur de la PJ (surnommé le Vieux)(1989-2000)
  • Régis Anders : Jean-François Daubertas,(surnommé le Daube) Directeur Adjoint puis Directeur de la PJ (2000-2006)
  • Med Hondo : Max le voisin de Jean Paul (1989-1990)
  • Daniel Russo : Shalom Chauffeur de Taxi et indics de Jean Paul (1989-1993)

De nombreux autres acteurs ont figuré au casting de la série, parmi lesquels (par ordre alphabétique) :

Épisodes[modifier | modifier le code]

Première saison (1976)-(1979)[modifier | modifier le code]

  1. Ricochets (4 août 1976) : Un jeune homme est accusé du meurtre d'un grand couturier. Mais au moment où il va être déféré devant la justice, Moulin est pris d'un doute. Et si, malgré une accumulation de preuves accablantes, il n'était pas coupable? Moulin, presque solitaire, se lance alors dans une enquête à contre-courant. Et il n'est pas au bout de ses surprises.
  2. La surprise du chef (11 août 1976) : Un jeune couple d'hôteliers vendéens est venu à Paris ouvrir un restaurant à Montmartre. Soumis à un racket de la part d'une organisation de gangsters, ils refusent de payer et leur restaurant est plastiqué. C'est le commissaire Moulin qui enquête. Et il découvre bientôt le chef de l'organisation. Mais le plus dur sera de l'inculper car l'homme a su se mettre à l'abri. Le jeune policier et le « truand à col blanc », habile et retors, s'affrontent.
  3. La peur des autres (18 août 1976) : Par une amie, le commissaire Moulin vient d'être saisi du cas étrange de Monique Frémont, une jeune femme qui semble être dans un état de terreur permanent. Raisonnements et visites aux psychiatres n'ont donné aucun résultat. Moulin accepte de rencontrer la jeune femme. Mais quelques jours plus tard, Monique Frémont est retrouvée assassinée près du Bois de Boulogne. L'enquête est confiée au commissaire Le Marchand, collègue de Moulin...
  4. Choc en retour (25 août 1976) : Un riche entrepreneur, Floquet, adepte d'une secte religieuse, a été tué par l'éboulement de la voûte d'une chapelle. L'enquête nous fait pénétrer dans un monde mystique, silencieux, étrange, dominé par la personnalité du grand prêtre Cassius. Pour ce dernier, Floquet a été victime d'un « choc en retour »... Le commissaire Moulin, flanqué du superstitieux Ménardier, tente de comprendre l'incompréhensible.
  5. L'évadé (27 octobre 1976) : Voulant réparer une erreur judiciaire, le commissaire Moulin se heurte à la hiérarchie. Chargé de retrouver un ancien caïd de la pègre, Joseph Braun, évadé de la prison où il purgeait sa peine pour un meurtre qu'il refuse de reconnaître, le policier se prend de sympathie pour l'homme et acquiert la conviction de son innocence. Cette compréhension lui vaut une série de déboires : gardé en otage par Braun dans un bunker, il parvient à s'en échapper mais se retrouve lui-même en prison.
  6. Marée basse (23 février 1977) : Un été, Moulin est invité par Bulocq, pêcheur de son état, à venir passer quelques jours de vacances dans l'île où, jeune garçon, il passait ses vacances en famille. Au cours d'une partie de pêche en mer, il remonte le corps de Céline Altman, manifestement étranglée. À ce meurtre succède celui de Shoolie, jeune femme à laquelle Moulin s'est attaché...
  7. Petite Hantise (18 mai 1977) : Des coups dans les murs et les planchers, des objets volent à travers les pièces, le feu prend tout seul dans les tiroirs... Ces éléments permettent-ils de conclure que la maison est hantée ? En l'absence de spectre, il s'agirait d'un simple cas de « petit hantise » comme les gendarmes en consignent plusieurs chaque année. À un détail près : la maison hantée est la ferme normande où Moulin a passé sa jeunesse. L'objet de la persécution est sa propre tante et l'adolescente au centre des phénomènes est sa cousine. les phénomènes en question, Moulin et Guyomard les voient de leurs propres yeux. Enfin le mort que l'on trouve un beau matin n'est autre que le cousin de Moulin. Tout ceci amène le commissaire à mener la plus insolite de ses enquêtes...
  8. Cent mille soleils (7 septembre 1977) : Tout commence lorsqu'un promoteur immobilier est tué dans un accident de la circulation. Crime déguisé en accident ? Le commissaire Moulin enquête. Une piste : Manuel Marchand qui a eu maille à partir avec le promoteur à la suite de construction de pavillons. Sa petite fille, après avoir vécu un an dans le pavillon, est morte. Pourtant Marchand, comédien raté, a un alibi...
  9. Affectation spéciale (5 décembre 1977) : Nicolas Crescenti, dit « le Tordu » est devenu l'ennemi public numéro un. Le commissaire Moulin est sur ses traces et, tandis qu'il s'apprête à l'arrêter, « le Tordu » lui échappe et le blesse. « Le Tordu » lui échappe une seconde fois lors d'une opération montée par la Section Nationale d'Intervention et de Recherches. Moulin rejoint alors la PJ. Sur l'hippodrome où « le Tordu » doit faire courir une de ses pouliches, le commissaire organise un nouveau guet-apens.
  10. Le diable aussi a des ailes (2 août 1978) : Dure réalité pour Moulin : atteint d'une fièvre carabinée, il est obligé de laisser l'avion de touriste qu'il devait emprunter à son aéro-club. Mais l'homme qui prend sa place est victime d'un accident mortel. Rapidement, il apparaît clairement que l'appareil a été saboté. Quelqu'un en voulait donc à la vie du commissaire. Mais de qui s'agit-il? Malade et perclus de douleur, Moulin va devoir enquêter sans savoir où se diriger. Le voilà embarqué dans une drôle d'affaire, bourré de fausse pistes et de mystères, qui trouvera sa réponse dans un ultime et dangereux face à face aérien dans le ciel de France...
  11. Intox (8 novembre 1978) : La jeune employée d'une galerie de peinture est suivie dans le métro par un inquiétant personnage. À la sortie, il la rattrape, la tue et s'enfuit. Un témoin, paisible musicien, est convié par la police à une tentative d'identification. Et coup de théâtre, il reconnaît formellement parmi les suspects présentés, le commissaire Moulin...Le criminel serait donc un sosie de Moulin dont le portrait-robot est largement diffusé dans la presse. Le propriétaire d'un petit hôtel de banlieue reconnaît à son tour, sur la photo, un de ses pensionnaires, et la police n'a plus qu'à venir cueillir le suspect...
  12. Fausse note (23 janvier 1979) : Le père de Cécile Vierne, une jeune médecin psychiatre, est mort des circonstances étranges. Cécile demande au commissaire Moulin d'élucider ce qui lui paraît être un mystère. le résultat de l'enquête confirme la thèse du suicide. Mais Cécile reste persuadée que son père a été tué. Moulin entame une contre-enquête, assisté d'un commissaire de police de Nice. les voilà bientôt amenés à suspecter un certain Blaireau... qui meurt lui aussi. S'agit-il d'un autre suicide ou d'un autre crime ?
  13. Les brebis égarées (8 septembre 1979) : Sept attentats à l'explosif sont commis à Paris. Chargé d'enquêter sur l'un deux, le commissaire interroge Lannelongue, idéaliste non violent et Rose-Marie Mercier surnommée « Rom » qui chante dans un cabaret pour payer ses études de violoncelliste. Rom vit entourée d'amis, tous révoltés. L'un deux, José plus âgé est terroriste agissant pour une organisation internationale. Malgré les mises en garde du commissaire, Rom poussée par José passe à l'action.


Seconde saison (1980)-(1982)[modifier | modifier le code]

  1. Le Transfuge (10 septembre 1980)
  2. La Bavure (10 février 1981)
  3. L'Amie d'enfance (5 novembre 1981)
  4. Le Patron (7 janvier 1982)
  5. Une promenade en forêt (29 avril 1982)
  6. Un hanneton sur le dos (14 octobre 1982)

Troisième saison (1989)-(1990)[modifier | modifier le code]

  1. Paris 18 : Paris XVIIIe, arrondissement de l'angoisse et de la violence. C'est là que le commissaire Moulin exerce sa responsabilité policière. Après un braquage qui a mal tourné et se solde par la mort d'un fonctionnaire. Moulin se voit confronté à un nouveau défi : un tueur en série rôde dans la cité et assassine des personnes âgées. Entre le tueur et Jean-Paul Moulin s'engage alors une course contre la montre... C'est grâce à un commando de « mamies » équipées d'émetteurs et servant d'appât qu'il réussira à neutraliser le meurtrier... Derrière la Butte Montmartre, au-delà des clichés et du regard des touristes, la violence est omniprésente....
  2. Honneur et justice : Tandis qu'un homme est tué dans un parking, Moulin tente de gérer une crise! Sa compagne lui reproche en effet son trop grand engagement professionnel. Quelques jours plus tard Moulin est pris à parti dans un règlement de comptes entre flics et voyous. Ses collègues sont abattus froidement sous ses yeux. Mais c'est lui que la justice accuse. Suspendu, Moulin reçoit des menaces de mort très explicites. Il comprend alors qu'un groupe de policiers baptisé Honneur et justice agit en sous-main et applique ses propres lois. Parmi eux, des flics en activité. Il existe sans doute une « taupe » dans l'équipe même du commissaire.
  3. Corvée de bois : Le commissaire Moulin surveiller quelques voyous ayant attaqué son fils à l'école, perçoit le manège de quelques revendeurs de drogue. Il décide de mener sa propre enquête sans en référer à la brigade des stups, à qui l'enquête reviendrait de droit. assisté de toute son équipe, il veut faire tomber un « gros bonnet » du trafic de drogue pourvu d'une couverture diplomatique, José Ribeira. En se faisant passer pour un dealer, il est mis en contact avec Manuel Coeixera, terroriste recherché par Interpole...
  4. Les Buveurs d'eau : La bande des Buveurs d'eau sillonne la banlieue parisienne depuis des années, provoquant ici et là des cases audacieux, tous les services de la police ont déclaré forfait face à leur arrogance et leur témérité. Même le commissaire Moulin ne parvient pas à les saisir sur le fait; à tel point que le directeur de la PJ décide de participer lui-même aux planques et aux filatures; ce qui va lui amener quelques ennuis...
  5. Match nul : Lorsque Max apprend que son épouse a été enlevée, il s'adresse à son voisin et ami, le commissaire Moulin. Ce dernier se met sur l'affaire sans en parler à qui que ce soit. Cela fait partie des exigences des ravisseurs : le secret et dix millions de francs en petites coupures. Hélas, l'intervention inopportune du capitaine Bertrand fera avorter le piège tendu par Moulin...
  6. Bras d'honneur : Un immeuble glauque au fond d'une cité de banlieue. Un homme, un assassin, est reclus dans un appartement. Alors que Moulin essaie de négocier avec lui, les gendarmes donnent l'assaut. Bilan : un mort et un drôle de témoin. Car dans l'appartement se trouve également un ancien braqueur, un vrai truand « à l'ancienne », que Moulin connaît bien. Et si celui-ci n'a rien à voir avec l'assassin, il n'en reste pas moins un sujet à surveiller. Lorsque Moulin s'aperçoit que cet élégant voyou n'est pas « rangé des voitures » et qu'il trafique de la fausse monnaie, il décide de le suivre de près. Sans imaginer pour autant jusqu'où cette drôle d'histoire va le mené

Quatrième saison (1991-1992)[modifier | modifier le code]

  1. L'Ours vert : Frédéric, le fils du commissaire Moulin, est grièvement blessé. À la fête foraine, un jeune homme ivre lui a involontairement tiré une balle dans le dos. À l'hôpital, on annonce à Moulin que son enfant va devoir rester en dialyse. Pire encore, il apprend que le tireur ivre, Arnaud Benazet, est le fils d'un mandarin. Intouchable. Le flic s'efface devant la colère du père meurtri. Moulin veut faire payer Arnaud. Son acharnement conduit Benazet, célèbre chirurgien, à faire une proposition qu'il ne peut refuser. Un rein pour Frédéric, contre l'abandon des poursuites. Moulin veut comprendre comment Benazet se prétend capable de trouver un donneur pour Frédéric, alors que les hôpitaux publics ne laissent guère l'espoir d'une greffe avant de longues années. il ne tarde pas à découvrir que, derrière cette proposition, se cachent un effroyable trafic d'organes et une formidable organisation internationale. Reste Frédéric cloué sur son lit... Une image obsédante pour Moulin déchiré entre son amour paternel et son boulot de flic. L'argent n'est pas toujours le moteur des ripoux.
  2. Non-assistance à personne en danger : Le jeune Pascal agonise sur un tas d'ordures. Le commissaire Moulin se rend sur les lieux et trouve dans une des poches du jeune homme un billet d'entrée au Blue Bird, une boite de nuit. Moulin s'y rend et rencontre un gamin qui affirme avoir vu Pascal être victime d'un malaise dans les toilettes... Le commissaire se end vite compte que le patron de la boite s'est débarrassé du jeune homme qui risquait de mourir d'une overdose dans son établissement... Parallèlement, Moulin va vivre une plongée cauchemardesque dans le quotidien d'un jeune garçon victime de violences parentales. Les deux histoires sont naturellement liées et Moulin, moins homme de loi que travailleur social va d'abord chercher à faire triompher la vérité...
  3. Le Simulateur : lors d'un braquage de banque, la femme du directeur et son fils sont pris en otage. Le chef de la bande de braqueurs fait preuve d'humanité et tout se déroule sans haine et sans effusion de sang jusqu'à ce que deux de ses complices, moins scrupuleux, l'abattent froidement, le laisse pour mort. Peu de temps après, des collègues du commissaire Moulin se font attaquer. Ce dernier fait rapidement le lien entre les deux affaires. Le braqueur a survécu aux blessures de ses deux acolytes mais a perdu la mémoire. Pourtant, lui seul détient la clé de l'énigme permettant d'arrêter les assassins. Moulin va devoir se faire incarcérer sous une fausse identité pour approcher le truand, s'en faire un ami, et tenter de soutirer les renseignements essentiels. Amnésique ou simulateur? Au jeu des faux semblants, Moulin devra prendre tous les risques pour enfin connaître la vérité.
  4. Les Zombies : à la suite de la mort par injection de strychnine de l'un de ses plus vieux amis, flic à la brigade des stups, Moulin se sent investi d'une mission de « conscience » : découvrir l'identité de l'assassin. Pour ce faire une seule solution : investir le milieux de la drogue. Mais la traque des gros trafiquants implique un apprentissage quotidien qui bouscule sérieusement le sens des valeurs et des convictions de Moulin. Chevelu, barbu vêtu à la manière des bikers qui écument la ville, moulin doit s'initier à la dure loi de la rue. Plongé dans l'univers des squats délabrés, des HLM crasseux et des stations de métro glauques, au cœur des no man's land des friches industrielles de banlieue, Moulin doit composer avec un monde hostile qui lui est totalement étranger. Mais il sera confronté au pire, lorsqu'il découvrira que certains de ses collègues sont bien loin du métier de représentant de la loi, et trempent dans de bien sombres histoires...
  5. L. comme Lennon : Moulin se trouve pris entre deux affaires... À peine libéré de prison, un criminel qu'il avait envoyé derrière les barreaux quelques années avant menace sa vie privée... Parallèlement, un mystérieux serial killer commet des meurtres rituels reproduisant des assassinats immortalisés quelques années auparavant par Catoire, un artiste peintre sexagénaire, génialement pervers, et qui se trouve aujourd'hui lui-même incarcéré. Catoire connaît certains détails indispensables à la résolution de l'enquête, mais est-il prêt à les divulguer? Entre Moulin et l'artiste diabolique va alors s'engager une partie de poker menteur acharnée, où se conjugueront séduction et rivalité intellectuelle. Soumis à une double pression, Moulin devra exorciser tous ses démons...
  6. Larmes blanches : Un des meilleurs amis de Moulin, l'avocat Antoine Camara a accepté de défendre un monstre, Jean-Luc Duval, dit Rouge-Gorge, accusé d'avoir violé et assassiné plusieurs petites filles. L'avocat ne cesse de subir des pressions, les familles des victimes le harcèlent. Coups de fil anonymes, menaces sur ses propres enfants, photos de fillettes assassinées collées sur sa voiture, sur sa porte ... La peur s'installe. Antoine craque, annonce à Moulin qu'il va abandonner l'affaire. Moulin le prend très mal. Si la justice cède au chantage et aux menaces, c'est son métier de flic qui est piétiné. Alors, à son tour, Moulin harcèle les tourmenteurs. Il n'y a rien de pire que d'avoir un flic pour ennemi. Coincé, Antoine reprend le dossier et gagne le procès. Rouge-Gorge est libéré. Peu de temps après, une nouvelle fille est assassinée, dans les mêmes horribles conditions... Pour Moulin et son ami l'avocat, l'enfer vient de commencer.....


Cinquième saison (1993-1999)[modifier | modifier le code]

  1. Syndrome de menace : à la suite d'un problème cardiaque, Jean-Paul Moulin est hospitalisé. Malgré les conseils de prudence de ses proches et du corps médical, et toujours cloué sur son lit d'hôpital, le commissaire est amené à enquêter sur l'assassinat d'un voisin de chambre, un non voyant nommé Gilles Lecourbe. Ce dernier a été le témoin auditif du meurtre de son amie lors d'une conversation téléphonique avec elle. Alors que Lecourbe s'est rendu à la SRPJ pour déposer en tant que témoin, il a été pris en filature par le véhicule du meurtrier, qui l'a heurté de plein fouet. L'enquête conduite par Moulin, riche en rebondissements, va peu à peu révéler l'implication de membres du gouvernement et des services secrets. Pression, intimidation, tous les moyens seront utilisés pour fausser les pistes.
  2. Mort d'un officier de police : Le commissaire Moulin est temporairement affecté à la brigade de recherche et d'intervention (antigang) pour tenter d'enrayer des braquages de fast-food. Au cours du dispositif de planque, les voyous réussissent à prendre la fuite après avoir froidement abattu une prostituée et tiré sur les policiers. La liste des exactions de la bande s'allonge, ainsi que celle des victimes. Un large dispositif de surveillance est mis en place, et aboutit à l'arrestation des truands. Durant l'interpellation, le commissaire Lesueur, ennemi juré de Moulin, provoque la mort de son ami Max, un divisionnaire de l'antigang. Émotion assurée!
  3. Qu'un sang impur - Raison d'état : Un gang d'hommes cagoulés pénètre chez le docteur Cadiou et lui injecte un échantillon de sang contaminé par le virus HIV. Dès leur départ, le docteur se suicide.... Accusé d'avoir transfusé des dizaines d'hémophiles en ayant conscience des risques encourus, Cadiou avait été innocenté. C'est le troisième médecin impliqué dans l'affaire du sang contaminé qui meurt brutalement cinq ans après le procès. Les services de la sûreté sont convaincus que le docteur Mérédith, qui doit sortir de prison prochainement, est le suivant sur la liste. Ils chargent alors Moulin de le protéger.
  4. Le Récidiviste :Moulin enquête sur la disparition d'une fillette.Lorsque son corps est retrouvé les soupçons se portent sur le beau-père pédophile multi-récidiviste.(à la suite d'un procès perdu contre la famille dont l'histoire s'inspire,cet épisode reste à ce jour interdit de rediffusion à vie. À noter également que lors de sa diffusion il était déconseillé aux moins de 16 ans pour son extrême violence)
  5. Illégitime défense : Après une bavure dans un commissariat de banlieue, un voleur de scooter est abattu au fusil à lunette par le propriétaire qui n'est autre qu'un flic... Moulin enquête et s'aperçoit que les états de service du coupable ne sont pas aussi élogieux que sa hiérarchie veut le faire croire. De plus, le parquet met la pression pour faire passer cet assassinat pour un tragique accident. Moulin devra se battre pour empêcher une justice d'exception vis-à-vis de ce flic meurtrier, et ceci lui vaudra un passage à tabac en règle! La hargne de Jean-Paul Moulin permettra toutefois de prouver la préméditation et le meurtre.
  6. Cité interdite : Alors que la police recherche un voyou qui a passé à tabac un policier lors d'une émeute, Moulin retrouve Michel qui entraîne des adolescents de banlieue pour participer au « marathon des sables ». Moulin parvient à arrêter le voyou recherché, Thierry Bousset, mais son arrestation déclenche une émeute qui se traduit par l'attaque d'un fourgon de police, un policier y est gravement brûlé. Pour apaiser la situation, le préfet décide de relâcher Bousset. Libéré, ce dernier retrouve Samir et l'abat froidement dans un terrain vague.. mais sous les yeux de Rachid, un protégé de Michel, à qui il fait promettre de garder le silence...
  7. Lady in blue : Une nuit, au cours d'une interpellation qui tourne mal, le commissaire Moulin échappe de peu à la mort grâce à l'intervention d'une jeune femme, prostituée et droguée, Nathalie. Moulin se prend d'affection pour Nathalie et tente de la protéger alors qu'elle est la cible d'un tueur en série qui abat froidement toutes les prostituées rousses du secteur. Malheureusement, Moulin ne pourra empêcher l'assassinat de Nathalie. Alors que la police délaisse l'enquête le commissaire Jean-Paul Moulin se sent coupable. Il est résolu à démasquer le meurtrier, même si tous les indices semblent converger vers une même suspect membre de la police...
  8. Présomption d'innocence : Une jeune femme, Sophie Chaparal, épouse du magnat de la presse, André Charparal, est assassinée dans sa voiture. Son mari, lui, n'est que blessé. Le commissaire Moulin, chargé de l'enquête, suit dans un premier temps la piste de Kévin, qui tente de se suicider lorsqu'il voit arriver la Police. Moulin ne le croit pas responsable et se tourne vers Mourad, un jeune drogué qui avoue tout trop facilement. Finalement Moulin veut enquêter sur Chaparal qu'il croit coupable. Le directeur de la police accepte mais refuse de le couvrir en cas de débordement. Chaparal fait en effet scandale en reprochant à la police de ne pas avancer dans son enquête. Tandis que la photographe du journal, Ricky, mitraille Moulin pour faire des articles à sensations...
  9. Le Bleu : Le commissaire Moulin doit s'occuper d'un « bleu », Pierre Dufeau, frais émoulu de l'école des inspecteurs de police. Mais le jeune homme présente très vite les signes d'un comportement violent et étrange, notamment en ce qui concerne sa vie privée et son passé. Moulin ne tarde pas à découvrir que Pierre est en réalité le fils d'un « ripou » que Moulin a jadis dû abattre. Le fils Dufeau est animé d'une obsession dévorante : se venger du commissaire Moulin et éliminer les prostituées qu'il estime responsables de la dérive de son père...
  10. 36 quai des ombres : Encore une fois seul contre tous, le commissaire Moulin enquête pour réhabiliter le mémoire de son ami et collègue Vava. Décédé des suites d'une blessure à la tête lors d'une tentative d'arrestation d'un gang de braqueurs, ce dernier est soupçonné de corruption. Mais Moulin connaît trop Vava pour se laisser influencer. Persuadé de l'honnêteté de feu son ami, il va se démener pour blanchir sa mémoire. Il réussira à prouver que Vava a en fait été victime des manigances de Wolf, un flic de la brigade de répression du banditisme désireux de masquer une bavure qui compromettrait sa carrière...
  11. Silence radio : Il y a entre Moulin et le truand Berghese une sorte de respect mutuel : Berghese est un beau voyou, as du cambriolage, et Moulin est celui qui a réussi à le coincer sept ans plus tôt. Aujourd'hui Berghese assiste à l'enterrement de sa femme morte accidentellement et il en profite pour proposer à Moulin un marché : il est prêt, contre sa liberté anticipée, à balancer les responsables d'un braquage de banque que Moulin trace depuis longtemps, sans pouvoir les inquiéter, et qui semblent bénéficier de complicités au sein même de la PJ...
  12. Sérial killer : Moulin enquête sur une série de meurtres perpétrés dans le XIXe à Paris, et fair appel à Laurence Cusko, profiler, qui lui brosse un portrait psychologique du serial killer... Quelques jours plus tard, le corps de Sophie Kazan est retrouvé, sauvagement mutilé selon les mêmes rites et toujours dans le même quartier... Parallèlement, Moulin découvre l'existence de Marie, en garde à vue pour détention de drogue, et qui prétend être sa fille ... Marie habite aussi dans le XIXe! La liste des victimes s'allonge, et Moulin va devoir simultanément encaisser sa paternité, protéger sa progéniture et mettre fin à l'hécatombe de crimes sadiques.
  13. Passage protégé : Une femme meurt accidentellement, renversée sous les yeux de sa fille par Serge Blanc, un chauffard complètement ivre. Moulin, chargé de l'enquête, est mis en présence de Laetitia, la fille de la victime, jeune adulte, crucifiée par la douleur. Deux années plus tard, lorsque Blanc sort de prison, la jeune fille devenue rebelle a soigneusement orchestré sa vengeance. Une nouvelle fois les destins de Jean-Paul Moulin et de Laetitia vont se croiser par hasard. Conscient qu'un engrenage fatal est mis en marche, le commissaire va tout faire pour sauver Laetitia.. contre son gré ! Mais la mécanique du destin n'est pas de celles qu'on arrête facilement...


Sixième saison (2001)[modifier | modifier le code]

  1. Mortelle séduction : Une banale aventure d'un soir tourne au drame pour le commissaire Moulin. Cette superbe femme, Patricia, qu'il a aimée une nuit, est juge d'instruction. Elle tombe follement amoureuse de Moulin, et le harcèle, allant jusqu'à mettre en danger la vie de Sam. Moulin tente de cacher cette liaison. Lorsque Patricia est assassinée, tous les soupçons se portent sur Moulin. Son calvaire se termine en prison. Grâce à Guyomard, il s'évade lors de la reconstitution du crime, et se retrouve seul pour tenter de découvrir le véritable assassin.
  2. Une protection très rapprochée : En effectuant un banal reportage, Sam est témoin d'une tuerie. Le tueur l'identifie et tente de supprimer ce témoin gênant. Moulin, qui est séparé de Sam depuis un an, doit assurer sa protection, sous le toit de l'homme qui partage maintenant sa vie. Tout en la protégeant et en cherchant à identifier le tueur, Moulin mène un autre combat : reconquérir celle qu'il n'a jamais cessé d'aimer.
  3. Un flic sous influence : Drame personnel pour Moulin : Morgane, la petite-fille de son ami Paulo, est retrouvée morte dans son appartement. Moulin promet de retrouver l'assassin et lance son enquête. Ses investigations le mènent dans le milieu du film porno. La jeune victime, que tout le monde croyait une sage étudiante, était tombée dans les griffes du cynique producteur Schneider et de son bras droit : Moretti. Moulin obtient le feu vert de sa hiérarchie pour démarrer une opération d'infiltration dans le milieu... Mais quelle n'est pas sa surprise lorsqu'il découvre que Moretti, son principal suspect, est un flic de l'OCRTEH (la « police des putes »), infiltré depuis plusieurs mois pour faire tomber Schneider ! Moretti a-t-il franchi la ligne et basculé du côté des voyous ? Moulin refuse de le croire…
  4. Au nom de nos enfants : Le jour où Moulin s'est enfin décidé à se marier avec Sam, la femme de sa vie, le voilà embarqué dans une prise d'otages… Obligé de passer à la PJ en catastrophe pour récupérer les alliances oubliées par Guyomard, le commissaire Moulin tombe nez à nez avec un gang de fous armés. Ces derniers sont en fait les parents d'enfants victimes d'un dangereux pédophile, Sigura, qui vient d'être arrêté et attend son transfert vers la prison. Les revendications des preneurs d'otages sont claires : ils veulent la peau de Sigura, et le faire parler pour faire tomber son réseau. Ni la persuasion, ni la force ne semblent avoir raison de leur détermination. Ces parents sont désespérés et à ce titre, peuvent se révéler très dangereux…
  5. Le petit homme : Nicolas, un collégien de 16 ans dérobe le revolver de son père, brigadier de police, et abat un élève en pleine classe. Au commissariat, Nicolas se réfugie dans le mutisme. Jean-Paul Moulin n'obtient des informations qu'en interrogeant son meilleur ami. Il découvre alors qu'au collège, Nicolas est victime de racket. Simultanément, une mère de famille convaincue que son fils Julien est victime des mêmes racketteurs vient demander l'aide du commissaire Moulin. Un plan est alors élaboré, et les deux racketteurs sont pris en flagrant délit… Mais ces derniers semblent bénéficier de la protection de délinquants plus âgés, qui n'hésitent pas à menacer les surveillants… L'arrestation musclée d'un seul des racketteurs va mettre Julien en réel danger. Une fois l'écheveau des apparences démêlé, une vérité dérangeante va enfin éclater!
  6. La fliquette : Un soir dans une rue de Paris, un homme, visiblement au bout du rouleau, se suicide. il s'agit d'un flic. Parmi ses collègues les plus éprouvés par ce drame, une jeune « fliquette » gardienne de la paix, totalement investie dans sa mission. Déprimée, elle se confie à Moulin et parle de perte de confiance, de deni de sa hiérarchie, des graves interrogations que lui pose sa fonction. Quelques jours plus tard, la jeune fille est violée et tabassée par un trio de voyous. Moulin va donc mener l'enquête. Mais derrière sa quête des coupables, une idée l'obsède : défendre l'honneur de la police.
  7. X fragile : Francis Helman, commissaire à la très prestigieuse Direction de la Sûreté du Territoire souhaite rencontrer Moulin pour lui parler d'une affaire urgente. Tous deux se connaissent bien : ils ont été camarades de promotion et se sont revus à diverses occasions depuis la fin de leurs études. Malheureusement, Moulin doit écourter leur conversation à cause d'un empêchement de dernière minute. Le soir même de ce rendez-vous manqué, Francis Helman et son épouse sont assassinés devant leur fils autiste de huit ans, Jérémie. Incontestablement, Helman avait quelque chose à révéler à son vieil ami. Des faits suffisamment graves pour que quelqu'un veuille l'empêcher de parler....
  8. Commando quatre pattes : La fille du commissaire Moulin est fiancée à un vétérinaire qui milite contre l'expérimentation animale. Ensemble, ils mènent des opérations commando dans les laboratoires de recherche pour y libérer les animaux enfermés dans des cages. Au lendemain de l'une de ces descentes, un scientifique est retrouvé assassiné. Les soupçons tombent assez rapidement sur le fiancé, qui peine à justifier son alibi. Le commissaire Moulin, bonne âme, essaie de trier le vrai du faux tout en protégeant sa fille des possibles retombées de l'enquête. Certains indices semblent néanmoins accabler l'amoureux transi. Moulin a toutes les peines du monde pour innocenter le prévenu.

Septième saison (2002-2003)[modifier | modifier le code]

  1. Les moineaux : Dans ce nouvel opus du Commissaire Moulin, notre héros va mener de front deux enquêtes. La première, plus banale, où il démantèlera un trafic de drogue sur fond d'histoire passionnelle, la seconde, plus particulière, qui le verra affronter un clan de gitans et les trafiquants d'organes humains, les premiers cherchant les seconds pour venger l'une des leurs, une enfant de 8 ans à qui on a volé un rein. Moulin, comme toujours, fera son job avec passion, d'autant plus que cette histoire lui en rappelle une autre.
  2. Série noire : Moulin est nerveux : c'est la deuxième fois qu'il intervient sur les lieux d'un drame. Deux jeunes gens sont en effet décédés après avoir utilisé une nouvelle drogue. Le produit est en fait un véritable poison. Moulin avertit son équipe : il faut mettre la main sur les dealers qui revendent la substance. Brisac, un nouveau venu, doit faire partie de la souricière montée par le commissaire. Au cours de l'opération, Brisac meurt. Moulin s'en veut d'avoir conduit au feu un policier inexpérimenté. C'est la première fois qu'il fait face à une telle situation. Son autorité s'en trouve remise en question. Plus jamais le commissaire n'agira de la sorte...
  3. Sale bizness : Un braquage minable dans un PMU sans prétention tourne mal. Paniqués, les deux malfaiteurs font feu avant de prendre la fuite. Aussitôt dépêché sur les lieux, le commissaire Moulin ne peut que constater le drame. Il lui faut à présent tenter de retrouver les responsables de ce véritable carnage où Guyomard a été grièvement blessé. Parallèlement, Sam apprend avec effroi qu'un ami journaliste vient de mettre fin à ses jours. La jeune femme est à la fois consternée et intriguée par cette nouvelle. En effet, elle avait vu le défunt le jour même, et celui-ci n'avait manifesté aucun signe de déprime. Sam cherche à comprendre ce geste inexplicable...
  4. Tensions : Un commando armé attaque un fourgon de la police qui transporte des détenus. Sur les cinq prisonniers, trois réussissent à s'échapper. Alors que Moulin est sur la piste qui, des faux papiers qu'ils attendent, doit le mener aux fuyards, un officier de la DGSE vient s'immiscer dans l'enquête.
  5. Bandit d'honneur : Hugo Arragio, voleur de grands chemins, n'en est pas moins largement suivi par les médias qui couvrent chacun de ses larcins. Le brigand au grand cœur n'est pas dénué de charme. Et pourtant, Moulin, qui nourrit quelque sympathie pour ce malfaiteur non violent, lui promet de l'arrêter. C'est bientôt chose faite et Arragio se retrouve derrière les barreaux. Sous une fausse identité, il a en effet été arrêté pour une pécadille. Le commissaire demande alors son transfert dans une prison parisienne. Arragio est maintenant au frais. Lorsqu'il est retrouvé pendu dans sa cellule, Moulin ne parvient pas à croire à la thèse du suicide. Il penche plutôt pour un assassinat savamment préparé...
  6. Les lois de Murphy : Alors qu'ils s'apprêtent à monter en voiture, Moulin et Marie se font agresser par une équipe de « tamponneurs ». Marie, sérieusement blessée, doit être conduite aux urgences. Tandis que Moulin attend les résultats des examens, un jeune couple simulant une déclaration de vol, braque un commissariat et tue un policier. Ils prennent la fuite et continuent le massacre, tirant sur tout ce qui bouge! Au terme d'une longue chasse ils sont enfin interpellés. Moulin est loin de s'imaginer que cette affaire va le mener tout droit en prison en compagnie de Guermeur! Il faudra la révélation d'un des « tamponneurs » et la complicité de Marie et du directeur du 36 Quai des Orfèvres pour extraire Moulin et Guermeur des griffes d'un juge inflexible... mais heureusement pas irréprochable !.....
  7. La pente raide : Un tueur en série sévit à Paris depuis quelques semaines. Il a tué d'une balle dans la tête plusieurs hommes durant leur sommeil, et Moulin se retrouve chargé du dossier. Or le commissaire a des problèmes ; il s'est séparé de sa femme il y a peu et un médecin de la police prétend avoir détecté chez lui un alcoolisme important, et cela alors qu'il déteste l'alcool ! Il se propose de le faire mettre au placard. Moulin se retrouve donc chez le psychiatre. Mais le commissaire doit mettre ses problèmes en veilleuse s'il veut arrêter le massacre causé par le tueur. Une piste mène bientôt à une agence matrimoniale fréquentée par les deux dernières victimes.
  8. La promesse : à la suite d'un manquement aux règles de sécurité lors d'une séance de tir de son ami Frank Pelletier, Moulin vide le chargeur de l'arme de ce dernier. En rentrant à pied chez lui accompagné de Pelletier, il remarque une voiture de police suspecte, garée devant une villa cossue. Il téléphone à ses collègues pour leur demander d'effectuer des recherches concernant cette voiture, et apprend ainsi qu'elle a été volée. Le commissaire est alors convaincu qu'il se trouve face à un coup effectué par des malfrats appelés « saucissonneurs », qui s'introduisent chez les gens en se faisant passer pour des inspecteurs de police. Moulin intervient d'urgence dans la villa, après avoir appelé des renforts. Hélas, Pelletier est abattu. Le commissaire se voit alors accablé de reproches, et l'avocat véreux du tueur parvient à faire libérer ce dernier. Moulin promet à la veuve de Pelletier de châtier le criminel ...


Huitième saison (2004)-(2006)[modifier | modifier le code]

  1. Le pire des cauchemars : Le commissaire Moulin et Marie visitent le Jardin des plantes. Soudain, ils aperçoivent une mère de famille, complètement affolée. Celle-ci est à la recherche de son fils de quatre ans qui vient d'échapper à sa vigilance. Moulin tente de la calmer et lance un appel mais personne ne semble l'avoir vu... Le commissaire prend les choses en main et demande au responsable de la sécurité de bloquer toutes les issues et de filtrer la sortie des visiteurs
  2. Un coupable trop parfait : Le commissaire Moulin parvient à arrêter Bronivsky, un tueur en série. Lors du procès, l'accusé finit par avouer ses meurtres, à l'exception de celui d'une jeune femme prénommée Béatrice. Moulin ne croit rien de ces déclarations, mais l'avocate du tueur dispose d'un argument imparable : Brovnisky était hospitalisé à l'autre bout de la France lorsque Béatrice a été tuée. Le commissaire est forcé de s'incliner devant cet alibi incontestable. Il reçoit alors la visite de madame Lenormand, la mère de la jeune défunte, qui veut à tout prix connaître la vérité. Touché par sa détresse, Moulin accepte de reprendre l'enquête. Mais le meurtre a été commis deux ans plus tôt, ce qui complique ses recherches...
  3. Le sniper ou État d'urgence  : Le commissaire Moulin est sur les dents : un déséquilibré tue des passants, au hasard, sans mobile apparent. Le sniper est un ancien tireur d'élite de l'armée, un homme frustré d'avoir dû mettre un terme à sa carrière à la suite d'une grave blessure à la main. Durant plusieurs années, il a armé le bras de son fils, lui apprenant à manier fusils et pistolets. Aujourd'hui, c'est celui-ci qui accomplit la sinistre besogne, allongé à l'arrière d'un break dans lequel une ouverture discrète a été aménagée derrière la plaque d'immatriculation. Le père et le fils se baladent en voiture et, au gré de leur errance, choisissent des inconnus, que le fils tue sans état d'âme...
  4. Sous pression : Hiver 2004, Patrick Klotz condamné à 20 ans pour trois braquages, partage sa cellule avec Pierre Sébastian. Il simule une crise cardiaque après avoir avalé des cachets. L'ambulance qui l'amène à l'hôpital est attaquée par des complices, permettant son évasion. Quant à Pierre Sébastian condamné pour des meurtres de femmes, il est libéré après 9 ans sur l'avis favorable d'un psychiatre. Patrick Klotz est repris lors du braquage d'une bijouterie et apprend au commissaire moulin que Pierre Sébastian veut se venger de lui. Moulin est convaincu que Pierre Sébastian n'est pas guéri et va récidiver...
  5. Kidnapping : Alors qu'un dangereux braqueur multirécidiviste sort de prison, Moulin découvre parallèlement une impressionnante planque d'armes dans un parking. Le lendemain, un braquage est commis dans une banque.. Consternation, Moulin découvre sur la vidéo de surveillance que Marie fait partie des braqueurs! Marie s'est-elle acoquinée à une bande de voyous ou opère-t-elle contrainte et forcée ? Moulin va rapidement se rendre compte que sa fille a été enlevée ! Discrédité auprès de sa hiérarchie, et fou de rage, il va mener son enquête et découvrir que le trafic d'armes et l'enlèvement de sa fille sont étroitement liés! Ce trait d'union se nomme Terrano, une vieille connaissance du Commissaire Moulin. Obligé de tirer sur sa femme qui s'interposait entre Moulin et lui lors de son arrestation, Terrano murît sa vengeance depuis dix ans. Il veut que Moulin assiste à l'assassinat de sa propre fille, et endure le même calvaire que lui.. Le destin va en décider autrement...
  6. Affaires de famille : Le commissaire Moulin et son collègue de la BRI, le commandant Carella, arrêtent, sur le parking d'un supermarché, un dangereux gang de braqueurs qui s'apprêtait à attaquer un fourgon de convoyage de fonds. Le chef de la bande, Jo Roussel, est lourdement condamné. Cette arrestation se fête en famille car Carella est, en effet, le frère de Sophie, la compagne du commissaire Moulin. Durant cette soirée, Carella est victime d'un malaise...
  7. Le profil du tueur : Alors qu'il tente de découvrir qui a tué une adolescente dont le corps a été retrouvé à moitié immergé dans un étang du bois de Vincennes, le commissaire Moulin est appelé d'urgence pour un enlèvement. Déborah Guersant, 17 ans, a été enlevée sur le chemin de son lycée. Dans son sac, un téléphone portable émet en direct les premiers instants de son enlèvement. Réussissant à localiser l'appareil, Moulin se rend aussitôt sur les lieux. Mais il arrive trop tard et découvre le corps sans vie de Déborah. Le tueur a employé le même mode opératoire que pour le meurtre du bois de Vincennes.
  8. Le petit fugitif : Une jeune femme est retrouvée morte à son domicile, agressée, semble-t-il, en pleine nuit par deux hommes cagoulés. Etrange coïncidence, elle aurait eu la veille une vive altercation avec deux jeunes délinquants du quartier. Le commissaire Moulin entame son enquête dans l'immeuble et recueille un certain nombre d'informations intéressantes auprès des locataires. L'un d'eux, Vincent Perrin, harcelait la victime dont il était très épris; quant à sa voisine de palier, Julie Jonquet, elle a déménagé précipitamment le lendemain du crime. Moulin découvre que cette jeune mère célibataire est recherchée pour enlèvement d'enfant : par décision de justice, elle a perdu la garde de son fils, confiée à son ex-mari, un commandant de la Brigade anticriminalité...
  9. La dernière affaire : Moulin est chargé par le directeur de la P.J. de s'occuper de l'enlèvement de la fille d'un de ses amis, l'industriel Michel Léonard. Pour tenter de retrouver Véronique Léonard, Moulin, aidé de Guermeur et Charlotte, se concentre sur son entourage et celui de son père. Le petit ami de la fille, Frédéric Lopez, a aussi disparu. Léonard se prépare à payer la rançon. Pendant ce temps, Guyomard, qui fête son dernier jour avant le départ à la retraite, convainc le commissaire de lui confier l'enquête sur un cadavre retrouvé poignardé dans la Seine. Il accumule rapidement des indices.
  10. Bavures : Un jeune avocat noir, Jérôme Bonaventure, roulant à moto sans casque est interpellé par des policiers. Épileptique, il fait un grave malaise en cellule. Au lieu d'appeler un médecin comme il le demande, le brigadier Fontaine, raciste et violent, l'insulte, le moleste et tente de le coiffer d'un sac plastique. Pelletier, une jeune recrue, finit par tirer un coup de feu et tue Bonaventure. Fontaine et Pelletier affirment qu'il s'agissait de légitime défense. Kevin, un jeune toxicomane juste libéré de garde à vue, témoin de la scène et horrifié, s'enfuit du commissariat en courant mais est aperçu par le commissaire Gauthier, un raciste militant. Moulin, arrivé d'urgence sur les lieux, doit laisser l'enquête à l'IGS.

Voitures conduites par le commissaire Moulin[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • La plupart des musiques utilisées dans la série sont tirées de l'album Danger composé par Jean-Louis Negro.
  • Le réalisateur et ancien policier Olivier Marchal a joué dans la série et a été directeur de collection, participant au scénario de plusieurs épisodes.
  • La série est citée dans le film Profil bas de Claude Zidi dans la scène de la descente de police dans la boîte de nuit et dans lequel joue également Olivier Marchal.
  • Le chanteur Johnny Hallyday tient le rôle du gangster William Terrano dans l'épisode Kidnapping.
  • Pour la petite histoire, Yves Rénier utilise régulièrement ses propres motos pour les tournages des différents épisodes (Ducati, Honda 750 NR, Honda X eleven, Yamaha R1).
  • Dans l'épisode Un coupable trop parfait, il est expliqué que le commissaire Moulin est né en Suisse, à Berne, ce qui dans la réalité est également le cas de son interprète, Yves Rénier.
  • L'épisode Syndrome de menace, écrit et réalisé par Yves Rénier lui-même, est en partie autobiographique, puisqu'il s'inspire des problèmes cardiaques qu'a connus l'acteur.
  • Entre la saison 4 et la saison 6, les scènes montrant l'extérieur du Domicile de Moulin ont été tournées rue Raspail à Ivry-sur-Seine, à proximité de la Manufacture des œillets .
  • L'hôpital Charles-Foix à Ivry-sur-Seine à servi de décor dans de nombreux épisodes, notamment dans l'épisode intitulé Le Pire des Cauchemars.
  • Le jeudi 5 juin 2008, TF1 a diffusé un épisode du Commissaire Moulin intitulé La Dernière Affaire (tourné deux ans plus tôt), puis a interrompu la diffusion de la série[3],[4]. Contrairement à ce que son titre pourrait laisser penser, cet épisode n'est pas le dernier épisode de la série, mais l'avant-dernier : le titre fait référence à la dernière enquête du personnage du commandant Guyomard, interprété par Clément Michu. L'épisode Bavures n'a donc jamais été diffusé sur TF1 mais sur TV Breizh et sur d'autres chaînes francophones en Belgique et en Suisse avant d'être diffusé sur NRJ 12 en 2010, malheureusement cette remarquable série n'a jamais connu une véritable fin.
  • Yves Rénier joue le rôle d'un commissaire de police (non nommé) dans le film Frantic et donne la réplique à Harrison Ford. Les fans y voient une allusion délibérée à Moulin.
  • En 1976 la série s'appelait au début L'enquête est Ouverte, elle était initialement prévue pour quatre épisodes ; à partir du cinquième, la série prendra le titre de commissaire Moulin police judiciaire.
  • Certains épisodes du commissaire Moulin n'ont jamais été diffusés sur TF1, et sont restés inédits jusqu'au rachat de la série par NRJ 12 qui diffusa ces épisodes inédits ( Honneur et justice, Illégitime Défense, Qu'un sang impur - Raison d'état, X-Fragile, Affaires de famille, Les bavures )

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Commissaire Moulin, police judiciaire - L'Encyclopédie des séries TV », sur Toutelatele.com (consulté le 3 décembre 2012)
  2. Guide Totem, les Séries télé, p. 172-173
  3. Interview d'Yves Rénier accordée à TV Grandes chaînes, no 109 (programme du 31 mai au 13 juin 2008), p. 87
  4. « Interview d'Yves Rénier », Télé Cable Sat Hebdo,‎ (consulté le 3 mars 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]