Fanny Ardant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ardant.

Fanny Ardant

Description de cette image, également commentée ci-après

Fanny Ardant en 2004, à la 29e cérémonie des César.

Nom de naissance Fanny Marguerite Judith Ardant
Naissance (65 ans)
Saumur (France)
Nationalité France Française
Profession Actrice, réalisatrice
Films notables La Femme d'à côté
Vivement dimanche !
Pédale douce
Ridicule
Huit Femmes

Fanny Marguerite Judith Ardant, née le à Saumur, est une actrice et réalisatrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Issue d'une vieille famille limousine originaire de Limoges (son père est un officier de cavalerie né à Saint-Jouvent à 15 km de Limoges, apparenté à Charles Ardant du Picq[1]), Fanny vécut dans sa jeunesse à Monaco où son père Jean Ardant était colonel et l'ami du prince Rainier, devenant gouverneur du palais[2]. Elle passe une partie de son enfance à voyager en Europe.

Élève et diplômée de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence dans la section « Relations internationales », elle décide assez tardivement de devenir actrice afin d'assouvir sa passion pour le théâtre et joue notamment Racine, Claudel et Montherlant.

Carrière au cinéma[modifier | modifier le code]

Sa première apparition, dans Marie-poupée de Joël Séria, en 1976, est remarquée par le public. Fanny Ardant tourne divers films pour la télévision, dont certains, comme Les Dames de la côte de Nina Companeez, attirent l'attention de François Truffaut, qui cherche une actrice et fait d'elle le premier rôle de La Femme d'à côté (1981) et de Vivement dimanche ! (1982). Elle s'engage dans une relation amoureuse avec lui et sera sa dernière compagne.

Fanny Ardant travaille aussi avec Vittorio Gassman dans Benvenuta (1983) d'André Delvaux et La vie est un roman (1983) d'Alain Resnais, avec également Géraldine Chaplin. Après la mort de Truffaut en 1984, elle participe aux films Un amour de Swann (1984), avec Ornella Muti, Michele Placido et Alain Delon, Conseil de famille (1986) de Costa-Gavras, avec Johnny Hallyday, et à La Famille (1986), d'Ettore Scola, à nouveau avec Gassman.

Après quelques films mineurs, elle apparaît dans le Colonel Chabert (1994) d'Yves Angelo, Sabrina (1995) de Sydney Pollack et, surtout, Par-delà les nuages (1995), de Michelangelo Antonioni, avec Marcello Mastroianni, Inés Sastre et Claudia Cardinale. Elle rejoint ensuite Mastroianni dans Les Cent et Une Nuits (1995) d'Agnès Varda, puis remporte un César pour la comédie Pédale douce (1996) de Gabriel Aghion. Elle rejoint la distribution du film choral Le Dîner (La Cena, 1998) d'Ettore Scola, dernière variation sur le couple Ardant-Gassman avant la disparition de ce dernier.

Les années 2000 lui offrent des rôles importants dans Sin noticias de Dios (2001), Huit Femmes (2002), de François Ozon, avec Catherine Deneuve, Virginie Ledoyen, Emmanuelle Béart, Isabelle Huppert et Ludivine Sagnier, Callas Forever de Franco Zeffirelli (2002) et L'Odeur du sang (2003) avec Michele Placido.

En 2009, Fanny Ardant réalise son premier film Cendres et Sang.

En 2011, on peut l'apercevoir dans le clip de la chanson Elle me dit de Mika après avoir fait une apparition, vingt ans auparavant, dans celui d'Alain Bashung, Madame rêve.
En 2012, elle enregistre Amoureuse en duo avec Véronique Sanson.

Vincent Delerm lui a consacré une chanson, Fanny Ardant et moi.

Polémique en Italie[modifier | modifier le code]

En 2007, Fanny Ardant déclenche la colère d'hommes politiques italiens et de familles de victimes du terrorisme en confiant dans une interview qu'elle considérait Renato Curcio, fondateur des Brigades rouges, comme « un héros[3] ». Piero Mazzola, fils d'un policier abattu en 1974 par les Brigades rouges, dépose plainte contre l'actrice[4]. Fanny Ardant a présenté ses excuses :

« Je comprends que des gens m'aient traitée d'idiote. Je ne leur donne pas tort. Je ne suis pas une politicienne, je n'ai pas d'expérience. Je ne suis qu'une actrice, une personne ordinaire[5]. »

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est mère de trois filles :

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Fanny Ardant au festival de Cannes 2005.
Fanny Ardant en Israël pendant le tournage de Hello Goodbye.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Clips[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]


Précédée par César de la meilleure actrice Suivie par
Isabelle Huppert pour La Cérémonie
Fanny Ardant pour Pédale douce
1997
Ariane Ascaride pour Marius et Jeannette
Précédé par Prix Stanislavski Suivi par
Harvey Keitel
Fanny Ardant
2003
Meryl Streep

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Livres audio[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue généalogique Gén-Magazine.
  2. Stéphane Bern, « Monaco et les princes de Grimaldi », émission Secrets d'histoire sur France 2, 11 septembre 2012
  3. « Fanny Ardant déclenche la colère de la droite italienne », L'Express, 27 août 2007.
  4. « Plainte en Italie contre Fanny Ardant pour éloge des brigadistes », Le Monde, 28 août 2007.
  5. (it) Corriere della Sera, 6 septembre 2007.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :