Musée portuaire de Dunkerque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée portuaire de Dunkerque
Image illustrative de l'article Musée portuaire de Dunkerque
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Dunkerque
Adresse 9, quai de la citadelle
59140 Dunkerque
Coordonnées 51° 02′ 16″ N 2° 22′ 18″ E / 51.037892, 2.37168351° 02′ 16″ Nord 2° 22′ 18″ Est / 51.037892, 2.371683  
Informations générales
Date d’inauguration 1992
Collections Outils portuaires, maquettes de bateaux, navires à flot
Nombre d’œuvres + 100 000 (fonds iconographique et audiovisuel, ouvrages et collections)
Superficie 3000 m² (environ)
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 44 538 (2003)
48 880 (2004)
48 032 (2005)
55 064 (2006)
49 712 (2007)[1]
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée portuaire de Dunkerque

Le musée portuaire de Dunkerque est un musée maritime et un écomusée, situé dans un lieu édifié en 1868 qui abritait autrefois un entrepôt de tabac, le magasin Bourdon[2]. Il est né en 1992 de l'initiative d'anciens dockers qui dès les années soixante-dix avaient entrepris de réunir et conserver des témoignages de leur métier et de leur milieu. Constitué essentiellement d’outils traditionnels de dockers, il s’agissait donc au départ d’un musée professionnel qui s’est enrichi et considérablement développé par la suite. Les collections initiales ont ainsi été complétées par les acquisitions du musée et les dépôts, principalement de la chambre de commerce de Dunkerque (iconographie) et du musée des beaux-arts de la ville (maquettes).

Le musée est géré par l’association ACMAPOR qui fédère un multipartenariat institutionnel regroupant la Communauté urbaine de Dunkerque, la ville de Dunkerque, la Chambre de Commerce, le Port autonome de Dunkerque, l'Union maritime commerciale, le département du Nord, la région Nord-Pas-de-Calais et le Ministère de la Culture, ainsi qu'un club d'entreprises comprenant quatre-vingt partenaires. Le musée portuaire est affilié à la Fédération des écomusées et musées de société et a obtenu la marque Qualité Tourisme en 2010[3].

Le président du conseil d'administration est Philippe Bertonèche, Président du Conseil de développement du Grand Port Maritime de Dunkerque. Le musée est dirigé par Marie-Laure Griffaton, conservatrice, chef d'établissement et Delphine Grisot, secrétaire générale.

Offre générale du musée[modifier | modifier le code]

  • Ressources documentaires :

Fonds patrimoniaux - Un fonds iconographique (tableaux, dessins, affiches, 80 000 photographies de tous supports et tous formats dont 3 600 plaques de verre et vieilles photos), un fonds audiovisuel et sonore (vidéos et films documentaires et témoignages), un fonds imprimé (7 000 ouvrages) et de nombreux objets et outils maritimes et portuaire.

Diversité thématique - Les outils traditionnels de la manutention (des crocs, aux bennes à minerai, en passant par les diables et les sauterelles), les activités portuaires (remorquage, lamanage, pilotage, construction et réparation navales, etc), la navigation maritime et les destinations commerciales (maquettes, affiches des principales compagnies maritimes représentées à Dunkerque, musée à flot), l’acheminement des marchandises vers l’hinterland, ainsi que l’histoire du port de Dunkerque (canon, tableaux, maquettes et photographies). Ces ressources alimentent les expositions et des publications grand public (infra).

Une exposition temporaire en mai 2008
  • Expositions : en plus des expositions temporaires et itinérantes [4], le musée présente deux collections permanentes, l'une traditionnelle dite "à quai", à l'intérieur du bâtiment, l'autre à l'extérieur, dite "à flot", où sont exposés quelques vieux bateaux, dont le plus grand voilier conservé en France, le Duchesse Anne, qui sert lui-même parfois de support à des expositions temporaires[5], ainsi qu'une reconstitution évoquant la batellerie locale à voir dans une péniche.
  • Manifestations : Le musée portuaire participe notamment aux Journées du patrimoine (en septembre), ainsi qu'à la Fête maritime et du nautisme de Dunkerque (en mai) organisée à son initiative depuis 1994 et dont il est aujourd'hui seulement partenaire auprès du Syndicat Intercommunal des Dunes de Flandres qui a pris le relais en 2005.
  • Activités pédagogiques "jeunes" : elles sont organisées et proposées en collaboration avec l'Éducation nationale.
  • Equipements : le musée est doté notamment d'un atelier pédagogique, d'une salle de projection, d'un centre de documentation, ainsi que d'une boutique où l'on peut acheter livres et divers souvenirs et bibelots marins.

Les deux expositions permanentes[modifier | modifier le code]

Le musée à quai[modifier | modifier le code]

Les collections du musée présentées à l'intérieur du bâtiment s'étendent sur trois niveaux. Elles mettent globalement en scène l’histoire millénaire de Dunkerque, illustrant le spectaculaire développement du port qui, du modeste village de pêcheurs du début du second millénaire, est devenu un vaste port industriel et commercial qui s’étend aujourd’hui sur 17 km de littoral. Néanmoins, peu anciennes dans l'ensemble, les collections témoignent principalement d'une période-clé : le passage du port traditionnel au port moderne, affranchi des contraintes de la rupture de charge avec le développement des conteneurs.

Le musée offre notamment :

  • Une évocation sociologique et ethnologique du milieu marin dunkerquois, avec des films d’archives, des extraits de lettres et des outils anciens qui évoquent les hommes et les femmes dont la vie fut intimement liée au port : pêcheurs d’Islande, dockers, marin au long cours (au rez-de-chaussée).
  • Une présentation des métiers et des activités de la mer qui rythmèrent ou animent encore la vie locale, avec l'essor du trafic commercial, du XIX° siècle à nos jours, ainsi que les activités portuaires comme les chantiers de construction navale, celles des douaniers, des armateurs (comme la compagnie Bordes) et des négociants (au rez-de-chaussée).
Le port de Dunkerque avant 1914
Le voilier Duchesse Anne et La Guilde devant le Musée portuaire

Le musée à flot[modifier | modifier le code]

Une flotte de bateaux, acquise par la Communauté urbaine de Dunkerque, illustre la vie d'un grand port à la fin du XIX° siècle et au cours du XX° siècle. La collection est présentée à l'air libre, le long des quais, face au bâtiment principal du Musée. Le plus petit est sur cales. Trois font pour l'instant l'objet d'une visite groupée permettant, sous la conduite d'un guide, d'en découvrir également l'intérieur (sur réservation). Une exposition permanente évoquant la batellerie y est présentée. Deux autres ne seront visitables qu'après restauration.

La collection comprend actuellement un total de 6 bâtiments[7], dont 4 navires de service :

Bateaux seulement à découvrir à quai :

Bateaux faisant partie de la visite organisée :

  • Le Sandettié BF6 (1947) est le dernier bateau-feu français. À ce titre, il est classé aux monuments historiques. Il illustre l’histoire de la signalisation maritime au large des côtes de Flandre. Le commentaire (enregistré) du dernier capitaine guide la visite.
  • La Guilde (1929), est une péniche fluviale de type Freycinet, construite par le chantier Rousseau à Sotteville-lez-Rouen. Elle fut ainsi baptisée, mise aux normes internationales et motorisée par le couple d'artisans qui en devint propriétaire en 1959. À l'intérieur est présentée un exposition permanente « La vie au fil de l’eau » évoquant la batellerie en général, très présente également dans le port même de Dunkerque, et la manière dont sont étroitement liées vie familiale et activité professionnelle dans une embarcation de ce type. Depuis 2010, la péniche est épisodiquement itinérante sur les canaux de la région[8].
  • Le Duchesse Anne (1901) est un trois-mâts carré qui est un ancien voilier-école allemand de la marine marchande et le seul trois-mâts visitable en France. Également classé aux monuments historiques, il est le fleuron de la collection et symbolise le flux de voiliers qui faisait vivre le port de commerce jusqu'avant guerre, notamment les voiliers de l'armement Bordes (1868-1935).

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Publications et catalogues d'exposition du musée[modifier | modifier le code]

  • France Bequette, Cap Horn, Cap dur : l'épopée des derniers grands voiliers, Corderie Royale/Centre International de la Mer, Musée portuaire de Dunkerque, 2005, 36p.
  • Irène Buniet, Abosphore & Schiaffino, Atelier Culture-Université du Littoral et Musée Portuaire, 1998, 21 p. (Témoignage sur le quotidien des dockers dans les années cinquante)
  • Pierre Combes, Plongeurs et scaphandriers : la grande aventure du travail sous la mer, Musée Portuaire, 1994, 39 p.
  • Marie-Laure Griffaton (sous dir.), Voyages en mer de Chine, Musée portuaire de Dunkerque, 2004, 51p.
  • Marie-Laure Griffaton (sous dir.), Pass'port : Parcours de découverte du port historique de Dunkerque, Musée portuaire, 2002, 55 p.
  • Véronique Guillien, Olivier Perriraz, Quais et gestes. Dunkerque : les hommes du port, Musée Portuaire, 1996, 48 p.
  • Jacopo Brancati, Pilote à bord, Erga, 2004, 200p. (Hommes et navires du port de Gênes). Erga Italie, Musée Portuaire.
  • Emmelene Landon, Atelier voyageur d'Emmelene Landon, Plush, 2007, 128p. (Journal d'un tour du monde à bord d'un porte-conteneurs)
  • Laurent Manœuvre, Louis Garneray , 1783-1857 : Peintre, écrivain, aventurier, Anthèse, 1997, 214 p.
  • Christine Stroobandt (sous dir.), Objets dans tous les sens, Musée Portuaire, 1999.
  • Christine Stroobandt (sous dir.), Figures de proue : Ornements de navires, Musée Portuaire, 1999, 103 p.
  • 9 siècles de construction navale à Dunkerque, Musée Portuaire, 1986 44 p.
  • Dunkerque, place forte maritime, Musée Portuaire, 1991, 42 p.
  • Anita Conti (1939-1940) : Regard d'une femme sur la guerre des mines à Dunkerque, Musée portuaire, 1995, 19 p.
  • Jean Bart : Du corsaire au héros mythique, Musée portuaire de Dunkerque, Musée des beaux-arts de Dunkerque et Somogy, 2002, 159 p.
  • L'aventure du Transmanche : Du Ferry à l'Eurotunnel, Musée Portuaire, 1988, 44 p.
  • Le port dans l'objectif, Musée portuaire, 2001, 8 p.
  • Les bateaux-feux : histoire et vie des marins de l'immobile, Somogy et Musée portuaire.
  • Portraits de navires : Peintures marines sur verre, Anthèse, 1992, 160 p.
  • Souvenirs de rivages : Bibelots et images du tourisme balnéaire, Musée portuaire de Dunkerque, Château-Musée de Dieppe, Musée de l'Abbaye Sainte-Croix (Les Sables d'Olonne), Musée national de la Marine (Toulon), Musée archéologique d'Istres, Musée Louis-Senlecq (L'Isle L'Adam) Somogy, 2001, 95 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres musées à flot français
Autre bateau historique dunkerquois

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Veille Info Tourisme, p. 131, consulté le 16 août 2010
  2. Magasin Bourdon à l'inventaire général du patrimoine culturel
  3. Communiqués de presse : Le Musée portuaire obtient la marque Qualité Tourisme !
  4. Comme par exemple : « Voyage en mer de Chine » en 2004; une exposition concernant le Cap Horn en 2005; « Dunkerque, les défis de la sidérurgie sur l'eau » en 2008; « Histoires de paquebots, du chantier de Dunkerque aux mers lointaines » de juin 2008 à janvier 2009;« Entre deux rives, le détroit du pas de Calais, du 20 juin 2009 au 10 janvier 2010 »
  5. Ainsi, entre juillet et novembre 2007, le voilier abrita deux expositions le concernant « Du navire-école Grossherzogin Elisabeth à la Duchesse Anne » et « Histoire du chantier Tecklenborg » en partenariat avec le Musée Maritime de Bremerhaven.
  6. Musée portuaire, Dunkerque, Programme mai à août 2011
  7. Un septième bâtiment, le baliseur Emile Allard, pourrait prochainement rejoindre le musée à flot. Le Musée disposerait aussi d'un ancien dragueur auxiliaire en bois, le Sainte Denise-Louise qui s'est illustré lors de l'opération Dynamo en très mauvais état. Il disposait aussi d'un autre bateau-feu, le Dyck BF2 qui fut mis à la ferraille en juin 2008. Par contre, le bateau à aubes Princess Elizabeth (1926), qui est également la propriété de la CUD (depuis 2011), doit servir de centre d'accueil à la base de voile
  8. La péniche Guilde en itinérance (sur le site du Musée portuaire consulté le 7 juillet 2011)