Alcan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alcan (homonymie).

Alcan

alt=Description de l'image alcan.gif.
Création 1902
Disparition 2007 (rachat par Rio Tinto)
Forme juridique Société par actions
Siège social Drapeau du Canada Montréal (Canada)
Produits bauxite, alumine, aluminium (lingot, papier, produits d'emballlage, câbles)
Usine Alcan à Alma au Québec.

Alcan est une ancienne entreprise d'aluminium. Elle a été rachetée en 2007 par Rio Tinto, et ses actifs ont pour l'essentiel été transférés dans une nouvelle entité, Rio Tinto Alcan.

Description[modifier | modifier le code]

Avant son rachat par Rio Tinto en 2007, Alcan était le 3e leader mondial de la fabrication et de la commercialisation de produits en aluminium et d'emballages (2007), et le leader mondial des technologies d'électrolyse pour la production d'aluminium primaire. Son centre de décisions était situé à Montréal, alors que le siège des activités d’emballage et celui des produits usinés était situé à Paris. Alcan était cotée au NYSE ainsi qu'au TSE où il faisait partie de l'indice S&P/TSX 60.

Alcan a enregistré un chiffre d'affaires de 23,6 milliards de dollars USD en 2006. Au premier semestre 2007, ses bénéfices ont atteint 591 millions de dollars, en hausse de 30 % par rapport à la même période de l'année précédente.

Le chiffre d'affaires par famille de produits se répartissait comme suit en 2006 :

Usine Alcan à Sierre en Suisse

À son rachat, Alcan possédait plus de 379 établissements dans le monde, dont 11 en Afrique, 125 en Amérique du Nord, 16 en Amérique du Sud, 33 en Asie, 8 en Australie et 186 en Europe. Elle possédait plusieurs chemins de fer, barrages hydroélectriques et autres établissements connexes qui facilitaient la production et le transport du produit fini. Alcan comptait 8 000 employés au Québec, dont environ 800 au siège social à Montréal.

Alumineries Alcan en 2007[1]
Pays Localisation Capacité annuelle (kt) Propriété (%)
Drapeau de l'Australie Australie Tomago, Nouvelle-Galles du Sud 520 51.5
Drapeau du Cameroun Cameroun Édéa (Alucam) 100 46.7
Drapeau du Canada Canada Alma, Québec 415 100
Drapeau du Canada Canada Arvida, Québec 166 100
Drapeau du Canada Canada Beauharnois, Québec 52 100
Drapeau du Canada Canada Bécancour, Québec 404 25
Drapeau du Canada Canada Grande-Baie, Québec 207 100
Drapeau du Canada Canada Kitimat, Colombie-Britannique 277 100
Drapeau du Canada Canada Laterrière, Québec 228 100
Drapeau du Canada Canada Sept-Îles (Alouette) 572 40
Drapeau du Canada Canada Shawinigan, Québec 99 100
Drapeau de la République populaire de Chine Chine Qingtongxia 152 50
Drapeau de la France France Dunkerque 259 100
Drapeau de la France France Lannemezan 50 100
Drapeau de la France France Saint-Jean-de-Maurienne 135 100
Drapeau de la France France Biesheim
Drapeau de l'Islande Islande Reykjavik (ISAL) 179 100
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Flessingue 213 85
Drapeau de la Norvège Norvège Husnes (SORAL) 164 50
Drapeau d'Oman Oman Oman As Sohar (Muscat) N/A 20
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Lochaber 43 100
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Lynemouth 178 100
Drapeau des États-Unis États-Unis Sebree, Kentucky 196 100

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1901 la première usine d’électrolyse du Canada est construite à Shawinigan, au Québec. La première journée produira 760 kg d'aluminium[2]

En 1902 la filiale canadienne de la Pittsburgh Reduction Company (qui allait devenir Alcoa) est baptisée Northern Aluminum Company, Limited[2].

En 1928, Alcoa est fragmentée (suite aux pressions anti-monopole du gouvernement américain). De là, Aluminium Limited (qui deviendra Aluminum Company of Canada) prend le contrôle de la plupart des actifs d'Alcoa situés en dehors des États-Unis[2]. C'est seulement 2 ans plus tôt que l'usine d'Arvida est mise en service[3].

En 1966, Aluminum Company of Canada devient Alcan Aluminium Limited[2].

De 1960 à 1980, l'entreprise fait augmenter la capacité de transformation dans de nombreux pays, dont les États-Unis. Elle investit dans de nouvelles usines d’électrolyse en Australie, au Royaume-Uni, au Brésil et en Inde, et dans des mines de bauxite et des usines d’alumine en Afrique, au Brésil et en Australie. Dans la même année, l'usine de Latérière et de Grande-Baie sont mises en service soit en 1989 Dans la même année, l'usine de Latérière et de Grande-Baie sont mises en service, soit en 1989[3].

En 1999, Alcan fait une tentative de fusion avec Algroup (Alusuisse Lonza Group, Suisse) et Pechiney (France). Ce fut bloqué par la commission européenne par crainte d'une situation de monopole. Puis, l'année suivante, Alcan prend le contrôle d'Algroup avant de faire de même, en 2003, pour Pechiney. Son chiffre d'affaires est alors de 25,7 milliards USD pour 73 000 employés à travers le monde. En 2000, l'usine d'Alma à été mise en service[3].

En mai 2007, l'Américain Alcoa lance une OPA contre Alcan. Mais le 12 juillet 2007, Alcan et la société anglo-australienne Rio Tinto publient un communiqué de presse commun[4] annonçant que Rio Tinto « va formuler une offre recommandée sur Alcan, entièrement en numéraire » de 101 dollars US par action, et que « le Conseil d’administration d’Alcan recommande à l’unanimité l’acceptation de l’offre », qui valorise Alcan à quelque 38 milliards de dollars US.

L'action d'Alcan à la Bourse de Toronto (TSX) augmente de plus de 8 % suite à l'annonce[5],[6].

Le succès de l'offre d'achat est annoncé le 23 octobre 2007, ce qui fait de Rio Tinto le numéro un mondial de l'aluminium devant le russe Rusal et l'américain Alcoa [réf. nécessaire].

Rio Tinto Alcan compte 13 400 employés au Canada, dont 8 343sont directement employés par Alcan. Il y a 35 établissements opérationnels au Canada[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alcan Métal Primaire
  2. a, b, c et d http://www.publications.alcan.com/landmarks/fr/pdf/fr_full.pdf
  3. a, b, c et d Rio Tinto au Canada - 2011, Rio Tinto Alcan,‎ juillet 2011 (lire en ligne)
    Rapport annuel de la société Rio Tinto. Consulté le 3 décembre 2014
  4. communiqué de presse, Rio Tinto
  5. Rio Tinto achète Alcan, Les Affaires, 12 juillet 2007
  6. Rio Tinto achète Alcan, La Presse, 12 juillet 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]