TERGV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le TERGV (ou TER-GV) est un mode de transport ferroviaire régional unique en France de la région Nord-Pas-de-Calais. On parle plus génériquement de SR-GV (service régional à grande vitesse)[1].

Principe[modifier | modifier le code]

Le nom même du concept est « explicite » : « TERGV » est formé par la contraction de « TER » et de « TGV ». Les TERGV sont donc des trains régionaux, utilisant la LGV Nord. Cette appellation est principalement utilisée pour le Nord-Pas-de-Calais ; pour le reste de la France, le terme générique retenu par la SNCF et RFF est « service régional à grande vitesse » (SRGV)[2].

Toutefois, le développement de ce système est difficile, suite au financement conséquent et à la forte utilisation de la LGV Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mise en service[modifier | modifier le code]

Lors de la campagne régionale de 1998, Michel Delebarre, élu président du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais à la suite de ces élections, souhaite rapprocher toute la région Nord-Pas-de-Calais de la ville de Lille, préfecture de la région[3]. Le projet TERGV propose de relier les villes les plus éloignées de la métropole lilloise en moins d'une heure[4]. Deux ans de concertation entre Marie-Christine Blandin et la SNCF ont été nécessaires. Cette dernière ne voulait pas mélanger les hommes d'affaires et les ouvriers[5].

Avec 200 km de lignes nouvelles[6], la région Nord-Pas-de-Calais est la première région française à mettre en place les TERGV. Après un essai d'un an du 28 mai 2000 au 28 mai 2001[7], le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, dans le cadre de sa politique sur les TER, a mis en place des TERGV sur deux relations :

De nouvelles correspondances[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, une autre relation, Lille-Europe - Arras, a été mise en place à titre expérimental et à raison d'un aller-retour par jour. Cette relation ne nécessite pas de supplément tarifaire. Depuis 2007, cette relation s'est étoffée, car elle a représenté un véritable succès[8].

Une relation TERGV entre la gare de Lille-Europe et celle d'Étaples - Le Touquet a été lancé le 10 décembre 2010[9] grâce à l'électrification d'une section de la ligne Longueau - Calais[10].

Le réseau en 2010[modifier | modifier le code]

Le réseau TERGV est aujourd'hui articulé par quatre lignes, desservant huit gares du réseau TER Nord-Pas-de-Calais :

Exploitation[modifier | modifier le code]

Tarification et financement[modifier | modifier le code]

Pour utiliser le service, le voyageur doit se munir d'un supplément tarifaire, le « Supplément Grande Vitesse ». Il peut choisir soit un « Supplément Grande Vitesse journée » à 3 €, soit un « Supplément Grande Vitesse semaine » à 12 €, soit enfin un « Supplément Grande Vitesse mensuel » de 22 €[11]. La région Nord-Pas-de-Calais paie plus de 80 % du prix du billet à la SNCF[12],[13]. Le TERGV coûte donc cher à la région[14].

Le surcoût d'exploitation d'un TGV est de 3 € par km, par rapport aux TER classiques qui reviennent de 10 à 20 € par km[1].

En 2007, un TER coûte entre 25 000 et 35 000 euros à la place, tandis qu'un TGV coûte entre 40 000 et 50 000 euros[15]. Pour que le matériel soit rentable pour la région, il ne faut pas que celui-ci dépasse le coût à la place d'un TGV. La région a failli acheter du matériel TGV à la SNCF[15], mais cette proposition n'a pas vu le jour[16]. Un matériel hybride serait la meilleure solution, mais il faudrait que plusieurs régions réalisent un appel d'offre.

Trafic[modifier | modifier le code]

Le TERGV est apprécié par les usagers[14]. Entre 2003 et 2009, la fréquentation est passée de 8 200 à 22 000 voyageurs[5].

En gare de Lille-Europe, les voyageurs sont 2 000 de 16 heures à 20 heures[17]. Néanmoins, les TERGV vers la gare de Boulogne-Ville du vendredi soir sont plus que remplis. Il y aurait 700 personnes pour 400 places[8],[18]. Catherine Bourgeois, conseillère régionale et présidente du comité de ligne, rappelle que le TERGV est « victime de son succès, la preuve que le train ça marche »[8].

Plusieurs solutions ont été proposées pour résoudre ce problème de fréquentation. On peut citer celle de mettre un « TER rapide entre Lille et Calais » sur voie classique[8], de nouvelles rames pour remplacer les actuelles et ainsi augmenter la capacité de transport[18] mais également d'ajouter une rame ou deux sur ces trains, voire une ligne en plus. En septembre 2009, il a été choisi de rajouter une rame de 690 places en plus, d'un coût supplémentaire de 99 000 € pour le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais[19].

En janvier et avril 2010, des rames NOL (TGV TMST), d'une capacité de 558 places assises sont venues agrandir les capacités d'une structure victime de son succès[20].

Projets[modifier | modifier le code]

Dans le Nord-Pas-de-Calais, tandis que l'association « À fond de train » milite pour une relation rapide entre la métropole lilloise et l'Avesnois, aucune mesure positive pour relier, en TERGV, Avesnes-sur-Helpe de Lille n'a été lancée[21].

Ailleurs en France, on en est toujours aux projets. Pour ne parler que des projets utilisant les lignes déjà existantes, on pourrait évoquer le projet de TERGV Paris - Massy-TGV - Vendôme-TGV - Saint-Pierre-des-Corps - Tours, celui de Dijon - Montbard - Laroche-Migennes ou encore celui de Lyon - Valence - Montélimar - Avignon.

D'autres régions ont mis en place des liaisons à 200 km/h sur des lignes classiques adaptées : l'Interloire ou le TER 200.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Etude de la pertinence et de la faisabilité de services régionaux de voyageurs sur lignes nouvelles p.10 Mission GPSO RFF, Juin 2009
  2. [PDF] « Quelle place pour la grande vitesse régionale ? », Lignes d'avenir (consulté le 5 juin 2011)
  3. « TER-GV Lille / littoral : une première en France », Région Nord-Pas-de-Calais,‎ 2000 (consulté le 19 mars 2009)
  4. [PDF] « Transport ferroviaire régional à grande vitesse : des exemples européens », Sétra,‎ 2009 (consulté en 11 décembre 2010)
  5. a et b Florence Quille, « Le TER à grande vitesse a désenclavé le littoral », La Croix,‎ 2010 (consulté en 11 décembre 2010)
  6. [PDF] Gilles Rabin, « Synthèse - Journée d’étude : « La Grande Vitesse au service de la mobilité régionale » », Villes et régions européennes de la grande vitesse,‎ 2007 (consulté le 19 mars 2009), p. 3
  7. TER à grande vitesse Nord-Pas de Calais, Région Nord-Pas-de-Calais. Page consultée le 27 octobre 2008.
  8. a, b, c et d « Situation invivable pour les usagers du TER GV Lille - Boulogne du vendredi soir », La Voix du Nord. Page consultée le 27 octobre 2008.
  9. Élise Chiari, « L'arrivée du TER-GV a sorti Étaples et Rang-du-Fliers de leur train-train », La Voix du Nord,‎ 2010 (consulté en 11 décembre 2010)
  10. L. B., « Liaisons ferroviaires : l'arrivée du TER-GV attendue en 2011 à Étaples », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 19 mars 2009)
  11. Supplément Grande Vitesse, fiche pratique (prix au 9 décembre 2012) du site www.ter-sncf.com/Regions/nord_pas_de_calais. Consulté le 17 décembre 2012.
  12. H.S., « Contre le pétrole cher, les petits malins du TER-GV », LibéLille,‎ 2008 (consulté en 29 décembre 2008)
  13. Haydée Saberan, « 8h32 Entre copains dans le TER-GV Lille-Dunkerque », Libération,‎ 2008 (consulté en 11 décembre 2010)
  14. a et b [PDF] « Effets de la réalisation d’une Ligne à Grande Vitesse sur les dessertes régionales et interrégionales (complémentaires au TGV) », Réseau ferré de France,‎ 2005 (consulté en 11 décembre 2010), p. 4
  15. a et b [PDF] Gilles Rabin, « Synthèse - Journée d’étude : « La Grande Vitesse au service de la mobilité régionale » », Villes et régions européennes de la grande vitesse,‎ 2007 (consulté le 19 mars 2009), p. 4
  16. [PDF] Gilles Rabin, « Synthèse - Journée d’étude : « La Grande Vitesse au service de la mobilité régionale » », Villes et régions européennes de la grande vitesse,‎ 2007 (consulté le 19 mars 2009), p. 5
  17. Laurent Renault, « La SNCF, victime de son succès, envisage d'adapter ses lignes TER-GV », La Voix éco,‎ 2008 (consulté le 19 mars 2009)
  18. a et b Romain Douchin, « Le TER GV, victime de son succès », La Voix du Nord,‎ 2009 (consulté le 19 mars 2009)
  19. « Les passagers du TERGV vers Boulogne pourront voyager assis », Ville, rail & transports,‎ 2009 (consulté le 8 octobre 2009)
  20. « Trains express régionaux et TER-GV, des nouveautés au menu de 2010 mais déjà une grève au programme demain et vendredi », La Voix du Nord,‎ 2009 (consulté le 21 janvier 2010)
  21. « Les matinales de l'association « À fond de train » pour le TER-GV », La Voix du Nord,‎ 2008 (consulté le 19 mars 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]