Caëstre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caëstre
Caëstre
Caëstre
Blason de Caëstre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Hazebrouck-Nord
Intercommunalité Communauté de communes de Flandre intérieure
Maire
Mandat
Brigitte Vanhersel
2014-2020
Code postal 59190
Code commune 59120
Démographie
Gentilé Caestrois (es)
Population
municipale
1 859 hab. (2011)
Densité 182 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 45′ 32″ N 2° 36′ 18″ E / 50.7588888889, 2.605 ()50° 45′ 32″ Nord 2° 36′ 18″ Est / 50.7588888889, 2.605 ()  
Altitude Min. 24 m – Max. 62 m
Superficie 10,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Caëstre

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Caëstre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Caëstre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Caëstre

Caëstre (en néerlandais: Kaaster, en flamand occidental : Kaester) est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Caëstre dans son canton et son arrondissement

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Caëstre
Saint-Sylvestre-Cappel Eecke
Hondeghem Caëstre Flêtre
Hazebrouck Borre  Pradelles

Histoire[modifier | modifier le code]

- 1174 : Castris - 1328 : Le Caestere - 1335 : Castres (cartulaire de la dame de Cassel)

Légende[1][modifier | modifier le code]

En 851 trois jeunes filles pieuses, filles dit-on du roi Kewulf[2] qui régnait sur le Wessex, avaient fait le vœu de se rendre en pèlerinage sur le tombeau des apôtres saint Pierre et saint Paul. Ayant mis leur projet à exécution, elles quittèrent leur royaume et traversèrent la Manche. Elles accostèrent au pont de Mardyck, puis empruntèrent la voie romaine, déjà appelée Steenstraete (la route de pierre) qui allait à Arras en passant par Cassel et le Pont d'Estrales.

L’histoire raconte que, parvenues dans un bois en un lieu où s’élève maintenant Caëstre, elles furent sauvagement assassinées par des brigands. Au même moment, non loin de là, un chevalier aveugle, le seigneur de Strazeele, vit la Vierge en apparition. Celle-ci lui conseilla de se rendre sur les lieux du crime et de se frotter les paupières avec le sang des martyrs, afin de recouvrer la vue. Le chevalier suivit ses conseils, recouvra la vue et fit construire en remerciement une chapelle sur le lieu de leur mort. Ce lieu devint vénéré et dès le IXe siècle, un pèlerinage annuel fut organisé en l’honneur de « Notre Dame de Grâce ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Berthen (59) Nord-France.svg

Les armes de Caëstre se blasonnent ainsi :"D'or à la bordure d'azur, et en coeur un écusson d'argent, bordé d'azur, et chargé d'un lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 novembre 2009 Yves Baron    
janvier 2010 en cours Daniel Riant Divers droite  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 859 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 654 1 651 1 721 1 669 1 653 1 636 1 713 1 703 1 710
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 631 1 556 1 542 1 517 1 572 1 635 1 666 1 536 1 545
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 538 1 445 1 520 1 315 1 311 1 210 1 206 1 210 1 127
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 114 1 164 1 191 1 340 1 597 1 677 1 670 1 669 1 859
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Caëstre en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
1,3 
5,7 
75 à 89 ans
10,0 
9,6 
60 à 74 ans
11,1 
21,2 
45 à 59 ans
21,0 
23,0 
30 à 44 ans
21,0 
17,7 
15 à 29 ans
16,6 
22,9 
0 à 14 ans
18,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Omer
  • Chapelle des Trois Vierges.

\

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Grimminck (1676-1725), mystique flamand, y fut curé de 1714 à 1723 avant de se retirer comme ermite au pied du Mont-des Cats. On se souvient de lui comme le "saint curé" (den heyligen pastoor)[7].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Cucheval, Caëstre à travers l’histoire,‎ 1992
  2. Ethelwulf ?, mais celui-ci n'eut qu'une fille
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Caëstre en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 juillet 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 juillet 2010)
  7. Cf. PERSIJN, Un mystique flamand, Charles Grimminck (1676-1728), Contribution à l’histoire religieuse de la Flandres, Lille/Lyon/Paris, Coll. « DDB et Cie – Edition du Comité Flamand de France », 1925.