Blaringhem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blaringhem
L'église Saint-Martin
L'église Saint-Martin
Blason de Blaringhem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Hazebrouck-Nord
Intercommunalité Communauté de communes de Flandre intérieure
Maire
Mandat
Régis Duquenoy
2014-2020
Code postal 59173
Code commune 59084
Démographie
Gentilé Blaringhemois
Population
municipale
1 982 hab. (2011)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 41′ 33″ N 2° 24′ 16″ E / 50.6925, 2.4044444444450° 41′ 33″ Nord 2° 24′ 16″ Est / 50.6925, 2.40444444444  
Altitude Min. 17 m – Max. 76 m
Superficie 18,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Blaringhem

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Blaringhem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blaringhem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blaringhem

Blaringhem est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Blaringhem est située en Flandre française, dans le Houtland pour la plus grande partie est de son territoire et en Artois au delà du canal de Neufossée pour sa partie ouest, à 40 km de Dunkerque, 47 km de Lille, 50 km d'Arras, 50 km de Calais, à 30 km de la frontière belge et est limitrophe du département du Pas-de-Calais. Son relief est marqué par plusieurs hauteurs : Moulin Fontaine, Le Croquet, Le Mont d'Hiver et Le Mont Dupil. La commune est composée d'un village-centre et de plusieurs hameaux : Le Croquet, Le Mont d'Hiver, Le Pont Asquin, La Belle-Hôtesse, Le Mont Dupil et La Carnois.

Communes limitrophes de Blaringhem
Wardrecques Renescure Lynde Sercus
Racquinghem Blaringhem Morbecque

Steenbecque

Roquetoire Wittes Boëseghem

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie aussi de la proximité des anciennes landes du plateau d'Helfaut, partiellement mis en réserve naturelle régionale, des forêts de Nieppe et Rihoult-Clairmarais.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur le bord du canal de Neufossé (fossé de défense en forme de canal creusé il y a environ 1000 ans, et devenu source de fragmentation écologique.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par plusieurs routes départementales dont la princilae est la D 943 (ancienne RN 43), ainsi que la D 106, D 406, D 255 et D 55.

Le canal offre un accès fluvial. De nombreuses péniches utilisent cette voie d'accès pour le transport de marchandises.

La commune est équipée d'un port fluvial qui est géré par l'entreprise Baudelet Environnement.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Blaringhem se nomme en néerlandais, Blaringem et en picard, Blaringuin.

Demeure du chef Blara ou Blaro. On retrouve le G de INGA. Tandis que HEM signifie un foyer, la demeure d'un chef, la maison et partant tout le village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Ce territoire autrefois riche en zones humides et pourvue de sols de qualité a connu une occupation préhistorique et des activités agricoles précoces. Une fouille de prospection faite au Pont d'Asquin en 1984 a montré dans le front de taille de la carrière de la tuilerie les restes de foyers préhistoriques, avec traces de combustion au niveau du sol holocène colluvionné, avec des tessons de poterie (non décorés à pâte évoquant le Néolithique final ou Ghalcolithique), des silex chauffés épars, de nombreux charbons de bois, des cendres, des os animaux brûlés[1].

Origine[modifier | modifier le code]

C’est en 1069 que l’on relève pour la première fois le nom de Blaringhem dans une lettre.

Suivant les sources, l'origine du nom de Blaringhem diffère et est discutée. La première hypothèse provient de BLARO (origine franque), du suffixe -ING qui indique sa descendance et du mot saxon HEM qui signifie demeure, foyer, habitat. La seconde hypothèse serait celle du foyer de BLAR, héros local ou de la région, ING voulant également dire descendance.

Avant la Révolution française, Blaringhem était divisée en deux parties : Blaringhem Artois et Blaringhem Flandres

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Blaringhem dans son canton et son arrondissement.

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1813 Jean François Warenghem    
1813 1814 Swaenepoel    
1814 1817 Pierre François DeBuyser    
1817 1826 Pierre Joseph Meulenaere   Officier retraité
1826 1831 J. De Buyser    
1832 1837 Louis-Joseph Canler    
1837 1846 Maxime Lefebvre    
1846 1865 François Warenghem    
1865 1877 Pierre-Antoine Legrand    
1877 1884 Jacques Joseph Dacquin    
1884 1923 Jules Alphonse Mordacq-Cattoir    
1923 1935 Paul Mordacq    
mars 1936 mars 1971 Marcel Mordacq    
mars 1971 mars 1977 André Mordacq    
mars 1977 6 avril 2013 Roland Delecroix   Agent Commercial à la retraite
6 avril 2013 29 mars 2014 Daniel Ruyffelaere    
29 mars 2014 en cours Régis Duquenoy    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 982 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 777 1 795 1 884 1 815 1 800 1 823 1 808 1 763 1 737
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 702 1 773 1 769 1 885 1 939 1 924 1 846 1 817 1 856
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 714 1 773 1 675 1 620 1 622 1 581 1 582 1 467 1 405
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 465 1 412 1 395 1 358 1 611 1 791 2 014 2 037 2 013
2011 - - - - - - - -
1 982 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Blaringhem en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,1 
4,6 
75 à 89 ans
7,9 
9,9 
60 à 74 ans
10,8 
19,8 
45 à 59 ans
19,1 
23,4 
30 à 44 ans
24,8 
18,4 
15 à 29 ans
15,3 
23,6 
0 à 14 ans
21,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage [5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 


Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Blaringhem fait partie de l'académie de Lille.

  • L'école primaire Lino Ventura.

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Bien que la page de la production du cristal par Arc International (qui fut l'activité principale de la zone industrielle), soit tournée, la commune, à dominante agricole intensive est également toujours industrielle avec :

  • AGMS, spécialiste de la fusion, division du groupe Arc International. Il propose des solutions personnalisées dans la conception et la réalisation d'équipements verriers.
  • Un projet d'implantation d'un spécialiste du recyclage des pneus usagés. (Entyrecycle)
  • Un centre de valorisation des déchets sous forme d'un Eco-Parc comprenant un pôle déchets, un pôle ferrailles et métaux et un pôle matériaux. (Baudelet Environnement)
  • Une société spécialisée dans la décoration intérieure des sols et des murs, Créateur des premiers stickers géants. (Plage France)
  • Un constructeur de matériels de récolte légumière. (Delecroix Constructions)
  • Une brasserie fabriquant des bières artisanales. (Brasserie du Pays Flamand)

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint Martin et l'ancien cimetière[modifier | modifier le code]

L'église est dédie à Saint Martin. Appelée autrefois "l'église aux 36 statues", désormais il n'en reste plus que 9.

Histoire[modifier | modifier le code]
  • XIIIe ‑ XIVe siècles : présence d'une chapelle
  • 1518-1593 : agrandissement de la chapelle
  • 1611 : l'église possède trois nefs et trois toitures et un pavage, venant probablement de la cathédrale de Thérouanne, détruite par Charles Quint en 1553[6].
  • 1629 : achèvement de la tour, haute de 45 m.
  • 1723 : bénédiction de la cloche pesant 1820 Kg.
Le mobilier[modifier | modifier le code]
  • Lambris provenant de l'Abbaye cistercienne de Woestine de Renescure, rasée à la révolution
  • Maître-Autel: Statues de Saint MArtin, Saint Dominique et Sainte Catherine de Sienne.
  • Autel Nord: Sainte Vierge, Sainte Barbe et Sainte Philomène.
  • Autel Sud: Saint Joseph, Saint Benoît Labre et Saint François-Xavier
  • L'orgue est attribué à Jacobus Van der Eynde et date de 1710-1725.
  • Tableaux
    • La vierge remettant le rosaire à Saint Dominique, XVIIIe siècle, abbaye de Woestyne
    • Martyre des frères Macchabées, donné par Charles X en 1821
    • Saint êveque au chevet d'un roi, 1823
    • Mort du bienheureux Joscio, 1781
    • Adoration des bergers, XVIIe siècle
    • Chemin de croix dont la 14e station date du XVIIe siècle.
  • Vitraux: 1885 (chœur), 1958-1960 (nef)
  • Chaire et Banc de Communion de la maison Colesson père et Fils, Wormhout.
La tour[modifier | modifier le code]

Elle fut commencée en 1518 au moment des travaux d'agrandissement. Elle fut achevée en 1692. Elle constituait un observatoire idéale entre la Flandre et l'Artois. Utilisées par les occupants successifs, elle fut bombardées en 1943 ce qui entraina de nombreux dommages (orgues, fonds baptismaux, lambris tableaux, vitraux).

  • Murs de 1.50 m à la base.
  • Hauteur 45 mètres.
  • Les contreforts sont en pierres de Marquise.
  • Se termine par une flèche pyramidale minuscule.
  • 3 cloches avant la Révolution. la plus ancienne date de 1723 et pèse 1820 kg.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Blaringhem

Les armes de Blaringhem se blasonnent ainsi :"Écartelé : aux 1 et 4, d'azur au chevron d'or accompagné de trois étoiles à cinq rais du même ; aux 2 et 3, d'or au chevron d'azur, accompagné de trois têtes de Maure de sable, tortillées d'argent."

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Leman, Circonscription du Nord-Pas-de-Calais, t. 29-2, Gallia préhistoire,‎ 1986 (lire en ligne), p. 381-390
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. « Évolution et structure de la population à Blaringhem en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  5. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  6. Eglise Saint Martin Blaringhem, Joël Lecroix, fevrier 2004