Noordpeene

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Noordpeene
Église de Noordpeene (mai 2007)
Église de Noordpeene (mai 2007)
Blason de Noordpeene
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Cassel
Intercommunalité Communauté de communes de Flandre intérieure
Maire
Mandat
Jacques Drieux
2008-2014
Code postal 59670
Code commune 59436
Démographie
Gentilé Noordpéenois
Population
municipale
786 hab. (2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 48′ 23″ N 2° 23′ 53″ E / 50.8064, 2.3981 ()50° 48′ 23″ Nord 2° 23′ 53″ Est / 50.8064, 2.3981 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 68 m
Superficie 17,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Noordpeene

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Noordpeene

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noordpeene

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noordpeene

Noordpeene est une commune française dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Noordpeene dans son canton et son arrondissement

Noordpeene est un village du Westhoek en Flandre française, dans l'arrondissement de Dunkerque. Avec une superficie de 1712 hectares, Noordpeene est la plus grande commune du canton de Cassel. La ligne de chemin de fer Hazebrouck-Dunkerque passe à l'extrême Nord du territoire depuis 1848. La ligne de TGV Paris-Londres coupe la commune d'Est en Ouest depuis 1992. Au Nord, le Mont Balinberg (70 mètres) et le Tom (62 mètres) dessinent les premiers contreforts des monts de Flandre. La vallée de la Peene Becque, qui s'écoule paisiblement, sépare ces deux monts. Au Sud et à l'Ouest, le territoire s'incline en direction du marais audomarois. L'altitude descend jusqu'à moins de 10 mètres en direction du marais. Les principaux cours d'eau sont la Lyncke Becque et la Peene Becque (la Peene, qui a donné son nom à la bataille de 1677 qui causa l'annexion d'une partie de la Flandre à la France). La méridienne verte passe par Noordpeene.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Noordpeene
Rubrouck Ochtezeele
Buysscheure Noordpeene Wemaers-Cappel
Zuytpeene

Histoire[modifier | modifier le code]

Stèle de la bataille du 11 avril 1677
  • Peene, en flamand occidental, tire son nom d'anciennes graminées qui poussaient sur ses rives. En 1067, on parle déjà de Peene. Dans les anciens documents, lorsqu'on cite la seigneurie de Peene ou Piennes, il s'agit toujours de Noordpeene. Les premières traces écrites apparaissent dans le cartulaire de Bourbourg en 1114 sous forme de Norpenes, puis Northpenes en 1139. En 1268, Ghilbert de St-Omer, seigneur de Pienne, épousa Agnès de Haverskerke. Ils eurent deux fils: Jean et Gérard se partagèrent en 1306 la terre de Pienne. Les bords de la Lyncke becque étaient la limite de séparation des deux territoires auxqels on donna le nom de Pienne-Nord pour Noordpeene et Pienne-Sud pour Zuytpeene.

Le village a été le théâtre d'un événement d'une importance décisive pour l'histoire de la guerre de Hollande (1672-1678); la bataille de la Peene en 1677. Elle fut cause de l'annexion du nord de l'Artois et des châtellenies de Cassel et Bailleul au royaume de France en 1678 au traité de Nimègue.


Pendant la seconde guerre mondiale fut installé au lieu-dit "Moulin du Hey" une rampe V1 légère, un bunker de tir (encore visible)et quelques bâtiments.

Maison de la Bataille de la Peene[modifier | modifier le code]

Depuis avril 2007, la Maison de la Bataille de la Peene, un centre d'interprétation a ouvert ses portes à Noordpeene. Deux grandes thématiques y sont développées ; la bataille de la Peene et la vie quotidienne en Flandre au XVIIIe siècle. Dans une première salle, le visiteur découvre la maquette du champ de bataille. Elle présente le territoire du cœur des combats, de la voie romaine Watten-Cassel (au nord) jusqu'à la route Arques-Cassel au sud. Un film est projeté au-dessus de la maquette. Il retrace le processus de la formation des états en Europe. Cette perspective très générale permet de bien saisir les enjeux de la bataille de la Peene. Dans la seconde salle, des cartes coulissantes présentent de manière très pédagogique l'évolution des frontières suite aux quatre principaux traités du règne de Louis XIV. À partir de la troisième salle, on change d'univers ; Joseph Duvet (le seigneur du village), Cornélie (la servante) et Tisje Tasje (le colporteur) vous présentent Noordpeene et la Flandre au XVIIIe siècle. Vous entendez leurs voix dans les audio guides fournis à l'accueil. Quatre langues sont proposées : français, néerlandais, anglais et langue régionale flamande.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Noordpeene (59) Nord-France.svg

Les armes de Noordpeene se blasonnent ainsi : "D'argent à cinq fusées de gueules accolées en bande."

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1953 Pierre Devulder    
1967 George Depaeuw    
mars 1983 Germain Sockeel    
mars 1989 Jacques Drieux    
juin 1995 Jacques Drieux    
mars 2001 Jacques Drieux    
mars 2008 Jacques Drieux    
en cours Jacques Drieux    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 786 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 183 1 086 1 311 1 256 1 410 1 442 1 384 1 440 1 431
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 422 1 435 1 448 1 486 1 484 1 392 1 330 1 438 1 332
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 263 1 150 1 085 933 902 842 851 1 028 876
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
822 748 692 693 705 674 762 774 786
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Noordpeene en 2007 en pourcentage[3].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
2,6 
75 à 89 ans
8,3 
13,2 
60 à 74 ans
12,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,4 
23,5 
30 à 44 ans
20,7 
17,3 
15 à 29 ans
16,0 
22,0 
0 à 14 ans
21,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Maison de la Bataille de Noordpeene (mai 2007).

L'obélisque de la bataille de la Peene (ou bataille du val de Cassel):

À la frontière de Zuytpeene et de Noordpeene, à l'initiative du docteur Desmyttère de Cassel, une colonne de pierre et de marbre est érigée en 1865. Elle commémore l'importante bataille de 1677 qui a opposé, sur les bords de la Peene, l'armée de Louis XIV commandée par Philippe d'Orléans aux troupes coalisées des Provinces-Unies (Pays-Bas), de l'Espagne et de l'Angleterre conduites par Guillaume d'Orange (Stadhouder des Provinces-Unies). La victoire française a entraîné le rattachement d'une partie de la Flandre (Saint-Omer, les châtellenies de Cassel, Bailleul et Ypres) à la France. On peut lire sur l'obélisque: "En 1677, le 11 avril, a été livrée dans cette plaine une bataille décisive. Elle fut cause de l'annexion de cette contrée à la France".

Le couvent:

Du monastère de l'ordre des Guillemites, établi à Noordpeene vers 1468, il semble qu'il ne reste que le porche portant la date 1741, et l'appellation "ferme du couvent". La maison de Nieuwland, dite de Nazareth, est fondée en 1261 par Arnould de Guînes à Eringhem, près de Bergues. Les Guillemites s'installent ensuite à Oudezeele. En 1464, ils décident de quitter ce village pour Noordpeene. le seigneur Josse de Hallewyn et son épouse Jeanne de la Tremoille leur donnent une terre pour y construire un couvent et une église. Lors de la Bataille de la Peene de 1677, le couvent est brûlé. Rétabli, il est presque entièrement démoli en 1796.

Depuis 2009, Noordpeene fait partie du réseau Village Patrimoine, coordonné par les Pays de Flandre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mathieu Elias : 1658-1741. Peintre actif à Paris et à Dunkerque.
  • Joseph Duvet : 1700-1803. Seigneur de la Tour, élu à 89 ans premier maire de la commune en 1790.
  • Tisje tasje : 1768-1842. Colporteur célèbre pour ses histoires.
  • Louis de Backer : 1814-1896. Avocat, juge de paix et inspecteur des monuments historiques. Il est le premier vice-président du Comité Flamand de France.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]