Holcim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Holcim

alt=Description de l'image Logo Holcim.svg.
Création 1912
Personnages clés famille Schmidheiny (propriétaire)
Forme juridique société anonyme[1]
Action SWX : HOLN
Siège social Drapeau : Suisse Zurich[1]
Activité fabrication de ciment et de béton
Produits Ciment et dérivés
Effectif 90 000 (en 2011)
Site web www.holcim.com
Chiffre d’affaires CHF 21,65 mrd (2010)
Résultat net CHF 1,62 mrd (2010)

Holcim est l'un des plus grands producteurs mondiaux de ciment. Le siège central se trouve à Zurich. Son ancien nom était Holderbank.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cimenteries de Holcim dans le monde

Holcim a été fondée en 1912 sous le nom de « Financière Glaris », dans le village d'Holderbank du canton d'Argovie. Très vite, ils se sont rendu compte que le marché intérieur n'offrait pas de grandes opportunités d'expansion pour l'entreprise.

Au début des années 1920, la société a commencé à investir dans des affaires de ciment dans d'autres pays européens. Cette tendance a été rapidement suivie par des investissements en Égypte, au Liban et en Afrique du Sud.

Dans les années d'après guerre et particulièrement dans les années cinquante et les années soixante, un réseau de holdings a commencé à se développer au Nord et en Amérique Latine. En 1951, la société s'est installée au canada sous le nom de Ciment St-Laurent, a débuté ses activités au Canada avec la construction d'une cimenterie à Beauport, dans la région du Québec.

Dans les années 1970, l'entreprise s'étend vers les marchés émergents de l'Asie-Pacifique. Dans les années 80, Holcim continue à s'étendre vers de nouveaux marchés, y compris l'Europe de l’Est. Holcim devient alors leader au niveau mondial.

En 1993, La EPA (Agence américaine pour la tutelle environnementale) fait payer à Holcim de Holnam Holly Hill (en Caroline du Sud) une amende de 838 850 dollars pour ne pas avoir respecté les limites sur les émissions en atmosphère. L'organisme pour le contrôle de l'atmosphère au Texas impose une amende de 135 000 dollars à Holcim de Midlothian pour avoir surpassé de 50 % les limites. En 1994, la Holcim de Clarksville (Missouri), ayant commencé à brûler des détritus dangereux en 1986, doit payer 100 874 dollars d'amende. En 1999, les inspecteurs fonctionnaires de l'État de Iowa (États-Unis) détectent qu'Holcim n'a pas signalé avoir surpassé les limites d'émissions en atmosphère. Le « Michigan Department of Environmental Quality » donne à l'Holcim de Dundee une amende de 576 500 dollars) pour émissions de 750 % supérieures aux limites consenties. En 2000, la société a écopé d'une amende pour un chemin dans l'établissement de LaPorte (Colorado). L'établissement de Florence (Colorado) n'a pas passé les examens de pollution pour la troisième fois.

Le nom du groupe Financière Glaris « Holderbank » a été changé en « Holcim » en mai 2001. En 2002, Holcim acquiert Ciments d'Obourg en Belgique. En 2007, Holcim compte 90 000 employés et est présente dans plus de 70 pays à travers le monde.

Le 19 août 2008, dans le cadre du plan de nationalisation de l'industrie du ciment du président vénézuélien Hugo Chávez[2], Holcim a conclu un accord de cession de ses filiales vénézuéliennes[3].

En avril 2014, Holcim annonce un projet de fusion avec Lafarge . La nouvelle entité sera basée en Suisse[4].

Métiers[modifier | modifier le code]

En 2006, no 1 mondial du marché du ciment avec une production de 220 millions de tonnes par an, puis derrière Lafarge avec une production de 205 millions de tonnes par an.

Chiffres[modifier | modifier le code]

  • 90 000 employés
  • Ciment : 205 millions de tonnes
  • Gravier et sable : 170 millions de tonnes
  • Béton : 38 millions de m³

En Suisse[5][modifier | modifier le code]

  • 1 300 employés
  • Ciment : 2,5 millions de tonnes
  • Gravier, sable et ballast : 6 millions de tonnes
  • Béton : 1,5 million de m³

Données boursières[modifier | modifier le code]

  • Actionnaires principaux :

(2005) : Flottant 65 %, famille Schmidheiny 35 %.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Holcim Kies und Beton AG », Office du Registre du commerce du canton de Zurich (consulté le 5 mars 2008)
  2. http://www.leblogfinance.com/2008/04/venezuela-natio.html Venezuela : nationalisation des filiales ciment de Lafarge, Cemex et Holcim
  3. Venezuela-Nationalisations : Lafarge indemnisé. Le Journal du dimanche
  4. Holcim, Lafarge agree to create cement giant, Natalie Huet, Reuters, 7 avril 2014
  5. Cargo magazine, n° 4, 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]