Rostock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Arrondissement de Rostock.
Rostock
Rostock
Le port
Le port
Blason de Rostock
Héraldique
Drapeau de Rostock
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Mecklenburg-Western Pomerania.svg Mecklembourg-Poméranie-Occidentale
Arrondissement
(Landkreis)
Rostock (ville-arrondissement)
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Roland Methling (sans étiquette)
Code postal 18001-18147
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
13 0 03 000
Indicatif téléphonique +49-381
Immatriculation HRO
Démographie
Population 201 813 hab. (2011)
Densité 1 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° 05′ 00″ N 12° 08′ 00″ E / 54.083333, 12.133333 ()54° 05′ 00″ Nord 12° 08′ 00″ Est / 54.083333, 12.133333 ()  
Altitude 13 m
Superficie 18 099 ha = 180,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Rostock

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Rostock
Liens
Site web www.rostock.de

Rostock (prononciation /'ʁɔstɔk/ du Polabe Roz toc) est une ville-arrondissement du nord de l’Allemagne. C’est la plus grande ville de Mecklembourg-Poméranie occidentale. Rostock est située sur les bords de la rivière Warnow.

Géographie[modifier | modifier le code]

Rostock est située pratiquement au centre de la côte baltique du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Rostock s’étend sur 21,6 kilomètres de la Mer Baltique jusqu’au sud et sur 19,4 kilomètres d’est en ouest. La partie côtière de Rostock, Rostock-Warnemünde, est située à environ 16 km au nord du centre historique de la ville. Les parties les plus densément peuplées de la ville se situent à l’ouest et au sud-est, le port international se situe à l’est de Rostock.

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Confirmation du droit urbain de Lübeck accordé à la cité (1218)

Au XIe siècle les Polabes établirent sur la rive orientale de la rivière Warnow autour d’un camp comportant un château (burg) et une agglomération dénommée Roztoc (ce qui signifie là où le fleuve s’élargit) ; d'où le nom Rostock dérive.

Le roi du Danemark Valdemar Ier fit incendier la ville en 1161. À cette occasion le chroniqueur danois Saxo Grammaticus fit la première mention de celle-ci.

C’est en 1189 que pour la première fois on mentionne une agglomération avec des commerçants et des artisans allemands installée sur l’autre rive et portant le nom de Rostock. À l’origine, se trouvaient alors en ce lieu trois villes distinctes.

  1. Altstadt (vieille ville) autour de l’Alter Markt (vieux marché) et de l’église Saint-Pierre et de l’église Saint-Nicolas
  2. Mittelstadt (ville du milieu) autour du Neuer Markt (Nouveau marché) et de l’église Sainte-Marie.
  3. Neustadt (nouvelle ville) autour du Hopfenmarkt (marché au houblon, actuel square de l’Université) et de l’église Saint-Jacques, démolie depuis.

Le droit urbain de Lübeck a été accordé à cette agglomération le par le prince Heinrich Borwin Ier ; il s’agit du document le plus ancien attestant l’existence de la ville dont on ne connaît pas la date de création précise.

Ligue Hanséatique[modifier | modifier le code]

Plan de Rostock en 1683

Au Moyen Âge, Rostock était un membre important de la Hanse. La ligue Hanséatique assura à la ville un développement important, à ce titre l’architecture du centre-ville avec les remparts, les portes et les entrepôts construits en briques du Brandebourg portent fortement l’empreinte de cette époque. Au XIVe siècle, tandis que Lübeck passait pour la perle de la Hanse, Rostock était la ville la plus importante du Mecklenburg, un puissant port de 12 000 habitants et une des villes les plus riches de cette alliance. Les navires de la Hanse destinés à voguer dans la Baltique étaient construits à Rostock. En 1419 l’université de Rostock fut la première fondée dans la région de la Baltique. La ville comptait en outre plus d’une centaine de petites brasseries. Rostock à l’époque jouissait d’une grande réputation pour sa bière rousse au goût excellent.

XVe au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Rostock 1780-90

À la fin du XVe siècle les ducs du Mecklembourg réussirent à renforcer leur pouvoir sur la ville de Rostock, qui jusqu’alors était seulement théoriquement assujettie à leur pouvoir mais en réalité essentiellement indépendante. Ils instrumentalisèrent à cette fin une émeute connue sous le nom de Domfehde, un soulèvement sans succès des populations pauvres. Les conflits ultérieurs avec les ducs et le pillage persistant menèrent finalement la ville à une perte de pouvoir économique et politique.

La situation stratégique de Rostock provoqua l’envie des puissances extérieures. Ainsi, les Danois et les Suédois occupèrent la ville deux fois, la première au cours de la guerre de Trente Ans (1618-48) et à nouveau de 1700 à 1721. Plus tard, les Français de Napoléon Ier occupèrent la ville pendant près d’une décennie jusqu’en 1813. Ce fut ici que Blücher, précisément né à Rostock, l’un des généraux qui se battaient encore après la bataille d’Iéna, se rendit aux Français en 1806. À la suite de terribles combats de rue au cours desquels il commanda en personne quelques charges de cavalerie, les Prussiens, épuisés, se rendirent, à court de nourriture et de munitions.

À ces luttes d’influence s’ajouta un incendie qui détruisit la ville en 1677 accentuant le déclin de Rostock, c’est seulement au milieu du XIXe siècle que l’industrialisation permit à la ville de reprendre son élan.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La place du marché en 1883 (par Friedrich Jentzen)

Dans la première moitié du XIXe siècle Rostock regagna beaucoup de son importance économique, tout d’abord du fait du commerce du blé, et, à partir des années 1850, du fait des industries et plus particulièrement des constructions navales. C’est à Rostock que fut lancé le premier vapeur allemand à hélice.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Rostock 1910
L’ancien centre de Rostock en 1953

La ville grandit en taille et en population, de nouveaux quartiers émergèrent au sud et à l’ouest des anciennes limites de la cité. Deux développements de quartiers résidentiels notables furent ajoutés en réponse à l’accroissement de population autour de 1900 :

  1. Steintor-Vorstadt au sud, s’étendant de la vieille muraille à la nouvelle Station de Chemin de fer "Lloydbahnhof" (maintenant Hauptbahnhof). Il a été conçu comme un quartier vivant et se compose surtout de grandes maisons simples, habitées par les citoyens riches.
  1. Kröpeliner-Tor-Vorstadt à l’ouest, conçu pour loger la population ouvrière accueillant également des équipements industriels comme "Mahn et la Brasserie d'Ohlerich" (maintenant Hanseatische Brauerei Rostcok). Le chantier naval principal, "Neptun" était voisin de l’autre côte du fleuve.

Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale la ville comptait deux chantiers de construction aéronautique. Dès les années 1920, l’ingénieur Ernst Heinkel y fonda la société Heinkel-Flugzeugwerke et fit commencer à Marienehe la construction du premier avion à réaction du monde, les usines Arado à Warnemünde étant le second établissement de construction aérienne.

En même temps que se développait la production d’avions, le nombre des habitants augmentait rapidement par immigration et incorporation des villages voisins, tout cela favorisé par l’arrivée au pouvoir des Nazis. Rostock devint une ville importante. Pendant la Seconde Guerre mondiale le centre-ville fut sévèrement bombardé par les Alliés en 1942 et 1945 et dut être reconstruit. La construction d’avion cessa complètement à la fin de la guerre.

La ville continua à croître après la guerre — surtout avec la reconstruction de grands secteurs d'habitation ; le nouveau port maritime situé au Breitling devint le grand port de la RDA et compte encore aujourd’hui comme un des ports les plus importants de la mer Baltique.

La réunification allemande provoqua un déclin, marqué en août 1992 par des agressions contre des étrangers dans le quartier Lichtenhagen qui devaient marquer plusieurs années encore l’image de la ville. Une réponse de Rostock à cette situation fut l’initiative Multicolore et non brun (Bunt statt braun). Il reste qu’on a encore du mal à démêler les implications politiques qui ont permis au conflit d’éclater. Multicolore a été également, en 2003, l’exposition internationale d’horticulture (IGA) organisée par Rostock. Dans la même année, le tunnel sous la Warnow fut ouvert. La candidature de la ville associée à Leipzig pour l’organisation des jeux olympiques d’été en 2012 n’a toutefois pas été retenue lors de la présélection internationale par l’IOC le .

Politique[modifier | modifier le code]

Symboles[modifier | modifier le code]

Blason de la ville

Dans la longue histoire de Rostock, la ville eut trois blasons différents connus comme Signum, Secretum et Sigillum. Le Signum, qui remonte à 1367, fut le dernier adopté et constitue le blason moderne de la ville. Le blason est non seulement visible sur les drapeaux, les maisons et les arrêts de bus mais aussi sur les ponts, barrières, navires et restaurant ce qui montre son importance dans l’identité de la ville.

Le drapeau représente un griffon d’or un champ d'azur et les couleurs de la Hanse, argent et rouge.

Administration[modifier | modifier le code]

Depuis le XIIIe siècle, le corps gouvernant la ville est le conseil municipal (Rat), constitué de 10 puis plus tard de 24 conseillers (Ratsherren). Le président du conseil était le maire de la ville. Au XIXe siècle, il y eut même trois maires en même temps. Depuis 1925, le chef de l’exécutif de la ville porte le titre de maire. Après avoir été élu pendant des siècles par le conseil municipal, il est dorénavant élu directement par les habitants de Rostock, après une réforme datant de 2002.

Hôtel de Ville

Le parlement de la ville (Bürgerschaft) représente les habitants, ses représentants sont élus pour cinq ans. Actuellement le nombre de ses représentants est de 53.

Le parlement de la ville est présidé par le Präsident der Bürgerschaft. Il dirige et prépare les sessions, et représente la ville conjointement au Maire.

Roland Methling (Indépendant), a été élu maire de Rostock au premier tour par 58,2 % des votants le .

Jumelages[modifier | modifier le code]

Vue de l'église Saint-Pierre (Petrikirche)

Dalian est l'unique ville asiatique et du monde en développement jumelée avec Rostock. La ville de Rostock est jumelée avec : [1]

Elle entretient également d’étroites relations avec :

Religion[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de l'église Saint-Jacques vers 1920

La christianisation des Wendes de la région a lieu sous Henri le Lion. Rostock passe à la Réforme lutherienne à partir de 1525 lorsqu'un vicaire de l'église Saint-Pierre, Joachim Slüter, passe à la nouvelle religion et fait imprimer des livres de chants en bas-allemand. Après sa mort en 1532, son successeur Johann Oldendorp intensifie les réformes, appuyé par la bourgeoisie de la ville, comme dans les autres villes de la ligue hanséatique. Les catholiques commencent à être qualifiés de papistes et sont persécutés à partir de 1534. Un surintendant luthérien est nommé et un ministère évangélique est créé, remplaçant les anciennes structures catholiques. La ville devient entièrement protestante.

Les premiers catholiques à retourner s'établir à Rostock le sont au XIXe siècle. La première paroisse catholique d'après le temps de la Réforme date de 1872 et la première église catholique à être construite date de 1909, la Christuskirche (démolie en 1971 et remplacée par un bâtiment ultra-moderne). Les paroisses relèvent d'abord du vicariat apostolique des Missions du Nord, puis du diocèse d'Osnabrück à partir de 1930. Le partage de l'Allemagne rend difficile la mission de l'évêque dans la partie est-allemande, où l'athéisme est décrété idéologie officielle et Rostock dépend d'un évêque auxiliaire du Schwerin.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Rostock est aujourd'hui partagée en trois prévôtés luthériennes (nord, sud et est) qui dépendent de l'Église évangélique-luthérienne du Mecklembourg. Les catholiques dépendent de l'archidiocèse d'Hambourg, fondé en 1995.

Cependant la politique d'athéisme de la république démocratique allemande et la révolution des mœurs détournent de plus en plus d'habitants de la ville de toute pratique religieuse, en particulier des cultes traditionnels chrétiens. D'autre part des cultes venus des États-Unis s'y sont installés, comme les Adventistes ou venus d'Allemagne comme l'Église néo-apostolique et d'autres sectes. De plus des populations d'origine étrangère comme les Turcs ouvrent leur propre lieux de culte. Une mosquée est construite à la Erich-Schlesinger-Straße.

Aujourd'hui, ainsi marquée par près d'un demi-siècle de communisme, la majorité des habitants de Rostock d'origine allemande est non-baptisée ou athée et rejette le christianisme de ses ancêtres.

Attractions[modifier | modifier le code]

Rostock[modifier | modifier le code]

Heiligengeisthof (jardin du Saint-Esprit)

Un des endroits les plus typique de Rostock est le Neuer Markt (place du nouveau marché) comprenant l’hôtel de ville construit à l’origine au XIIIe siècle en brique et de style gothique, mais transformé en profondeur au XVIIIe siècle par l’adjonction d’une façade baroque et d’une salle des banquets. La place conserve également six maisons à pignon datant des XVe et XVIe siècles, restaurées de belle façon. Les autres anciennes maisons de style hanséatique qui bordaient la place étant détruite au cours d’un bombardement aérien allié en 1942.

La Kerkhofhaus du XVe siècle (située Große Wasserstraße, derrière l’hôtel de ville) est considérée comme la maison de brique gothique la mieux préservée de la ville.

La Marienkirche (église Sainte-Marie), située au Ziegenmarkt, est une imposante église gothique en briques. Construite au XIIIe siècle, elle a été agrandie et modifiée à la fin du XIVe siècle pour arriver à la basilique en forme de croix actuelle. Sa haute tour ne fut pas achevée avant la fin du XVIIIe siècle. À l’intérieur de la tour se situe une horloge astronomique construite en 1472 par Hans Düringer.

Kröpeliner Straße - la principale artère piétonne

La principale artère piétonne est la Kröpeliner Straße qui part à l’est du nouveau marché jusqu’à la Kröpeliner Tor, une ancienne porte municipale du XIVe siècle. Le bâtiment principal de l’université de Rostock, plus ancienne université d’Europe du Nord, se situe sur l’Universitätsplatz, à proximité du milieu de cette rue, devant la fontaine du zeste de vie (Brunnen der Lebensfreude).

Le Kloster St Katharinen (couvent Sainte-Catherine) est un ancien monastère franciscain fondé en 1243, agrandi plusieurs fois au cours des XIVe et XVe siècles. Il est maintenant le siège de l’Académie de musique et de théâtre (HMT-Rostock).

L’église gothique de briques Nikolaikirche (église Saint-Nicolas), qui est la plus ancienne église de Rostock a été construite au milieu du XIIIe siècle. Lourdement endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale et restaurée depuis, le bâtiment est désormais utilisé comme salle d’exposition et de concert du fait de ses remarquables conditions acoustiques.

Quelques tronçons du mur d'enceinte médiéval subsistent toujours tout comme quatre portes municipales médiévales.

Warnemünde[modifier | modifier le code]

Alexandrinenstraße à Warnemünde

Warnemünde est la partie côtière de Rostock et une attraction importante de la ville. Les habitants et les touristes apprécient ses maisons anciennes situées en front de mer, sa grande plage, son vieux port de pêche et son phare.

Économie[modifier | modifier le code]

Bureau de la Deutsche Seereederei

L'économie de la ville est fortement influencée par le tourisme, l’Université de Rostock, les industries maritimes (particulièrement les constructions navales) et le secteur des services.

Les grandes entreprises présentes à Rostock sont :

Éducation[modifier | modifier le code]

Rostock accueille l’une des plus vieilles universités au monde. Fondée en 1419, l’Université de Rostock est la troisième plus vieille université d’Allemagne encore en activité, la seconde plus ancienne en Europe du Nord (après l’Université de St Andrews) et la plus ancienne université de Europe du Nord continentale.

La Haute école de Musique et de Théâtre (Hochschule für Musik und Theater) délivre des diplômes dans le domaine artistique.

Culture[modifier | modifier le code]

Volkstheater Rostock

Événements[modifier | modifier le code]

La ville accueille le festival annuel de Hanse Sail, pendant lequel de nombreux grands voiliers et navires de musées sont regroupés, attirant plus de 1,5 million de visiteurs.

Un festival de Jazz, l’Ostsee-Jazz se déroule en juin.

Les autres événements sont:

  • Kurfilmfestival FiSh
  • Rostocker Kulturwoche
  • Sommer der Kulturen
  • Rostocker Hafenfest
  • Boulevardfest
  • Warnemünder Woche
  • Public-access television rok.tv (situé Platz der Freundschaft)
  • private tv station tv.rostock

Musées et Zoos[modifier | modifier le code]

  • Kunsthalle Rostock (art gallery)
  • Kulturhistorisches Museum
  • Dokumentations- und Gedenkstätte der Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen Deutschen Demokratischen Republik
  • Heimatmuseum Warnemünde
  • Schiffbau- und Schifffahrtsmuseum
  • Rostocker Zoo
  • Walter-Kempowski-Archiv

Musique et Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Volkstheater Rostock
    • Norddeutsche Philharmonie
    • Rostocker Singakademie
  • Niederdeutsche Bühne Rostock
  • Compagnie de Comédie
  • Kleine Komödie Warnemünde
  • Mechaje
  • Bühne 602
  • Festspiele Mecklenburg-Vorpommern
  • Ostsee Big Band (Jazz)

Sport[modifier | modifier le code]

La ville de Rostock accueille notamment le club de football du F.C. Hansa Rostock qui jouait en première division. Il fut relégué en deuxième division en 2008.

Club Sport Fondé en Ligue Stade Entraineur
FC Hansa Rostock Football 1965 Championnat d'Allemagne de football DKB-Arena Frank Pagelsdorf
HC Empor Rostock Handball 1954 2. Bundesliga Rostocker Stadthalle Maik Handschke
Rostocker EC - Piranhas Hockey sur glace 1990 Regionalliga (3rd division) Eishalle Rostock Sergej Yashin

Transports[modifier | modifier le code]

Automobile[modifier | modifier le code]

On peut atteindre Rostock par les autoroutes (Autobahn) A 1 et A 20 en provenance d’Hambourg via Lübeck ou A 19 et A 20 en provenance de Berlin via Wittstock-Dosse.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Rostock Hauptbahnhof (Gare centrale)
Liniennetz Rostock 2012.svg

La Rostock Hauptbahnhof (Gare centrale de Rostock) permet des liaisons rapides vers Hambourg et Berlin et à partir de là vers la plupart des autres villes européennes.

À l’intérieur de la ville se déploie un réseau dense de tramways, bus et ferries. Le premier tunnel d’Allemagne entièrement financé par des fonds privés traverse la rivière Warnow et connecte la partie orientale de la ville à la partie occidentale.

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Rostock est le second plus grand port de la Baltique après Lübeck. Rostock est aussi desservi par un grand port pour ferry. Il s'agit de la base des compagnies de ferry Scandlines et TT-Line, qui toutes deux relient Rostock aux plus grands ports de Scandinavie. De plus, Rostock est la ville d'Allemagne recevant le plus grand nombre de touristes partant en croisière.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Les aéroports internationaux les plus proches de la ville se situent à Hambourg et Berlin. L’aéroport de Rostock-Laage, situé à 30 km au sud-est de la ville, est accessible directement via Cologne, Munich ainsi que Stockholm (liaison assurée par la compagnie Ryanair). Il existe également quelques petits aérodromes pouvant accueillir des avions de moindre importance comme celui de Purkshof.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

À Rostock sont nés :

Autres liens avec la ville :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]