Diocèse de Saint-Dié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 10′ 15″ N 6° 27′ 00″ E / 48.17083, 6.45

Diocèse de Saint-Dié
Image illustrative de l'article Diocèse de Saint-Dié
Cathédrale de Saint-Dié
Pays
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse
Création 1777
Affiliation Église catholique en France
Province ecclésiastique Province ecclésiastique de Besançon
Siège Épinal, France
Titulaire actuel Mgr Jean-Paul Mathieu
Langue(s) liturgique(s) français
Calendrier grégorien
Territoire Vosges
Population totale 381 000
Site web www.catholique-vosges.fr/
Image illustrative de l'article Diocèse de Saint-Dié
Localisation du diocèse

Le diocèse de Saint-Dié est une circonscription de l'Église catholique romaine en France. C'est un diocèse créé en 1777 après que le Duché de Lorraine est devenu français. Sa juridiction s'étend sur une partie de l'antique Diocèse de Toul demembré pour l'occasion. Sa juridiction coïncide aujourd'hui avec le département des Vosges. Au 1er janvier 2000, le nombre de paroisses est amené à 57. Elles sont à partir du 1er juillet 2013 au nombre de 48 paroisses réparties en 14 communautés de paroisses.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1552, les trois évêchés de l'espace lorrain, jusque là rattachés au Saint-Empire romain germanique, sont «mis sous la protection du roi de France » Henri II, et deviennent un territoire annexe de la France. Les Trois-Évêchés ont alors une juridiction sprirituelle qui s'étend entre-autres sur le Duché de Lorraine et le Duché de Bar.

Suite à cette avancée française en terre impériale, les ducs de Lorraine, afin de s'affranchir de toute dépendance vis-à-vis de la France, promeuvent dès le Concile de Trente l'idée de créer de nouveaux évêchés au sein du duché de Lorraine, et en particulier dans leur capitale Nancy. Les ducs Charles III, puis Charles IV et Léopold Ier, ne ménagèrent pas leurs efforts dans ce sens.

En 1717, le duc Léopold Ier de Lorraine souhaite profiter de ses bonnes relations avec la France (le Régent Philippe d'Orléans est son beau-frère), pour proposer diplomatiquement la création d'un évêché non à Nancy mais en la ville de Saint-Dié.

Le chapitre collégial de Saint-Dié avait en effet su gagner une certaine indépendance de son diocèse d'origine, Toul, jusqu'à se prétendre nullius dioecesis (sans diocèse). Un évêché lorrain aurait donné au duc plus d'indépendance face à la France. Il aurait fallu cependant démembrer le diocèse de Toul. Or la ville de Toul était possession du Royaume de France et son évêque, nommé par le roi de France agissait en fonction des intérêts du royaume.

En dépit de l'appui de Rome, le projet lorrain se heurte à la très ferme opposition du Régent qui oblige le pape à s'incliner.

La création de l'évêché aboutit cependant soixante ans plus tard, en 1777[1], après l'intégration du duché de Lorraine au Royaume de France (1766). Le symbole est fort, le Roi de France crée pour la première fois un évêché dans un territoire nouvellement annexé.

L'évêché de Saint-Dié, également appelé Quatrième Évêché, se voit attribuer les domaines de l'ancien chapitre, augmentés de ceux de grandes abbayes vosgiennes (Étival, Senones, Moyenmoutier) ainsi que de territoires pris sur l'important diocèse de Toul[2] ; il est alors, comme les trois autres évêchés lorrains, suffragant de Trèves (en Allemagne).

L'évêché de Saint-Dié est cependant supprimé en 1802, et réuni avec Verdun à un vaste évêché de Nancy-Toul. Les quatre évêchés lorrains sont de nouveau séparés sous la Restauration (Saint-Dié en 1823), et sont désormais suffragants de Besançon en France[3].

L'administration du diocèse est actuellement à Épinal, ville plus centrale et chef-lieu du département des Vosges, sans que cela affecte le siège du diocèse[4] qui reste à Saint-Dié-des-Vosges, où se trouve la cathédrale..

Organisation du diocèse[modifier | modifier le code]

Par ordonnance du 1er septembre 2012, Mgr Jean-Paul Mathieu, évêque de Saint-Dié a réorganisé le diocèse en 14 "Communautés de paroisses".Au cours de l'année 2013, quelques paroisses fusionnent suite à cette ordonnance[5].

  • 1. Saint-Dié-des-Vosges regroupant les paroisses de Saint-Dié, Sainte-Marguerite, La Trinité et Notre-Dame du-Val-de-Meurthe
  • 2. Raon-l’Etape regroupant les paroisses de Saint-Luc, Saint-Odile et Saint-Maurice-du-Rabodeau.
  • 3. Epinal regroupant les paroisses de Saint-Goéry, Saint-Auger, Saint-Jean-Baptiste-de-l’Avière et Saint-Brice.
  • 4. Bruyères regroupant les paroisses de Notre-Dame-du-Pays-de-l’Avison, Saint-Antoine-en-Vologne, Notre-Dame-de-la Corbeline et Notre-Dame-de-Corcieux.
  • 5. Rambervillers regroupant les paroisses de Sainte-Libaire, Notre-Dame-de-la-Mortagne, Saint-Hubert-du-Ban-de Jeanménil et Sainte-Thérèse-du-Durbion.
  • 6. Xertigny regroupant les paroisses de Saint-Paul-en-Vôge et Saint-Colomban-en-Vôge.
  • 7. Charmes regroupant les paroisses de Saint-Nicolas-du-Haut-du-Mont, Bienheureux-Jean-Martin-Moye et Saint-Laurent-des-Trois-Rivières.
  • 8. Remiremont regroupant les paroisses du Saint-Mont, de Notre-Dame-des-Chênes, Notre-Dame-des-Sources, Notre-Dame-de-la-Combeauté, Saint-Amé-des-Trois-Vallées et Saint-Gérard-de-la-Vallée-des-Lacs.
  • 9. Le Thillot regroupant les paroisses du Bienheureux-Frédéric-Ozanam, de Saint-Étienne des Rupts et Notre-Dame- des-Neiges.
  • 10. La Moselotte regroupant les paroisses de Saint-Laurent, du Ban-de-Vagney, de Saulxures-Thiéfosse et Notre-Dame-des-Gouttes.
  • 11. Neufchâteau regroupant les paroisses de La croisée-Saint-Nicolas, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Pierre-et-Paul-au-seuil-de-la-Lorraine et Sainte-Jeanne-d’Arc-et-Saint-Elophe.
  • 12. Vittel constitué de la paroisse Saint-Basle-de-la-Plaine
  • 13. Darney regroupant les paroisses de Saint-Martin-de-la-Forêt, Bienheureux-Jean-Baptiste-Ménestrel et Notre-Dame-de-la-Saône.
  • 14. Mirecourt regroupant les paroisses Saint-Pierre-Fourier et La-Croix-de-Virine.

Les évêques de Saint-Dié[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des évêques de Saint-Dié.

Évêques originaires du diocèse de Saint-Dié[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettres patentes du Roi, confirmatives de la bulle d'érection de l'évêché de Saint-Diez en Lorraine, données à Versailles au mois d'août, registrées en Parlement le 5 septembre 1777, P. G. Simon, Paris, 1777 [1]
  2. Diocèse de Saint-Dié, Repères historiques.
  3. Histoire du diocèse de Nancy et de Toul.
  4. Le transfert de l'administration du diocèse est décidé par Mgr Brault, évêque de Saint-Dié en 1953 (La Vie diocésaine de Saint-Dié)
  5. Église catholique des Vosges, revue diocésaine, 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]