Eecke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eecke
Le Klockhuis
Le Klockhuis
Blason de Eecke
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Steenvoorde
Intercommunalité Communauté de communes de Flandre intérieure
Maire
Mandat
Jacques Nuns
2014-2020
Code postal 59114
Code commune 59189
Démographie
Gentilé Eeckois, Eeckoises
Population
municipale
1 166 hab. (2011)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 46′ 45″ N 2° 35′ 40″ E / 50.7792, 2.5944 ()50° 46′ 45″ Nord 2° 35′ 40″ Est / 50.7792, 2.5944 ()  
Altitude Min. 24 m – Max. 66 m
Superficie 10,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Eecke

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Eecke

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eecke

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eecke

Eecke (en néerlandais : Eke) est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Eecke est située près de Bailleul, à 33 km de Dunkerque et 36 km de Lille.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Eecke
Terdeghem Steenvoorde Godewaersvelde
Saint-Sylvestre-Cappel Eecke Berthen
Hondeghem Caëstre Flêtre

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village aurait été fondé par saint Wulmar en 698, qui aurait évangélisé la région au VIIIe siècle, logeant dans le creux d'un chêne(eik en néerlandais). L'église du village est dédiée à sainte Dorothée. On trouve la première mention historique du village en 1263, sous le nom Eeke.

Eecke signifie « chêne » en dialecte du flamand occidental. Elle est jumelée à quatre autres Eecke, quatre autres chênes, en Suisse, Belgique, et Allemagne. Tous les quatre ans, dans l'une de ces communes, a lieu la fête des quatre chênes. La première fête européenne a eu lieu en 1965 en (Allemagne).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Eecke

Les armes d'Eecke se blasonnent ainsi :

"De gueules au sautoir de vair."[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
XIXe siècle   Louis Desmarescaux   Chevalier du mérite agricole
  mars 1966 Florent Leconte   Chevalier de la Légion d'honneur
mars 1966 mars 1995 Paul Delmaere Divers Gauche Directeur d'école
mars 1995 mars 2001 Yves Carton   Décédé en mai 2006
mars 2001 mars 2008 Marc Delbaere    
mars 2008 février 2012 Robert Leconte    
février 2012 mars 2014 Christine Asseman    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 166 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 317 1 380 1 429 1 345 1 144 1 215 1 218 1 193 1 188
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 130 1 116 1 131 1 200 1 222 1 182 1 172 1 163 1 192
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 123 1 129 1 049 1 052 1 008 928 923 867 860
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
837 790 681 789 804 871 1 071 1 128 1 166
2011 - - - - - - - -
1 166 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Eecke en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
2,4 
75 à 89 ans
4,0 
8,1 
60 à 74 ans
8,5 
18,6 
45 à 59 ans
16,8 
25,5 
30 à 44 ans
27,0 
17,5 
15 à 29 ans
16,4 
27,7 
0 à 14 ans
26,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Suisse Eiken (Suisse)
Drapeau de la Belgique Eke (Belgique)
Drapeau de l'Allemagne Eicken-Bruche (de) (Allemagne)Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Eecke, l'église Saint-Wulmar et le Klockhuis
Eecke, château d'eau

L'église Saint-Wulmar[modifier | modifier le code]

Le Klockhuis (maison des cloches) XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Klockhuis (klokhuis en néerlandais) signifie simplement « maison des cloches », clocher, donc. Mais c'est un clocher un peu particulier : il s’agit d’une grande tour en bois charpentée, abritant deux cloches qui annonçaient autrefois les offices religieux, les événements de la vie municipale et sonnaient le tocsin.

En 1659, la tour située au milieu de l’église s’effondre ; un nouveau clocher tour est reconstruit sur le devant de l’église en 1661-1662. Cette proximité vis-à-vis de l’église est jugée trop dangereuse, un incendie enflammerait les deux édifices. En 1783, la klockhuis est donc déplacée d’une vingtaine de mètres à l’aide de rouleaux de bois.

Le son des cloches déstabilisait le bâtiment, déréglant même l’horloge ; aussi, en 1787, un charpentier eut l’idée de caler la tour à l’aide de grandes poutres placées en croix sur deux flancs[6].

Brasserie Saint-Georges XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Brasseries du Nord Pas-de-Calais.

Folklore[modifier | modifier le code]

Le géant Jules Boomzaeger, fut créé à l'occasion de la chaîne européenne des Chênes le 8 août 1971, fête qui vit le jumelage des quatre chênes. Il représente Jules L'hommé un scieur de long. C'est un géant haut de 4,70 m assis sur un chêne, qui offre la particularité d'être articulé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Leconte (1801-1889)

Maître potier, membre du Comité flamand de France. Il publie : Inuhldiging der waterbron - Gedicht op Lodewijk Clarisse - Ik eer de moedertaal - Ode aen Van Rechem. Il fut lauréat de nombreuses chambres de rhétorique : Watou en 1861, Eecke et Ypres en 1862, l'Abeele en 1864, Poperinge en 1866, Bruges en 1875 et poète attitré de la chambre "Verblijders in het kruis" à Eecke[réf. souhaitée]

  • Paul Delmaere qui a donné son nom à une école de la commune.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]