Coudekerque-Branche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Coudekerque-Village.
Coudekerque-Branche
Entrée de la mairie de Coudekerque-Branche
Entrée de la mairie de
Coudekerque-Branche
Blason de Coudekerque-Branche
Blason
Coudekerque-Branche
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Coudekerque-Branche
(Chef-lieu)
Intercommunalité Communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral
Maire
Mandat
David Bailleul
2014-2020
Code postal 59210
Code commune 59155
Démographie
Gentilé Coudekerquois (es)
Population
municipale
22 264 hab. (2011)
Densité 2 436 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 01′ 31″ N 2° 23′ 30″ E / 51.0252777778, 2.3916666666751° 01′ 31″ Nord 2° 23′ 30″ Est / 51.0252777778, 2.39166666667  
Altitude Min. 0 m – Max. 6 m
Superficie 9,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Coudekerque-Branche

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Coudekerque-Branche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coudekerque-Branche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coudekerque-Branche
Liens
Site web http://www.ville-coudekerque-branche.fr/

Coudekerque-Branche (Nieuw-Koudekerke[1] en flamand occidental (église-froide nouvelle)) est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Blootland vu depuis Cassel, Coudekerque-Branche se situe à l'horizon à gauche
Coudekerque-Branche dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

Coudekerque-Branche est une ville du Nord située au sud de Dunkerque, à 67 km au nord-ouest de Lille et à 292 km de Paris. La ville est également à moins de 350 km de 4 autres capitales européennes : Londres, Amsterdam, Luxembourg et Bruxelles.

Coudekerque-Branche appartient à la région naturelle du Blootland, caractérisée par un paysage plat et la présence de nombreux canaux contrôlés. La superficie de la ville est de 9,14 km2 ce qui est un peu moins que la médiane des communes métropolitaines françaises (10,73 km2).

Communes limitrophes de Coudekerque-Branche
Dunkerque Dunkerque Dunkerque
Dunkerque Coudekerque-Branche Téteghem
Cappelle-la-Grande Coudekerque-Village Coudekerque-Village

Hydrologie[modifier | modifier le code]

De nos jours, la ville de Coudekerque-Branche n'a pas d'accès à la mer du Nord, elle est en revanche traversée par plusieurs canaux.

Le canal de Bergues est le canal de plus ancien du Dunkerquois, il a été creusé au XVIe siècle et mis en service en1634[2], afin de relier la ville de Bergues à l'arrière-port de Dunkerque. Son lit suit un axe globalement sud-nord. Il reçoit les eaux du canal de la Haute-Colme. Le canal rentre dans la ville au niveau de la clinique des Flandres, il croise l'A16, puis il poursuit ensuite sa course jusqu'à la limite entre la ville et Dunkerque où le canal se sépare en deux embranchements, le bras ouest rentre dans Dunkerque tandis que celui oriental sert de frontière entre les deux cités. Le canal est termine sa course aux « 4 Écluses » qui est un « carrefour hydrologique ».

La construction du canal de Bourbourg a débuté en 1679 et il a été mis en service en 1846[3], sa réalisation est due à la volonté de relier l'Aa au port de Dunkerque. Le lit du canal suit globalement un axe sud-ouest - nord-est avant de se diviser en deux parties au niveau de la ville deSpycker à l'ouest-sud-ouest de Coudekerque-Branche. La partie ouest du canal, qui prend la direction du nord, est appelée « dérivation du canal de Bourbourg ». Elle sépare Mardyck sur sa rive gauche de Grande-Synthe et se jette dans le bassin du Port autonome de Dunkerque. La partie est du canal conserve le nom de canal de Bourbourg, elle suit une direction globalement ouest-est. Arrivé au niveau de l'usine Lesieur, il entre dans Coudekerque-Branche où il croise quelques mètres après l'A16. Le canal sert de limite tout le long de son trajet dans la ville avec Petite-Synthe à Dunkerque. Il se jette dans le canal de jonction.

Le canal de Furnes a été construit au XVIIe siècle. Il débute au niveau des « 4 écluses » et prend une direction quasiment parallèle à la côte en direction de la Belgique, où, sous le nom de canal Nieuport-Dunkerque, il se jette dans la mer du Nord[4]. Le canal de Furnes accueille une partie des eaux du canal de Bergues. Le canal entre dans la ville après le cimetière de Dunkerque, il continue sa course jusqu'à sa sortie de la ville à la limite avec Téteghem. Il sépare Coudekerque-Branche sur sa rive droite de Rosendaël à Dunkerque.

Le canal des Moëres communiquait autrefois avec les canaux de Bergues et de jonction au niveau des « quatre écluses ». Le premier continuait vers le nord afin de se déverser dans la mer du Nord via une cunette, le second venant du sud communiquait vers l'est avec le canal de Furnes et le troisième venant de l'ouest communiquait également avec le canal de Furnes. Le carrefour comportait donc quatre écluses, ce qui donna son nom à la zone. Aujourd'hui, le canal des Moëres sépare le cimetière de Dunkerque sur sa rive droite de Coudekerque-Branche avant de passer sous le canal de Furnes puis de se jeter après pompage dans le « canal exutoire ». Il sépare les quartiers du Centre-ville et Sainte-Germaine des 2 Steendams. Le canal des Moëres reçoit également les eaux du canal de Coudekerque-Village qui proviennent des étangs des bois de la ville. Coudekerque-Branche est une ville très coolie.

Climat[modifier | modifier le code]

La station météorologique la plus proche de Coudekerque-Branche est celle située dans le port autonome.

Nuvola apps kweather.svg  Relevés de Coudekerque-Branche 1961-1990 [5]
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes (°C) 2,2 2,2 3,8 6 9,1 12,1 14,3 14,6 12,8 9,7 5,7 3,3 8
Températures moyennes (°C) 4,3 4,4 6,4 8,6 12 14,8 17 17,4 15,7 12,5 8 5,4 10,5
Températures maximales moyennes (°C) 8,4 9 10,4 12 16,1 18,6 20,9 21,3 19,6 16 11,4 8,6 13,6
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 57,4 42,1 52,1 47,6 46,3 52,4 53,3 48,1 61,6 72,6 81,5 60,6 675,7
Nombres de jours de vent 15,8 10,9 12,1 7,3 5,3 5,5 5,1 5,5 7,4 9,1 9,1 11,7 101,2

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Situation géographique de Dunkerque.
Carte des infrastructures routières et ferroviaires de la région
Réseau routier :

Coudekerque-Branche est à proximité de deux autoroutes, l'A25 de Bergues à Lille, et l'A16/E40 qui relie L'Isle-Adam dans le Val-d'Oise à la frontière avec la Belgique à la hauteur de Bray-Dunes, via Calais, Boulogne-sur-Mer, Abbeville, Amiens et Beauvais. Plusieurs sorties de l'A16 desservent Coudekerque-Branche : les sorties sortie 59 et sortie 60 desservent le Vieux Coudekerque, la sortie sortie 61 dessert le Centre-Ville et Sainte-Germaine, enfin la sortie sortie 62 dessert le Petit Steendam et le Grand Steendam.

L'A25 a été achevée en 1972[6]. Il s'agissait à l'époque de relier Lille au port de Dunkerque alors en plein essor. Quant à l'A16/E40, elle a été mise en service le 15 juin 1993, afin de relier les trois ports du Nord-Pas-de-Calais (Calais, Boulogne-sur-Mer et Dunkerque) ainsi que le Tunnel sous la Manche[7].

Coudekerque-Branche est également sur le trajet de plusieurs l'ex-N1 reliant Paris à Bray-Dunes via Amiens, Montreuil-sur-Mer, Boulogne-sur-Mer etCalais (La N1 est rebaptisée, en 2005, D601 dans le département du Nord et cela depuis que sa gestion a été rétrocédée par l'État au département). La route longe le canal de Furnes au nord de la ville.

Réseau ferroviaire :
Article détaillé : Gare de Coudekerque-Branche.

La ville possède une gare située dans le quartier du Vieux Coudekerque qui est uniquement desservie par les liaisons TER Dunkerque-Calais et Dunkerque-Lille.

Quant aux liaisons TGV, la gare la plus proche est la gare de Dunkerque, des liaisons ferroviaires directes y sont assurées à destination de Paris1 h 35 min ou2 h en TGV, selon les liaisons), Lille35 minutes en TERGV), Arras.

Transport aérien :

Les aéroports les plus proches de Dunkerque sont l'aéroport de Lille - Lesquin (situé à 89 km de la ville) qui assure des liaisons avec des villes françaises, d'Europe et d'Afrique francophone et l'aéroport de Bruxelles à 155 km pour les liaisons internationales.

Bus dunkerquois

L'aéroport de Calais-Dunkerque, situé à Marck, dessert à la fois Dunkerque et Calais. L'aérodrome des Moëres dessert également Dunkerque, tous deux sont des aérodromes de tourisme.

Transport en commun :

Coudekerque-Branche est desservie par le réseau DK'Bus Marine qui exploite neuf lignes régulières et des lignes de service à la demande. Elle transporte un peu plus de 15 millions de voyageurs annuels, parcourant un peu moins de sept millions de kilomètres annuels[8]. Le trajet des lignes dépend de l'heure et de la période (scolaire ou vacances/férié), ainsi on a par exemple le « 2A » et le « 2 ».

Quartier de Coudekerque-Branche[modifier | modifier le code]

La ville est composée des cinq quartiers suivant :

  • le centre-ville ;
  • le Petit Steendam ;
  • le Grand Steendam ;
  • le Vieux Coudekerque ;
  • Sainte-Germaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville fut desservie, au début du XXe siècle, par le tramway de Dunkerque, qui franchissait les voies du chemin de fer par ce pont-viaduc

La commune de Coudekerque naquit au XIe siècle en plein cœur du "croissant vert", zone forestière regroupant désormais le Bois des Forts, le Fort Vallière et le Fort Louis.Elle est mentionnée dès 1067 dans le cartulaire de l'Abbaye de Saint-Winoc à Bergues. son emblème était l'aigle. Coudekerque-Branche prend naissance en 1789 suite à la séparation avec Coudekerque. Par décret no 2008-1021 du 3 octobre 2008, la commune de Coudekerque est rebaptisée Coudekerque-Village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de Coudekerque-Branche[9] se blasonnent ainsi : « De sable à un hérisson d'argent couronné d'or ».


Drapeau[modifier | modifier le code]

La ville à son propre blason qui se décrit comme suit : « De gueules à un hérisson d'argent couronné d'or »[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1904 1937 Gustave Fontaine Parti Ouvrier Français  
1937 1941 Emile Gens Divers gauche  
1941 1945 Henri Naassens Divers gauche  
1945 1947 Marcel Allouchery PCF  
1947 1976 Maurice Mollet SFIO Conseiller général du Canton de Dunkerque-Est (1955-1967).
1976 2008 André Delattre PS Directeur d'école[11],
Député de la Treizième circonscription du Nord (1988-1993)[12],
Conseiller général du Canton de Dunkerque-Est (1979-1985),
Vice-Président de la Communauté urbaine de Dunkerque[13],
Maire honoraire de Coudekerque-Branche[14].
2008 en cours David Bailleul DVG puis MRC 1er Vice-Président de la Communauté urbaine de Dunkerque[15].
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 22 264 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 939 1 265 1 295 1 343 1 402 1 533 1 703 1 905 1 448
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 621 976 1 465 1 803 1 947 2 420 2 904 3 537 4 365
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 440 6 271 8 231 9 264 10 094 11 867 13 608 12 506 15 334
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
20 757 23 039 24 930 23 958 23 644 24 152 22 994 22 264 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Coudekerque-Branche en 2007 en pourcentage[18].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,6 
4,5 
75 à 89 ans
9,0 
12,4 
60 à 74 ans
13,7 
20,4 
45 à 59 ans
19,1 
21,7 
30 à 44 ans
20,7 
19,4 
15 à 29 ans
17,0 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[19].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'espace du maître de poste[modifier | modifier le code]

L'espace maître de poste de nos jours

À l'origine : le relais postal Dunkerquois

En 1789, François-Louis Daudruy est nommé maître de la poste aux chevaux de Dunkerque. C'est un service de messageries reliant Dunkerque à Calais, Lille et Ostende, avec de nombreux véhicules et chevaux. Pour développer le relais postal, F.L. Daudruy annexe un hôtel, L'Hôtel des Flandres de Dunkerque, pour les passagers et achète une exploitation agricole à Coudekerque-Branche.

La ferme Daudruy

Le maître de poste loue puis achète une petite ferme, ou « censelette », au bord du canal des Moëres. Les bâtiments sont rebâtis en forme de U vers 1830. Des terres sont achetées et bientôt l'exploitation produit du blé, de l'avoine pour les chevaux, du colza... Les Daudruy obtiennent de nombreux prix dans les concours agricoles.

La fin d'une institution

La construction de la voie ferrée Dunkerque-Lille donne un coup d'arrêt au service postal à cheval en 1848. L'Hôtel des Flandres est vendu. La famille Daudry se tourne alors vers l'exploitation agricole coudekerquoise. Le domaine est démantelé en 1910 et les bâtiments de la ferme sont vendus aux époux Taccoen qui y exploitent un laiterie.

Un espace culturel spécifique

Le bâtiment est acheté en 1989 par la ville de Coudekerque-Branche. Après les travaux d'aménagement, l'espace du maître de poste est inauguré le 14 décembre 1994. Au rez-de-chaussée, une salle de 58 m2 sera destinée à l'accueil du public. Le centre culturel, vaste salle de 198 m2, comprend une partie bar et une partie scène. Aujourd'hui ce bâtiment à caractère historique et culturel est le lieu d'accueil de bals musette, de conférences, d'expositions, d'auditions musicales, de spectacles divers (théâtre, chanson, humour, etc.).

La gare[modifier | modifier le code]

Racheté et entièrement rénovée par la ville, le bâtiment voyageur a été mis à disposition gratuitement en 2002 par la municipalité au profit de l'association Rail Modélisme Coudekerquois.

L'ancienne mairie

Les voyageurs accédent donc aujourd’hui directement aux quais de la halte de la SNCF, un point d'arrêt non géré (PANG) à accès libre desservi par des trains TER Nord-Pas-de-Calais.

Une locomotive électrique BB 22398 est baptisée Coudekerque-Branche, avec le blason de la ville apposé sur ses flancs.

Article détaillé : Gare de Coudekerque-Branche.

L'ancienne mairie[modifier | modifier le code]

L'ancienne maison communale, aujourd'hui située dans le quartier du « Vieux Coudekerque » a elle aussi été récemment rénovée. Elle sert aujourd'hui de mairie de quartier. Pour des raisons de travaux à l'hôtel de ville, l'ancienne mairie se voit de nouveau utilisée, trente ans après, comme salle des mariages.

L'église Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

Troisième église construite par les Chantiers du diocèse de Lille, elle est édifiée en 1960 sous la direction d'Emmanuel Maes, architecte. Le terrain est offert à l'association diocésaine par un ancien officier de marine qui demande que l'église soit dédiée à Saint-Pierre.

Sport[modifier | modifier le code]

Le ministère des Sports a décompté 66 équipements sportifs sur le territoire de la commune en 2013[20].

Culture[modifier | modifier le code]

Depuis plus de trente ans le premier week-end de septembre avait lieu à Coudekerque-Branche la « Fête de la Nature et de la Flandre ». Cette fête à la dimension régionale est devenue au fil des années une tradition. Cette fête a lieu aujourd'hui le deuxième week-end de septembre. La première édition de la fête de la soupe s'est déroulée en juin 2009 et n'a plus eu lieu depuis.

L'espace Jean-Vilar

Coudekerque-Branche dispose d'un complexe culturel pouvant accueillir des expositions, conférences, assemblées, projections cinématographies mais aussi concerts, spectacles et galas. L'Espace Jean-Vilar est composé de quatre salles (Brueghel, Molière, Desrousseaux et Simons). Parmi les artistes ayant pu profiter de cet espace figurent Amel Bent, Michael Jones, Arthur.

La ville de Coudekerque-Branche dispose de six établissements de prêts (six bibliothèques).

Enseignement[modifier | modifier le code]

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

  • École Raymond-Queneau
  • École Georges-Brassens
  • École Joseph-Courtois
  • École Marcel-Pagnol
  • École du Sacré-Cœur
  • École de La Salle
  • École Paul-Éluard
  • École Maurice-Millon (Maurice Millon fut directeur d'école, membre de la commission historique du Nord et président des amis du vieux Dunkerque.)

Enseignement secondaire[modifier | modifier le code]

  • Collège de La Salle
  • Collège Boris-Vian
  • Collège Jules-Ferry
  • Collège du Westhoek
  • Lycée professionnel Fernand-Léger

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://proussel.voila.net/pages/noms_flamands.htm
  2. « Fiche du canal de Bergues », sur http://projetbabel.org, Histoire & Patrimoine des rivières et canaux de France (consulté le 30 mai 2010)
  3. « Fiche du canal de Bourbourg », sur http://projetbabel.org, Histoire & Patrimoine des rivières et canaux de France (consulté le 30 mai 2010)
  4. « Fiche du canal de Furnes », sur http://projetbabel.org, Histoire & Patrimoine des rivières et canaux de France (consulté le 30 mai 2010)
  5. Historique du climat de la station météo de Dunkerque, consulté le 18 juin 2010
  6. « Histoire de l'industrie Dunkerquoise », sur http://www.portdedunkerque.fr/
  7. « La traversée du Nord, document du CNRS », sur http://cat.inist.fr/
  8. « Dk'bus Marine au quotidien », sur http://www.dkbus.com, Dk'bus Marine (consulté le 19 novembre 2011)
  9. Les armoiries sur le site de la ville de Coudekerque-Branche
  10. source:Cyber Flag
  11. http://www.lesbiographies.com/#/Biographie/DELATTRE-Andre,82508
  12. http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/trombinoscope/VRepublique/legis09/delattre-andre-27121931.asp
  13. Guides des villes de la C.U.D edition 2002
  14. http://andredelattre.blogspot.fr/2008_10_01_archive.html
  15. http://www.communaute-urbaine-dunkerque.fr/fr/informations/actualites/index.html?tx_ttnews%5Btt_news%5D=8459&cHash=1102a7e96660527988a1f81b4a8a9b3a
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  18. « Évolution et structure de la population à Coudekerque-Branche en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 juillet 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 juillet 2010)
  20. « Recensement des équipements sportifs, espace et sites de pratiques - détail par communes - », sur Site ministériel du recensement des équipements sportifs (consulté le 6 février 2014)