Carnaval de Dunkerque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carnaval de 2004 devant l'hôtel de ville

Le carnaval de Dunkerque est l’ensemble des festivités qui ont lieu dans l’agglomération dunkerquoise aux alentours de Mardi gras. On distingue :

  • les bandes : les carnavaleux défilent dans les rues derrière la musique (la « clique »), conduite par un tambour-major.
  • les bals : les carnavaleux se retrouvent la nuit, dans les grandes salles de l'agglomération, pour faire la fête en mêlant chansons carnavalesques, à la musique contemporaine et tout ça au profit d'associations (les corsaires…).

Origines[modifier | modifier le code]

Tromboniste de la « clique »
Trompettiste et trombonistes de la « clique »
Joueuse de grosse caisse
Fifres et tambour de la « clique »
Plan d'ensemble de la bande avec de gauche à droite : les premières lignes, la « clique » et le tambour-major
Les premières lignes

Les origines du carnaval dunkerquois remontent au début du XVIIe siècle. Les armateurs offraient aux marins-pêcheurs, avant de partir pour 6 mois de pêche à la morue en Islande, un repas et une fête (la « Foye »), ainsi que la moitié de leur solde. Beaucoup d'entre eux ne revenaient pas toucher l'autre moitié (perdus en mer, naufrage, ...) laissant femmes et enfants sans rien au Courghain. De la foye naîtra la « Visschersbende » (bande des pêcheurs en flamand). Elle se déroulait à l'origine entre le lundi gras et le mercredi des cendres marquant le début du Carême, ce qu'on appelle les 3 joyeuses[1],[2].

Le premier document officiel connu parlant de ces festivités est une ordonnance du Magistrat datée du qui réglementait les festivités.

Il existait également jadis à Dunkerque une autre très grande fête aujourd'hui oubliée : les Folies. Par certains aspects : déguisements, notamment en sauvages, travestissement, géant, elle paraît préfigurer l'actuel Carnaval de Dunkerque. Elle avait lieu en été, le 24 juin, jour de la Saint Jean.

La Charte du carnaval[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs années, la popularisation du carnaval pose problème. Certes l'afflux supplémentaire de spectateurs et de carnavaleux « initiés » permet d'augmenter les recettes commerciales et l'esprit de confraternité (« Plus on est de fous, plus on rit »). Mais l'événement attire également des carnavaleux « novices » qui nuisent (volontairement ou non) au déroulement du carnaval car ils ne connaissent pas les règles induites de celui-ci :

  • Règles générales :
    • Le carnaval de Dunkerque est avant tout un carnaval, ce qui signifie que tout carnavaleux doit être un minimum déguisé, maquillé ou masqué pour pouvoir faire la bande ou le bal.
    • Les musiques du Carnaval sont la base de celui-ci, il est donc préférable de les connaitre, notamment l'Hommage au Cô et la Cantate à Jean Bart qui sont réellement sacrées pour les carnavaleux.
    • Il n'y a pas une façon de faire le carnaval mais plusieurs : dans la bande, dans les bars, dans les chapelles, devant la musique, derrière la bande,...ou un mélange de tout cela.
  • Alcoolémie :
    • le Carnaval n'est pas un concours d'alcoolémie. Les boissons alcoolisées (bières, diabolo flamand, punch, rosé, champagne(aux bals)) sont en vente mais ce n'est pas une raison pour finir en coma éthylique.
    • La majorité des personnes formant la bande n'est pas saoule, un carnavaleux trop éméché ne doit pas s'insérer dans une « ligne » en croyant que ceux qui sont à ses côtés sont dans le même état que lui, c'est faux et dangereux pour tous.
    • Tant dans un bal que dans la bande les bouteilles en verre sont interdites, si elles cassent elles risquent de blesser plusieurs personnes. De plus, notamment lors des bals, il est fort désagréable de marcher sur du verre pendant des heures.
  • Dans la bande :
    • La base de la bande c'est la « ligne ». Lorsque la bande défile dans les rues, cela correspond à un alignement de carnavaleux qui occupe grosso-modo la largeur de la chaussée. Lorsque la bande est au rigodon ou lors d'un bal, la ligne correspond au rayon entre le kiosque (ou l'élément central) et les obstacles extérieurs (arbres, scène,spectateurs,...). Pour la réussite des chahuts et la sécurité de chacun, les lignes doivent être entières, c'est-à-dire qu'elles doivent s'étendre sur toute la largeur et les carnavaleux qui la compose doivent se tenir « encouder » même si on ne connait pas son voisin de gauche ou de droite.
    • On distingue les « premières lignes » qui ont pour objectif de retenir la bande alors que les autres « lignes » ont pour objectif de pousser. Les « premières lignes » ne sont généralement pas accessibles aux novices en raison de leur importance capitale (si elles s'écroulent pendant un chahut, les autres lignes s'effondrent également).
    • Lorsque les fifres jouent, la bande avance tranquillement, il ne faut pas pousser les personnes devant soi. Lorsqu'un chahut se termine, les fifres reprennent directement, cependant en raison de la « décompression », il est probable que les « lignes » reculent, il faut alors également reculer si nécessaire et ainsi ne pas entraver le mouvement global, puis repartir vers l'avant.
    • Lorsque les fifres s'arrêtent et que le reste de la musique se met à jouer, il y a un chahut. Cependant, on pousse en « ligne », c'est-à-dire avec le torse (en étant toujours accroché avec son camarade de gauche et celui de droite) et non en poussant avec les mains dans le dos du carnavaleux de devant.
    • La seule zone où les carnavaleux ne doivent pas se trouver, c'est entre les musiciens et la « première ligne ».
    • On ne sort pas de la bande en plein chahut, c'est totalement impossible, il faut attendre la fin d'un chahut et crier « sortie », puis sortir du côté le plus court lors d'une bande, et du côté extérieur lors d'un rigodon/bal. Lorsqu'une personne crie « sortie » devant un carnavaleux, il convient de la laisser sortir en retenant les carnavaleux qui poussent derrière soi. Si une personne crie « sortie » sur l'un des côtés, le carnavaleux libère son bras dès que possible et une fois la personne partie s'accroche à un autre carnavaleux de la même ligne.
    • Si un carnavaleux tombe dans la bande, il ne doit pas tenter de s'accrocher au carnavaleux devant lui (il risque au mieux de l'entrainer dans sa chute). Lorsqu'une ou plusieurs personnes tombent, les carnavaleux autour d'eux crient « chute », tous ceux autour des personnes tombées retiennent alors les lignes devant ou derrière elles pour éviter que d'autres tombent. Les carnavaleux les plus proches doivent relever les personnes tombées le plus rapidement possible. Le risque de chute est diminué si les carnavaleux sont bien accrochés.
    • Le port de chaussure de sécurité est conseillé, en raison de la proximité des jambes lors des chahuts, il arrive très fréquemment de se faire marcher sur les pieds. Par contre, il faut éviter au maximum de donner des coups dans les jambes.
  • Dans les bals :
    • Pour éviter à la fin du bal de marcher dans le verre et le plastique, les carnavaleux doivent ramener leur verre, leur coupe ou leur bouteille dans un des bars.
    • Pour éviter les bagarres, il ne faut pas traverser les salles avec des verres pleins prêts à se renverser.
  • Dans les chapelles :
    • On ne rentre dans une chapelle qui si on y est invité. Soit on connait l'hôte, soit celui-ci nous laissent entrer lorsqu'on arrive avec un de ses invités (que l'on connait nous même). Pas d'entrée en force ni d'entrée au moment ou des invités sortent sans l'hôte.
    • On peut arriver dans une chapelle avec des bouteilles ou de la nourriture mais on ne repart jamais avec, d'autant plus si se ne sont pas les mêmes vivres.
    • Si les amis d'invités sont autorisés à entrer dans une chapelle, cela fait d'eux des « invités », c'est-à-dire qu'ils ne sont pas autorisés à faire entrer leur propre amis sans l'accord de l'hôte.
  • Dans les bars :
    • Souvent il y a 1 serveur pour 10 carnavaleux, il faut faire preuve de patience et attirer l'attention du serveur.
    • Une fois servi, s'il y a de la place, il faut tenter de s'éloigner du comptoir pour que d'autres puissent y avoir accès.
  • L'Hommage au Cô et la Cantate à Jean-Bart :
    • Ces deux chansons sont jouées à la toute fin de chaque bande, (hormis lors de la bande de la Citadelle où l'Hommage au Cô est joué lorsque la bande arrive dans la Rue Cô Pinard) et à la fin de chaque heure de chahut dans les bals. Lors de ces deux chansons, les carnavaleux ne s'encoudent plus mais se tiennent par la main. De plus, lors de la Cantate à Jean Bart, les carnavaleux s'agenouillent du début de la chanson jusqu'à ce que le nom de Jean Bart soit répété.

Les associations carnavalesques[modifier | modifier le code]

Parapluie de la Jeune France

Les carnavaleux sont indépendants, ou regroupés en associations. L'association carnavalesque est une tradition dunkerquoise très ancienne. Il existe un opuscule imprimé à Dunkerque chez la veuve Weins en 1826 intitulé Société des carnavalos. Il contient quatre chansons, deux flamandes et deux françaises[3].

Chaque association organise son bal. Parmi elles, on trouve :

Les Acharnés, Les Bringuenaeres, Les Corsaires Dunkerquois, Les Zôt'ches, Les Creut'ches, Les Kakernesches, Les Quat'z'arts ou encore les Zotes, les neuches cô, les creules cô, le sporting, les p'tits louis, la Jeune France, les zootenards, les zouteboumes, les veintches, les judcoot lussen, les roses marie, les boucaniers, les zygomards, les nucholards, les p'tits baigneurs, les reutelaers, les corsaires fort-mardycquois, les potes iront, les zamustaers, les flibustiers, les craquelots, les tiottes nenettes, les swinguelaeres, les rex podingue, les straetepoppes, les 8 wiches, les nountches, les potjes vlesch, les cô-nitots, les optimistes, les berguenards, les chevaliers, couckenards, les peirates, neuzes nyts, les buckenaers, les steickebeilles, les gais lurons, les bierenards, les hallebardes, les peulemeuches, les noirs, les joyeux beultes, les Veint'ches de Ruminghem, les Droumdoums, Les Mousses d'jean-bart, les tits gillous, Les Pint'jes, Les Cop'1 D'abord, Les Mystit'ches , Les Babbelaers de Warhem....

Les bandes[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble des masques (carnavaleux)
Vue de la bande de Bergues depuis la Mairie

Une bande est un rassemblement de personnes déguisées défilant dans les rues d'une ville ou d'un quartier. Elle est composée du tambour-major, de la clique (la musique) et des carnavaleux[4].

Les différentes bandes :

Armbouts-Cappel, Bierne, Bray-Dunes, Basse-ville, Bergues, Bourbourg, Brouckerque, Citadelle,Craywick, Coudekerque-Branche, Cappelle-la-Grande, Cassel, Dunkerque, Drincham, Esquelbecq,Fort-Mardyck, Ghyvelde, Grand-Fort-Philippe,Gravelines, Grande-Synthe, Hoymille, Killem, Leffrinckoucke, Loon-Plage, Malo-les-Bains, Petite-Synthe, Pitgam, Rosendaël, Rexpoëde, Saint-Pol-sur-Mer, Teteghem, Zuydcoote,

Le tambour-major dirige la musique et choisit le parcours. Typiquement, la musique s'organise de la façon suivante : d'abord les tambours derrière le tambour-major, puis les fifres, et enfin les cuivres et les grosse caisses. Lorsque les fifres jouent, les carnavaleux avancent en marchant doucement. Lorsque les trompettes jouent, alors a lieu un chahut. Les premières lignes ont pour but de retenir les carnavaleux, organisés eux aussi en lignes, poussant de bon cœur. Au milieu de la musique se trouve le « chef de bande », lorsque le tambour-major lui indique, il est chargé de choisir et d'entonner les premières notes d'un chahut. Il est alors suivi par le reste des musiciens. Au cours de la bande, hormis lors des arrêts de la bande, la clique ne joue pas qu'à deux moments : lors de la chanson Putain d'Islande et le deuxième couplet de l'Hommage au Cô.

Les bals[modifier | modifier le code]

Les plus connus d'entre-eux se déroulent au Kursaal, à Malo-les-Bains. Avant d'y entrer - à l'avant bal - les carnavaleux fréquentent les bars de la digue, où ils boivent une bière ou deux. Le bal est une sorte de grande fête où tous les carnavaleux se réunissent pour s'amuser et rencontrer des gens, sur des musiques du carnaval et de la variété. Chaque bal est organisé par une association. C'est l'occasion de discuter avec des personnes inconnues mais néanmoins dans un esprit de camaraderie, c'est cela l'esprit carnaval.

Liste chronologique des Bals de Carnaval au Kursaal[5]:

Le Kursaal
Début du "chahut de minuit" lors du bal de la Violette
La Poudrière

Liste chronologique des Bals de Carnaval à la Poudrière à Leffrinckoucke

  • Bal des Creules-Cô
  • Nuit des Couckenards
  • Bal des Bringuenaerds
  • Bal des Nountches
  • Bal des Halles Bardes
  • Bal des Potches Vleesches
  • Nuit des Optimistes
  • Bal des Straetepoppes

Autres Bals

  • Bal des tiotes nénette (oye plage)
  • Bal des Neuches Cô(Uxem)
  • Nuit des Zôt'ches(Grande-Synthe)
  • Bal des Joyeux Beultes(Bray-Dunes)
  • Bal des Zootenaerds(Fort-Mardyck -salle des fêtes)
  • Peulemeuches(Hoymille)
  • Bal des Creutches(Armbouts-Cappel)
  • Bal des RijselSprats(Ronchin - Salle Alfred Colin)
  • Bal des Judcoot Lussen(Zuydcoote)
  • Bal des Reutelaeres(Téteghem)
  • Bal des 8 Wiches(Salle Coluche Loon-Plage)
  • Bal des Nucholaers(Arsenal de Gravelines)
  • Bal du Mardi Gras(Bergues)
  • Nuit de la Flibuste(Grand Fort Philippe)
  • Bal des Zygomards(Arsenal de Gravelines)
  • Nuit des Zotes(Arsenal de Gravelines)
  • Bal des Roses Maries(Arsenal de Gravelines)
  • Nuit des Boucaniers(Arsenal de Gravelines)
  • Bal des Buckenaeres(Wormhout)
  • Bal des Neuzes-Nyts(Cappelle la Grande)
  • Bal des Berguenards(Bergues)
  • Bal des Zamustaers(Bourbourg)
  • Bal des Gais-Lurons(Bray-Dunes)
  • Bal des Stekebeilles(Ghyvelde)
  • Bal des Peirates(Pitgam)
  • Bal des Swingelaeres(Killem)[6]

Le calendrier[modifier | modifier le code]

Articulées autour de Mardi gras, les dates des bals et des bandes changent légèrement chaque année. L'ouverture "officielle" du carnaval de Dunkerque se fait généralement avec le Bal du Chat Noir et il se termine avec le Bal du Printemps. Mais ce ne sont que les bals des plus importantes associations, les autres bals (dits 'de campagne') ne sont pas moins appréciés et de plus en plus réputés.

    Jour   Bande[c 1] Bal [c 2] Référence calendrier Date en 2014
  S Bal des Neuzes-Nyts
  D Bande de Cappelle-la-Grande[c 3]
  L
  Ma
  Me
  J
  V
  S Bal des Neuches Cô (Uxem)
  D Bande de Crochte
  L
  Ma
  Me
  J
  V
  S Bal des Pint'jes (Palais du Littoral)
Bal des Joyeux Beultes (Bray-Dunes)
  D Bande de Ghyvelde
  L
  Ma
  Me
  J
  V
  S Bande de Fort-Mardyck
  D Bande de Bray-Dunes
  L
  Ma
  Me
  J
  V Bal des Peulemeuches (Hoymille)
Bal des Chtits(Bourbourg)
Début de la saison carnavalesque
à Dunkerque
S Bande de Bierne Bal du Chat Noir
Nuit des Couckenards (La Poudrière)
  D Bande d'Armbouts-Cappel
  L
  Ma
  Me Bal des Aînés
  J
  V Bal des Reutelaeres (Téteghem)
Bal des Tiotes Nénettes (Oye-Plage)
  S Bande de Zuydcoote
Bande de Gravelines
La Nuit de la Rose (Bal des Kakernesches)
Bal enfantin de Téteghem
Bal des Judcoot Lussen (Zuydcoote) />Soirée Carnavalesque des Cop'1 D'abord (Bourbourg)
  D Bande de Téteghem
  L
  Ma
  Me
  J
  V Bal des 8 Wiches (Loon-Plage)
  S Bande de Mardyck
Bande de Brouckerque
La Nuit de l'Escadre, le Bal des Corsaires
Nuit de la Bringue (La Poudrière)
  D Bande de Saint-Pol-sur-Mer
Bande de Godewaersvelde
Bande d'Esquelbecq
  L
  Ma
  Me
  J Jeudi Gras
  V Bal des Nucholaers (Gravelines)
Nuit des Cô-Nitots (Grande-Synthe)
Bal des Zamustaers (Bourbourg)
  S Bande de la Basse-Ville
Bande de Grande-Synthe
Nuit de l'Oncle Cô
Bal enfantin des Coot'ches Gais (Saint-Pol-sur-Mer)
Bal enfantin des Joyeux Berguenards (Looten)
Bal des Nounntches (La Poudrière)
  Les 3 Joyeuses D Bande de Dunkerque Bal des Acharnés
  L Bande de la Citadelle
  Ma Bande de Rosendaël
Bande de Grand-Fort-Philippe
Bal du Mardi Gras (Bergues)
Nuit de la Flibuste (Grand-Fort)
Mardi Gras
  Me Bal enfantin des Chevaliers du XXe siècle
Bal enfantin des Zôt'ches (Palais du Littoral)
Mercredi des Cendres
  J
  V Bal des Creutches (Armbouts-Cappel)
Nuit des Kiekeun Reusche
Bal des Zygomards (Gravelines)
  S Bande de Petite-Synthe
Bande des enfants de Hoymille
Bal des Gigolos-Gigolettes
Bal des Potches Vleesches (La Poudrière)
  D Bande de Malo Bal de la Violette
  L
  Ma
  Me
  J
  V Bal des Potes-Iront (Coudekerque-Branche)
Nuit des Zotes (Gravelines)
  S Bande de Hoymille Bal du Sporting
Nuit des Optimistes (La Poudrière)
  D Bande de Coudekerque-Branche
Bande de Warhem
Bande de Loon-Plage
Bande de Steene
Avant-bande de Ledringhem[c 4]
Bande de Wormhout[c 5]
  L
  Ma
  Me
  J
  V Bal des Bierenaeres (Bierne)
Bal des Roses Maries (Gravelines)
Fin de la saison carnavalesque
à Dunkerque
S Bande de Leffrinckoucke Bal du Printemps
Bal des Straetepoppes (La Poudrière)
  D

Premier tour des élections municipales

  L
  Ma
  Me
  J
  V Bal des Boucaniers (Gravelines)
  S Bande de Coudekerque-Village
Bande de Drincham
Bande de Houtkerque/>Bande de Craywick
Bal des Buckenaeres (Wormhout)
Bal des Petche Meches (Cappelle-Brouck)
  D

Deuxième tour des élections municipales

  L
  Ma
  Me
  J
  V Bal des Ptits Baigneurs (Gravelines)
Bal des Zootenards (Fort-Mardyck)
Nuit des Chucheurs (Winnezeele)
  S Bande de Rexpoëde
Bande de Bollezeele
Bal des Gais-Lurons (Bray-Dunes)
6e Nuit du Pôdingue (Rexpoëde)
  D Bande de Bergues[c 6] Bal des Berguenards (Bergues)
  L
  Ma
  Me
  J
  V Bal des Rijsel Sprats (Ronchin)
  S Bal des Stekebeilles (Ghyvelde)
  D Bande de Pitgam Bal des Peirates (Pitgam)
  L
  Ma
  Me
  J
  V
  S Bande de Killem Bal des Zwingelaers (Killem)
  D Bande de Bourbourg[c 7] Pâques


  1. En gras : les bandes qui se passent à Dunkerque même
  2. En gras : les bals qui se passent au Kursaal
  3. Normalement 3 semaines après Malo, mais déplacée en raison des élections.
  4. Déplacée en raison des élections.
  5. Déplacée en raison des élections.
  6. Déplacée en raison des élections.
  7. Déplacée en raison des élections.


Le déguisement « clet'che »[modifier | modifier le code]

Carnavaleux déguisés en femme

Le carnaval est l’occasion de se défouler et de laisser libre cours à son imagination. C’est pourquoi les carnavaleux rivalisent d’ingéniosité pour la confection de leur clet’che, autrement dit de leur déguisement. Beaucoup d’hommes se déguisent en femmes[7] et pour cela adoptent perruques, jupes bas-résilles, bijoux, faux-cils, maquillage, chapeaux à fleurs. Certains enfilent même des sous-vêtements féminins au-dessus de leur robe. D’autres choisissent le pagne de paille, le sous-pull noir, se noircissent le visage afin de ressembler aux « zoulous » sans idée raciste[réf. nécessaire], le carnaval restant une fête. Le tablier d’écolier à carreaux rouge et blanc, très à la mode autrefois, se fait plus discret. Les déguisements s’assemblent souvent à l’aide de vieux vêtements retrouvés dans le grenier ou offerts par une tante ou une grand-mère. Les carnavaleux sont les rois de la récupération. Le marché de Dunkerque a même son « coin carnaval », appelé « Cafougnette » ou l'on achète de vieux vêtements pour le carnaval (fourrures, chapeaux, vêtements..). Le parapluie multicolore, appelé "berguenaere" a également une place centrale dans le carnaval dunkerquois[7],[4].

Jet de harengs[modifier | modifier le code]

Lancer de hareng de la bande de Dunkerque 2013
hareng au carnaval de Dunkerque

À la bande de Dunkerque, les carnavaleux s’arrêtent toujours devant l’hôtel de ville où le maire et son conseil municipal lancent des harengs fumés[4], enveloppés dans un film protecteur, sur les carnavaleux, ce qui ne manque pas de déclencher une énorme bousculade. Au sommet du jet de harengs, le maire lance également un homard en plastique. Le lancer du homard est un clin d'œil à l'actuel maire de Dunkerque : Michel Delebarre. En effet, son prédécesseur s'appelait Prouvoyeur, et les carnavaleux, au moment du jet de harengs, chantaient en chœur « Prouvoyeur, des kippers (harengs fumés en dunkerquois) ! ». Une fois M. Delebarre élu au poste de maire, les carnavaleux, souhaitant conserver une rime traditionnelle, se sont mis à chanter « Delebarre, des homards ! » ; le carnavaleux chanceux qui l’attrape peut ensuite l’échanger contre un vrai.

Historiquement, le lancer de harengs a débuté après la Seconde Guerre mondiale. La municipalité, voulant célébrer la rénovation de l'hôtel de ville dont il ne restait que les briques en 1945, consulta Jean Minne qui proposa de lancer des harengs car c'en était la saison.

La plupart des bandes ont leur jet de harengs, cependant celui de la bande de Bergues est différent puisque les harengs sont remplacés par du fromage de Bergues.

Le Figueman et l'Intrigue[modifier | modifier le code]

Le Figueman est très répandu dans la bande. Il l'accompagne, masqué et grimé afin de se rendre méconnaissable, et armé de son bâton au bout duquel pend une chaussette malodorante, une araignée ou un poisson, accrochés par une ficelle. Ces objets ont remplacé la figue d'où il tire son nom au début du siècle. Le Figueman pratique l'Intrigue. En contrefaisant sa voix, il taquine les spectateurs et les carnavaleux, bien souvent des gens qu'il connait bien. Le jeu est alors de découvrir qui se cache derrière l'intrigant.

Les chapelles[modifier | modifier le code]

Pendant les bandes, les habitants des quartiers concernés ouvrent leurs portes aux carnavaleux qu’ils connaissent[4], qui trouvent ici de la bière, de la soupe à l'oignon, des harengs, du poddingue, du potschevleeshe, de la musique, pour une ambiance très conviviale. Il faut souvent connaître un mot de passe pour pouvoir rentrer dans une chapelle, les invitations se font selon la réputation du carnavaleux, s'il est respectueux, fêtard et toujours prêt à chanter !

Rigodon final[modifier | modifier le code]

À la fin de la bande, la musique se place sur un podium autour duquel les carnavaleux entament le rigodon final pendant une heure sur tous les airs de Carnaval. Les carnavaleux sont écrasés les uns contre les autres pendant tout le rigodon, même pendant les chansons ne provoquant pas habituellement de chahut et autre « tien bon d'ssus ». Par temps froid, il n'est pas rare de voir s’élever au-dessus des carnavaleux comprimés, un nuage de vapeur, qui donne à l’évènement un aspect irréel. À la fin du rigodon les carnavaleux entament l’hymne à Co-Pinard, en souvenir du regretté Tambour-Major, et la Cantate à Jean Bart[4], en hommage au corsaire dunkerquois. À la bande de Dunkerque, le rigodon final a lieu place Jean Bart et à Malo à la place Turenne autour du kiosque, et sur toutes les places principales des villes et villages lors de bandes.

Musique[modifier | modifier le code]

Le tambour-major[modifier | modifier le code]

Goliath VIII, tambour-major de la bande Malo-les-Bains
À l'origine, le Carnaval de Dunkerque est un carnaval de marins. Ce dessin figure des marins en carnaval en 1874.

Le tambour-major conduit la musique[8]. Il décide de l’endroit des chahuts et autres « tien bon d’ssus » ainsi que des arrêts de la bande. La plupart des tambours-majors dirigent une bande, certains comme Daniel Tirmarche alias Cacaille en gèrent deux. On ne connaît pas précisément son origine, toujours est-il que le premier tambour-major reconnu comme tel serait « Pintje Bier » vers 1850. On connaît mieux les tambours-majors après la guerre de 1870, successivement Co-Genièvre, Co-Gnac, Cô-Pinard, Co-Schnick, Co-Trois-Six, Co-Schlock, le célèbre Cô-Pinard II, Co-Schlock II et actuellement Co-Boont'che ont officié à la bande de Dunkerque. Le plus célèbre reste Cô-Pinard II qui laissa beaucoup de carnavaleux orphelins après sa mort. Une rue dans le quartier de la citadelle lui est dédiée.

Notons qu'il existe depuis 1991, date de la guerre du Golfe, une confrérie de tambours-majors de l'agglomération Dunkerquoise, regroupant 19 tambours-majors et 2 cantinières. Ils sont nommés par la mairie du lieu où ils officient. Ce cercle très convoité et très fermé est sous le contrôle de Jacky Hennebert, plus connu sous le nom de Cô Schlock II, ancien Tambour-Major de la Ville de Dunkerque.

Le tout dernier tambour-major intronisé au sein de la Confrérie est Koucke Stut 1er, alias Franck Boyaval, qui depuis le 14 janvier 2012 est nommé à la tête de la Ville de Leffrinckoucke.

En dehors de cette confrérie, il existe d'autres tambours-majors, mais ceux-ci ne font pas partie de la confrérie, la liste étant définitivement close.

Chants[modifier | modifier le code]

Le carnaval de Dunkerque possède un grand nombre de chants traditionnels. Certains de ces chants sont des adaptations d'hymnes populaires ainsi « Est-ce que t'as pas vu la bande » tire sa mélodie de la « Marche lorraine » et l'« Hommage au Cô » vient de l'« Amazing Grace ». D'autres sont des chansons connues comme « l'avion » ou « on a fondé une société ». Enfin il y a également une part de ces chansons qui ont été créées de toutes pièces pour la carnaval. Parmi tous ces chants, on a :

L'hommage à Cô-Pinard lors du Bal de la Violette 2012
Cantate à Jean Bart lors du Bal de la Violette 2012
  • Wiche, wiche
  • La Cabaretière (fais-nous crédit)
  • Au Cinquième Étage
  • On est heureux
  • Aïe, aïe, aïe, mon port'monnaie
  • Ah c'qu'il a l'air bête celui-là
  • N'achète plus d'allumettes
  • L'amour c'est comme de la salade
  • Ma Belle-mère
  • Mets ton beste Cletch'
  • Les commères d'la rue d'Saint Gilles
  • Le Cake-walk
  • L'Avion
  • Chantal
  • Le Chat noir
  • Roul' ta boss', ton père est bossu
  • Talire, Taloure
  • Un garçon boucher
  • Elle a cassé son parapluie
  • Rose la poissonnière
  • Si tu veux pas qu'ta femme...
  • Come ni mei... Come ni mei...
  • Nous habitons là-haut, là-haut
  • Les macaronis
  • Donne un zô à ton oncle Cô
  • Va laver tes yeux
  • C'est la noce à Crotte-Mion
  • Est-ce que t'as pas vu la bande
  • On dit qu'Dunkerque est mort
  • La citadelle
  • Ah ! Il fallait pas qu'il aille
  • La femme qu'il aura
  • Mets ton p'tit ... sur la glace
  • Ah ! si vous voulez d'l'amour
  • Ah ! Ah ! Léon
  • Oh ! la ! la ! J'ai perdu ma femme
  • Allume ta pipe à la pompe
  • Tou' les femm' y ...
  • As-tu connu Manot'che
  • On a fondé une société
  • Où irons-nous le mercredi des cendres ?
  • Vivent les enfants de Jean Bart
  • Hymne à Jean Bart ou Cantate à Jean Bart
  • Hymne à Cô Pinard II ou Hommage au Cô

De nombreux disques compacts du répertoire classique ou de chansonniers locaux sont disponibles à l'office de tourisme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dunkerque aime la fête », pays du Nord, no 3,‎ mars 1995, p. 40-41
  2. « histoire du carnaval sur le site de la ville de Dunkerque » (consulté le 29 décembre 2010)
  3. Voir : Arthur Dinaux Les sociétés badines, bachiques, littéraires et chantantes, leur histoire et leurs travaux, Bachelin-Deflorenne, Paris 1867, pages 143.
  4. a, b, c, d et e « lexique du carnaval proposé par la mairie de dunkerque » (consulté le 29 décembre 2010)
  5. « liste des Bals 2011, d'après la mairie de Dunkerque » (consulté le 29 décembre 2010)
  6. Site Jean Bart
  7. a et b « Drôles de carnavals », Pays du Nord, no 15,‎ février-mars 1997, p. 45
  8. Depuis plusieurs années, des problèmes apparaissent parmi les musiciens, certains en empêchant d'autres de jouer dans les bandes ou les bals. Pourtant, tous les musiciens sont égaux et en aucun cas un musicien n'est supérieur à un autre. Seul le tambour-major peut autoriser ou interdire l’accès à la clique à des musiciens.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Tillie, Le carnaval dunkerquois et les géants Éditions Kim, 1975
  • Jean Denise, Les Enfants de Jean Bart, Carnaval, chansons et parler dunkerquois, Westhoek Edition, Dunkerque 1980
  • Jean Denise, Carnaval dunkerquois, Westhoek Edition, Dunkerque 1984
  • Bernard Coussée, Sacré Carnaval, Collection Rites et Traditions 1989
  • Franck Seguin et Claudine Germé, Homo carnavalus: Les carnavaleux dunkerquois, Éditions Taillandier, 1991
  • Jean-Charles Bayon, Jean-Marc Zaorski, Claude Pauquet, Dahou, Jean-Jacques Bénichou, Rutger Ten Broeke, Regards sur le carnaval dunkerquois, Éditions MJC Dunkerque-Rosendael, 1994 (ISBN 2-95081-070-5)
  • Stéphane Verstaevel-Magnier, L'Cô, Petites histoires des tambours-majors de la Bande des Pêcheurs, Editions Belge,1998
  • Pierre Echevin, Chahut ! les artistes : le carnaval c’est trop sérieux… pour ne pas en rire… » (Tome 1) Editions Edival, 2000
  • Christophe Paulino, Catherine et Bernard Desjeux, Carnaval de Dunkerque, Ben, qu’est ça dit ?, Éditions Grand Vaux, 2001 (ISBN 2-90955-030-3)
  • Jean Denise et Jean-Charles Bayon, Dunkerque en carnaval, éditions les Corsaires dunkerquois, 2003
  • Stéphane Verstaevel-Magnier et Manuel Gomes, Carnaval de Dunkerque : le rigodon final, Éditions L’harmattan, 2003 (ISBN 2-74750-018-7)
  • Gérard Ledig, Au cœur de la bande, photos associées par Marie Pat'ch, 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]