Montsoreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montsoreau
Montsoreau
Vue du village de Montsoreau depuis la Loire
Blason de Montsoreau
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Canton Saumur
Intercommunalité C.A. Saumur Val de Loire
Maire
Mandat
Gérard Persin
2014-2020
Code postal 49730
Code commune 49219
Démographie
Gentilé Montsorelien
Population
municipale
439 hab. (2015 en diminution de 8,54 % par rapport à 2010)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 02″ nord, 0° 03′ 28″ est
Altitude 36 m
Min. 27 m
Max. 88 m
Superficie 5,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Montsoreau

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Montsoreau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montsoreau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montsoreau
Liens
Site web Site de Montsoreau

Montsoreau, partie du Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes *
Coordonnées 47° 12′ 59″ nord, 0° 03′ 25″ est
Pays Drapeau de la France France
Type Mixte
Critères (i)(ii)(iv)
Superficie 86021 ha
Numéro
d’identification
933bis
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2000 (24e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Montsoreau est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, dans le Val de Loire classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Montsoreau est classé parmi Les Plus Beaux Villages de France et a concouru lors de l'édition 2012 de l'émission de télévision française présentée par Stéphane Bern : Le Village préféré des Français.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Commune du Nord-Est du Saumurois, Montsoreau est un petit village du val de Loire, en Anjou, situé sur la rive gauche de la Loire[1], à 11 km au sud-est de Saumur et à 15 km au nord-ouest de Chinon. Elle se trouve à la limite du département de Maine-et-Loire, jouxtant la commune de Candes-Saint-Martin se trouvant dans le département d'Indre-et-Loire à 1 km de celle-ci[2].

Outre la ville de Montsoreau, la commune comporte aussi le lieu-dit l'île au Than, situé face au château de Montsoreau, sur la rive opposée (rive droite) de la Loire. L'île au Than, comporte, comme le village, une frontière administrative avec l'Indre-et-Loire.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village de Montsoreau est situé au cœur du val de Loire, directement en bords de Loire, à la confluence de la Loire et de la Vienne. Il fait la frontière entre les départements de l'Indre-et-Loire et de Maine-et-Loire, mais aussi des régions Pays de la Loire et Centre-Val de Loire. La ville se répartit entre deux pôles d'activité, le quartier de l'ancien port historique des mariniers de Loire, et le quartier du Château, abritant aujourd'hui la Collection Philippe Méaille. Le village ayant été un point important de l'extraction du tuffeau, une grande partie des carrières a été réaffectée en habitations troglodytiques.

Le village de Montsoreau n'est traversé par aucune route d'importance. La départementale 7 ayant permis de délester le trafic des bords de Loire et la traversée du village. Il est ainsi le passage d'un des tronçons de la route de la Loire à vélo, depuis Candes-Saint-Martin jusqu'au Thoureil. La particularité des bords de Loire, de ne pas être privés, a en effet permis de constituer un itinéraire vélos longeant la Loire sur près de 800 kilomètres, au cœur de deux régions riches du patrimoine culturel et naturel d'Europe.

Montsoreau est situé à 250 km de Paris, point zéro des routes de France.

Les villes notables les plus proches :

Rose des vents Angers (55 km[3]) Le Mans (89 km[4]) Orléans (159 km[5])
Paris (250 km[6])
Rose des vents
Nantes (121 km[7]) N Tours (51 km[8])
O    Montsoreau    E
S
La Rochelle (190 km[9])
Cholet (73 km[10])
Poitiers (91 km[11])
Limoges (179 km[12])
Bourges (209 km[13])

Communes limitrophes :

Communes limitrophes de Montsoreau
Varennes-sur-Loire
Loire
Varennes-sur-Loire
Loire
Chouzé-sur-Loire
Loire
Turquant Montsoreau Savigny-en-Véron
Loire
Fontevraud-l'Abbaye Fontevraud-l'Abbaye Candes-Saint-Martin

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Montsoreau, est marqué par l'ensoleillement élevé du val de Loire, région propice à la vigne et à la culture des fruits. À cette particularité s'ajoute des influences océaniques importantes, et la proximité de la Loire, qui procurent au village une douceur ligérienne. Les été sont chauds et secs et les hivers, doux et humides. Les précipitations sont faibles à moyennes pendant les intersaisons. Le vent est caractéristique du couloir ligérien, moyen et relativement constant.

Données climatiques
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Année
Températures maximales moyennes (°C) 11.3 12.1 15.1 17.4 22.5 27 26.4 27.2 21.6 19.9 12.7 9.2 19.2
Températures minimales moyennes (°C) 8.8 4 6.5 4.5 10.6 14.2 15.3 15.3 11.2 10.2 4.4 2.6 9.0
Températures moyennes (°C) 6.2 8.2 10.8 10.9 16.5 20.6 20.8 21.4 16.5 15 8.5 5.9 14.1
Ensoleillement (h) 69.9 90.3 144.2 178.5 205.6 228 239.4 236.4 184.7 120.6 67.7 59.2 1824.5
Moyennes de précipitations (mm) 66 38 50 3.5 45 51 27 15.5 34 11.5 29 40 411
Source : Climatologie mensuelle à la station de Montreuil-Bellay[14].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Montsoreau est accessible en voiture par l'autoroute A85, avec la sortie « Saumur », puis la RD952 des bords de Loire sur 10 km jusqu'à Montsoreau par le pont de Varennes-Montsoreau.

Il est aussi accessible par Tours, en suivant les bords de Loire sur 60 km jusqu'à Montsoreau, 20 km après Langeais.

En train, les trois gares de Saumur (12 km), Angers (55 km), Tours (65 km), sont desservies par les TGV, intercités, TER Pays de la Loire et Centre-Val de Loire.

Le réseau de l'agglomération de Saumur-Val de Loire permet de relier Montsoreau à Fontevraud, Turquant, Parnay, Souzay-Champigny, et Saumur.

Les aéroports internationaux d'envergure les plus proches sont l'aéroport de Tours-Val de Loire (70 km) et l'aéroport de Nantes-Atlantique (159 km). Les liaisons nationales peuvent s'effectuer par les aéroports de Angers-Loire (59 km), Poitiers-Biard (80 km).

Des navettes maritimes relient Saumur à Montsoreau.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Quartiers[modifier | modifier le code]

Le village de Montsoreau est découpé en quatre quartiers, le vieux port où se concentre la majeure partie de l'activité commerciale et artistique, le vieux village historique, autour du château, le vignoble en haut du coteau, et l'île au Than, située sur la rive opposée de la Loire, et qui est exclusivement résidentielle.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Montsoreau est concerné par six risques majeurs[15] : l'inondation, la sismicité (risque faible)[16], le retrait-gonflement des argiles (risque faible)[17], le risque nucléaire[18], le risque de mouvement de terrain[19] et la tempête.

Logements[modifier | modifier le code]

Le nombre de logements à Montsoreau évolue peu, alors qu'il y avait 359 logements en 2010, il y en a 362 en 2015[20]. 60.5 % de ces logements sont des résidences principales, 20.7 % des résidences secondaires et 16.9 % sont des logements vacants. En 2015, plus de la moitié des ménages (57.1 %) ont emménagé dans leur résidence principale il y a dix ans ou plus[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Mont Soreau (Castrum Monte Sorello ou Mons Sorello), apparait sous sa forme latine, pour la première fois, en 1086 dans un cartulaire[22]. Mons ou Monte désigne le promontoire rocheux, situé à même le lit de la Loire, et sur lequel a été construit la forteresse de Montsoreau. Aucune interprétation n'a été donnée du nom Sorello, que l'on rencontre sous plusieurs formes latinisées : Sorello, Sorel, Sorelli.

  • Variations du nom :
    • Montsoreau
    • Monsoreau

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est au VIe siècle que les premiers textes font mention du domaine de Restis[23]. En 990 le comte de Blois Eudes Ier le transforme en place forte, 10 ans avant que le comte d'Anjou, Foulques Nerra, ne le rattache à l'Anjou[24]. On trouve une mention de Montsoreau en 1086 sous sa forme latinisée [Castrum] Monte Sorello[22]. La place forte appartenait alors à Guillaume II de Montsoreau, vassal des comtes d’Anjou et mari d'Hersende de Champagné. C'est elle qui convaincra son beau-fils, Gautier I de Montsoreau, de donner à Robert d'Arbrissel, la terre qui lui servira à fonder l'Abbaye de Fontevraud[25]. Les formes Castellum Montsorelli, Mons Sorelli et enfin Mons Sorel (Montsoreau, Monts Soreaux, Mont Soreau), sont des latinisations récurrentes que l'on rencontre dans les chartes, cartulaires et autres documents rédigés en latin médiéval. Le château passe aux mains de la famille Savary en 1213, (Renaud Savary 1325-1368, seigneur de Montbazon (Indre-et-Loire), Villandry (Indre-et-Loire)), Savonnières (Indre-et-Loire), Montsoreau (Maine-et-Loire) et Moncontour (Vienne), puis aux vicomtes de Châteaudun en 1374[26]. Il appartient ensuite à la famille Chabot et devient la propriété de Jean II de Chambes lors de son mariage avec l’héritière en 1445[27]. C’est ce dernier qui rase la forteresse et fait construire l'actuel château de Montsoreau en 1450, dans le style Renaissance[28].

Au Moyen Âge, le village était divisé en deux parties : Rest et le Mont Soreau (Monte Sorello). Rest correspondait au quartier aujourd’hui aggloméré autour du port et de l’église paroissiale actuelle, alors que le Mont Soreau correspondait au castrum fortifié par Foulques Nerra. Au XIXe siècle, le château de Montsoreau devint un entrepôt où les blés du Loudunais, les vins du Chinonais et ceux du Poitou étaient amenés. Des marchés importants s'y tenaient grâce à son port très actif[29].

Montsoreau fut, jusqu'au XVIIe siècle, un centre de juridiction et la seigneurie de Montsoreau s'étendait de la Loire au nord, jusqu'à Seuilly-l'Abbaye et au château du Coudray au sud[30].

Sa population d'artisans, de pêcheurs et de petits vignerons n'avait jamais dépassé 600 habitants. Puis un essor dans l'exploitation d'une pierre à bâtir, le tuffeau, fit passer brutalement ce nombre à plus de 1 000 habitants, maintenu pendant le premier quart du XIXe siècle. Cette pierre, facile à travailler, s'épuisa peu à peu, et les travailleurs de la pierre quittèrent la région. La population diminua ainsi pour se stabiliser de nouveau aux environs de 600 personnes[31].

Cependant, les galeries ouvertes pour l’exploitation du tuffeau permirent ensuite d’abriter des cultures de champignons, dits "de Paris"[32].

Avec la construction de la route de Saumur à Candes-Saint-Martin au XIXe siècle, l’allure du village de Montsoreau fut modifiée[33],[34]. Plusieurs maisons de tuffeau blanc, issu des carrières des coteaux, furent construites à Rest et dans la vieille ville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[35]
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 avril 1953 Joseph Séjourné    
avril 1953 mars 1959 Victor Monnet    
mars 1959 1968 Roger Lemé    
1968 mars 1977 Serge Cruard    
mars 1977 juin 1995 Gérard Foulon    
juin 1995 mars 2001 Guy Borel    
mars 2001 mars 2008 Alain Borel    
mars 2008 en cours Gérard Persin[36],[37]    
Les données manquantes sont à compléter.

Participations aux élections[modifier | modifier le code]

Élection Inscrits Abstentions Votants Blancs
et nuls
Exprimés Résultat
Référendum 1992 (Maastrich) 398 117 (29,40 %) 281 (70,60 %) 5 (1,78 %) 276 (98,22 %) Oui : 164 (59,42 %) ; Non : 112 (40,58 %)
Européennes 2004 387 202 (52,20 %) 185 (47,80 %) 1 (0,54 %) 184 (99,46 %)
Référendum 2005 366 85 (23,22 %) 281 (76,78 %) 5 (1,78 %) 276 (98,22 %) Oui : 140 (50,72 %) ; Non : 136 (49,28 %)
Présidentielle 2007 379 48 (12,66 %) 331 (87,34 %) 10 (3,02 %) 321 (96,98 %) Nicolas Sarkozy : 197 (61,37 %) ; Ségolène Royal : 124 (38,63 %)
Municipales 2008 (15 sièges à pourvoir) 381 67 (17,59 %) 314 (82,41 %) 12 (3,15 %) 302 (79,27 %)

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération Saumur Val de Loire.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[39].

En 2015, la commune comptait 439 habitants[Note 1], en diminution de 8,54 % par rapport à 2010 (Maine-et-Loire : +3,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7467787908679879861 0191 0711 097
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
937921851790752688655619584
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
528494515452425425432504566
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
570547503449561544503480439
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (30,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 47,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 18 %, 15 à 29 ans = 12,6 %, 30 à 44 ans = 18,8 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 28,9 %) ;
  • 52,5 % de femmes (0 à 14 ans = 18,6 %, 15 à 29 ans = 12,1 %, 30 à 44 ans = 18,9 %, 45 à 59 ans = 18,9 %, plus de 60 ans = 31,5 %).
Pyramide des âges à Montsoreau en 2008 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,3 
90  ans ou +
2,3 
7,5 
75 à 89 ans
10,6 
20,1 
60 à 74 ans
18,6 
21,8 
45 à 59 ans
18,9 
18,8 
30 à 44 ans
18,9 
12,6 
15 à 29 ans
12,1 
18,0 
0 à 14 ans
18,6 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[43].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Montsoreau est un Village Fleuri ayant obtenu trois fleurs au palmarès 2012 du concours des villes et villages fleuris. Ses ruelles dominant la Loire bordent des habitations troglodytiques, typiques des bords de Loire. Anciennes carrières de tuffeau, elles servent aujourd'hui à la culture de champignons ou à la conservation du vin.

Montsoreau est le seul village de Maine-et-Loire classé parmi les plus beaux villages de France. La commune fait aussi partie des petites cités de caractère du département.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Puces de Montsoreau.
  • Puces de Montsoreau :
    Article détaillé : Marché aux puces de Montsoreau.
    Tous les deuxièmes dimanches du mois depuis 1990, les Puces de Montsoreau réunissent plus de 80 professionnels (brocanteurs, antiquaires) et accueillent régulièrement 10 000 visiteurs par manifestation[45],[46].
  • Musicales de Montsoreau : Festival de musique classique se tenant l'été.

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 66 établissements présents sur la commune à fin 2010, 18 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 6 % du secteur de la construction, 56 % de celui du commerce et des services et 14 % du secteur de l'administration et de la santé[47].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Montsoreau, XVe siècle[48].
    Article détaillé : Château de Montsoreau.
    Le château de Montsoreau est le seul château de la Loire à avoir été construit dans le lit de la Loire. C'est un château français de style Renaissance, de transition entre la forteresse et la demeure de plaisance. Il s'élève directement le long de la Loire à Montsoreau, à un emplacement stratégique, immédiatement à la confluence de la Loire et de la Vienne, à l'intersection de trois régions l'Anjou, le Poitou et la Touraine, et au cœur de la vallée de la Loire. Une présence Gallo-Romaine est attestée à proximité comme en témoigne la découverte d'un fût de colonne cannelée provenant d'un temple ou d'un édifice public antique. L'occupation pérenne du lieu n'apparait dans les sources écrites qu'au VIe siècle avec la mention du domaine de Restis, mais ce n'est réellement qu'avec le château créé à la fin du Xe siècle qu'une agglomération va naitre et voir sa population prospérer. Une partie de ce château a été mise à jour à la fin du XXe siècle. Le château actuel a été construit dans le style Renaissance en 1443-1453 par Jean II de Chambes, un des hommes les plus riches du royaume, conseiller et chambellan de Charles VII et de Louis XI, il est ainsi le premier château de la Loire à avoir été construit. Le château de Montsoreau a été immortalisé par Alexandre Dumas dans son roman La Dame de Monsoreau écrit entre 1845 et 1846,second volet de sa trilogie sur la renaissance, entre La Reine Margot et Les Quarante-Cinq. Il a été classé Monument historique en 1862, sa chapelle en 1930 et son enceinte comprenant le palais de sénéchaussée en 1938. Il est inscrit comme partie du patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco le 30 novembre 2000. En avril 2016, le château devient un musée d'art contemporain et prend le nom de Château de Montsoreau-Musée d'art contemporain[48].


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310, lire en ligne)
  • Stalder, Florian, Fontevraud-l'Abbaye et Montsoreau : un regard sur le Saumurois, Nantes, Éditions 303, , 112 p. (ISBN 978-2-917895-12-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN, Géoportail Montsoreau, consulté le 11 mai 2014.
  2. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Montsoreau (49), consulté le 6 avril 2013 — Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  3. Distance à vol d'oiseau Montsoreau/Angers sur distance2villes.com
  4. Distance à vol d'oiseau Montsoreau/Le+Mans
  5. Distance à vol d'oiseau Montsoreau/Orléans
  6. Distance à vol d'oiseau Montsoreau/Paris
  7. Distance à vol d'oiseau Montsoreau/Nantes
  8. Distance à vol d'oiseau Montsoreau/Tours
  9. Distance à vol d'oiseau Montsoreau/La Rochelle
  10. Distance à vol d'oiseau Montsoreau/Cholet
  11. Distance à vol d'oiseau Montsoreau/Poitiers
  12. Distance à vol d'oiseau Montsoreau/Limoges
  13. Distance à vol d'oiseau Montsoreau/Bourges
  14. Climatologie de l'année 2017 à Montreuil-Bellay - Grande-Champagne, sur Infoclimat.
  15. '« Dossier départemental des risques majeurs », sur le site de la préfecture de Maine-et-Loire, 2013, p. 18 (consulté le 3 août 2018).
  16. « Zones de sismicité dans le Maine-et-Loire », sur le site de la préfecture de Maine-et-Loire, 2007 (consulté le 3 août 2018).
  17. « Risque retrait-gonflement des argiles », sur le site de la préfecture de Maine-et-Loire (consulté le 3 août 2018).
  18. « Risque nucléaire », sur le site de la préfecture de Maine-et-Loire (consulté le 3 août 2018).
  19. « Risque de mouvement de terrain », sur le site de la préfecture de Maine-et-Loire (consulté le 3 août 2018).
  20. LOG T2 - Évolution du nombre de logements par catégorie sur la fiche Insee de la commune [lire en ligne].
  21. LOG T6 - Évolution du nombre de logements par catégorie sur la fiche Insee de la commune [lire en ligne].
  22. a et b J. Boussard, Le Comté d'Anjou sous Henri Plantagenêt et ses fils, Paris, , p.11.
  23. D. Prigent, Congrès archéologique de France, Paris, Société française d'archéologie, , p.255.
  24. O. Guillot, Le Comte d'Anjou et son entourage au XIe siècle, Paris, , t.1, p.310.
  25. M. L'abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France., Amsterdam et Paris, Desaint 1 Saillant, , 958 p. (lire en ligne), p. 217-218.
  26. « Les sires de Montsoreau », sur thierryhelene.bianco.free.fr, .
  27. Anselme de Sainte-Marie, Histoire de la maison royale de France, Paris, La compagnie des libraires, , p. 563.
  28. UNESCO, « Charles VII et Louis XI », UNESCO,‎ (lire en ligne).
  29. J.F. Bodin, Recherches historiques sur la ville de Saumur, ses monuments et ceux de son arrondissement., Saumur, Dubosse et P. Godft, (lire en ligne), p.607.
  30. « Les sires de Montsoreau (1000 - 1600) | Hélène et Thierry vous invitent à partager leurs travaux... », sur thierryhelene.bianco.free.fr (consulté le 21 février 2018).
  31. « Histoire de Montsoreau », sur ville-montsoreau.fr (consulté le 1er août 2018).
  32. « Craie tuffeau et cavités troglodytiques du Val de Loire — Planet-Terre », sur planet-terre.ens-lyon.fr (consulté le 2 août 2018).
  33. Yves Suzanne Aubert du Petit-Thouars, Mémoire sur la route de Chinon à Saumur, Saumur, Degouy, (lire en ligne).
  34. « LE RÉSEAU ROUTIER », sur saumur-jadis.pagesperso-orange.fr (consulté le 2 août 2018).
  35. Port 1978, p. 476.
  36. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  37. Mairie de Montsoreau, La Lettre de Montsoreau d'avril 2014, document du 15 avril 2014.
  38. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  42. « Évolution et structure de la population à Montsoreau en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  43. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  44. « Château de Montsoreau-Musée d'art contemporain », sur ot-saumur.fr, (consulté le 12 février 2018).
  45. « Balade en Maine-et-Loire - France 3 Centre-Val de Loire », sur France 3 Centre-Val de Loire (consulté le 12 février 2018)
  46. Frédérique Rousse, « Les jeux de ciseaux d'Aube Elléouët », Libération,‎ (ISSN 0335-1793, lire en ligne).
  47. Insee, Statistiques locales du territoire de Montsoreau (49), consultées le 28 avril 2013.
  48. a et b Site du château de Montsoreau.
  49. « Dolmen », notice no PA00109212, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Église Saint-Pierre », notice no PA00109213, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Moulin a vent de la Tranchee », notice no PA00109216, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. Bernard Herencia, Lemercier de la Rivière, consulté le 1er avril 2014.