Sainte-Croix-en-Jarez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Croix.
Sainte-Croix-en-Jarez
Prieuré de Sainte-Croix-en-Jarez.
Prieuré de Sainte-Croix-en-Jarez.
Blason de Sainte-Croix-en-Jarez
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Le Pilat
Intercommunalité Communauté urbaine Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Daniel Torgues
2014-2020
Code postal 42800
Code commune 42210
Démographie
Population
municipale
449 hab. (2014en augmentation de 4.42 % par rapport à 2009)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 28′ 44″ nord, 4° 38′ 49″ est
Altitude Min. 349 m – Max. 955 m
Superficie 12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Sainte-Croix-en-Jarez

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Sainte-Croix-en-Jarez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Croix-en-Jarez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Croix-en-Jarez

Sainte-Croix-en-Jarez est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jarez.

La fondation de la chartreuse[modifier | modifier le code]

La dédicace à la sainte Croix, marqueur de l'alliance des Étichonides avec les Carolingiens et les comtes d'Auvergne, pourrait indiquer une fondation initiale datant du Xe siècle. Le rôle joué par les comtes donnés en Lyonnais/Viennois/Maconnais (Warin, Girart et Matfrid) resterait à définir.

Le monastère a proprement parler fut fondé en 1280 par Béatrix de la Tour du Pin, veuve de Guillaume de Roussillon envoyé en 1275 et disparu à Saint-Jean-d'Acre en novembre 1277 à la suite du coup d'État du 8 juin de Charles d'Anjou. Elle voulut honorer sa mémoire par la prière ; pour ce faire elle se tourna vers l'ordre religieux des chartreux, dont faisait partie un de ses oncles.

Elle possédait en fief une forteresse sur l'actuel emplacement du village de Châteauneuf, confluent du Couzon et du Gier et carrefour stratégique des routes allant de l'Auvergne à la vallée du Rhône, à environ dix kilomètres du site choisi pour fonder le monastère.

alternative textuelle
La forteresse de Châteauneuf en 1789, gravure de Jean-Jacques de Boissieu.

La chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez[modifier | modifier le code]

Dans la tourmente révolutionnaire[modifier | modifier le code]

La Révolution vint tout chambouler. L'église paroissiale actuelle se trouve toujours dans ce même lieu. La communauté de Pères et de Frères s'est maintenue jusqu'en 1792, puis confisquée comme bien national lors de la Révolution. Le monastère fut vendu aux enchères en 1794 en 44 lots aux familles des environs qui s'établirent à l'intérieur de celui-ci. À la Restauration, les chartreux ne cherchèrent nullement à reprendre leur bien, il aurait fallu d'une part négocier avec chacune des 44 familles, mais surtout le début de l'industrialisation de la vallée du Gier rendait l'isolement nécessaire aux moines beaucoup trop aléatoire. Le monastère resta donc un village sous le nom de Sainte-Croix-en-Pavezin, car il dépendait alors de la commune voisine de Pavezin. Devenant une commune indépendante en 1888, le village prit le nom de Sainte-Croix-en-Jarez. En 1840 le cloître de la deuxième cour fut démoli pour faciliter le passage des charrettes. C'est aussi à cette époque que la loge de Béatrix fut détruite pour construire le clocher actuel, l'ancien menaçant de s'effondrer. Les voûtes en pierre de l'église primitive furent démontées et remplacées par une charpente en bois[1], [2], [3], [4],[5], [6], [7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001   René Vassoille    
mars 2014 en cours Daniel Torgues[8]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1891. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 449 habitants, en augmentation de 4,42 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
520 491 452 469 438 349 361 349 314
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005
289 293 295 274 310 342 329 351 405
2010 2014 - - - - - - -
435 449 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Sainte-Croix-en-Jarez (Loire).svg

Les armoiries de Sainte-Croix-en-Jarez se blasonnent ainsi :

D’azur à la croix denchée d’argent cantonnée au I et au IV d’une fleur de lys d’or au II et au III d’une étoile du même.

Économie[modifier | modifier le code]

Évènements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bibliothèque nationale de France. Recueil des Historiens des Croisades publié par les soins de l'Académie des inscriptions et belles lettres à Paris 1875 (Chroniqueurs et "continuators" des croisades entérinant la disparition de Guillaume de Roussillon et le coup d’État en 1277).
  2. Ulysse Chevalier.Les Regestes Dauphinois ; tome III ; fascicules de VII à IX, n° 12237 (fondation). n° 11793 (envoi du testament).
  3. Michel Balard, Alain Ducellier et Pierre Vincent Claverie Migrations et Diasporas Méditerranéennes, juillet 2002. Publications de la Sorbonne et de Rennes (ordonnance royale et logistique envoyée en Terre Sainte sous l'égide de Guillaume de Roussillon).
  4. Francisco GabrieliChroniques arabes des croisades, novembre 2001
  5. Gauthier Langlois, Olivier de Termes, le cathare et le croisé (vers 1200-1274), Toulouse, Éditions Privat, coll. « Domaine cathare », , 288 p. (ISBN 2-7089-7520-X)
  6. M. Lavocat Procès des frères et de l'Ordre du Temple, Paris, 1888
  7. Christian Rollat L'Affaire Roussillon dans la Tragédie Templière, juillet 2006
  8. Sainte-Croix-en-Jarez sur le site de l'association des maires de France, consulté le 29 juin 2015.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. Notice no PA00117593, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]