Yèvre-le-Châtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yèvre.

Yèvre-le-Châtel
Yèvre-le-Châtel
Le castelet et la Maréchalerie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Pithiviers
Canton Malesherbes
Intercommunalité Communauté de communes de Beauce et du Gâtinais
Commune Yèvre-la-Ville
Statut commune associée
Code postal 45300
Code commune 45349
Démographie
Gentilé Evarois[1]
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 36″ nord, 2° 20′ 02″ est
Historique
Date de fusion 1973
Commune(s) d’intégration Yèvre-la-Ville
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 15.svg
Yèvre-le-Châtel

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 15.svg
Yèvre-le-Châtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Yèvre-le-Châtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Yèvre-le-Châtel
Liens
Site web http://www.yevre-la-ville.fr

Yèvre-le-Châtel est une commune associée depuis 1973 à la commune de Yèvre-la-Ville[note 1], dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Yèvre-le-Châtel est située sur le dernier éperon rocheux, à la limite de la plaine de Beauce.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Souville ; Nascelles ; Saint-Martin ; Moulin Vasle ; La Basse-cour ; Le Bourg.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Yèvre-la-Ville, Dadonville, Givraines, Estouy, La Neuville-sur-Essonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme de Castro Everae en 993[2].

On trouve Evera, ou Evira vico sur les monnaies mérovingiennes. Avara devait être le nom primitif de la Rimarde, ruisseau sur la rive gauche duquel est situé Yèvre-le-Châtel[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Yèvre-le-Châtel était importante place forte du diocèse d'Orléans, à la limite du diocèse de Sens, sur la voie d'Agedincum (Sens) à Vindinum (Mans)[3].

Durant l'Antiquité, le village est situé à la limite du territoire des peuples gaulois des Carnutes et des Sénons. Le site surplombe alors la voie romaine reliant la ville de Sens au Mans. Après la christianisation de la Gaule gallo-romaine, la rivière Rimarde devient la frontière entre les évêchés de Sens (paroisse Saint-Martin de Souville, et léproserie Saint-Lazare) et d'Orléans (paroisses Saint-Gault et Saint-Lubin). Cette division subsistera jusqu'au XIXe siècle.

Dès le Xe siècle, Yèvre est une des possessions de l'abbaye de Fleury. À plusieurs reprises, les moines de Fleury se plaignent au roi des Francs Hugues Capet, des exactions du baron Arnoul de Yèvre. C'est sans doute pour faire oublier les excès de son mari que son épouse, Lucinde, fonde dans l'enceinte du château une abbaye sous l'invocation de Saint Gault, un des Saints de Bretagne dont les reliques avaient été apportées dans la région par des moines fuyant l'invasion des Normands[note 2].

Après le décès du baron Arnoul, le roi interviendra plusieurs fois pour soumettre ses successeurs et démanteler leurs châteaux qui ne devaient être que des fortins de bois, construits sur une « motte ».

Au printemps 1079, une armée venue de Bourgogne se joindre aux forces de Philippe Ier pour assiéger Le Puiset fait étape à Yèvre. Les paysans du lieu avaient amassé tous leurs biens et leurs grains dans l'église, espérant qu'ils y seraient respectés. Cependant, avec l'autorisation du jeune évêque d'Auxerre qui était de l'expédition avec son père, le comte de Nevers, les chevaliers y prélevèrent de force l'orge nécessaire au ravitaillement de leurs chevaux. C'est la raison pour laquelle, selon Raoul Tortaire, Philippe Ier fut battu au Puiset, par la volonté de saint Benoît[4].

Le rattachement du château à la couronne de France se situe vraisemblablement vers 1112, lorsque Louis VI le Gros contraint le vicomte Foulques à lui céder Yèvre-le-Châtel dont il fit une puissante châtellenie.

La poterne d'entrée du château.

Vers 1200, sur ordre de Philippe Auguste, le château fut reconstruit selon les derniers perfectionnements de l'architecture militaire rapportés des croisades, notamment les arcs de décharge augmentant la résistance au travail de sape. C'est semble-t-il à Gilon du Tournel que l'on doit cette ultime reconstruction.(à vérifier). Elle était une position stratégique entre les duchés d'Orléans et l'Île-de-France, sur la route entre Paris et Orléans, dans l'œuvre d'unification du Royaume par Philippe Auguste.

En 1280, Jean de la Coudre, un bourgeois d'Yèvre-le-Châtel vend à la commanderie de Beauvais-en-Gâtinais, la ferme des Coudres située à Larchant.

Pendant la guerre de cent ans, Yèvre resta, avec Montargis, la seule place forte au nord de la Loire à ne pas tomber entre les mains des Anglais ou des Bourguignons. Le capitaine de la place, Nicolas de Giresme, prit même une part active aux côtés de Jeanne d'Arc à la libération d'Orléans.

À la fin du XVe siècle, du fait de l'extension du domaine royal et des progrès de l'artillerie qui rendirent ses défenses obsolètes, Yèvre-le-Châtel perdit de son importance et son rôle de place forte. Un inventaire indique déjà, en 1610, que le château est en ruine.

En 1637, la maréchaussée est transférée à Pithiviers, mais la justice royale continue de siéger à Yèvre jusqu'à la Révolution française de 1789.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Yèvre-le-Patriote[5].

Administration[modifier | modifier le code]

De 1790 à 1801, la commune est rattachée au canton de Boynes dans le district de Pithiviers. À partir de 1801, la commune est reversée dans le canton de Pithiviers[5].

De 1926 à 1942, Yèvre-la-Ville et Yèvre-le-Châtel, comme toutes les communes du canton de Pithiviers, dépendantes depuis 1800 (an VIII) de l'arrondissement de Pithiviers, furent rattachées à l'arrondissement d'Orléans, durant la suppression temporaire de l'arrondissement. La réforme de 1942 reconstitua cet arrondissement dans les limites et le découpage qui étaient les siens jusqu'en 1926[5].

Yèvre-le-Châtel est le résultat du regroupement au XIXe siècle de deux paroisses : Saint-Martin de Souville et Saint-Gault de Yèvre-le-Châtel.

Actuellement, la commune appartient au canton de Malesherbes.

Démographie[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Lubin.

Yèvre-le-Châtel est classé depuis 2002 parmi les Plus Beaux Villages de France.

Le village est aussi labellisé « 3 fleurs ».

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Yèvre-le-Châtel possède deux églises : l'église Saint-Gault et l'église Saint-Lubin, Logo monument historique Classé MH (1886)[6].

L’église Saint-Gault

Fondée au XIe siècle, par des moines bretons fuyant l’invasion des Normands, l’église Saint-Gault est située dans la basse-cour du château. Dotée au XIIIe siècle d’un bas-côté gothique, on y accède par un beau portique de style ogival.

L'église Saint-Lubin

Au XIIIe siècle, compte tenu notamment de l'accroissement de la population, les habitants de Yèvre-le-Châtel obtinrent du roi la construction d'une seconde église dans le cimetière. Les travaux, qui furent interrompus, reprirent après la guerre de Cent Ans mais l’église ne fut jamais achevée. Les vestiges romantiques de cette église firent l’admiration, au XIXe siècle, de Victor Hugo.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Yèvre-le-Châtel - Vue générale.

La forteresse (voir histoire ci-dessus) est ouverte à la visite. Entouré de douves sèches, le château a la forme d’un losange flanqué de quatre tours saillantes. Un chemin de ronde permet de circuler sur les courtines et, du haut des tours, on découvre un vaste panorama sur la Beauce, le Gâtinais et les lisières de la forêt d’Orléans.

L'entrée dans le château se fait en gravissant un escalier du XIXe siècle qui mène à la cour-haute. A l'origine, cet accès se faisait par un pont mobile s'abattant sur une pile reliée à une rampe en bois.

Dans la cour-haute du château, des carrés médiévaux présentent plus de 150 plantes aromatiques, médicinales et tinctoriales.

L'entrée dans la basse-cour est protégée par un châtelet d'entrée, cantonné de deux tours, muni d'une herse, et d'une porte à double vantaux. A l'est, une poterne située dans le rempart permet également d'accéder à la basse-cour. Il en existait vraisemblablement une seconde à l'ouest de l'enceinte.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

De nombreux artistes furent séduits par le charme du village et celui de ses ruelles ombragées et fleuries. Maria Helena Vieira da Silva et son mari Árpád Szenes, en particulier, y vécurent l’été pendant près de trente ans. Ils sont enterrés tous les deux dans le petit cimetière près de l'église Saint-Lubin.[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les données géographiques (superficie, altitudes, coordonnées) ainsi que démographiques sont disponibles sur la page de Yèvre-la-Ville
  2. La chapelle de cette abbaye est aujourd'hui l'église paroissiale de Yèvre-le-Châtel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 11 mai 2011)
  2. Chartes de l'abbaye de Saint- Benoît-sur-Loire.
  3. a et b Jacques Soyer - 1933 - Les noms de lieux du Loiret: recherches sur l'origine et la formation des noms de lieux du département du Loiret - Page 307
  4. Récit latin de 1114 environ, édité et traduit par Bernard Gineste dans le Corpus Etampois
  5. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Yèvre-le-Châtel », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 15 novembre 2014)
  6. « Chapelle Saint-Lubin à Yèvre-le-Châtel », notice no PA00099038, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Jamet C, Le Loiret des écrivains et des artistes, éditions Corsaire, 2016, p126-130

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Dans la basse-cour

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Gand, Yèvre-le-Châtel in L'Orléanais et son terroir, édition Horvath.
  • Jean Mesqui, Île-de-France Gothique 2 : Les demeures seigneuriales, Paris, Picard, , 404 p. (ISBN 2-7084-0374-5), p. 376-381
  • Jacques-Henri Bauchy, « Yèvre-le-Châtel et la fin du Monde (An Mil) », Bulletin de la société archéologique et historique de l'Orléanais, Société archéologique et historique de l'Orléanais, t. V (NS), no 38,‎ , p. 224
  • T. Cosson, « Découvertes de sépultures à Yèvre-le-Châtel (près Pithiviers) », Bulletin de la société archéologique et historique de l'Orléanais, Société archéologique et historique de l'Orléanais, t. V (AS), no 59,‎ , p. 26-28
  • « Les projets de vente et de démolition de la chapelle Saint-Lubin à Yèvre-le-Châtel au commencement du XIXe siècle », Bulletin de la société archéologique et historique de l'Orléanais, Société archéologique et historique de l'Orléanais, t. XXII (AS), no 233,‎ , p. 439-446

Liens externes[modifier | modifier le code]