Champigny-sur-Veude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champigny et Veude (homonymie).
image illustrant une commune d’Indre-et-Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune d’Indre-et-Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Champigny-sur-Veude
Le château.
Le château.
Blason de Champigny-sur-Veude
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Sainte-Maure-de-Touraine
Intercommunalité communauté de communes Touraine Val de Vienne
Maire
Mandat
Alain Gaspard
2014-2020
Code postal 37120
Code commune 37051
Démographie
Gentilé Campinois
Population
municipale
867 hab. (2014)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 04′ 04″ nord, 0° 19′ 22″ est
Altitude Min. 39 m – Max. 107 m
Superficie 16,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Champigny-sur-Veude

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Champigny-sur-Veude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champigny-sur-Veude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champigny-sur-Veude
Liens
Site web champigny-sur-veude.com

Champigny-sur-Veude est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe aux marches de la Touraine, sur la route de Chinon à Châtellerault, dans une vaste vallée au confluent de deux petites rivières : la Veude et le Mâble.

Communes limitrophes de Champigny-sur-Veude
Lémeré La Tour-Saint-Gelin
Assay Champigny-sur-Veude Chaveignes
Pouant Richelieu
Carte de la commune.

Transports[modifier | modifier le code]

Le réseau départemental Touraine Fil Vert (Autocars) est géré par le conseil général d'Indre-et-Loire et exploité par Transdev Touraine, le réseau Touraine Fil Vert[1] permet de relier Champigny-sur-Veude à de multiples communes.

  • (BUS) Touraine Fil Vert H2 → Tours, Sainte-Maure-de-Touraine et Richelieu (ligne H2)

Un service de transport à la demande Fil vert est également disponible, à destination des communes de Richelieu et Chaveignes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Château.

Champigny-sur-Veude est un village très ancien (Campiniacus en 1080)[2]. De cette époque date le rattachement de la paroisse de Champigny à l'abbaye Notre-Dame de Noyers qui en conservera la cure et les revenus jusqu'à la fin du XVe siècle.

Le premier seigneur de Champigny connu est le chevalier Bernier (1122). Le domaine appartenait au comte d'Anjou qui fit construire une forteresse qu'il confia à Robert de Blo, son vassal et successeur de Bernier.

De grandes familles, Beaucay, Artois, Anjou, Beauvau, se sont succédé à la seigneurie de Champigny. En 1472, les Bourbon-Vendôme étant propriétaires du domaine, Louis de La Roche-sur-Yon construisit un magnifique château (1499) et il eut le privilège, en tant que descendant de saint Louis, d'édifier une Sainte-Chapelle sur le modèle de celle de son ancêtre. L'ensemble fut terminé par son fils Louis II, duc de Montpensier en 1543. La Sainte-Chapelle de Champigny était gérée par la collégiale Saint-Louis qui fut dotée des revenus nécessaires pour l'entretien et les charges qui lui incombait[2].

Outre la collégiale Saint-Louis, il y avait dans la paroisse, un couvent de filles de Saint-François, Notre-Dame-de-Bonne-Espérance (1565), une chapelle Notre-Dame-de-Lorette (1598) et un couvent des Minimes (1600).

Au XVIIe siècle, le cardinal Richelieu entreprit d'édifier sa ville nouvelle de Richelieu à moins de 7 km de la cité des Bourbon-Vendôme dont il tira ombrage. Il acquit la propriété de Champigny appartenant à Gaston d’Orléans et détruisit le château ‒ on ne peut plus que l'imaginer dans la perspective de la cour d’honneur et face à la chapelle ‒ mais il conserva les communs. La Sainte-Chapelle aussi était de trop, il fallut l'intervention de l'évêque de Poitiers et du pape Urbain VIII pour qu'il renonce à la détruire comme il en avait l'intention[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Gérard Terrien    
mars 2008 en cours Alain Gaspard DVG Médecin
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 867 habitants, en augmentation de 0,46 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
828 975 997 923 1 073 1 067 1 113 1 113 1 116
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 089 1 098 1 000 995 920 947 894 949 917
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
940 933 884 731 813 826 838 920 937
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
899 782 845 950 859 882 861 865 867
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Sainte-Chapelle de Champigny-sur-Veude, l'une des sept saintes chapelles subsistant en France, est construite sur le modèle de la Sainte-Chapelle de Paris. Elle est emblématique de l'art de la Renaissance à son apogée. Les vitraux sont remarquables et classés aux Monuments historiques ; les portraits des Bourbons puis des Bourbon-Montpensier depuis saint Louis y sont représentés ainsi que l'évocation des principales étapes de la vie du roi et de ses croisades.
  • Rue des Cloîtres, il existe encore de vieilles maisons de caractère qui datent du XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le chanteur et compositeur Michel Lambert est né à Champigny-sur-Veude vers 1610.
  • L’écrivain et académicien Maurice Genevoix venait rendre visite à sa grand-mère et son oncle notaire.
  • Le peintre Chaïm Soutine se réfugia à la fin de sa vie dans le village, pendant la période de l’Occupation.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Champigny-sur-Veude

Les armes de Champigny-sur-Veude se blasonnent ainsi : D'azur, à trois fleurs de lys d'or, un bâton péri en bande de gueules, brochante sur le tout[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.tourainefilvert.com/
  2. a, b et c Carré de Busserolles, Dictionnaire géographique, historique et bibliographique d'Indre-et-Loire, 1878
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Le blason de la commune sur Site de la Mairie. Consultation : décembre 2009.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :