Béhuard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Béhuard
Béhuard
Une ruelle dans le village de Béhuard.
Blason de Béhuard
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Intercommunalité Angers Loire Métropole
Maire
Mandat
Bruno Richou
2020-2026
Code postal 49170
Code commune 49028
Démographie
Gentilé Béhuardais
Population
municipale
125 hab. (2019 en augmentation de 5,04 % par rapport à 2013)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 48″ nord, 0° 38′ 34″ ouest
Altitude Min. 12 m
Max. 16 m
Superficie 2,21 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Angers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Angers-3
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Béhuard
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Béhuard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Béhuard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Béhuard

Béhuard est une commune insulaire française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Depuis 2000, Béhuard est situé dans le périmètre du Val de Loire classé au patrimoine mondial de l'UNESCO[1]. Le village a obtenu le label petite cité de caractère[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Béhuard est entièrement située sur une île de la Loire à 16 km au sud-ouest d’Angers et 86 km kilomètres à l'est de Nantes, entre les coteaux de Savennières et de Rochefort-sur-Loire. Respectivement sur la Loire et la Seine, Béhuard et L’Île-Saint-Denis sont les deux seules communes françaises qui coïncident parfaitement avec des îles fluviales[3].

L'échelle de crues.

Du fait de sa position géographique, Béhuard subit souvent les crues de la Loire. Une échelle de crues placée au centre du village atteste les niveaux des crues subis au XXe siècle, en 1904, 1910, 1936, 1962, 1977, 1982, 1983, 1988, 1995 et 2000.

Béhuard est traversée par la route départementale 106.

Topographie[modifier | modifier le code]

Seule île alluviale sur la Loire en Anjou, Béhuard vit en hauteur. Et pour cause, sur cette terre pointue de trois kilomètres de long, les crues sont spectaculaires : 7 mètres en 1910, 5,60 mètres en 2000. La dernière inondation date de 2006. Par conséquent, les maisons médiévales ont été surélevées. L'église, elle, a été érigée sur un rocher au XVe siècle. Construite par Louis XI, après qu'il a échappé à la noyade dans les eaux de la Charente, elle demeure un lieu de pèlerinage à la Vierge.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 12,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 5,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 611 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Georges Gard », sur la commune de Sainte-Gemmes-sur-Loire, mise en service en 1950[10] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[11],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,6 °C et la hauteur de précipitations de 817,9 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Nantes-Bouguenais », sur la commune de Bouguenais, dans le département de la Loire-Atlantique, mise en service en 1945 et à 77 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 12,2 °C pour la période 1971-2000[14], à 12,5 °C pour 1981-2010[15], puis à 12,7 °C pour 1991-2020[16].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Béhuard est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[17],[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Angers, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 81 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (53 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : eaux continentales[Note 7] (36,5 %), prairies (27,5 %), zones agricoles hétérogènes (25,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (10,5 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Béhuard était d'abord vouée à une déesse-mère gauloise, avant d'être évangélisée au Ve siècle par saint Maurille, évêque d'Angers, puis offerte au XIe siècle à l'abbaye Saint-Nicolas d'Angers.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, le chevalier Buhard reçoit les terres du comte d'Anjou, Geoffroy Martel, en remerciement de ses services. Le nom Buhard se transforma en Béhuard à cause de la difficulté de prononciation pour les habitants.

Entre 1469 et 1482, le roi Louis XI, neveu du roi René d'Anjou y ordonne la construction d'un sanctuaire dédié à la Vierge après avoir échappé à la noyade à la suite du naufrage de son embarcation dans la Charente, une église à double nef en équerre est construite[24].

Béhuard, qui était un lieu de pèlerinage des bateliers avant le XVe siècle, doit sa renommée à la vierge protectrice des mariniers et des voyageurs.

Ancien régime[modifier | modifier le code]

Révolution[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, 2 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, le village ne déplore aucun tué[25].

En 1948, un pèlerinage y réunit toutes les Madones de l'Anjou.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[26]
Période Identité Étiquette Qualité
1790   Jacques Cady    
1792   Charles René Colin    
1819   Pierre-Jean Richou    
1837   Mathieu Richou    
1848   Jacques Boussard    
1871   André Gaignard    
1884   ? Richou-Roinard    
1892   Charles Cady-Vaslin    
1896   Mathurin Leduc    
1900   François Rhetore    
1908   Bertrand Trottier    
1912   Pierre Richou-Boussard    
1925   Léon Voisine    
1929   Mathurin Bertrand    
1945   Pierre Taunay    
1947   René Taunay    
1953   Armand Regnier    
avant 1981 ? Pierre Richou    
1995 En cours
(au 28 mai 2020)
Bruno Richou[27],[28]   Agent de maîtrise France Télécom

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée à la communauté urbaine Angers Loire Métropole[29], elle-même membre du syndicat mixte Pôle métropolitain Loire Angers[30].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Entre 1793 et 1801, Béhuard appartenait au canton de Savennières. En 1801 la commune est intégrée au canton de Saint-Georges-sur-Loire[31].

Jusqu'en 2014, Béhuard fait partie du canton de Saint-Georges-sur-Loire et de l'arrondissement d'Angers[32]. Ce canton compte alors dix communes. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. La commune est alors rattachée au canton d'Angers-3, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[33].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Béhuardais[34].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[35]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[36].

En 2019, la commune comptait 125 habitants[Note 8], en augmentation de 5,04 % par rapport à 2013 (Maine-et-Loire : +2,26 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
315287280270280263257245239
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
241235237233226216209195176
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
153151134137147131130130119
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
110851009394110127130124
2017 2019 - - - - - - -
125125-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,4 % la même année, alors qu'il est de 25,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 66 hommes pour 59 femmes, soit un taux de 52,8 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,63 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
3,0 
75-89 ans
5,1 
19,7 
60-74 ans
16,9 
31,8 
45-59 ans
32,2 
15,2 
30-44 ans
13,6 
18,2 
15-29 ans
16,9 
12,1 
0-14 ans
15,3 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2018 en pourcentage[39]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
6,9 
75-89 ans
9,5 
15,5 
60-74 ans
16,3 
19,4 
45-59 ans
18,8 
18,6 
30-44 ans
17,7 
18,6 
15-29 ans
17,5 
20,2 
0-14 ans
18,2 

Vie locale[modifier | modifier le code]

En mai 2015, une association sportive voit le jour, "USB, la clé pour garder la forme" (Union Sportive Béhuardaise) centrée sur la Marche Nordique le Gym Pilates.

Sur 12 établissements présents sur la commune à fin 2010, aucun relevait du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), aucun du secteur de l'industrie, aucun du secteur de la construction, 75 % de celui du commerce et des services et 25 % du secteur de l'administration et de la santé[40].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame, édifiée sous Louis XI jusqu'au XVe siècle, sur un rocher. Lieu de pèlerinage à la Vierge. L'église est classée Monument historique depuis 1862[41] ;
  • Maisons des XVe et XVIIIe siècles à proximité de l'église, classées Monuments historiques le 28 décembre 1948[42] ;
  • Statue de la Vierge miraculeuse en bois de prunier du XVIe siècle, couronnée en 1923 par Pie XI, ex-voto ;
  • Guinguette La Croisette créée en 2004[43].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Maurille, évangélisateur de l'île ;
  • Louis XI (1423-1483) y fit plusieurs séjours ;
  • Pie XI (1857-1939) y couronna une Vierge miraculeuse en 1923.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Béhuard.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur à la nef d'or voguant sur une mer de gueules, au chef cousu du même chargé d'une Notre-Dame d'or accostée de deux fleurs de lis du même.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (BNF 33141105, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[6].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[7].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes », sur whc.unesco.org, Nations Unies, (consulté le ) ; Mission Val de Loire, « Val de Loire - Périmètre du site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO », sur www.valdeloire.org, Régions Centre et Pays de Loire, (consulté le ).
  2. Béhuard labellisée petite cité de caractère
  3. Christophe Ruszkiewicz, « Vivre sur la Seine avec vue sur « l’île » », sur www.lest-eclair.fr, (consulté le ).
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  6. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  7. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  10. « Station Météo-France Saint-Georges Gard - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Orthodromie entre Béhuard et Sainte-Gemmes-sur-Loire », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France Saint-Georges Gard - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Béhuard et Bouguenais », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. Présentation de Béhuard sur le site de la communauté d'agglomération Angers Loire Métropole ; Sanctuaire Notre-Dame de Béhuard sur le site du diocèse d'Angers ; Les plus beaux villages de France
  25. Port 1965, p. 321.
  26. FranceGenWeb, Liste des maires de Béhuard, consultation août 2009
  27. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le ).
  28. « Béhuard. Le cinquième mandat de Bruno Richou », sur Le Courrier de l'Ouest, (consulté le ).
  29. Insee, Composition de l'EPCI d'Angers Loire Métropole (244900015), consulté le 15 novembre 2012
  30. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté DRCL no 879 du 13 décembre 2011, RAA spécial du 21 décembre 2011
  31. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Champtocé-sur-Loire, consultée le 15 février 2015
  33. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  34. Gentilés des communes de Maine-et-Loire
  35. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  36. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  38. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Béhuard (49028) », (consulté le ).
  39. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de Maine-et-Loire (49) », (consulté le ).
  40. Insee, Statistiques locales du territoire de Béhuard (49), consultées le 5 décembre 2012
  41. « L'église Notre-Dame », notice no PA00108973, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Maisons anciennes », notice no PA00108974, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. Site de la Guinguette La Croisette