Chalonnes-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chalonnes-sur-Loire
Chalonnes-sur-Loire
Pont de Chalonnes.
Blason de Chalonnes-sur-Loire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Intercommunalité Communauté de communes Loire Layon Aubance
Maire
Mandat
Marie-Madeleine Monnier
2020-2026
Code postal 49290
Code commune 49063
Démographie
Gentilé Chalonnais
Population
municipale
6 527 hab. (2018 en diminution de 0,02 % par rapport à 2013)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 05″ nord, 0° 45′ 45″ ouest
Altitude Min. 10 m
Max. 99 m
Superficie 38,56 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Chalonnes-sur-Loire
(ville isolée)
Aire d'attraction Angers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Chalonnes-sur-Loire
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Chalonnes-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Chalonnes-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chalonnes-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chalonnes-sur-Loire
Liens
Site web chalonnes-sur-loire.fr

Chalonnes-sur-Loire est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Cette petite ville se trouve au cœur de l'Anjou, au sud-ouest d'Angers. Son territoire est situé en bord de Loire, dans le Val de Loire classé au Patrimoine mondial de l'Unesco dont elle constitue la limite occidentale. La commune est essentiellement rurale et la viticulture y est fortement implantée.

Chalonnes possède un important passé minier lié à l'exploitation du bassin houiller de Basse Loire. On y a trouvé de nombreux fossiles, et c'est un des lieux le plus anciennement habité de l'Anjou.

Sa situation favorable a contribué à son développement.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune du nord des Mauges, Chalonnes-sur-Loire se situe à l'ouest du département de Maine-et-Loire sur la rive gauche de la Loire, à 20 km à l'ouest d'Angers et à 61 km à l'est de Nantes[1]. Son territoire s'étend aux pieds des coteaux, le long du fleuve, sous la confluence du Layon et du Louet[2].

La commune se trouve dans le Val de Loire, tel qu'inscrit en 2000 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. L'inscription concerne le périmètre situé entre les deux coteaux le bordant de Sully-sur-Loire (45) à Chalonnes-sur-Loire (49) sur une longueur de 280 km et plus de 853 km2 (85 394 hectares)[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie de 10 à 99 mètres[4], pour une altitude moyenne de 55 mètres, et s'étend sur près de 39 km2 (3 856 hectares)[4].

Chalonnes se situe sur les unités paysagères de la Loire des promontoires (nord de la commune), du plateau des Mauges (sud de la commune) et du couloir du Layon (est de la commune)[5].

Située au sud-est du Massif armoricain, son relief est constitué au nord d'une partie basse, la vallée de la Loire, et au sud et à l'est d'une partie haute, au relief plus marqué. On trouve à l'est des coteaux, situés sur la faille du Layon qui est jalonnée de nombreux bassins sédimentaires carbonifères. Cette faille se prolonge jusqu’à la pointe sud de la Bretagne, après avoir reçu plusieurs autres noms[6]. C'est la Corniche Angevine, zone géographique située entre Chalonnes et Rochefort. Coincée entre la vallée du Layon et celle de la Loire, son relief date du paléozoïque (ère primaire). Cette barre rocheuse est constituée de grès ferrugineux, de schistes houillers, de houille (bassin houiller de Basse Loire) et de cinérites[6],[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Trois cours d'eau traversent la commune : la Loire, le Layon et le Louet[2], ce dernier étant un bras de la Loire allant de Juigné-sur-Loire à Chalonnes-sur-Loire.
Le Layon, dont la majeure partie du cours se situe en Maine-et-Loire, emprunte la faille du Layon et borde la corniche angevine sur plusieurs kilomètres avant de rejoindre la Loire à Chalonnes.
Y passent également les ruisseaux de Saint-Denis, de la Barre, d'Armange, de Chante et du Jeu[2].

On trouve également sur la commune des îles fluviales situées dans le cours de la Loire, l’Île de Chalonnes et l'Île Touchais, ainsi que plusieurs ponts : le pont de Chalonnes-sur-Loire, le pont de Cordez, le pont Réné-Trottier, le pont sur le Grand Bras. L’île de Chalonnes est la plus grande île habitée de la Loire. Elle subit régulièrement des inondations au moment des crues.

Chalonnes dispose d'un accès sur la Loire, le port Garou ; quai s'étendant sur 600 mètres et datant de 1857. Autrefois les bateliers naviguaient sur la Loire pour transporter des marchandises comme le charbon, la chaux ou le vin. Les bateaux descendaient la Loire jusqu'à Nantes.

La levée en face de Chalonnes date de 1785. Les levées sont une chose proprement angevine. Nées au XIIe siècle, elles furent bâties pour gagner sur les terres riches en alluvions[8].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Protections sur la commune[modifier | modifier le code]

Outre des protections sur des bâtiments (monuments historiques et inventaires), la commune de Chalonnes figure à l'inscription[9] de

  • Protection réglementaire, arrêtés de protection de biotope pour l'ilot dit du buisson Marion ;
  • Natura 2000 pour la vallée de la Loire entre Nantes et les Ponts-de-Cé, et les zones adjacentes ;
  • Zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO) pour la vallée de la Loire entre Nantes et Montsoreau ;
  • Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) pour le lit mineur, les berges et les iles de la Loire entre Les Ponts-de-Cé et Mauves-sur-Loire) pour la basse vallée du Layon et la vallée du Louet, ainsi que pour la vallée du Jeu, la vallée du ruisseau des Moulins et de Saint-Denis, la vallée de l'Armange ;
  • Zone humide d'importance nationale pour la Loire, entre Maine et Nantes ;
  • Patrimoine mondial de l'UNESCO pour le val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes-sur-Loire[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Son climat est tempéré, de type océanique. Le climat angevin est particulièrement doux, de par sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelées rares et les étés ensoleillés[10]. Compte tenu de sa proximité avec la Loire, les brouillards y sont nombreux.

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[11]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[12].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[13]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[11]

  • Moyenne annuelle de température : 11,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 5,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 13,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 650 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[15] complétée par des études régionales[16] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « La Pommeraye », sur la commune de Mauges-sur-Loire, mise en service en 1980[17] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[18],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,1 °C et la hauteur de précipitations de 670,9 mm pour la période 1981-2010[19]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Nantes-Bouguenais », sur la commune de Bouguenais, dans le département de la Loire-Atlantique, mise en service en 1945 et à 68 km[20], la température moyenne annuelle évolue de 12,2 °C pour la période 1971-2000[21], à 12,5 °C pour 1981-2010[22], puis à 12,7 °C pour 1991-2020[23].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Trois voies routières principales traversent la commune : la D 751 d'est (Rochefort) en ouest (Montjean), la D 106 du nord (Saint-Georges) au sud-est (Chaudefonds), et la D 762 au sud-ouest (Saint-Laurent)[2].
L'autoroute A11 Angers-Nantes (sortie 19) se trouve à une quinzaine de kilomètres.

Transports en commun : la commune est desservie par une ligne d’autobus du réseau interurbain de Maine-et-Loire AnjouBus, la ligne 23. Celle-ci va d'Angers à Saint-Florent-le-Vieil, en passant par Rochefort, Saint-Aubin, Chaudefonds, Chalonnes, La Pommeraye, Montjean[24].
En septembre 2012, une nouvelle ligne (43) d'AnjouBus est créée pour desservir la gare ferroviaire de Chalonnes ; passant par la commune, mais aussi par celles de La Pommeraye, Bourgneuf-en-Mauges et Saint- Laurent-de-la-Plaine[25].

Pour accéder au réseau ferroviaire, la ligne Angers-Cholet est accessible à la gare de Chalonnes et la ligne Angers-Nantes à celle de La Possonnière. La ligne de chemin de fer Possonnière-Cholet dessert les villes de La Possonnière, Chalonnes-sur-Loire, Chemillé et Cholet[26]

Autrefois, la Loire servait également de voie de communication. Ce n'est plus le cas aujourd'hui ; celle-ci ne servant essentiellement qu'au tourisme fluvial.

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits : la Basse Île, les Aireaux, le Pâtis, les Aireaux de Grésigné, la Guinière, la Triballerie, la Barre, Villetrouvée, la Grande Chauvière, la Bourgonnière, les Petits Fresnaies, la Gare, la Tête de l'Île, etc.[2].

Communes aux alentours : Saint-Laurent-de-la-Plaine (5 km), Chaudefonds-sur-Layon (5 km), Saint-Georges-sur-Loire (6 km), La Possonnière (7 km), Bourgneuf-en-Mauges (7 km), La Pommeraye (7 km), Saint-Aubin-de-Luigné (8 km), Saint-Germain-des-Prés (8 km), Rochefort-sur-Loire (8 km), Montjean-sur-Loire (8 km)[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chalonnes-sur-Loire est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[27],[28],[29]. Elle appartient à l'unité urbaine de Chalonnes-sur-Loire, une unité urbaine monocommunale[30] de 6 527 habitants en 2018, constituant une ville isolée[31],[32].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Angers, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 81 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[33],[34].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (79 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (27 %), terres arables (21,5 %), zones agricoles hétérogènes (18 %), cultures permanentes (10,3 %), eaux continentales[Note 6] (8 %), forêts (6,2 %), zones urbanisées (4,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,1 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,1 %), mines, décharges et chantiers (1 %)[35].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[36].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Les quartiers anciens se sont développés le long de la rive gauche de la Loire, autour des deux églises des XIIe et XIIIe siècles. Ils sont répartis le long des quais Gambetta et Victor-Hugo, et le long des rues centrales, rue Thiers, rue Félix-Fauré, rue Carnot et rue du Vieux-Pont. Ils se composent de bâtiments à un ou deux étages.

Le quartier Saint-Maurille, situé entre le quai Victor-Hugo et les rues Carnot et Vieux-Pont, est un site protégé[37].

À l'ouest on trouve des quartiers résidentiels. En 2010, la commune a réalisé un nouveau lotissement, Le Grand Coteau III[38].

Le précédent plan local d'urbanisme (PLU) datant de décembre 2003[38], sa révision est initiée en 2009, avec une phase de concertation en juillet 2011[39] et une enquête publique en septembre. Cette troisième modification du plan local d'urbanisme est validée en 2012[40].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2008, les résidences principales construites avant 2006, dataient pour 36 % d'avant 1949, 19 % entre 1949 et 1974, 25 % entre 1975 et 1989, et 20 % entre 1990 et 2005[41].

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 3 025 (pour 2 936 en 2008)[42],[41]. Parmi ces logements, 88 % étaient des résidences principales, 3 % des résidences secondaires et 9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour une part de 74 % des maisons et de 24 % des appartements. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 2 % étaient des studios, 11 % des logements de deux pièces, 18 % de trois pièces, 24 % de quatre pièces, et 44 % des logements de cinq pièces ou plus[42].

Le nombre de ménages propriétaires de leur logements était de 62 %, proportion supérieure à la moyenne départementale (de 60 %)[43], et le nombre de ménages locataires était de 36 %. On peut également noter que 2 % des logements étaient occupés gratuitement[42].

L'ancienneté d'emménagement dans la résidence principale, rapporté au nombre de ménages, était de 13 % depuis moins de deux ans, 23 % entre deux et quatre ans, 16 % entre cinq et neuf ans, et 48 % de dix ans et plus[42].

Évolution du nombre de logements par catégorie[42]
1968 1975 1982 1990 1999 2009
Ensemble 1 531 1 778 2 068 2 219 2 461 3 025
Résidences principales 1 286 1 441 1 715 1 891 2 193 2 661
Résidences secondaires et logements occasionnels 182 218 228 210 153 100
Logements vacants 63 119 125 118 115 264

En 2013, on trouvait 31 381 logements sur la commune, dont 88 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 90 %, et dont 62 % des ménages en étaient propriétaires[44].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Vicus Calonna au VIe siècle, Cellula Calonnensis en 837, Cella Calonna en 844, Calonna super Ligerim ou Vicus Calonnœ en 1031, Calomnensis cella en 1036, Calumna en 1037, Chalumna en 1050, Calomna ou Calunna en 1052, Castrum Calunnense en 1055, Colonia en 1082, Calumpna en 1100, Calumnia en 1136, Calone en 1142[45], Chalonnes en 1793 et 1801 avant de devenir Chalonnes-sur-Loire[46].

L'hydronyme et toponyme CALONNA est répandu en France. Il se compose de deux éléments : Cal-, suivi de l'élément hydronymique -onna. Cal- remonte à un pré-indo-européen *kal « pierre », d'où le dérivé *cala « abri sous roche » (d'où chalet), suivi du gaulois onna « eau » , d'où le sens global « maison [près] de l'eau »[47] ou « abri sous roche près de l'eau »[48]. Étant donné les noms de rivière de type Calonne (forme normanno-picarde), ce type toponymique a pu désigner à l'origine un cours d'eau ou une fontaine, d'où le sens d'« eau coulant sur des pierres »[48].

Dans le département, il existe une autre commune au nom de Chalonnes, Chalonnes-sous-le-Lude, située dans le Baugeois près de Noyant.

Nom des habitants (gentilé) : les Chalonnais[48].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Chalonnes-sur-Loire

Héraldique :

Parti : au 1er de gueules à l'escarboucle d'or, au 2e d'argent à la croix de gueules au chef d'azur chargé d'une mitre d'or[49].


Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Des traces préhistoriques présentes sur la commune en font un des sites les plus anciennement habités de l'Anjou[48]. On a trouvé de nombreux fossiles sur les sites de Roc-en-Paille et de Pierre-Cou. Sur le premier y furent notamment découverts des ossements d'animaux. On a ainsi pu savoir que vers −30 000 s'y trouvaient des mammouths et des rennes, pour laisser la place à la fin période glaciaire (vers −10 000) à des sangliers et des cerfs[50].

Sur le plateau nommé Pierre-Cou on a retrouvé des briques à rebords, de vieux murs et une pièce d'or de Trajan ; traces d'une occupation romaine à l'époque gallo-romaine[51].

Depuis la plus haute antiquité la situation de Chalonnes-sur-Loire, au confluent du Layon et de la Loire, en a fait un des lieux les plus anciennement habités de l'Anjou ; le seul où l'on trouve des traces de vie humaine préhistorique. Sa situation favorable avait incité les druides à y fonder un collège réputé[52].

La région de Chalonnes est l'une des premières de l'Anjou à avoir été évangélisée (IVe siècle), notamment par saint Maurille, évêque d'Angers[51].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La Loire a toujours eu une influence sur la ville de Chalonnes, servant de frontière naturelle entre les Mauges (au sud) et le Segréen (au nord). La première citation d'un pont date de 1138–1148[53].

Situé non loin de la commune de Champtocé-sur-Loire, en 1422, Gilles de Rais épouse Catherine de Thouars, dame de Pouzauges et Tiffauges, à Chalonnes, en l'église Saint-Maurille[54].

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Carte de l'Anjou au XVIIIe siècle.
Carte de l'Anjou au XVIIIe siècle.

Durant les guerres de religion, Chalonnes s'oppose au pouvoir royal. Henri IV devenu souverain, une grande partie de la province d'Anjou, hormis Angers et Saumur, refuse de reconnaître ce roi huguenot. Les ligueurs de Chalonnes refusent de se rallier au roi. En 1593, s'étant fait catholique, la paix revient en Anjou[55].

Sous l'Ancien Régime la commune se divise en deux paroisses, l'église Saint-Maurille et l'église Notre-Dame[56].
Occupé par les moines de Marmoutiers, le prieuré de Saint-Maurille est saccagé par les moines de Saint-Serge. Il est ensuite rattaché à celui de Saint-Quentin-en-Mauges et l'église n'est alors plus qu'une paroisse secondaire[57].
Le prieuré de Saint-Serge avait pour domaine un petit fief dans les paroisses de Sainte-Christine et de Chalonnes, une partie de l'île de l'Ancien, des prés, des vignes, un moulin sur la rivière du Jeu et des terres sur Juigné[57].

L'église et les bâtiments du prieuré sont détruits durant les guerres de religion, puis reconstruits en 1573 en réunissant le prieuré à la cure[57]. Durant cette même période troublée, la ville est pillée par les Protestants puis par les Ligueurs[58].

L'évêque d'Angers restera jusqu'à la Révolution, seigneur baron de Chalonnes[57], qui était l'un de ses principaux domaines avec Villevêque et Morannes. Les biens des prieurés seront dispersés et vendus à la Révolution.

À la veille de la Révolution française, Chalonnes dépend de la sénéchaussée d'Angers.

Révolution[modifier | modifier le code]

Après la Révolution, et comme dans le reste du pays des Mauges, la région est marquée par la guerre de Vendée.

En mars 1793, les insurgés décident de marcher sur la ville de Chalonnes. Bien que défendue par 4 000 Républicains (les Bleus, les Patriotes), face à la menace des insurgés les soldats préférèrent abandonner la place et se replier sur Angers[59]. Les paysans, qui avaient chassé les patriotes de leurs pays, se dispersèrent ensuite et rentrèrent chez eux pour célébrer les fêtes de Pâques.

La révolte prit ainsi fin, mais les armées révolutionnaires envoyées pour réprimer la révolte (colonnes infernales) devaient par la suite relancer la guerre. Ce fut le cas en mars 1795, où la division Chemillé de l'armée de Stofflet attaque le camp de Chalonnes.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la réorganisation administrative qui suit la Révolution en 1790, Chalonnes est chef-lieu de canton (de Chalonnes) dépendant du district d'Angers, puis en 1800 de l'arrondissement d'Angers[46].

Au XVIIIe siècle, l'industrie des fours à chaux se développe en même temps que celle des mines de charbon[60]. Plusieurs mines de houille ouvrent sur les communes de Chalonnes, Chaudefonds et Saint-Aubin[61]. Le Layon est alors canalisé puis utilisé pour le transport de vins, minerais et autres produits de la région[62].

La Société des Fours à Chaux et Carrières de l'Ouest exploitait encore des fours à chaux à Chalonnes en 1965[63].

Il faut attendre le milieu du XIXe siècle pour voir se développer les ponts sur la Loire ; période où fut construit celui de Chalonnes, mais aussi ceux d'Ingrandes, Montjean, Les Rosiers, Saint-Florent et Saint-Mathurin.
Les ponts suspendus de Chalonnes, situés au confluent de la Loire et du Layon, ont été construits en 1840 et mis en service l'année suivante[64].

À la fin du XIXe siècle est construit un réseau secondaire de chemin de fer, le Petit Anjou. La ligne Cholet-Angers passait par Chalonnes[65].

L'exploitation des mines de houille de Chalonnes est active tout au long du XIXe siècle et va décline au début du XXe siècle pour cesser en 1913 au puits no 4 et no 5[7],[66].

Après la déclaration de guerre du 3 août 1914 (Première Guerre mondiale), le pays n'est pas préparé à accueillir un grand nombre de blessés. Les villes sont mises à contribution pour créer des « hôpitaux temporaires et complémentaires ». Le 9 septembre, à l'initiative de M. Lucien Frémy, maire et conseiller général, l'hospice Gayot accueille des blessés du conflit. Cette ambulance de vingt lits, dénommée « Hôpital Bénévole 123bis », fonctionnera jusqu'au 31 décembre 1918. 372 blessés ont été inscrits au registre des entrées[67]. Au cours de conflit, 129 chalonnais perdent la vie[68]

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l'armée allemande arrive en Anjou le 19 juin 1940. Le passage de la Loire est vaillamment défendu notamment à Chalonnes comme aux Ponts-de-Cé et à Saumur[8]. Les ponts sont détruits pour couper la route à l'ennemi[69].
Le pont suspendu de Chalonnes est détruit le 20 juin à h 15. Remplacé dans un premier temps par un pont de bateaux, les Allemands installent rapidement un pont en bois. Ce pont en bois est disloqué sous l'effet des glaces le 26 décembre 1940. On instaure alors un bac pour traverser le fleuve. Le pont que l'on connaît aujourd'hui a été inauguré le 25 juillet 1948 (pont en ciment armé soutenu par un système de câbles)[70],[71].

L'île de Chalonnes est le théâtre d'affrontements à la Libération. Le 26 août 1944, trois hommes des FFI tombent aux combats durant des accrochages avec les troupes allemandes, qui tiennent encore la rive gauche de la Loire[72]. Quelques jours auparavant, c'est à Rochefort que les troupes allemandes s'illustrèrent[73]. Lors de la Seconde Guerre mondiale, 24 habitants sont tués. Deux autres mourront lors de la guerre d'Indochine et deux pendant la guerre d'Algérie[74].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune est créée à la Révolution. Commune en 1790 (Chalonnes puis Chalonnes-sur-Loire)[46]. Le conseil municipal est composé de 29 élus[75].

Liste des maires successifs[76],[77],[78]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1 février 1790 13 juillet 1791 Pierre Bonneau   Marchand
14 juillet 1791 31 décembre 1792 Joseph Fleury   Notaire
1 janvier 1793 26 novembre 1793 Jean Antoine Vial   Avocat
27 novembre 1793 17 octobre 1795 Jean Péan   Notaire
18 octobre 1795 12 septembre 1798 René Métivier   Fermier
13 septembre 1798 30 juillet 1800 Denis Renou   Horloger
31 juillet 1800 26 août 1804 Joseph-Claude Fleury   Notaire
27 août 1804 10 avril 1807 René Cherbonneau   Marchand
11 avril 1807 6 août 1814 Charles-Victor Hunault de la Peltrie Bonapartiste Épicier
7 août 1814 4 août 1821 Pierre-Honoré Fleury   Notaire
5 août 1821 10 novembre 1828 Pierre Martineau   Militaire
11 novembre 1828 27 janvier 1847 Pierre-Honoré Fleury   Notaire
28 janvier 1847 5 mars 1848 Jacques Barrault   Fermier
6 mars 1848 15 janvier 1859 Pierre-Honoré Fleury   Notaire
16 janvier 1859 15 juin 1869 Barthélémy de Las Cases Bonapartiste Industriel
16 juin 1869 22 octobre 1870 Pierre-Augustin Renault   Chaufournier
23 octobre 1870 20 janvier 1878 René-Charles Drouard   Géomètre
22 janvier 1878 1 juin 1882 Henri de Douvres   Marchand
2 juin 1882 19 mai 1888 Ernest Chevalier   Magistrat
20 mai 1888 7 septembre 1895 Léon Cousin   Chaufournier
8 septembre 1895 6 août 1921 Lucien Frémy Gauche Radicale Distillateur
7 août 1921 16 mai 1925 Eugène Robin   Grainetier
17 mai 1925 4 juillet 1931 René Grimault Conservateur Notaire
5 juillet 1931 11 juin 1940
(révoqué)[79]
Léon Malthète Union Républicaine et Démocratique Pharmacien
12 juin 1940 25 février 1941 Pierre Cesbron   Viticulteur
mars 1977 juin 1995 Alain Poirier DVG Masseur-kinésithérapeute
Conseiller général (1984-1985)
juin 1995 mars 2008 Michel Bordereau UDF Cadre enseignant technique retraité
Conseiller général (1985-2004)
Président de la CC Loire-Layon (2001-2008)
mars 2008 juillet 2017 Stella Dupont[80],[81] PS
puis LREM[82]
Responsable administratif et financier
Conseillère générale (2004-2015)
juillet 2017 mai 2020 Philippe Ménard[83] EELV Masseur-kinésithérapeute[84]
mai 2020 En cours
(au 30 mai 2020)
Marie-Madeleine Monnier[85] DVD  

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

Les comptes de la commune de Chalonnes-sur-Loire de l'année 2019[86]
Chiffres clés En milliers d'Euros En euros par habitant Chiffres 2000
Total des produits de fonctionnement (A) 7 776 1 154 5 020
Total des charges de fonctionnement (B) 6 966 1 034 4 122
Résultat comptable (R=A-B) 810 120 898
Total des ressources d'investissement (C) 2 448 363 1 693
Total des emplois d'investissement (D) 2 760 410 2 009
Besoin ou capacité de financement des investissements (E=D-C) 312 46 316
Encours de la dette au 31/12 4 836 718 7 109
Annuité de la dette 495 73 1 507
Budget principal seul — Population légale en vigueur au 1er janvier de l'exercice 2019 : 6 738 habitants
Les taux de fiscalité 2019[86]
Fiscalité locale Taux
Taxe d'habitation (y compris THLV) 13,03 %
Foncier bâti 22,40 %
Foncier non bâti 33,68 %
Cotisation foncière des entreprises 0,00 %
Taux votés pour l'année 2019[87].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2016 la commune est intégrée à la communauté de communes Loire-Layon[88]. Cette structure intercommunale regroupe dix communes, dont Chalonnes, Chaudefonds, Saint-Aubin, Saint-Georges et Saint-Germain. Créée à la suite de la loi du 6 février 1992[89], loi d’orientation relative à l’aménagement du territoire, ses compétences sont le développement économique et l'aménagement du territoire. Au travers de cette intercommunalité, Chalonnes est également membre du syndicat mixte Pays de Loire en Layon, structure administrative française d'aménagement du territoire. Cette structure intercommunale comprend quatre communautés de communes : Coteaux-du-Layon, Gennes, Loire-Layon et Vihiersois-Haut-Layon[90]. Elle a pour objet de travailler sur la valorisation touristique de son patrimoine ligérien et viticole.

À la suite de la révision du schéma départemental de coopération intercommunale, le les communautés de communes Loire-Layon, Coteaux du Layon et Loire Aubance fusionnent dans la communauté de communes Loire Layon Aubance[91].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Chalonnes-sur-Loire fait partie du canton de Chalonnes (bureau distributeur) et de l'arrondissement d'Angers[46],[92].

Jusqu'en 2014 le canton de Chalonnes comprend cinq communes (Chalonnes, Chaudefonds, Denée, Rochefort et Saint-Aubin), sous sa forme constituée en 1800 (loi du 28 pluviôse an VIII). Il comptait 11 471 habitants en 2006. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. Le canton passe alors de cinq à dix-sept communes, Chalonnes en restant le chef-lieu (bureau distributeur), avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[93].

Chalonnes fait partie de la deuxième circonscription de Maine-et-Loire, composée de cinq cantons dont Angers-Sud et Chemillé. La deuxième circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'administrations judiciaires à Chalonnes.

Le Tribunal d'instance, le Tribunal de grande instance, la Cour d'appel, le Tribunal pour enfants, le Conseil de prud'hommes, le Tribunal de commerce, se situent à Angers, tandis que le Tribunal administratif et la Cour administrative d'appel se situent à Nantes[94].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Chalonnes est jumelée[95] avec plusieurs villes étrangères[96] :

  • Drapeau de l'Allemagne Tecklenburg (Allemagne) depuis 1982. Le nom de Tecklenburg a été donné à une rue de Chalonnes, celui de Chalonnes à une place de Tecklenburg ;
  • Drapeau de l'Irlande Ballinasloe (Irlande) depuis 1991. Le nom de Ballinasloë a été donné à une rue de Chalonnes ;
  • Drapeau de la Pologne Sanniki (Mazovie) (Pologne) depuis 1996. Le nom de Sanniki a été donné à une rue de Chalonnes[97].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[98]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[99].

En 2018, la commune comptait 6 527 habitants[Note 7], en diminution de 0,02 % par rapport à 2013 (Maine-et-Loire : +1,96 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 2094 9224 9724 8054 9694 8884 9274 9524 975
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 8226 0896 5155 8365 5305 1394 8114 5944 470
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 4654 2364 1773 6553 5163 4193 4283 7503 851
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
4 0584 2594 6825 2815 3545 5945 8846 4216 505
2018 - - - - - - - -
6 527--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[100] puis Insee à partir de 2006[101].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[102] 1975[102] 1982[102] 1990[102] 1999[102] 2006[103] 2009[104] 2013[105]
Rang de la commune dans le département 13 14 15 16 16 15 15 16
Nombre de communes du département 378 364 364 364 364 363 363 357

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 22,1 %) ;
  • 51,5 % de femmes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 19,6 %, 45 à 59 ans = 18,1 %, plus de 60 ans = 26,6 %).
Pyramide des âges à Chalonnes-sur-Loire en 2008 en pourcentage[106]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,3 
7,6 
75 à 89 ans
11,0 
14,0 
60 à 74 ans
14,3 
19,4 
45 à 59 ans
18,1 
20,7 
30 à 44 ans
19,6 
16,7 
15 à 29 ans
15,2 
21,1 
0 à 14 ans
20,6 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[107].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Selon le recensement de 2007[108], 31 % de la population a moins de 25 ans, 50 % se situe entre 25 et 64 ans, et 19 % a plus de 65 ans. Selon ce même recensement, 64 % de la population active ne travaille pas sur la commune.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Chalonnes-sur-Loire est la ville la plus importante du canton. Les services publics présents sur la commune sont des écoles maternelles et primaires, deux collèges, une bibliothèque et une ludothèque, une maison familiale et rurale, un hôpital local et une maison de retraite, un centre de secours, une gendarmerie, une poste et une trésorerie.
Plusieurs organismes assurent des permanences comme la Caisse d'Allocations Familiales (CAF), la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM) ou la Mutualité Sociale Agricole (MSA)[38].

Outre les services publics, on y trouve aussi de nombreux commerces, une maison de l'enfance, un foyer des jeunes, une école de musique, des installations sportives (piscine, tennis), un cinéma, des structures de restauration (restaurants, pizzeria, bar à vin), des gites, un camping, une piscine, un étang, un mini golf, etc[38].
On pratique également la pêche sur les bords de Loire, du Louet, du Layon et des plans d'eau.

À 500 mètres du centre-ville, le camping du Candais (3 étoiles) est situé au bord de la Loire. À proximité on trouve également une aire de service pour camping-car.

Un marché important a lieu tous les mardis sur la place principale de l’agglomération (place de l'Hôtel-de-Ville), et le groupement des commerçants organise régulièrement des animations commerciales[38].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Nantes, la commune compte notamment quatre écoles et deux collèges : l'école maternelle Le Petit Prince, l'école privée maternelle Saint-Joseph, l'école primaire Joubert, l'école privée primaire Saint-Joseph, le collège Saint-Exupéry, et le collège privé de l'Armangé[109]. On y trouve aussi deux maisons familiales, maison familiale rurale (MFR) et maison familiale Accueil et hébergement (MFAH)[38].

Santé[modifier | modifier le code]

Plusieurs professionnels de la santé se trouvent sur le territoire communal : médecins généralistes, chirurgiens-dentistes, kinésithérapeutes, infirmiers, sage-femmes, psychologue clinicien psychothérapeute, orthophonistes, pharmacies, ophtalmologiste, opticiens, laboratoire d'analyses médicales.

On y trouve également trois établissements de santé : un hôpital local (28 places) et un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (131 places), ainsi qu'une maison de retraite (49 places)[110].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte des ordures ménagères (collecte sélective) est gérée par la communauté de communes Loire-Layon[111]. Un centre de déchets se situe dans la zone industrielle de l'Éperonnerie, route de Saint-Laurent-de-la-Plaine (déchèterie intercommunale).

Plusieurs points d'apports volontaires sont également présents sur l'agglomération.

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs équipements sportifs permettent la pratique du sport sur le territoire de la commune, tels l'athlétisme, le badminton, le basket, le canoé-kayak, le football, la gymnastique, le handball, le karaté, la natation, le tennis, le tennis de table, l'escalade, sans compter des sports mécaniques comme la moto ou le trial[38].

Il existe aussi un cercle de boule de fort, véritable phénomène culturel en Anjou[112].

Manifestations et festivités[modifier | modifier le code]

Coorganisé par l’association Calonn’anim et la mairie de Chalonnes, un festival de BD a lieu tous les ans en février[38].

Fin mai se déroule La Fête des vins d'Anjou de Chalonnes, organisée par l'Union des Producteurs de Grands Vins de Loire Layon Aubance. C'est l'une des plus importantes du Val de Loire[113].

L'équipe culturelle de la ville de Chalonnes propose chaque année depuis 2012 une programmation d'événements très variée, appelée Horizon(s). Elle s'articule autour de résidences d'artistes, de nombreux spectacles vivants proposés tout au long de l'été avec, à la fin, la Fête des Quais qui a lieu le dernier week-end d'août[114].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Un petit train touristique permet des promenades à travers les vignes. Au départ de Chalonnes-sur-Loire, on peut y découvrir la vallée de la Loire et du Layon, depuis le belvédère de Pierre Coût.

Plusieurs circuits de randonnées sont possibles sur la commune : le territoire de l'intercommunalité Loire-Layon possède un réseau de vingt-et-un sentiers de randonnées pédestres[115], comme :

  • le sentier du coteau Saint-Vincent, randonnée sur Chalonnes de 9 km ;
  • le sentier des rivières de l’Armangé au Jeu, randonnée sur Chalonnes de 11 km ;
  • le sentier de la Corniche Angevine, randonnée de Chalonnes à Rochefort de 33 km ;
  • le sentier des vallées Loire et Louet, randonnée de Chalonnes à Rochefort de 21 km ;
  • le sentier de la Vallée du Layon, randonnée de Chalonnes à Saint-Aubin de 25 km.

Par ailleurs le sentier de grande randonnée GR 3 passe par Chalonnes. Ce sentier traverse le département d'est en ouest en suivant la rive gauche de la Loire, de Fontevraud à Champtoceaux, en passant par Rochefort, Chalonnes, La Pommeraye et Le Mesnil-en-Vallée[116].

Un circuit de la Loire à vélo passe aussi sur l'Île de Chalonnes, permettant de relier, vers l'est, Nantes par Montjean-sur-Loire, ou Angers vers l'ouest, en passant par La Possonnière et Savennières[117]. Des circuits de VTT entourent également la ville[118].

Un camping se situe dans la commune, le camping « Les Portes de la Loire », ouvert de mai à septembre[119].

On trouve sur la commune l'office de tourisme Loire-Layon, qui couvre le territoire de la communauté de communes Loire-Layon[115]. Un nouveau local installé sur la place de l'Hôtel-de-Ville est inauguré en février 2014, remplaçant le précédent qui se trouvait dans les locaux de la mairie[120].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage sur Chalonnes-sur-Loire était de 17 563 , pour une moyenne sur le département de 17 632 [43].

Population active et emploi[modifier | modifier le code]

La population âgée de 15 à 64 ans s'élevait en 2009 à 3 886 personnes (3 459 en 1999), parmi lesquelles on comptait 75 % d'actifs dont 69 % ayant un emploi et 6 % de chômeurs[121].

En 2009 on comptait 2 297 emplois dans la commune, contre 2 506 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 2 703. L'indicateur de concentration d'emploi est de 85 %, ce qui signifie que la commune offre un nombre important d'emploi par rapport au nombre d'actifs, bien que celui-ci soit en diminution (109 % en 1999)[121].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Chalonnes a souvent eu un commerce très développé, grâce à sa position géographique près de la Loire et du Layon, qui a longtemps permis le transport maritime, notamment des vins des Coteaux du Layon. Implanté en territoire rural, c'est aussi un centre administratif et commercial.

Au XIXe siècle, on y produit des vins blancs, du lin, du chanvre, des toiles, des mouchoirs, des cordages. On y trouve une source d'eau minérale froide, et du commerce de tissus, de vins et de bestiaux[122].

En 2008, sur les 410 établissements présents sur la commune, 12 % relevaient du secteur de l'agriculture et 55 % du secteur du commerce et des services[123]. Deux ans plus tard, en 2010, sur les 504 établissements présents, 10 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, 11 % de celui de la construction, 56 % du secteur du commerce et des services et 16 % de celui de l'administration et de la santé[124].

Sur 553 établissements présents sur la commune à fin 2013, 6 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 12 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, 11 % de celui de la construction, 59 % du secteur du commerce et des services et 16 % de celui de l'administration et de la santé[44].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Comme dans le reste du département, l'agriculture est fortement implantée sur le territoire de Chalonnes, dont la viticulture qui représente la première activité agricole. L'agriculture tient une place importante en Maine-et-Loire, avec une forte occupation du territoire, la surface agricole utile représentant environ 64 % du département (contre 54 % en moyenne en France).

Carte des vignobles de la vallée de la Loire.
Vignobles de la vallée de la Loire.
(Cliquez pour agrandir)

Situé dans la région viticole du Val de Loire, une des principales activités agricoles est la viticulture, notamment avec l'appellation Coteaux-du-layon (AOC). Ce vin est un vin blanc liquoreux, dont l'aire géographique se situe sur vingt-sept communes du Maine-et-Loire bordant la rivière du Layon. Le vignoble de cette appellation d'origine contrôlée est implanté sur la partie sud-est du Massif armoricain constitué principalement de schistes, dont les sols bruns peu profonds de couleur sombre constituent l'Anjou noir. Ce terroir correspondent à des situations de coteaux bien exposés qui permettent d'obtenir des vendanges surmûries[125].

Tous les ans se déroule sur la commune une foire aux vins, la Fête des vins de l'Anjou.

Liste des appellations présentes sur le territoire[126] :

  • AOC AOP Anjou blanc, Anjou gamay, Anjou gamay nouveau ou primeur, Anjou mousseux blanc, Anjou mousseux rosé, Anjou rouge, Anjou Villages, Anjou-Coteaux de la Loire ;
  • AOC AOP Cabernet d'Anjou, Cabernet d'Anjou nouveau ou primeur ;
  • AOC AOP Coteaux du Layon, Coteaux du Layon Sélection de grains nobles ;
  • AOC AOP Crémant de Loire blanc, Crémant de Loire rosé, Vin destiné à l'élaboration de Crémant de Loire blanc, Vin destiné à l'élaboration de Crémant de Loire rosé ;
  • AOC AOP Rosé d'Anjou, Rosé d'Anjou nouveau ou primeur, Rosé de Loire ;
  • AOC Maine-Anjou ;
  • IGP Bœuf du Maine, Volailles de Cholet, Volailles d’Ancenis, Brioche vendéenne.

Industrie[modifier | modifier le code]

Autrefois il y avait une industrie minière, dont des traces sont encore visibles à la corniche angevine sur la route de Rochefort-sur-Loire. Aujourd'hui ces mines ne sont plus en activité.

L'industrie présente à Chalonnes se compose de petites structures artisanales, mais également d'une fabrique de pressoirs (Bucher Vaslin), une fabrique de cuves toutes eaux[38], et une fabrique de revêtements antidérapants (Passage[127]).

Commerces et services[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune un marché hebdomadaire (mardi) et de nombreux commerces, alimentaires et non alimentaires. La situation géographique de Chalonnes a fait de la ville un centre de commerce relativement important. Il existe aussi des entreprises de tailles plus importantes, telles deux moyennes surfaces alimentaires, une moyenne surface en matériaux, une société de travaux publics et une société de transport[38].

Aujourd'hui l'accent est mis sur le développement des petites entreprises (seuls 7 % des établissements comptent 10 salariés ou plus[124]), et sur le tourisme qui s'accroit d'année en année grâce notamment à un paysage étonnant, classé au Patrimoine mondial. Chalonnes-sur-Loire possède un office de tourisme, des chambres d'hôtes et des gîtes, un camping. Sur son territoire on peut faire des randonnées pédestres, naviguer sur le Louet, suivre des parcours viticoles, etc.

Activité économique de la région[modifier | modifier le code]

Principale ville de la région, Chalonnes-sur-Loire se trouve au cœur de l'activité économique du canton, tel que constitué à la fin du XVIIIe[128]. Fin 2009, 958 établissements étaient présents sur le territoire cantonal, dont 23 % dans le secteur de l'agriculture et 47 % dans le secteur du commerce et des services[129].

On y trouvait 1 015 établissements à fin 2010, répartis pour 22 % dans le secteur de l'agriculture (pour 17 % sur l'ensemble du département), 7 % dans le secteur de l'industrie, 10 % dans celui de la construction, 48 % dans le secteur du commerce et des services (pour 53 % sur le département) et 14 % dans celui de l'administration et de la santé[130].
Seuls 4 % des établissements comptaient plus de 10 salariés, pour 8 % sur l'ensemble du département[130].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sites classés[modifier | modifier le code]

La commune de Chalonnes comporte plusieurs inscriptions[131], dont deux monuments historiques[132] et deux sites protégés[131].

  • Abri sous roche, lieux-dits L'Ouche de la Roche et Rocampaille, du paléolithique moyen et supérieur, Monument historique classé par arrêté du 8 mars 1978 (PA00109007)[133].
    Les couches nombreuses sont riches en silex taillés et en faune avec ossements (mammouths, rhinocéros laineux, rennes, chamois, bœuf musqué bison, cheval). C'est l'un des sites paléolithiques les plus intéressants d'Anjou et de France[134].
  • Église paroissiale Saint-Maurille, des XIIe et XIIIe siècles, élevée sur l'emplacement de la primitive Cella (sanctuaire romain), Inventaire du patrimoine,
    chœur et chapelle du (XIIIe siècle) classés aux monuments historiques par arrêté du 25 août 1909 (PA00109008).
  • Quartier Saint-Maurille, Site urbain inscrit par arrêté du 30 mai 1969[9].
  • Site de la Corniche angevine, point de vue sur la vallée de la Loire et celle du Layon, s'étendant sur les communes de Chalonnes Chaudefonds Saint-Aubin et Rochefort, Grand paysage classé par décret en Conseil d’État du 11 février 2003 et inscrit par arrêté du 27 février 2004[9].
    Le site de la Corniche angevine s'inscrit dans la famille des grands sites pittoresques et constitue un espace emblématique de l'Anjou[135].
  • Église paroissiale Notre-Dame, des XIIe, XVe et XVIe siècles, bâtie sur un ancien temple païen détruit, Inventaire du patrimoine.

Autres lieux[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Sainte-Barbe des Mines, érigée par sa veuve à la mémoire d'Emmanuel Pons De Las Cases, fils d'Emmanuel de Las Cases.
  • Four à chaux, maison où l'on cuisait des pierres de chaux.
  • Présidial, ancien tribunal des évêques barons de Chalonnes.
  • Tour Saint-Pierre, seul reste du château féodal élevé par Foulques Nerra, comte d'Anjou.
  • Hôtel particulier Tarin de Cussy du XVIIIe siècle, construit par Sébastien Onésime Tarin, sieur de Cussy, neveu de Pierre-Paul Tarin de Cussy, gouverneur de l'île de la Tortue et de l'île de Saint-Domingue, ce qui doit expliquer la représentation de tortues sur la façade. Cet hôtel particulier a servi de gendarmerie à la fin du XIXe siècle[136].
  • Île de Chalonnes, île fluviale située dans le cours de la Loire.
  • Prieuré Saint-Hervé, petite chapelle où vécut et mourut saint Hervé de Chalonnes au XIIe siècle[137].
  • Site des Malpavés, cimetière du Ve siècle où les tombes furent creusées dans le schiste du lit de la Loire. Il et situé à l'arrière de l'église Saint-Maurille. On peut y accéder hors période de hautes eaux[138].
  • Quais, en bord de Loire.
  • Plan d'eau sur le Layon.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Médiathèque et ludothèque Média-Ludo-Thèque, située dans l'ancien hospice[139].
  • Lenin Café, musée guinguette à la Basse-Île[140],[141].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gilles de Rais (1405-1440), s'y maria à l'église paroissiale Saint-Maurille le 26 juin 1422 avec Catherine de Thouars.
  • Jean-Baptiste Leclerc (1756-1826), homme politique français sous le Directoire (1795-1799), décédé à Chalonnes[142].
  • Toussaint Bastard (1784-1846), médecin, directeur du Jardin des plantes d'Angers de 1807 à 1816 et directeur du Muséum d'histoires naturelles d'Angers de 1809 à 1816. Il écrivit la première Flore de l’Anjou en 1809[143],[144].
  • Marc Seguin (1786-1875), ingénieur et inventeur français, à l'origine des ponts suspendus de Chalonnes.
  • Jacques Triger (1801-1867), ingénieur géologue français du XIXe siècle, directeur-adjoint des Houillères de Chalonnes[145].
  • Ernest Chevalier (1820-1887), magistrat et ami de Flaubert, député, conseiller général et maire de Chalonnes[146],[147],[148].
  • Alfred Chambret (1883-1964), artiste peintre qui a immortalisé Chalonnes, sa ville natale, en réalisant les fresques situées dans la salle de réunion du conseil municipal[149].
  • Jacques Bertin (1946- ), écrivain, poète, chanteur vivant à Chalonnes et l'ayant chanté à de multiples reprises[150],[151].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port (édition révisée par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (1re éd. 1874) (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne), p. 615-621.
  • Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. 1 (A-C), Angers, P. Lachèse, Belleuvre & Dolbeau, , 1re éd., p. 577-580.
  • Germain Dufour, Chalonnes-sur-Loire zone de guerre (1794), .
  • Germain Dufour, Sur les monnaies de Chalonnes-sur-Loire, .
  • Dr Meignant, Hôpital Bénévole 123bis de Chalonnes-sur-Loire : Rapport du Médecin-Chel au Comité de patronage, sans date.
  • Mathilde Chollet, Chalonnes-sur-Loire à travers les âges, Le Livre d'histoire, 1998, réimpression de l'éd. de 1952 (ISBN 978-2-84435-009-1 et 2-84435-009-7).
  • Jean-Philippe Chamaillet, Chalonnes un pont sur la Loire 1939-1945, Compte d'auteur, (ISBN 978-2-7466-4632-2).
  • Jean Cognée, Mémoires et vie de chanvriers de la vallée de la Loire, compte d'auteur, , 64 p.
  • Jean-Philippe Chamaillet, Christiane Vialelle et Bernard Vialelle, Chalonnes : Une petite ville dans la Grande Guerre, association HCLM (Histoire des Coteaux de Loire et Maine), (ISBN 978-2-9565905-0-7).
  • Jacques René, Chalonnes : Histoire des rues & des écarts, Chalonnes-sur-Loire, association HCLM (Histoire des Coteaux de Loire et Maine), , 215 p. (ISBN 979-10-699-3433-7).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[14].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lionel Delvarre, « Distances orthodromiques à partir de Chalonnes-sur-Loire (49) » (version du 3 mars 2016 sur l'Internet Archive), sur Lion1906, — Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  2. a b c d et e IGN et BRGM, « Données cartographiques IGN : Chalonnes-sur-Loire (49) », sur Géoportail (France) (consulté le ) (et ).
  3. a et b « Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes-sur-Loire », sur UNESCO (Patrimoine mondial), (consulté le ).
  4. a et b IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2011 — Données consultables sur WikiAnjou.
  5. Département de Maine-et-Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine-et-Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Angers, Le Polygraphe Éditeur, , 205 p. (ISBN 2-909051-22-6), p. 176, 190 et 146 — Données consultables sur WikiAnjou.
  6. a et b Jean Plaine (avec Christophe Noblet), « Géologie des Coteaux du Layon » (version du 21 octobre 2013 sur l'Internet Archive), sur Société Géologique et Minéralogique de Bretagne, 2010-2013, consulté le 19 août 2010.
  7. a et b H. Etienne et J.-C. Limasset, Ressources en charbon de la région Pays-de-la-Loire : Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Vendée, Nantes, BRGM, (lire en ligne [PDF]).
  8. a et b Paul Wagret, Jacques Boussard, Jacques Levron et Simone Mailliard-Bourdillon, Visages de l'Anjou, Paris, Horizons de France, (notice BnF no FRBNF31614504).
  9. a b et c DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, Liste des zonages recensés sur la commune de Chalonnes-sur-Loire, consulté le 18 août 2010.
  10. Comité météorologique départemental de Maine-et-Loire, « Le climat de Maine-et-Loire » (version du 28 janvier 2010 sur l'Internet Archive), sur Conseil général de Maine-et-Loire, 2006-2014, consulté le 23 septembre 2010.
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  13. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  14. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  15. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  16. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  17. « Station Météo-France La Pommeraye - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  18. « Orthodromie entre Chalonnes-sur-Loire et Mauges-sur-Loire », sur fr.distance.to (consulté le ).
  19. « Station Météo-France La Pommeraye - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  20. « Orthodromie entre Chalonnes-sur-Loire et Bouguenais », sur fr.distance.to (consulté le ).
  21. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  22. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  23. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  24. Réseau interurbain de Maine-et-Loire, Réseau AnjouBus, donnée mise à jour le 16 novembre 2011.
  25. Conseil général de Maine-et-Loire, Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire, septembre 2012 (no 18), p. 4.
  26. SNCF, TER Pays-de-la-Loire, Réseau Pays-de-la-Loire, consulté le 16 novembre 2011.
  27. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  28. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  29. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Unité urbaine 2020 de Chalonnes-sur-Loire », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  31. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  32. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  33. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  34. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  35. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  36. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  37. « Protections - Quartier Saint Maurille » (version du 6 décembre 2008 sur l'Internet Archive), sur Ministère de la Culture (Service départemental de l'Architecture et du patrimoine), , consulté le 25 septembre 2010.
  38. a b c d e f g h i et j Mairie de Chalonnes, Chalonnes-sur-Loire, dont Logement et PLU, consulté le 19 octobre 2011.
  39. Ouest France, Réunion publique pour le plan local d'urbanisme, article du 1er juillet 2011.
  40. Mairie de Chalonnes, Magazine de la ville, mai 2012.
  41. a et b Insee, Données 2008 sur la commune de Chalonnes-sur-Loire, consultées le 19 juin 2012.
  42. a b c d et e Insee, Dossier complet sur la commune de Chalonnes-sur-Loire (49063), consulté le 17 juin 2013.
  43. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de Chalonnes-sur-Loire (49), consultées le 17 juin 2013.
  44. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de Chalonnes-sur-Loire (49063), consulté le 7 août 2016.
  45. Célestin Port 1874, p. 577-580 — selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  46. a b c et d EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui - Notice communale de Chalonnes-sur-Loire, consulté le 14 avril 2011 — Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l'ensemble du territoire français de l'époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  47. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 167a.
  48. a b c et d Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2004-2005 (ISBN 978-2-84478-338-7, lire en ligne), p. 47-48.
  49. Armorial des communes de Maine-et-Loire - Gérard Byron-Clouzard, Le blason des communes de l'Anjou, 1991.
  50. Nicolas Delahaye, Histoire de l'Anjou des origines à la veille de la Révolution française, Cholet, Pays et terroirs, , 205 p. (ISBN 2751600654), p. 8.
  51. a et b Victor Godard-Faultrier, Monuments antiques de l'Anjou ou Mémoire sur la topographie Gallo-Romaine du département de Maine-et-Loire, Angers, Imprimerie Cosnier et Lachèse, , 224 p. (notice BnF no FRBNF30516592), p. 139-140.
  52. Jean-François Bodin, Recherches historiques sur l'Anjou et ses monuments, vol. 1, Angers, Cosnier et Lachèse, , p. 64.
  53. Liste des ponts médiévaux de France - Boyer Marjorie Nice, Medieval French bridges, Cambridge Mass. Mediaeval academy of America, 1976.
  54. Benj. Duprat, L'intermédiaire des chercheurs et curieux, Volume 51, Libraire de l'Institut, 1905, p. 445.
  55. Jacques Boussard, Histoire de l'Anjou, dans Visages de l'Anjou, op. cit., p. 68.
  56. Célestin Port 1874, p. 578.
  57. a b c et d Célestin Port 1874, p. 579.
  58. Célestin Port 1874, p. 580.
  59. Guerre de Vendée : Une armée contre-révolutionnaire est levée en mars 1793 sous les ordres de Charette, Elbée, Lescure et La Rochejaquelein. On comptera également parmi ces hommes, Cathelineau, qui s'illustra aussi à la Première bataille de Cholet.
  60. Célestin Port 1965, p. 615.
  61. Commission des Annales des mines, Annales des mines, Volume 147, Compagnie française d'éditions, 1958, p. 168.
  62. « La rivière le Layon, bassin du Layon » (version du 5 novembre 2017 sur l'Internet Archive), BDF49, consulté le 5 août 2010.
  63. Gérard Linden, Les mots des mines et carrières du Maine-et-Loire, Le Coudray-Macouard, Cheminements, coll. « Les mots d'ici », , 253 p. (notice BnF no FRBNF39916279), p. 77.
  64. « Histoire et évolution quantifiée des flux du Pont de 1841 de Chalonnes-sur-Loire », sur Art et histoire, 2005-2011 (consulté le ) — Voir également Pont de Chalonnes-sur-Loire.
  65. M. Raclin M. Harouy G. Dezaire M. Mary, Le Petit Anjou, 60 ans de la vie des Angevins et du pays nantais, Éditions Cénomanes, 1986.
  66. François Martin, Les mines de charbon, c'était encore hier, chez nous..., Association Sainte-Barbe des Mines, (lire en ligne [PDF]).
  67. Dr Meignant, Hôpital Bénévole 123bis de Chalonnes-sur-Loire, rapport du Médecin-chef au comité de Patronage, F. & J. LECOQ, Imprimeurs - libraires Angers, sans date, p. 3 et 4.
  68. Jean-Philippe Chamaillet, Christiane et Bernard Vialelle, Chalonnes, une petite ville dans le Grande Guerre, association HCLM (Histoire des Coteaux de Loire et Maine), , p. 90 -95.
  69. « Histoire. 20 juin 1940, près d’Angers, les chars français passent à l’assaut », sur Ouest-France (Benoit Robert), .
  70. Jean-Philippe Chamaillet, Chalonnes un pont sur la Loire 1939-1945, Compte d'auteur, .
  71. « Histoire. En juin 1940, Chalonnes dans la tourmente », sur Le Courrier de l'Ouest (Vincent Boucault), .
  72. Le Courrier de l'Ouest, L'île se rappelle les heures noires, Édition du 28 août 2012, p. 9 — D'après Chalonnes, un pont sur la Loire, 1939-1945 de Jean-Philippe Chamaillet.
  73. Le Courrier de l'Ouest, Une cérémonie à la mémoire des fusillés de la Vallée, Édition du 18 août 2012, p. 10.
  74. « Monument aux morts de Chalonnes-sur-Loire », sur MemorialGenWeb (memorialgenweb.org) (consulté le ).
  75. Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales.
  76. Célestin Port 1965, p. 621, liste des maires de 1792 à 1965.
  77. Christiane et Bernard Vialelle, « Les maires de Chalonnes-sur-Loire », Bulletin de l'association Histoire des coteaux de Loire et Maine (HCLM), Saint-Georges-sur-Loire, no 66,‎ , p. 38-45.
  78. Christiane et Bernard Vialelle, « Les maires de Chalonnes-sur-Loire », Bulletin de l'association Histoire des coteaux de Loire et Maine (HCLM), Saint-Georges-sur-Loire, no 67,‎ , p. 37-44.
  79. « Ministère de l'Intérieur - Conseils municipaux », Journal officiel de la République française. Lois et décrets, Journaux officiels (Paris), vol. 72e année, no 218,‎ , p. 4858 (lire en ligne).
  80. Le Courrier de l'Ouest, Stella Dupont aborde un deuxième mandat de maire, article du 30 mars 2014.
  81. Préfecture de Maine-et-Loire, Liste des maires élus en 2014, document du 11 avril 2014.
  82. « Communiqué de presse - Liste des investis aux élections législatives », sur En Marche, .
  83. « Chalonnes Philippe Ménard, élu après l’annonce de son élection », sur Le Courrier de l'Ouest, .
  84. « Philippe Ménard pour devenir maire et succéder à Stella Dupont », sur Le Courrier de l'Ouest, .
  85. « Chalonnes-sur-Loire. Marie-Madeleine Monnier maire », sur Le Courrier de l'Ouest, (consulté le ).
  86. a et b « Les comptes des communes », Ministère de l'Action et des Comptes publics (consulté le ), mis à jour le 28 août 2021. — « Définition des rubriques », sur le site du Ministère de l’Économie et des Finances.
  87. La taxe professionnelle a été remplacée en 2010 par la contribution économique territoriale (CET), composée de la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) — Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  88. Insee, Composition de l'EPCI de Loire Layon (244900833), consulté le 13 juin 2011.
  89. Legifrance, Loi n°92-125 du 6 février 1992 relative à l'administration territoriale de la République.
  90. Insee, Observation sociale du territoire du Pays de Loire en Layon, février 2007.
  91. « Arrêté préfectoral DRCL/BSFL no  2016-176 », sur Préfecture de Maine-et-Loire, .
  92. Insee, « Commune de Chalonnes-sur-Loire (49063) : Code officiel géographique » (consulté le )
  93. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  94. Ministère de la Justice et des Libertés, Liste des juridictions compétentes pour 49290 Chalonnes-sur-Loire, consulté le 5 octobre 2011.
  95. Relation établie - échanges socio-culturels… - entre deux villes de pays différents.
  96. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  97. Mairie de Chalonnes-sur-Loire, Jumelage , consulté le 25 août 2008 et mis à jour le 4 avril 2015.
  98. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  99. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  100. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  101. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  102. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  103. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  104. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  105. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  106. « Évolution et structure de la population à Chalonnes-sur-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  107. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  108. Insee, Recensement 2007 de la population de Chalonnes, consulté le 25 septembre 2010.
  109. Académie de Nantes, Annuaire (écoles, collèges et lycées), consulté le 19 août 2014.
  110. Fédération Hospitalière de France, Hôpital local (Chalonnes-sur-Loire), consulté le 5 octobre 2011.
  111. CC Loire Layon, Statuts, consulté le 4 août 2013.
  112. « La Boule de fort » (version du 26 mai 2018 sur l'Internet Archive), sur BDF49, .
  113. Union de Producteurs des Grands vins de Loire Layon Aubance (UPGV), Fête des Vins d'Anjou, consulté le 21 octobre 2010.
  114. « Culture-patrimoine - Spectacles vivants - Horizon(s) », sur Mairie de Chalonnes-sur-Loire (consulté le ).
  115. a et b Office de tourisme Loire-Layon, Circuits pédestres, consulté le 23 août 2010.
  116. Comité Départemental de la Randonnée Pédestre, Maine-et-Loire, consulté le 23 août 2010.
  117. Loire à vélo, Maine-et-Loire, consulté le 20 juin 2013.
  118. Office de tourisme Loire Layon, La Loire à vélo et Cyclopédia, consulté le 21 juin 2013.
  119. Mairie de Chalonnes-sur-Loire, Camping Les portes de la Loire, consulté le 20 mai 2013.
  120. Ouest-France, L'office intercommunal de tourisme inaugure son local, article du 18 février 2014.
  121. a et b Insee, Emploi et population active sur la commune de Chalonnes, consulté le 17 juin 2013.
    L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.
  122. Jules Verne, Géographie illustrée de la France et de ses colonies, J. Hetzel, , p. 398.
  123. Insee, Statistiques locales 2008 du territoire de Chalonnes, consultées le 2 février 2011.
  124. a et b Insee, Statistiques locales 2010 du territoire de Chalonnes, consultées le 15 décembre 2012.
  125. INAO, Fiche descriptive de l'AOC Coteaux du Layon, consultée le 20 août 2010.
  126. INAO, Fiche de Chalonnes (49), consultée le 20 août 2010 — L'appellation d'origine contrôlée (AOC) est un label officiel français qui garantit l'origine de produits alimentaires traditionnels français. Il est reconnu comme faisant partie des Appellations d'origine protégée européennes (AOP). L'indication géographique protégée (IGP) est un label européen de qualité.
  127. Infogreffe, Passage (312 843 352 R.C.S. Angers), consulté le 8 septembre 2013.
  128. Avant la réforme territoriale de 2014 (redécoupage cantonal de 2014), le canton se composait des communes de Chalonnes, Chaudefonds, Denée, Rochefort et Sain-Aubin.
  129. Insee, Statistiques locales 2009 du canton de Chalonnes (4908)], consulté le 20 octobre 2011.
  130. a et b Insee, Statistiques locales du canton de Chalonnes-sur-Loire (4908), consulté le 15 décembre 2012.
  131. a et b Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine, Chalonnes sur Loire, consultée le 25 septembre 2010.
  132. Ministère de la Culture, Monuments historiques et Inventaire général du patrimoine culturel, base Mérimée, consultée le 25 septembre 2010.
  133. Ministère de la Culture, Monuments historiques, base Mérimée, Abri sous roche (ancien).
  134. Célestin Port 1989, p. 453.
  135. DIREN Pays de la Loire, Projet de classement - Rapport de présentation, septembre 2000.
  136. Ludivine Domeon, « L'énigme des tortues sur l'hôtel particulier chalonnais », sur Ouest-France, .
  137. « Prieuré Saint Hervé à Chalonnes-sur-Loire (49) », sur Petit Patrimoine, 2011-2018 (consulté le ).
  138. « Histoire de la Ville », sur Mairie de Chalonnes-sur-Loire, 2019-2020.
  139. Mairie de Chalonnes, Média-Ludo-Thèque, consulté le 25 juin 2013.
  140. Martine Thouet, « Accueil » (version du 18 décembre 2008 sur l'Internet Archive), sur Lenin Café, .
  141. Christophe Turgis, « Maine-et-Loire : à Chalonnes-sur-Loire le Lenin Café a perdu son âme », sur France 3 Régions (Pays de la Loire), .
  142. Assemblée nationale, Base de données des députés français - Jean-Baptiste Leclerc, consulté le 19 août 2014.
  143. Olivier Couffon, Le Docteur Bastard de Chalonnes (1784-1846), Germain et Grassin, 1906.
  144. Agence bibliographique de l'enseignement supérieur (ABES), IdRef - Bastard Toussaint (1784-1846), notice du 30 septembre 2009.
  145. Gérard Linden, Les mots des mines et carrières du Maine-et-Loire, Le Coudray-Macouard, Cheminements, coll. « Les mots d'ici », (notice BnF no FRBNF39916279), p. 98.
  146. Assemblée nationale, Base de données des députés français - Ernest Armand Chevalier, consulté le 19 août 2014.
  147. Service départemental des archives, Conseillers généraux de 1883 à nos jours, consulté le 19 août 2014.
  148. Célestin Port 1965, p. 621.
  149. Jean-Philippe Chamaillet, Christiane Vialelle et Bernard Vialelle 2018, p. 51.
  150. « Le Cinquième Vent a rejoint le fleuve », sur Ouest-France, .
  151. Christian Chenault, « Jacques Bertin, chanteur de Loire ? (La Loire et ses terroirs, no 72, Printemps 2010) », sur Site de Jacques Bertin, (consulté le ).