La Riche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riche (homonymie).

La Riche
La Riche
La mairie
Blason de La Riche
Blason
La Riche
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Ballan-Miré
Intercommunalité Tours Métropole Val de Loire
Maire
Mandat
Wilfried Schwartz
2014-2020
Code postal 37520
Code commune 37195
Démographie
Gentilé Larichois
Population
municipale
10 403 hab. (2015 en augmentation de 3,2 % par rapport à 2010)
Densité 1 273 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 24″ nord, 0° 39′ 41″ est
Altitude Min. 43 m
Max. 51 m
Superficie 8,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Riche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Riche
Liens
Site web http://www.ville-lariche.fr/

La Riche est une commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre-Val de Loire. La ville est intégrée au sein de la métropole tourangelle, étant située à la frontière ouest de Tours. La Riche a dépassé les 10 000 habitants en 2011 et est la huitième plus grande ville de la métropole en 2015. Sa croissance démographique soutenue depuis les années 1960 a attiré une population mixte.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Riche
Fondettes Fondettes Saint-Cyr-sur-Loire
Saint-Genouph La Riche Tours
Ballan-Miré Ballan-Miré Joué-lès-Tours

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 817 hectares. Son altitude varie entre 43 m et 51 m[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Église Saint-Anne de La Riche.

La ville tient son nom de l'église Notre-Dame-la-Riche de Tours, ancien faubourg séparé de son noyau par la construction de l'enceinte de fortification moderne au milieu du XVIIe siècle ; la ville tire donc son nom d'un édifice religieux qui ne se trouve pas sur son territoire (le cas est identique à l'est de Tours avec Saint-Pierre-des-Corps et au nord avec Saint-Symphorien).

Le ruisseau de Saint-Anne traversait autrefois la ville, et celui-ci est canalisé au cours du XVe siècle afin de relier la Loire et le Cher. Celui-ci est toutefois comblé au cours du XIXe alors que le jardin botanique de Tours s'installe notamment sur son emplacement, et marque la frontière entre La Riche et Tours[2].

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée Notre-Dame-la-Riche, porta provisoirement les noms de La Riche-Extra et de La Varenne-de-la-Riche et adopta le nom de La Riche au sortir de cette période[3].

Au XIXe siècle on y cultive surtout le chanvre et les céréales, puis, profitant des qualités du sol, les cultures deviennent principalement maraîchères.

La Riche fut occupée trois mois par les Prussiens en 1870.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Friche et immeubles rue Saint-François.

Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville fut également bombardée à neuf reprises entre juin et août 1944[4], notamment le [5]. Un odonyme local (rue du 8-Juin) rappelle cet événement.

À partir des années 1950, la ville connait une forte croissance de sa population sous l'impulsion de la ville de Tours. Cette dernière connait une forte croissance aidée par une politique de grands travaux, sous la direction du maire Jean Royer. Alors que ce dernier tente d’agrandir son territoire et fusionne avec deux communes à Tours-Nord, La Riche refuse le 30 janvier 1964 de se faire absorber[6].

Le développement de La Riche passe aussi notamment par la construction de plusieurs grands ensembles. Le première cité sociale est bâtie entre 1954 et 1957 dans le sud-ouest de la commune. Baptisée « cité des Sables », elle est d'abord vue comme un logement d'urgence construit en préfabriqué. L'ensemble réuni jusqu'à 2 000 habitants dans les années 1970, avant d'être détruit entre 1992 et 1994 et remplacé par des zones pavillonnaires dans la zone du « Petit-Plessis »[6].

Logements neufs rue Emile Aron (ZAC du Plessis).

Les plus importants programmes sociaux sont les quartiers Niqueux Bruère et Marcel Pagnol, situés dans le centre-nord de la commune et construits principalement entre les années 1960 et 1970[6]. Ils réunissent aujourd'hui près de 2 000 habitants et sont classés en zone prioritaire de la politique de la ville[7]. Ainsi, le centre de la commune compte près de 50 % de logements sociaux. La population de La Riche est donc relativement mixte, la commune comptant au total près de 28 % de logements sociaux, soit un niveau comparable à celui de Tours[8],[9].

Depuis la fin des années 2000, la ville continue son extension urbaine vers le sud et l'est, à la limite de Tours, avec l'aménagement des anciennes friches industrielles du Prieuré et du Plessis. Le projet prévoit l'implantation de 1 100 logements, la construction d'une nouvelle école primaire, des locaux pour l'Université de Tours et des commerces, avec des travaux s'étalant de 2011 à 2020[10].

Économie et transports[modifier | modifier le code]

Depuis avril 2002, la ville accueille le centre commercial La Riche Soleil, une galerie marchande de 45 boutiques et équipé d'un hypermarché Géant.

La ville a été confirmée comme l'un de deux terminus de la seconde ligne du tramway de Tours, qui devrait être réalisée courant 2025. Elle pourrait ainsi desservir le prieuré de Saint-Cosme, la mairie puis le nouveau quartier du Plessis avant de rejoindre Tours[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2014 Alain Michel PS Conseiller général (2008-2015)
mars 2014 en cours Wilfried Schwartz PS puis DVG Fonctionnaire et Vice-président de Tours Metropole Val de Loire

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2010[12].

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[13].

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours 
Élections municipales, résultats des deuxièmes tours 

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[20],[Note 1].

En 2015, la commune comptait 10 403 habitants[Note 2], en augmentation de 3,2 % par rapport à 2010 (Indre-et-Loire : +2,45 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0008568711 0111 2341 1311 1971 2331 372
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5081 5601 5681 6701 8292 0052 1602 3352 317
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 4562 4192 5362 7303 0433 4154 0204 0454 407
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
6 3246 3316 6707 2617 8388 5949 61210 08910 403
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique
  • population municipale en 2004 : 9 573

Jumelages[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument le plus marquant de la commune est le château de Plessis-lez-Tours. Plusieurs rois de France y séjournèrent – principalement Louis XI qui en fit sa demeure principale – et fut le théâtre de nombreux évènements historiques.

Peu avant sa mort en 1483, Louis XI fera venir d'Italie François de Paule qui fonde le couvent des Minimes en 1489 et se développe durant les siècles qui suivent. Il ne reste toutefois que des vestiges de cette institution, surtout un corps de logis datant du XVIIIe siècle. François de Paule y est toutefois enterré et une chapelle est construite en 1877 autour de sa sépulture[24].

Les communautés religieuses tourangelles possédaient une grande partie de la commune, dont le prieuré de Saint-Cosme appelé aussi prieuré de Ronsard. Bâti à l'origine sur l'île de la Loire, ce prieuré fut la dernière demeure de Ronsard qui y vécut de 1565 à sa mort en 1585.

À l'intérieur de l'église Sainte-Anne, construite en 1856 (place du Maréchal-Leclerc), on peut trouver la statue de Saint François de Paule ainsi que deux scènes peintes évoquant la vie de l'ermite.

Parmi les monuments historiques de la ville, on trouve aussi le manoir de la Rabaterie datant de la seconde moitié du XVe siècle et situé rue Saint-François. Il aurait été la demeure d'Olivier Le Daim, conseiller du roi[25]. Un autre monument marquant de la commune n'est pas classé, il s'agit de la « gentilhommière agricole des Pavillons » construite en 1640 et située au 34 rue Jules-Verne. Elle est constituée d'une tour centrale et de deux ailes[26].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Riche

Les armes de La Riche se blasonnent ainsi :

Parti : au premier mi-parti d'or semé de fleurs de lys de gueules à l'aigle de sable, au second d'azur à Saint Côme et Saint Damien affrontés, vêtus de robes de docteur, sur une terrasse, l'un tenant un livre, l'autre une boite, le tout d'or [27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  2. L'étonnante histoire du ruau Sainte-Anne sur La Nouvelle République du Centre-Ouest, le 20 août 2014
  3. « Notice communale : La Riche », sur Site cassini.ehees.fr (consulté le 19 mars 2017).
  4. « La Riche - Un peu d'histoire », sur www.ville-lariche.fr (consulté le 7 septembre 2013)
  5. « Tours - Les bombardements » (consulté le 7 septembre 2013)
  6. a, b et c Présentation du patrimoine de la commune de La Riche sur patrimoine.regioncentre.fr
  7. Quartier Prioritaire : Niqueux Bruère - Marcel Pagnol sur sig.ville.gouv.fr
  8. Orientation d'aménagement et de programmation sur ville-lariche.fr
  9. La Riche sur kelquartier.com
  10. ZAC du Plessis Botanique sur centre.developpement-durable.gouv.fr
  11. Tramway : la deuxième ligne reliera La Riche à Chambray sur 37degres-mag.fr, le 24 octobre 2017
  12. FICHE | Agenda 21 de Territoires - La Riche, consultée le 26 octobre 2017
  13. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  14. « Résultats de l’élection présidentielle de 2002 », sur Le site du ministère de l’Intérieur, Consulté le 07/05/2012.
  15. « Résultats de l’élection présidentielle de 2007 », sur Le site du ministère de l’Intérieur, Consulté le 07/05/2012.
  16. « Résultats de l’élection présidentielle de 2012 », sur Le site du ministère de l’Intérieur, Consulté le 07/05/2012.
  17. « Résultats de l’élection présidentielle de 2017 », sur Le site du ministère de l’Intérieur, Consulté le 22 mai 2018.
  18. Résultats de l'élection municipale de 2008 à La Riche sur le site du quotidien Le Parisien. Consulté le 07/05/2012.
  19. « Résultats des élections municipales de 2014 », sur Le site du ministère de l’Intérieur, Consulté le 22 mai 2018.
  20. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  23. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 4 juillet 2014).
  24. Ancien couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours sur culture.gouv.fr
  25. Manoir de la Rabaterie sur culture.gouv.fr
  26. La gentilhommière agricole sur ville-lariche.fr
  27. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=4626

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]