Château de Montsoreau - musée d'Art contemporain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Château de Montsoreau - musée d'Art contemporain
Logo Chateau de Montsoreau.png
Chateau de Montsoreau Museum of contemporary art Loire Valley France.jpg
Château de Montsoreau, au bord de la Loire
Informations générales
Type
Centre culturel, attraction touristique, musée d'art, organisme culturel (en), association culturelle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Ouverture
Gestionnaire
Président
Site web
Collections
Collections
Genre
Bâtiment
Protection
Localisation
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Europe
voir sur la carte d’Europe
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Maine-et-Loire
voir sur la carte de Maine-et-Loire
Red pog.svg

Le château de Montsoreau – musée d'Art contemporain est un musée privé d'art contemporain créé par le collectionneur français Philippe Méaille, situé dans le val de Loire à Montsoreau. Installé dans le château de Montsoreau à la suite d'un accord signé avec le conseil départemental de Maine-et-Loire, il a été inauguré le . La collection du musée représente le plus important fonds mondial d'œuvres du collectif d'artistes conceptuels britanniques Art et Language.

Assemblée depuis le début des années 1990, la collection Philippe Méaille est parfois prêtée à des institutions ; elle était jusqu'en 2017 en partie exposée au musée d'Art contemporain de Barcelone (MACBA). La collection permanente est installée dans le château construit aux XVe et XVIe siècles et accueille des œuvres comme le manuscrit du livret de l'opéra Victorine ou les installations Mirror Piece et Air-Conditioning Show. Le musée a également une programmation annuelle d'expositions temporaires d'art contemporain et d'événements.

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire du château[modifier | modifier le code]

Site historique en même temps que site culturel, le rocher (mont Soreau) sur lequel est construit l'actuel château a connu deux autres bâtiments, un temple ou villa à l'époque gallo-Romaine et une forteresse construite en l'an mille par Foulques Nerra[pdl 1]. À la charnière des provinces historiques de Touraine, Anjou et Poitou, cette dernière est un des pivots stratégiques de défense du territoire de l'Anjou et une zone de contrôle des flux de circulations sur la Loire[ca 1][pdl 1].

Photographie montrant une vue aérienne du château de Montsoreau et la Loire
Vue aérienne du château de Montsoreau et de la Loire

Château de la Loire, le château de Montsoreau, dont la construction a nécessité la destruction de l'ancienne forteresse médiévale (afin de pouvoir asseoir le bâtiment sur le rocher), se situe au contact du fleuve. Ces travaux de construction, ordonnés ou facilités par Charles VII, interviennent alors que la guerre de Cent Ans se termine et que les anciennes forteresses évoluent de leur rôle militaire vers une utilisation résidentielle[pdl 2]. Cette période charnière de l'évolution entre art gothique et art renaissance produit des bâtiments tels que les châteaux de Langeais, Chaumont-sur-Loire ou Montsoreau, dont la typologie et l'ordonnance sont proches des canons de la Renaissance, tout en conservant des éléments typiques d'une architecture militaire[1]. Ce caractère résidentiel de grande demeure italienne, de même que le rapport que la construction entretient avec l'eau, est encore plus marqué à Montsoreau du fait que Jean II de Chambes, alors ambassadeur du roi de France à Venise, s'est certainement inspiré des modèles qu'il a vus[pdl 2][1],[2],[3]. Jean II de Chambes est ainsi, avec Jacques Cœur, un des premiers seigneurs du Royaume à installer les principes de la Renaissance italienne en France[1],[4].

Le château fait partie du Val de Loire, territoire classé au patrimoine mondial de l'UNESCO en tant que paysage culturel vivant[5],[6]. Son public est composé d'une clientèle aussi bien internationale, française que locale, d'Anjou et de Touraine. Il est le seul des châteaux de la Loire à être construit dans le lit même du fleuve[ca 1][5].

De 1956 à 1999, le château de Montsoreau accueille le « Musée des goums marocains et des affaires indigènes du Maroc »[7].

Création du musée[modifier | modifier le code]

La collection Philippe Méaille est prêtée pour la première fois à une institution internationale en 2009, le MACBA[mac 1]. Elle fait l'objet en d'une exposition rétrospective Art & Language Uncompleted: The Philippe Méaille Collection[8],[9],[10],[11]. Cette exposition donne lieu à un catalogue auquel participent les artistes d'Art & Language, ainsi que des universitaires tels que Carles Guerra, alors conservateur en chef du MACBA, et Matthew Jesse Jackson, professeur au département d'Arts visuels et d'Histoire de l'art de l'université de Chicago[12]. Au même moment, le conseil départemental de Maine-et-Loire lance un appel à projets pour envisager le devenir du château de Montsoreau dont la délégation de service public arrive à terme[13]. D'une rencontre entre Philippe Méaille et Christian Gillet naît l'idée de doter le département d'un musée d'art contemporain et de faire de l'art contemporain un de ses axes de développement. Le , Christian Gillet rend la décision du conseil départemental, et Philippe Méaille présente avec lui le projet à la presse[14],[15],[16],[17]. Le musée ouvre le [18].

Travaux d'aménagement et de restauration[modifier | modifier le code]

Restaurations du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, le château de Montsoreau est en ruine. En 1919, l'État et le Conseil général de Maine-et-Loire, grâce à l'intervention de Jean de Geoffre de Chabrignac, lancent une grande campagne de rachats puis de restauration menées sous la direction des Bâtiments de France[19]. Les derniers travaux entrepris concernent les mises aux normes et l'accessibilité de ce monument historique pour tous les publics.

Espace muséal[modifier | modifier le code]

De à , quatre mois de travaux de restauration précédent l'ouverture du musée[20]. Le chantier porte sur l'intérieur du bâtiment (soit 2 000 m2) et a pour objectif de rénover les salles du château et de les transformer en salles d'exposition[21]. Les travaux sont réalisés sous la direction de Dominique Latron, architecte en chef des Bâtiments de France[22].

La première étape concerne le démontage de la précédente scénographie[23]. Des travaux de maçonnerie sont effectués sur l'intégralité des parois : pose d'enduits, et les badigeons de chaux, extrêmement dégradés, sont repris à la fleur de chaux selon les techniques traditionnelles[24]. Lors des travaux de réaménagement d'un ancien local de stockage, les maçons mettent au jour une cheminée datant d'environ 1450. La restauration de cette cheminée est actuellement à l'étude avec les bâtiments de France. L'ensemble du réseau électrique et d'éclairage est refait afin de souscrire aux normes muséales[22].

Collection permanente[modifier | modifier le code]

photographie montrant une peinture secrète de Mel Ramsden
Art & Language (Mel Ramsden), Secret Painting, 1967.

La collection Philippe Méaille représente le plus important fonds mondial d’œuvres de Art & Language[Note 1],[25]. Il constitue la collection du musée et est installé sur les deux premiers niveaux du musée[26]. Cette collection est composée exclusivement d'œuvres du collectif d'artistes Art & Language[27]. Une convention avec la Tate Modern de Londres autorise, dès l'ouverture, la projection d'un film coproduit par cette institution et la fondation Bloomberg dans les espaces d'exposition du musée[28].

Art & Language[modifier | modifier le code]

Photographie montrant le certificat permettant de reproduire l'installation
Art & Language (Michael Baldwin), Certificat pour Air-Conditioning Show, 1966-67.

Fondé en 1968, Art & Language, qui tire son nom du journal Art-Language, est un collectif constitué d’artistes britanniques, américains et australiens[29],[30]. Leurs interrogations corrosives sur le statut de l’artiste, de l’œuvre d’art ou même de l'institution font d'eux des figures parmi les plus radicales de l'histoire de l'art de la seconde moitié du XXe siècle[31]. Même si Marcel Duchamp a fourni une matière première à partir de laquelle l'art conceptuel a pu se développer[32], selon Catherine David et Alfred Pacquement, ce collectif « a tenu un rôle essentiel dans la naissance » de ce qui est désormais appelé art conceptuel et est encore actif, actuellement représenté par Michael Baldwin et Mel Ramsden[29],[jdp 1].

Le nom « Art & Language », aussi bien dans sa signification que dans son positionnement, est resté instable[eoal 1]. Son positionnement est, selon les historiens de l'art et les critiques d'art, celui d'un groupe ou d'un collectif d'artistes mais aussi celui d'un mouvement artistique ou d'une pratique artistique et littéraire[ch 1],[jdp 1],[eoal 2] ; les artistes, quant à eux, ont défini leur intention comme une tentative d'échapper à la personnalité héroïque de l'artiste en précisant que la création individuelle n'existait pas[ch 2]. Sa signification est davantage vue comme une pratique discursive et critique, que comme une analyse des liens entre l'art et le langage[26].

Répondant à une question sur la valeur du texte dans les arts visuels, un des artistes de Art & Language dit[26] :

« "Une image vaut mille mots", ceci est un vieux cliché en anglais. Le philosophe Donald Davidson suggère ainsi que l'on ne peut pas échanger une représentation picturale contre une représentation verbale, parce qu'elles n'ont pas la même unité d'échange. Je suis d'accord avec cela. Mais que se passe-t-il si l'image représente mille mots ? Ici, il y a peut-être une ambiguïté. »

— Art & Language, art press - janvier 2017

En 1968, les fondateurs du groupe adoptent donc ce terme générique dans le but de manifester leur volonté d'anonymat et de contenir leurs diverses activités artistiques. Au cours du temps, jusqu’à une cinquantaine d’artistes s’associent à Art & Language, notamment : Terry Atkinson, David Bainbridge, Michael Baldwin, Ian Burn, Charles Harrison, Joseph Kosuth, Sol LeWitt, Philip Pilkington, Mel Ramsden, Dave Rushton, Mayo Thompson, Kathryn Bigelow, Dan Graham et Lawrence Weiner[33],[34],[35],[33]. En 1977, lorsque Mayo Thompson, leader du groupe de rock expérimental The Red Krayola quitte le collectif, celui-ci reste composé de Michael Baldwin, Charles Harrison et Mel Ramsden[36].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Mirror Piece[modifier | modifier le code]

photographie montrant un visiteur de la Tate Modern faisant un selfie dans un miroir
Art & Language, Mirror Piece, 1965.

L'œuvre Mirror Piece est une installation de dimension variable composée de miroirs. Cette œuvre de Michael Baldwin datée de 1965 a été exposée pour la première fois à Coventry en 1966[37]. Elle est intégrée au corpus d'œuvres de Art & Language lors de la fondation du groupe en 1968. Des variantes de cette œuvre existent dans les collections de la Tate Modern ou de la National Gallery of Victoria[38],[39].

Victorine[modifier | modifier le code]

L'opéra Victorine a été écrit entre 1981 et 1983 par Art & Language et la musique composée par Mayo Thompson (leader du groupe Red Krayola) est restée inachevée[ch 3][40]. Art & Language commence l'écriture de Victorine au début des années 1980, à la demande d'une chaîne de télévision allemande intéressée par filmer sa représentation lors de l'ouverture de la Documenta 7 en 1982[ch 3]. Ce projet est finalement abandonné faute d'organisation, mais en 1983, le libretto est complété. Il est publié pour la première fois en 1984 dans la revue Art-Language, et sa première traduction française est publiée dix ans plus tard par la galerie nationale du jeu de paume, alors dirigée par Alfred Pacquement[ch 3]. Victorine a été représenté en 2012 durant la biennale du Whitney Museum, et le manuscrit de l'opéra est conservé au château de Montsoreau – musée d'Art contemporain[41].

Air-Conditioning Show[modifier | modifier le code]

Air-Conditioning Show est une œuvre qui apparaît pour la première fois en 1966 sous forme de textes[mac 2]. C'est Robert Smithson qui en 1967 aide Michael Baldwin à faire publier l'œuvre dans le magazine new yorkais Arts Magazine[42]. Dans cet article, Michael Baldwin est présenté comme « un écrivain et artiste intéressé par la non-exposition ». L'installation est réalisée pour la première fois en 1972 dans une exposition organisée par Joseph Kosuth à la School of Visual arts Gallery de New York[mac 2]. Dans un article de The Independent, le critique d'art Charles Dewent note que cette œuvre « date le moment à partir duquel les arts visuels en Grande-Bretagne commencent à devenir non-visuels, où le simple fait d'être visuel devient suspect »[43]. Les manuscrits de l'œuvre sont conservés à la Tate Modern, alors que l'installation se trouve au château de Montsoreau – musée d'Art contemporain[44].

Revue Art-Language[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Carles Guerra[modifier | modifier le code]

Dans le communiqué de presse édité à l'occasion de l'exposition dont il était commissaire au MACBA, Carles Guerra déclare[45],[46] :

« En plus d'être affectée par l'attitude des artistes, cette collection l'est encore davantage par la perspective archéologique avec laquelle elle a été assemblée. »

— Carles Guerra, Art & Language Uncompleted (communiqué de presse)

Bartomeu Mari et Fabrice Hergott[modifier | modifier le code]

Dans l'éditorial de l'ouvrage Art & Language Uncompleted - The Philippe Méaille Collection, Bartomeu Mari et Fabrice Hergott, respectivement directeurs du MACBA et du musée d'Art moderne de la ville de Paris, écrivent conjointement[36] :

« La Collection Philippe Méaille avec l’hétérogénéité des supports qui compose les œuvres, parmi lesquelles se trouvent les peintures produites au début des années 80 et d'autres typologies de pratiques artistiques, évite toute idée de transformer les artistes de Art & Language en caricatures de l'art conceptuel. »

— Bartomeu Mari et Fabrice Hergott, Art & Language Uncompleted - The Philippe Méaille Collection

Expositions et activités[modifier | modifier le code]

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Un cycle d'expositions temporaires permet aux visiteurs de découvrir l'art contemporain des années 1960 à nos jours.

Prix François-Morellet[modifier | modifier le code]

En , le château de Montsoreau – musée d'Art contemporain crée le prix François-Morellet en hommage à François Morellet en collaboration avec les Journées nationales du livre et du vin[63]. Il est décerné chaque année à une personnalité pour ses écrits sur l’art[64].

Lauréats :

Conférences[modifier | modifier le code]

Animations[modifier | modifier le code]

En 2017, les jardins du château, d'une superficie d'un hectare, situés en bords de Loire sont transformés en jardins sauvages[77],[78], en hommage à Miriam Rothschild (1908-2005), botaniste dont les études ont profondément modifié l’approche traditionnelle des jardins, en s'interrogeant sur la possibilité de créer des jardins « naturels »[79],[80]. Sa propriété d’Ashton Wold (en), située au nord de Londres, était un véritable laboratoire pour mener ses expériences sur l’environnement et créer ces « wild gardens », aujourd’hui si répandus. Délaissant la technique, la chimie et l’interventionnisme, le jardin sauvage privilégie la sociabilité des plantes indigènes et préserve la faune environnante.

Museum Week[modifier | modifier le code]

Depuis 2017, le château de Montsoreau – musée d'Art contemporain participe à la Museum Week et à la Nuit des musées.

Museum Week
date lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche
2017

19 au 25 juin

#FoodMW #SportsMW #MusicMW #StoriesMW #BooksMW #TravelsMW #HeritageMW
2018

23 au 29 avril

#WomenMW #CityMW #HeritageMW #ProfessionsMW #KidsMW #NatureMW #DifferenceMW
2019

13 au 19 mai

#WomenInCulture #SecretsMW #PlayMW #RainbowMW #ExploreMW #PhotoMW #FriendsMW
2020

11 au 17 mai

#DreamsMW #TogetherMW #AnimalsMW #RobotsMW #ClimateMW #GiftsMW #StoriesMW

Politique de prêt[modifier | modifier le code]

Le château de Montsoreau – musée d'Art contemporain mène une politique active de prêts auprès de musées français et internationaux[81].

Identité[modifier | modifier le code]

Muséologie[modifier | modifier le code]

Logo du château de Montsoreau – musée d'Art contemporain, création le 15 mars 2016

La phase de restauration du château de Montsoreau et d'installation des œuvres de la collection permanente est accompagnée d'une phase d'étude de la future identité du musée par Gwenaëlle de Kerret (sémiologue et docteur en sciences de l'information et de la communication). Cette étude, menée initialement pour organiser une réflexion sur les parallèles ou les oppositions existants lors de l'évolution d'un site touristique en site culturel, met en évidence une réalité plus complexe :

« Lors des débats initiaux avec les commanditaires du projet, la problématique était centrée sur la difficile intégration d'une collection d'art contemporain savante, dans un château historique et touristique. Cet enjeu limitait la réflexion à l'idée de contraires inconciliables: culture versus tourisme, austérité versus hédonisme. Mais lors de l'étude de public et des workshops, il est apparu que cette opposition masquait un imaginaire au potentiel beaucoup plus riche. »

— Gwenaëlle de Kerret, Design thinking et sémiologie[93].

La nouvelle identité graphique du musée est validée en mars 2016 de même que les choix curatoriaux, qui sont orientés par « l'utopie du « musée imaginaire » d’André Malraux »[94], dont il disait que c'était nécessairement un lieu mental[95]. Ainsi, le musée s'appuie sur sa collection d'art conceptuel et sur un bâtiment que Philippe Méaille définit comme un « lieu de vie » pour faire évoluer le rapport conventionnel contemplatif des visiteurs de l'œuvre d'art vers une participation des visiteurs à l'œuvre[cdm 1][96].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Localisation du château de Montsoreau dans le village.

Parallèlement à la définition de l'identité du musée, une réflexion est menée sur la présence d'un musée d'art contemporain dans un village comme Montsoreau. Cette réflexion a lieu entre les artistes de Art & Language, l'association des bâtiments de France, le musée et une partie des élèves de l'école Camondo pendant l'année universitaire 2015-2016[97],[98]. Les résultats des recherches des élèves, tant sur le plan de l'architecture intérieure du bâtiment que sur l'impact potentiel du projet sur l'urbanisme de la cité, sont présentés lors d'une exposition en [99]. Afin de réintégrer le bâtiment dans l'urbanisme du village, le musée redessine ses jardins afin de leur assigner un projet idéologique et d'en assurer une gratuité d'accès autant pour ses visiteurs que pour les habitants[100]. En , le musée dévoile, pendant la biennale du Val de Loire (dédiée cette année-là aux jardins[101]), la nouvelle version de ses jardins créés en hommage à la scientifique Miriam Rothschild, qui est notamment botaniste. Selon les préceptes de l'illustre botaniste, ceux-ci mettent ainsi en avant la nature sauvage du jardin et visent à créer un écosystème avant d'être décoratifs[102]. C'est aussi en mai 2017 que le musée restaure son accès à la Loire et inaugure son port afin de, selon Philippe Méaille, « construire une offre culturelle fluviale, en partenariat avec les mariniers du fleuve, et signifier la Loire autrement. »[103],[104],[105],[106].

Développement durable[modifier | modifier le code]

Le chantier de restauration qui précède l’ouverture du château de Montsoreau – musée d'Art contemporain prend en compte la dimension environnementale dans ses différents aspects[22],[107] :

  • remplacement de l’éclairage traditionnel par un système d’éclairage LED, utilisant moins d’énergie et plus respectueux de l’environnement[22] ;
  • badigeon d'enduits à la chaux sur la pierre de tuffeau permettant l'autorégulation hygrométrique du bâtiment[108] ;
  • isolation des fenêtres et des combles du château[22] ;
  • absence de système de chauffage et de climatisation[22].

Dans le cadre de son activité muséographique, le musée veille également au recyclage et à la réutilisation des déchets liés aux expositions temporaires et mène des campagnes de sensibilisation à l’économie de l’eau auprès de ses visiteurs[22].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Installation du musée[modifier | modifier le code]

Philippe Méaille, installé en Anjou depuis 15 ans, travaille avec le président du conseil départemental de Maine-et-Loire sur la création d'un musée d'art contemporain et sur la possibilité d'installer sa collection dans le château de Montsoreau, propriété départementale située en bord de Loire. Après six mois d'études des différents dossiers de reprise[109], des fuites dans la presse suscitent une polémique[110]. Frédéric Béatse, alors tête de liste socialiste aux élections régionales, regrette que la majorité de droite du département de Maine-et-Loire « brade les bijoux de famille ». « C'est d'autant plus choquant », ajoute l'élu socialiste, « que Jacques Auxiette [président de la région Pays de la Loire] avait proposé au conseil départemental un partenariat entre l'Abbaye de Fontevraud et Montsoreau pour rendre tout ce secteur saumurois encore plus attractif »[111]. Christian Gillet, président du conseil départemental de Maine-et-Loire, rend sa décision le vendredi et donne les clés du château de Montsoreau à Philippe Méaille par l'intermédiaire d'un bail emphytéotique[14],[112]. Il engage en même temps une réflexion sur l'art contemporain comme un des axes de développement culturel et touristique du département du Maine-et-Loire[113].

Déclaration d'indépendance de la Catalogne[modifier | modifier le code]

Le référendum portant sur l'indépendance de la Catalogne se tient le . Les jours suivants, Carles Puigdemont, alors président de la Généralité de Catalogne, annonce qu'en cas d'issue positive du référendum, il proclamera l'indépendance de la Catalogne. Dès le 4 octobre, afin d'éviter une fuite des dépôts, les principales banques catalanes engagent des procédures de transfert de leurs sièges sociaux hors de Catalogne. Malgré les enjeux économiques importants, le Carles Puigdemont déclare l'indépendance de la Catalogne, et suspend immédiatement ses effets afin de maintenir un dialogue avec Madrid. Dès le lendemain, le 11 octobre, le château de Montsoreau – musée d'Art contemporain annonce qu'il met un terme au prêt consenti par Philippe Méaille au MACBA et le rapatriement de sa collection, alors que celle-ci était prêtée depuis 2009 à l'institution catalane[36],[114] ; le musée arguant de l'instabilité politique et du risque juridique porté par cette déclaration. Cette information est le jour même reprise par les principaux journaux espagnols et les jours suivants par les journaux nationaux étrangers[115],[116]. Le MACBA annonce prendre acte de la décision de Philippe Méaille en précisant que la sécurité des œuvres était assurée et qu'elle n'avait jamais été remise en question[117], alors que des voix, dont celle de l'écrivain catalan Albert Forns, s'élèvent pour dénoncer un calcul de la part du collectionneur[118].

Accès, services et commerces[modifier | modifier le code]

Le musée est installé dans les murs du château de Montsoreau au centre du val de Loire, proche du tripoint entre les Pays de la Loire, le Centre-Val de Loire et la Nouvelle-Aquitaine[119], à 250 km à l'ouest de Paris[120]. Jean II de Chambes construit en 1453, à l'emplacement de la forteresse, le bâtiment actuel, à la confluence de la Vienne et de la Loire[pdl 3].

Accès[modifier | modifier le code]

Le musée est accessible en voiture par l'autoroute A85, avec les sorties « Saumur », « Langeais » ou « Bourgueil », puis la RD952 des bords de Loire jusqu'à Montsoreau. Montsoreau est situé en aval de la confluence de la Vienne avec la Loire et sur la rive opposée, en conséquence l'accès en amont s'effectue en empruntant deux ponts, un traversant la Loire et un traversant la Vienne, alors qu'en aval (à Saumur ou à Montsoreau) la traversée ne nécessite qu'un pont.

En train, les trois gares de Saumur (13 km), Angers (55 km) et Tours (65 km) sont desservies par des TGV, Intercités, TER Pays de la Loire et TER Centre-Val de Loire (rémi). La gare de Port-Boulet (11 km) est desservie par des TER Centre-Val de Loire uniquement.

Le réseau de bus de l'agglomération de Saumur-Val de Loire permet de relier le château de Montsoreau – musée d'Art contemporain à Fontevraud, Turquant, Parnay, Souzay-Champigny, et Saumur. Il ne fonctionne pas les dimanches[121].

Les aéroports internationaux les plus proches sont l'aéroport de Tours-Val de Loire (70 km) et l'aéroport de Nantes-Atlantique (159 km). Les liaisons nationales peuvent s'effectuer par les aéroports de Angers-Loire (59 km), Poitiers-Biard (80 km).

Des navettes fluviales relient Saumur au port du château de Montsoreau[122].

Plan général[modifier | modifier le code]

Plan général de l'implantation des différents bâtiments du château de Montsoreau – musée d'Art contemporain Plan montrant l'implantation des différents bâtiments du château de Montsoreau – musée d'Art contemporain.
Bâtiments Jardins et annexes
3 : Restaurant Jean 2 1 : Port du château de Montsoreau – musée d'Art contemporain
4 : Vestiaires et services 2 : Parking du château de Montsoreau – musée d'Art contemporain
5 : Librairie - Billetterie 8 : Jardins
6 : Château de Montsoreau 9 : Accès jardins
7 : Accès porche du palais de sénéchaussée

Restaurant[modifier | modifier le code]

Un restaurant, nommé « Jean 2 » en hommage à Jean II de Chambes, premier propriétaire du château, ouvre ses portes en juillet 2016 dans les anciennes cuisines du château. En accord avec la politique écologique du musée, il propose des produits bios et du vin naturel élaboré sans produits chimiques[123],[124].

Librairie[modifier | modifier le code]

En 2016, une librairie ouvre dans le hall d'accueil du musée proposant des livres sur l'histoire de l'art.

Des artistes et auteurs sont régulièrement invités à présenter et dédicacer leurs ouvrages :

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

Une bibliothèque composée d'ouvrages de référence sur l'histoire de l'art, la création contemporaine et les arts appliqués a ouvert au public en août 2016.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom du collectif est orthographié Art & Language mais aussi Art and Language. La revue est elle intitulée Art-Language.

Références[modifier | modifier le code]

  • [Collectif], Congrès national archéologique de France, 2003
  • Florian Stalder, Fontevraud-l'Abbaye et Montsoreau - Un regard sur le saumurois, 2013
  1. a et b Florian Stalder 2013, p. 9.
  2. a et b Florian Stalder 2013, p. 15.
  3. Florian Stalder 2013, p. 5.
  • Marie-Caroline Chaudruc, Matthew Jesse Jackson, Art & Language, Art & Language: Reality (Dark) Fragments (Light], 2018
  • Charles Harrison, Essays on Art & Language, 1991
  • Alfred Pacquement, Catherine David, Paul Wood, Charles Harrison, Art & Language, Art & Language - Galerie nationale du jeu de paume, 1993
  1. a et b Catherine David 1993, p. 7.
  • Charles Harrison, Conceptual Art and Painting - Further Essays on Art & Language, 2001
  • Bartomeu Mari, Fabrice Hergott, Matthew Jesse Jackson, Carles Guerra, Philippe Méaille, Art & Language Uncompleted - The Philippe Méaille Collection, 2014
  • Autres sources
  1. a b et c Mission Val de Loire - Unesco, « Charles VII et Louis XI - Le Val de Loire siège du pouvoir royal », sur valdeloire.org, (consulté le 20 février 2020)
  2. « Renaissance à Venise », sur Atthalin.fr,
  3. « Famille de Chambes », sur geneanet.org,
  4. (en) Anthony Emery, Seats of Power in Europe during the Hundred Years War: An Architectural Study from 1330 to 1480, Oxbow Books, (ISBN 978-1-78570-106-1, lire en ligne)
  5. a et b « Quand la peinture sort de sa toile : Art & Language à Montsoreau », sur AOC media - Analyse Opinion Critique, (consulté le 6 janvier 2019)
  6. UNESCO, « Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes », sur unesco.org, (consulté le 28 mars 2020)
  7. « Château de MONTSOREAU – Musée des GOUMS et des A.I. », sur lakoumia.fr (consulté le 8 décembre 2019)
  8. (es) « Una retrospectiva del grupo Art & Language », sur lavanguardia.com,
  9. (en) « MACBA banks on History », sur Artinamericamagazine.com,
  10. (ca) « El MACBA rep 800 obres d'Art & Language », sur ara.cat,
  11. « Petit Journal », sur jeudepaume.org, 18 octobre 2016-15 janvier 2017
  12. (en) « Art & Language Uncompleted: The Philippe Méaille Collection », sur e-flux.com,
  13. Arnaud WAJDZIK, « Montsoreau ne sera pas « le château des châteaux » », sur Ouest-France.fr, (consulté le 2 mars 2020)
  14. a et b Ouest-France, « De l'art contemporain au château de Montsoreau », sur Ouest-France.fr, (consulté le 2 mars 2020)
  15. « Le château de Montsoreau devient un centre culturel d'art contemporain », sur saumur-kiosque.com,
  16. (en) « Largest collection of radical conceptualists Art & Language finds home in a French château », sur artnet.com,
  17. « Philippe Méaille installe sa collection au Château de Montsoreau », sur connaissancedesarts.com,
  18. « Le Château de Montsoreau à l'ère Conceptuelle », sur lemonde.fr,
  19. Marquis de Geoffre, Le Château de Montsoreau, Angers, H. Siraudeau & Cie,
  20. « Château de Montsoreau | Val de Loire », sur www.my-loire-valley.com (consulté le 3 mars 2020)
  21. La rédaction, « Le Château de Montsoreau confié à un collectionneur. », sur Angers Info, (consulté le 3 mars 2020)
  22. a b c d e f et g Admin montsoreau, « Notre engagement pour le développement durable », sur Château de Montsoreau-Musée d'Art Contemporain (consulté le 3 mars 2020)
  23. « Montsoreau : Le Château version « art contemporain » ouvre le 9 avril », sur www.saumur-kiosque.com (consulté le 4 mars 2020)
  24. Courrier de l'Ouest, « Montsoreau. Voici le nouveau visage intérieur du château », sur Courrier de l'Ouest, (consulté le 4 mars 2020)
  25. (en) Uri Bollag, « Combining Past, Present and Future: The Contemporary Art Museum at Château de Montsoreau », sur Mutual Art, (consulté le 23 octobre 2019)
  26. a b et c Jean-Philippe Peynot, « Art & Language : empêcheurs de tourner en rond », Art Press,‎ (ISSN 0245-5676, lire en ligne)
  27. (es) « El Valle del Loira y todas sus novedades para el verano », ELMUNDO,
  28. (en) « Tateshots Art & Language », sur tate.org.uk,
  29. a et b (en) « Art & Language », sur tate.org,
  30. (en) « Collection Art & Language », sur artgallery.nsw.gov.au,
  31. « Dossier pédagogique Art Conceptuel », sur centrepompidou.fr,
  32. (en) « MoMA | Marcel Duchamp and the Readymade » [« Marcel Duchamp et le ready-made »], sur www.moma.org (consulté le 29 mars 2020)
  33. a et b « Collection du musée d'Art moderne et contemporain de Saint-Etienne », sur mam-st-etienne.fr, (consulté le 25 mars 2020)
  34. « Art & Language », sur mam-st-etienne.fr, (consulté le 25 mars 2020)
  35. « Kathryn Bigelow life in Arts », sur castillocorrales.fr, (consulté le 25 mars 2020)
  36. a b et c (en) « Art & Language Uncompleted », sur macba.cat, 19 septembre2014
  37. (en) Ann Stephen, Mirror Mirror [« Miroir Miroir »], Brisbane, Institue of Moden Art, Brisbane, , 84 p. (ISBN 9781875792672, lire en ligne)
  38. (en-GB) Tate, « ‘Untitled Painting’, Art & Language (Michael Baldwin), 1965 », sur Tate (consulté le 2 mars 2020)
  39. (en) « Mirror piece | Ian BURN | NGV | View Work », sur www.ngv.vic.gov.au (consulté le 2 mars 2020)
  40. Marie-Caroline Chaudruc, Reality (Dark) Fragments (Light), Montsoreau, Château de Montsoreau - musée d'Art contemporain, , 178 p. (ISBN 978-2-9557917-2-1, présentation en ligne), p. 38
  41. (en-US) « Felix Bernstein », sur 205 Hudson (consulté le 3 avril 2020)
  42. (en) Michael Baldwin, « Remarks on Air-Conditioning : An Extravaganza of Blandness » [« Remarques sur la climatisation - Une extravagance de fadeur »] (Oeuvre d'art), en:Arts Magazine, New York, Art Digest Inc., vol. 42,‎ , p. 66
  43. (en) « Invisible, Hayward Gallery, London », sur The Independent, (consulté le 29 février 2020)
  44. (en) « The Air-Conditioning Show », sur Weird Universe (consulté le 29 février 2020)
  45. (en-US) « A Historic Conceptual Art Group Has Taken Over a French Château », sur Hyperallergic, (consulté le 23 octobre 2019)
  46. « The Philippe Méaille Collection : A challenge towards the existing vocabulary of art history_News_雅昌新闻 », sur news.artron.net (consulté le 29 février 2020)
  47. (en) « Agnès Thurnauer: a History of Painting », sur e-flux.com,
  48. « Agnès Thurnauer-Art & Language : une pensée commune de l'art », sur lequotidiendelart.com,
  49. « Ettore Sottsass ou la liberté guidant l'artiste », sur lemonde.fr,
  50. « ETTORE SOTTSASS – DESIGNER DU MONDE, CHATEAU DE MONTSOREAU | Dust-Distiller | ARCHITECTURE | ART | CINÉMA | RECHERCHE | LIVRES | SON | FICTIONS | SPORTS », sur www.dust-distiller.com (consulté le 24 octobre 2018)
  51. « Ettore Sottsass designer du monde au château de Montsoreau », Paris Art,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2018)
  52. « Un jour, un objet : Valentine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mai 2020)
  53. « Offre gratuite : Pass Art contemporain - Château de Montsoreau-Musée d’art contemporain | Télérama sorties », sur sorties.telerama.fr (consulté le 30 janvier 2019)
  54. « Château de Montsoreau graced with a further 800 contemporary artworks - News - Val de Loire patrimoine mondial », sur loirevalley-worldheritage.org (consulté le 30 janvier 2019)
  55. « Quand la peinture sort de sa toile : Art & Language à Montsoreau | AOC media - Analyse Opinion Critique », sur aoc.media (consulté le 24 octobre 2018)
  56. (en-US) « ArtPremium – 1968 - Sparta Dreaming Athens at Château de Montsoreau-Museum Contemporary Art », ArtPremium,‎ (lire en ligne, consulté le 9 novembre 2018)
  57. « Derniers jours pour l’exposition « 1968. Sparte rêve d’Athènes » », Art Critique,‎ (lire en ligne, consulté le 9 novembre 2018)
  58. (en-US) Corinne Timsit, « ArtPremium – Art & Language Too Much - In conversation with Philippe Méaille », sur ArtPremium, (consulté le 10 août 2019)
  59. « Le point de vue de Christophe Le Gac », sur artpress, (consulté le 10 août 2019)
  60. (en) Karen Chernick, « The Collector Who Turned a 15th-Century French Castle into a Contemporary Art Destination », sur Artsy, (consulté le 23 octobre 2019)
  61. « Charlotte Moorman « s’installe » pour quatre mois au château-musée de Montsoreau »
  62. « BLOG - Pendant le confinement, 5 idées pour faire découvrir l’art aux enfants », sur Le Huffington Post, (consulté le 17 avril 2020)
  63. « Les Journées Nationales du Livre et du Vin fêtent l'ivresse littéraire | FIRSTLUXE », sur www.firstluxemag.com (consulté le 8 mars 2020)
  64. Courrier de l'Ouest, « Les lauréats de la 23e édition de Livre et Vin dévoilés », sur ouest-france.fr, (consulté le 8 mars 2020)
  65. « Prix François Morellet », sur artpress.com,
  66. « L'ivresse littéraire célébrée aux journées Nationales du livre et du vin », sur firstluxemag.com,
  67. « Saumur. Éric de Chassey sera présent au Salon du Livre et du Vin », sur www.saumur-kiosque.com (consulté le 30 janvier 2019)
  68. « Bernar Venet lauréat du Prix François Morellet 2019 », sur daily.artnewspaper.fr (consulté le 18 avril 2019)
  69. « FORuMIDABLE - jeudi 14 avril 2016 - pm », sur ec-pr.net (consulté le 30 janvier 2019)
  70. EXPO CHICAGO, « EXPO CHICAGO 2016 /Dialogues: ART & LANGUAGE Symposium | Conceptual Paradise », (consulté le 3 août 2017)
  71. Art & Language, Entretoien avec Victorine Meurent (livret), Montsoreau, Château de Montsoreau – musée d'Art contemporain,
  72. CLG, « ETTORE SOTTSASS – DESIGNER DU MONDE, CHATEAU DE MONTSOREAU | Dust-Distiller | ARCHITECTURE | ART | CINÉMA | RECHERCHE | LIVRES | SON | FICTIONS | SPORTS » (consulté le 30 janvier 2019)
  73. « Colloque 2017 - « La Valeur de l'art » », sur www.beauxartsparis.fr (consulté le 26 mars 2020)
  74. Admin montsoreau, « PROTEST 1517-2017, 31.10.2017 », sur Château de Montsoreau-Musée d'Art Contemporain (consulté le 26 mars 2020)
  75. Sophie Lecerf, « 12/05 : RENCONTRE AVEC ALEXIA GUGGÉMOS - CHÂTEAU DE MONTSOREAU – MUSÉE D'ART CONTEMPORAIN », sur Office de tourisme Saumur Val de Loire (consulté le 24 mars 2020)
  76. Ouest-France, « Anjou. Cinq bonnes raisons de visiter le château de Montsoreau », sur Ouest-France.fr, (consulté le 24 mars 2020)
  77. « Wild Garden - Hommage à Miriam Rothschild | Jardins Val-de-Loire », sur jardins-valdeloire.com (consulté le 21 janvier 2018)
  78. Laurent Zarini, « Le château de Montsoreau-Musée d'art contemporain ouvrira ses jardins en mai », Le Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne)
  79. (en-US) Douglas Martin, « Miriam Rothschild, High-Spirited Naturalist, Dies at 96 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 21 janvier 2018)
  80. Anthony Tucker et Naomi Gryn, « Obituary: Dame Miriam Rothschild », sur the Guardian, (consulté le 21 janvier 2018)
  81. Château de Montsoreau – musée d'Art contemporain, « Dossier de presse Charlotte Moorman Think Crazy », sur chateau-montsoreau.com (consulté le 13 mars 2020)
  82. (en) Jill silverman van Coenegrachts, Rod Mengham, Rod Mengham et Philippe Méaille, Made in Zurich : Selected editions 1965-1972 [« Made in Zürich - Editions 1965-1972 »], Paris, Zürich, Editions Bernard Jordan, (ISBN 9783000472695)
  83. a et b (en) Matthew Jesse Jackson, Ilia Kabakov, Andrei Nakov, Art & Language et Rod Mengham, The non-ojective world, Londres, Sprovieri, (ISBN 9780954141615)
  84. (en) « Exhibition - MACBA Collection 31 », sur MACBA Museu d'Art Contemporani de Barcelona (consulté le 13 mars 2020)
  85. (en-US) « Carolina Nitsch Project Room », sur www.artforum.com (consulté le 13 mars 2020)
  86. Georges Didi-Huberman, Soulèvements, Paris, Gallimard, Galerie nationale du jeu de paume, (ISBN 9782070196838)
  87. « Expo 2017 : "La comédie du langage" », sur Communauté de communes CHINON VIENNE LOIRE (consulté le 13 mars 2020)
  88. « Exposition Relevés : la puissance de l'art conceptuel dans les rues d'Arles », sur APAR.TV, (consulté le 13 mars 2020)
  89. (en) Walter Smerling, Luther und die Avantgarde: Zeitgenössische Kunst in Wittenberg, Berlin und Kassel [« Luther et l'avant-garde : l'art contemporain à Wittenberg, Berlin et Cassel »], Cologne, Wienand Verlag, (ISBN 9783868323665)
  90. (en-US) « Art & Language at Rob Tufnell (Contemporary Art Daily) », sur www.contemporaryartdaily.com (consulté le 24 octobre 2018)
  91. Labomedia, « art & language », sur AAAR (consulté le 30 janvier 2019)
  92. « AU CCC OD, une exposition cinquantenaire qui a voyagé sur la Loire », sur 37 degrés, (consulté le 30 janvier 2019)
  93. « Design thinking et sémiologie: donner du sens à l'innovation », sur emarketing.fr (consulté le 22 février 2020)
  94. « Château de Montsoreau : la naissance d'un musée sous les auspices de la co-création », sur semiotips.com (consulté le 22 février 2020)
  95. « Musée imaginaire - Encyclopaedia Universalis », sur universalis.fr (consulté le 22 février 2020)
  96. « Montsoreau : de l'art contemporain au château », sur francetvinfo.fr (consulté le 22 février 2020)
  97. Ouest-France, « De futurs designers planchent sur Montsoreau », sur Ouest-France.fr, (consulté le 22 février 2020)
  98. « Le château de Montsoreau sujet d’étude pour des étudiants designers... », sur www.saumur-kiosque.com (consulté le 22 février 2020)
  99. « Diplômes 2015-2016 exposition Fiction au Château de Montsoreau », sur École Camondo (consulté le 22 février 2020)
  100. Courrier de l'Ouest, « Montsoreau. Le château musée ouvrira ses jardins en mai », sur Courrier de l'Ouest, (consulté le 22 février 2020)
  101. « 2017: le Val de Loire met ses somptueux jardins à l'honneur - Le Figaro », sur lefigaro.fr (consulté le 22 février 2020)
  102. montsoreau, « Miriam Rothschild Château de Montsoreau-Musée d'art contemporain. », sur Château de Montsoreau-Musée d'Art Contemporain (consulté le 22 février 2020)
  103. Vanessa de Logerais, « Château de Montsoreau, l’art contemporain à portée de fleuve », sur parangone.fr, (consulté le 22 février 2020)
  104. « Port du château de Montsoreau - Pays de la Loire », sur Routard.com (consulté le 22 février 2020)
  105. « Château de Montsoreau : Retour sur l'inauguration du port historique », sur www.saumur-kiosque.com (consulté le 3 mars 2020)
  106. « Croisière Culturelle », sur www.croisieressaumurloire.fr (consulté le 3 mars 2020)
  107. (en-US) « Philippe Méaille: “It is time we take responsibility and repair the climate and the planet. This is what I call prospective ecology” », sur thriveglobal.com (consulté le 3 mars 2020)
  108. « Peintures Badigeons Chaux » [PDF], sur mpflimousin.free.fr
  109. « Angers : quand le conseil général vend ses biens de famille », sur France 3 Pays de la Loire (consulté le 12 février 2020)
  110. « Montsoreau-Polémique : faut-il confier le château à un collectionneur ? », sur courrierdelouest.fr,
  111. « Le château de Montsoreau cédé à un collectionneur ? », sur ouest-france.fr,
  112. « Château de Montsoreau, un pied dans la Loire, l'autre dans l'art contemporain », sur angersmag.info,
  113. (en-US) « Philippe Méaille: “It is time we take responsibility and repair the climate and the planet. This is what I call prospective ecology” - Thrive Global », sur thriveglobal.com (consulté le 23 octobre 2019)
  114. (es) Ediciones El País, « Philippe Méaille dona al Macba seis obras del colectivo Art & Language », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2017)
  115. Roxana Azimi, « La crise catalane fait fuir les collectionneurs », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 16 janvier 2018)
  116. (en-US) « Fearing Political Instability After the Catalonia Referendum, a Collector Withdraws Loans From MACBA », artnet News,‎ (lire en ligne, consulté le 16 janvier 2018)
  117. (es) José Ángel Montañés, « El Macba afirma que la seguridad de sus obras está garantizada », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 16 janvier 2018)
  118. (en) Albert Forns, « How Catalan writers & artists are reacting to calls for independence », sur Frieze (consulté le 1er mars 2020)
  119. « Étonnant Patrimoine : le Château de Montsoreau », sur france3.fr,
  120. « Distance Montsoreau > Paris - Trajet aérien, trajet par route, point médian », sur fr.distance.to (consulté le 20 février 2020)
  121. Agglomération de Saumur, « Fiche horaires Saumur-Montsoreau 2019-2020 », sur agglobus.fr (consulté le 4 mars 2020)
  122. « Navette fluviale Saumur / Montsoreau », sur www.croisieressaumurloire.fr (consulté le 26 mars 2020)
  123. Place To Bio- placetobio.fr, « Jean 2 - restaurant bio et engagé à Montsoreau », sur Place To Bio - placetobio.fr (consulté le 3 mars 2020)
  124. Cédric Mendoza, « Jean 2, Restaurant - Bar à vin naturel à Montsoreau », sur www.vinsnaturels.fr (consulté le 3 mars 2020)
  125. « Le Marché de Noël de Dana Wyse à la librairie du château de Montsoreau, Montsoreau », sur Agence départementale du tourisme de l'Anjou (consulté le 3 mars 2020)
  126. « Nantes Aujourd'hui », sur nantes.aujourd'hui.fr
  127. Sophie Lecerf, « 12/05 : Rencontre avec Alexia Guggémos - château de Montsoreau – musée d'Art contemporain », sur Office de tourisme Saumur Val de Loire (consulté le 3 mars 2020)
  128. Ouest-France, « Anjou. Cinq bonnes raisons de visiter le château de Montsoreau », sur Ouest-France.fr, (consulté le 3 mars 2020)
  129. « Véronique² - Julien Carreyn Aurélien Mole My-Lan Hoang-Thuy », sur oneartyminute.com, (consulté le 3 mars 2020)
  130. « Art & Language : Reality (Dark) Fragments (Light) – (livre) », sur www.lespressesdureel.com (consulté le 30 janvier 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 9 avril 2020 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 9 avril 2020 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.