Art and Language

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Art-Language Journal Volume 3 Nr 1. 1974. Collection des artistes.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Art & Language est un collectif d'artistes conceptuels qui a subi de nombreux changements depuis sa création à la fin des années 60. Leurs premiers travaux, de même que le journal Art-Language, dont le premier numéro date de Novembre 1969, sont considérés comme ayant profondément influencé l'art conceptuel aussi bien aux États-Unis qu'en Angleterre.

Premières années[modifier | modifier le code]

Le groupe Art & Language a été créé 1967/68 en Angleterre par Terry Atkinson (b.1939), David Bainbridge (b.1941), Michael Baldwin (b.1945) et Harold Hurrell (b.1940), quatre artistes dont la collaboration a commencé en 1966 à Coventry alors qu'ils étaient enseignants. Le nom du groupe a été décidé d'après le nom de leur journal Art-Language déjà existant sous forme de conversations depuis 1966. Charles Harrison et Mel Ramsden rejoignent le groupe en 1970. Entre 1968 et 1982, plus de cinquante participants ont pris part aux activités du groupe. Parmi eux, dès le début des années 70 on retrouve Ian Burn, Michael Corris, Preston Heller, Graham Howard, Joseph Kosuth, andrew Menard, Terry Smith ainsi que Philip Pilkington et David Rushton de Coventry.

Dans les faits, savoir qui a fait quoi, de quelle manière et en quel quantité est plus ou moins bien connue. Le degré (relatif) d'anonymat que le nom a conféré depuis le début reste, malgré tout, d'importance historique.

Le premier numéro du Journal Art-Language (Volume 1 Number 1, May 1969) est intitulé "The Journal of Conceptual Art". Dès le deuxième numéro (volume 1 Number 2, February 1970) il est devenu évident qu'il existait un certain art conceptuel et plus encore d'artistes conceptuels pour lesquels et auxquels le Journal ne parlait pas. Le titre fut donc abandonné. Art-Language avait néanmoins jeté les bases de l'idée du groupe. Il est devenu la première empreinte qui identifia une entité publique appelée "Art Conceptuel", et aussi le premier à servir de base théorique et conversationnelle à une communauté de critiques et d'artistes qui étaient ses producteurs et utilisateurs. Pendant que cette communauté était assez loin d'être unanime sur la nature de l'Art Conceptuel, les éditeurs et la plupart de ses contributeurs historiques partageaient des avis étrangement ressemblants : l'Art conceptuel était une critique, des côtés bureaucratiques et historicistes du Modernisme, et du conservatisme philosophique du Minimalisme ; l'Art Conceptuel était avant tout de la théorie, le plus souvent formalisé par des textes.

Tandis que la distribution du journal et les activités d'enseignements des éditeurs et autres contributeurs se développait, la conversation grandit et se multiplia en incluant en 1971 (en Angleterre) Charles Harrison, Philip Pilkington, David Rushton, Lynn Lemaster, Sandra Harrison, Graham Howard, Paul Wood, et (à New-York) Michael Corris, et plus tard Paula Ramsden, Mayo Thompson, Christine Koslov, Preston Heller, Andrew Menard et Kathryn Bigelow.

Le nom Art & Language resta malgré tout précaire. Sa signifiance (ou instrumentalisation) variait d'une personne à l'autre, d'une alliance à l'autre, de (sous)discours en (sous)discours - de ceux qui à New-York produisaient The Fox (1974-1976) à ceux qui étaient pris par des projets musicaux ou encore ceux qui continuaient l'édition du Journal. Il y a eu confusion, et cette fructueuse confusion devint en 1976 un chaos plein d'individualités contestataires et de complots.

Durant les années 70, Art & Language a abordé des questions liées à la production de l'art, et a essayé d'opérer un passage d'une forme conventionnelle d'art "non-linguistique" telles que la peinture et la sculpture à des œuvres plus explicitement théoriques. Le groupe pris souvent des positions argumentées contre des positions dominantes de critiques tels que Clement Greenberg et Michael Fried.

Le groupe Art & Language à l'époque de la Documenta 5 de 1972 était composé de : Atkinson, Bainbridge, Hurrell, Pilkington et Rushton et aussi de l'éditeur Américain de Art-Language Joseph Kosuth. L'œuvre présentée était constituée d'un système de classement de textes publiés et circulants entre les membres d'Art & language.

Art & Language, Untitled Painting (1965). Collection Tate Modern.

Art & Language New York[modifier | modifier le code]

Burn et Ramsden ont fondé conjointement The Society for Theoretical Art and Analysis à New York à la fin des années 60. Ils ont rejoint Art & Language en 1970-71. Art & Language New York a été dissout après 1975 à cause de désaccords profonds sur les principes de collaboration. Karl Beveridge et Carol Condé qui étaient des membres périphériques du groupes sont alors retournés au canada où ils ont travaillé avec des syndicats et des groupes sociaux. En 1977, Ian Burn est retourné en Australie, et Mel Ramsden en Angleterre.

La fin des années 70[modifier | modifier le code]

A la fin des années 70, le groupe s'est essentiellement réduit à Baldwin, Harrison et Ramsden, avec la participation occasionnelle de Mayo Thompson et de son groupe Red Crayola. Les analyses et développement politiques du groupes conduisirent beaucoup de membres à partir et aller s'engager politiquement de manière plus active. Ian Burn retourna en Australie pour joindres ses forces à celles de Ian Milliss, un artiste conceptuel qui avait commencé à travailler avec des syndicats dès le début des années 70, en créant Union Media Services, un atelier créatif au service du développement des initiatives sociales et communautaires des syndicats. D'autres membres Anglais se sont retirés dans des activités créatives, académiques ou actions "politisées".

au départ, dans les années 1970 ils sont une trentaine. Le groupe Art and Language utilise le langage car c'est à travers lui que se construisent les idées, les concepts qui dominent un moment de l'histoire. Développer un système théorique à ns les concepts couramment employés pour définir l'art sont mis en relation et analysés en fonction du concept art tel qu'il est défini jusque-là. Cela permet de répertorier les mots qui apparaissent, disparaissent, ceux qui persistent. Analyser l'évolution des mots à travers les diverses définitions proposées.

Expositions et récompenses[modifier | modifier le code]

En 1986, Art & Language a été nominé pour le Turner Prize.

En 1999, Art & Language ont exposé une installation majeure intitulée "The Artist Out of Work" au PS1-MoMA, NY. Les deux curateurs Michael Corris et Neil Powell ont choisi cette forme de re-collection pour aborder l'ensemble des pratiques en même temps que l'aspect discursif du groupe. Cette exposition venait directement à la suite de l'exposition révisionniste : "Global Conceptualism : Points of Origin" présentée au Queens Museum of Art aussi à New York. L'exposition de Art & Language au PS1 a offert un point de vue objectif sur les antécédents et l'héritage de l'Art conceptuel "classique" et a renforcé une lecture transatlantique plutôt que nationaliste des évènements de 1968-72. Dans sa revue critique de l'exposition, Jerry Saltz écrit : " Il y a un quart de siècle, Art & Language a tissé des liens forts avec l'Art Conceptuel lors de sa naissance, mais les efforts ultérieurs ont été tellement autosuffisants et obscurs que leur travail est devenu virtuellement hors de propos."

Les œuvres de Michael Baldwin et Terry Atkinson (sous le nom Art & Language) sont présentes dans les collections de la Tate Modern, London.

Des documents et manuscrits relatifs à Art & Language lors de leurs années à New York sont conservés au Getty research Institute, Los Angeles.

Art & Language Uncompleted. The Philippe Méaille Collection. MACBA 2014-15.

En Mars 2011, Philippe Méaille a prêté 800 œuvres du groupe Art & Language au Musée d'Art Contemporain de Barcelone (MACBA).

En avril 2016, le Conseil départemental de Maine et Loire confie les clés du Château de Montsoreau à Philippe Méaille qui y installe sa collection d'art contemporain centrée sur l'art conceptuel de Art & Language et organise de nombreux événements : expositions, conférences...

Différentes personnalités associées à Art & Language[modifier | modifier le code]

Terry Atkinson

David Bainbridge

Michael Baldwin

Kathryn Bigelow

Ian Burn

Sarah Charlesworth

Michael Corris

Charles Harrison

Sandra Harrison

Preston Heller

Graham Howard

Harold Hurrell

Joseph Kosuth

Christine Kozlov

Lynn Lemaster

Nigel Lendon

Andrew Ménard

Philip Pilkington

Neil Powell

Mel Ramsden

Paula Ramsden

David Rushton

Terry Smith

Mayo thompson

Principes linguistiques[modifier | modifier le code]

Le collectif démontre qu'il existe une hiérarchie entre les termes. Cela leur permet d'établir une sorte de carte marquant les liens entre les concepts et d'indiquer les termes qui dominent. Au cours de leur enquête on voit que l'objet d'art domine. Ils vont se référer à la structure de penser d'autres disciplines ainsi que le vocabulaire (analytique, pragmatique, linguistique, structuralisme, sociologie des sciences), théorie de la communication (cybernétique), l'anthropologie. Le collectif Art & Language a la particularité de s'auto-analyser.fondé en 1968 par Michael Baldwin, Terry Atkinson, David Bainbridge et Harold Hurrell

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]