Grande Île de Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grande Île de Strasbourg
Grande Île de Strasbourg
Les ponts couverts, à l'ouest de la Grande Île, vus depuis le barrage Vauban.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Ville Strasbourg
Arrondissement Strasbourg-Ville
Étapes d’urbanisation 12 av. J.-C. : construction d'un camp romain fortifié ;
1910-1930 : Grande-Percée.
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 59″ nord, 7° 44′ 52″ est
Cours d’eau Ill
Canal du Faux-Rempart
Transport
Tramway A B C D F
Bus L3 4 L6 14 24
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Strasbourg

Voir sur la carte administrative de Strasbourg
City locator 14.svg
Grande Île de Strasbourg

Strasbourg : de la Grande-Île à la Neustadt, une scène urbaine européenne *
Plaque de l’UNESCO apposée sur le pont de Paris
Plaque de l’UNESCO apposée sur le pont de Paris
Pays Drapeau de la France France
Subdivision Département du Bas-Rhin, Région d’Alsace
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iv)
Numéro
d’identification
495
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1988 (12e session)
Année d’extension 2017 (41e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

La Grande Île de Strasbourg, parfois appelée « Ellipse insulaire », est l'île la plus centrale et la plus caractéristique de la ville de Strasbourg dont elle constitue le centre historique. Elle est entourée par la rivière Ill au sud et d'un de ses bras — le fossé du Faux-Rempart — au nord, qui se séparent en aval du barrage Vauban et se rejoignent à hauteur du quai des Pêcheurs.

La Grande Île est inscrite dans son intégralité au patrimoine mondial par l’UNESCO depuis 1988. Le conseil international des monuments et des sites indiqua que la Grande Île est « un ancien quartier qui est un exemple des cités médiévales »[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le camp romain d'Argentoratum occupait la partie sud de l'île.

C'est sur la Grande Île que se trouve la cathédrale Notre-Dame mais aussi de nombreux monuments et lieux touristiques.

Elle a conservé un grand nombre de maisons à colombages ainsi que de nombreux hôtels particuliers de la Renaissance. La principale artère de l’Ellipse insulaire, qui la traverse d'ouest en est, est formée par la Grand'Rue, son prolongement la rue Gutenberg, la rue des Hallebardes et la rue des Juifs. Le principal axe nord-sud est formé par les rues des Grandes Arcades et du Vieux Marché aux Poissons qui relient la place Kléber au pont du Corbeau. Les rues du 22-Novembre, des Francs-Bourgeois et de la Division-Leclerc, larges et bordées de grands immeubles, tranchent avec la morphologie des rues étroites et sinueuses qui, pour la plupart, existaient déjà au Moyen Âge. Ces trois rues ont été aménagées au début du XXe siècle dans le cadre de la Grande-Percée, projet urbain destiné à moderniser le centre historique en créant un axe allant de la gare jusqu'à la place de l’Étoile.

La plupart des commerces et restaurants du centre ville y sont situés. On y trouve notamment les grands magasins Printemps et Galeries Lafayette (ancien Magmod), ainsi que le centre commercial Maison Rouge qui abrite la Fnac et la galerie commerçante de l'Aubette. En 2014, 27 % du chiffre d'affaires commercial de l'Eurométropole de Strasbourg est réalisé au sein de la Grande Île[2].

Administrativement la Grande Île appartient au quartier Centre-ville[3].

Grâce à l'aménagement des berges il est possible de faire tout le tour de la Grande Île à pied en longeant l'Ill et le fossé du Faux-Rempart.

La Grande Île était jadis traversée par le fossé des Tanneurs. Creusé au VIIIe siècle, il partait de l'actuelle place Benjamin-Zix, dans le quartier de la Petite France, et s'écoulait le long de la rue du même nom, la place de l'Homme-de-Fer, les rues de la Haute-Montée et de la Mésange et enfin la place Broglie. Il se jetait dans le fossé du Faux-Rempart à l'arrière de la place du Petit-Broglie. Le fossé coule toujours aujourd'hui mais il a été recouvert en 1840 pour des raisons d'hygiène[4].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

À la suite du retour du tramway à Strasbourg en 1994, la Grande Île est traversée du nord au sud par la ligne A et depuis 1998 par la ligne D. Les lignes B et C la traversent également d'ouest en est depuis 2000 (ainsi que la ligne F depuis 2010).

La requalification urbaine qui a accompagné le tramway a permis de rendre aux piétons de nombreuses rues et places de l’Ellipse insulaire.

Les lignes de bus 3, 4 et 6 longent le fossé du Faux-Rempart et les lignes 14 et 24 effectuent un crochet par la rue de la Douane.

Principaux lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La cathédrale.

En plus de la cathédrale Notre-Dame, exemple de l'architecture gothique flamboyante du XVe siècle et à laquelle est accolé le Grand Séminaire, la Grande Île comporte plusieurs autres églises d'époques différentes.

L'église Saint-Thomas.

L'église Saint-Thomas, à proximité du quartier de la Petite France, est l'unique exemple d'église-halle en Alsace. Parfois désignée en tant que « cathédrale du protestantisme en Alsace », elle est voisine du Séminaire protestant. Un peu plus loin se trouve l'ancienne église Saint-Martin — reconvertie en théâtre — ainsi que l'église réformée du Bouclier. L'église méthodiste de Sion est située au cœur du quartier de la Petite France.

Au bout de la Grand'Rue et de la rue du 22 Novembre se dresse l'église Saint-Pierre-le-Vieux dont une partie est affectée au culte catholique et l'autre au culte protestant.

L'église protestante Saint-Pierre-le-Jeune, sur la place du même nom, avec son cloître et son jubé est particulièrement remarquable.

L'église du Temple-Neuf, reconstruite après la guerre franco-allemande de 1870, est à mi-chemin entre la place Kléber et la cathédrale.

Quant à l'église Saint-Étienne, elle se trouve dans l'enceinte du collège épiscopal à l'est de la Grande Île.

Enfin la chapelle de Garnison est située place Broglie. Non loin de là, on trouve l'archevêché et l'ancien couvent des Récollets qui accueille aujourd'hui la fondation européenne de la science.

Patrimoine civil et culturel[modifier | modifier le code]

La place Kléber, principale place de la ville, est bordée par le bâtiment de l'Aubette érigé à la fin du XVIIIe siècle. En son centre se dresse le monument du général Kléber. La place de l'Homme-de-Fer voisine constitue le cœur du réseau de tramway de l'agglomération. Un peu plus à l'ouest on remarque la place du Vieux-Marché-aux-Vins et la fontaine Stoeber.

Le Neue Bau — ancien hôtel de ville et actuelle Chambre de commerce et d'industrie — est un bâtiment remarquable situé place Gutenberg.

La maison Kammerzell, en face de la cathédrale, est l'une des plus célèbres de Strasbourg. Sur le flanc sud de la cathédrale, la place du Château comporte le palais Rohan et le musée de l'Œuvre Notre-Dame. Un peu plus au sud, on trouve l'ancienne grande boucherie qui abrite aujourd'hui le musée historique de la ville et l'ancienne douane, bâtiment datant du XIVe siècle et reconstruit selon les plans d'origine dans les années 1960.

La place Broglie, au nord-est de la Grande Île, compte de nombreux édifices prestigieux tels que l'hôtel de Hanau actuel hôtel de ville , l'opéra, l'hôtel des Deux-Ponts palais du Gouverneur militaire, l'hôtel de Klinglin résidence du Préfet, l'immeuble de la Banque de France, le mess de la garnison ou encore le monument du maréchal Leclerc. À l'extrémité est de la place, la fontaine de Janus célèbre le bi-millénaire de la ville et fait le lien avec le quartier de la Neustadt. Juste à côté, quai Schoepflin, subsistent des vestiges des anciennes fortifications. Dans le même secteur, la rue de la Nuée-Bleue abrite plusieurs édifices intéressants comme le siège du Port autonome de Strasbourg, le siège des Dernières Nouvelles d'Alsace et l'ancien commissariat central.

La Petite France.

À l'arrière de la cathédrale, la place du Marché-Gayot est (avec l'Aubette) l'unique réalisation du plan d'assainissement et d'embellissement imaginé par Jean-François Blondel en 1765. Un peu plus à l'est, la place Saint-Étienne a conservé ses maisons à colombage. On y trouve aussi la fontaine du Meiselocker.

Le quartier de la Petite France, au sud-ouest, est probablement le plus pittoresque de Strasbourg. Ancien quartier des tanneurs, il compte de nombreuses maisons à colombages (dont la fameuse maison des Tanneurs) et les ponts couverts avec leurs tours des anciennes fortifications de la ville.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La Grande Île comporte plusieurs établissements scolaires. La remarquable école Saint-Thomas construite au début du XXe siècle se trouve à proximité de la place et de l'église du même nom.

Le lycée Fustel-de-Coulanges est accolé au flanc sud de la cathédrale tandis que le gymnase Jean Sturm est voisin de l'église du Temple-Neuf. Le collège épiscopal Saint-Étienne jouxte la place éponyme.

L'école Schoepflin, achevée en 1875, fait le lien avec le quartier du Tribunal dans la Neustadt.

Enfin parmi les autres établissements scolaires de la Grande Île citons l'école Louis Pasteur, l'institution de la Doctrine Chrétienne et l'institution La Providence.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]