Lerné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune d’Indre-et-Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune d’Indre-et-Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Lerné
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Chinon
Intercommunalité Communauté de communes Chinon, Vienne et Loire
Maire
Mandat
Maurice Lesourd
2014-2020
Code postal 37500
Code commune 37126
Démographie
Population
municipale
307 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 10″ nord, 0° 07′ 24″ est
Altitude Min. 43 m – Max. 117 m
Superficie 16,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Lerné

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Lerné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lerné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lerné

Lerné est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Ernest Laux    
mars 2008 mars 2014 Patricia Kiener Gander    
mars 2014 en cours Maurice Lesourd SE Retraité Fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 307 habitants, en diminution de -5,25 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
757 787 834 765 742 734 763 752 712
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
719 686 644 628 593 574 562 549 560
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
567 597 585 549 531 509 497 454 455
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
444 429 370 338 330 312 330 319 307
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et aptrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Château de Maulévrier : parmi les 6 fiefs existants au Moyen-Age à Lerné, Maulévrier compte parmi les plus anciens. Dans sa construction primitive, il s'agissait certainement d'un "hébergement", construction mi-bois, mi-pierres, édifiée au moment de l'arrivée des premiers peuplements à l'origine de cette paroisse, vers le dixième siècle. Placé sur une motte dominant le village, le château est construit au centre d'un ovale et protégé une double enceinte: des murs en partie détruits et des fossés comblés depuis fort longtemps. Percé d'un porche à arc brisé daté du XIVème siècle, avec galerie et tourelles au-dessus, le mur d'enceinte était renforcée au nord par une tour carrée, le Petit Maulévrier, dont il subsiste quelques vestiges, Les basses-cours occupaient l'espace entre le mur d'enceinte et les fossés secs entourant le château et délimitant sur la façade ouest une cour d'honneur rectangulaire pavée. La partie du château, à droite de la tour d'escalier, correspond à la construction la plus ancienne, à vocation défensive, avec une entrée en saillie desservie par un pont-levis (aucun vestige n'en subsite) en parfait aligenement avec le porche . L'observation des plus profonds murs de fondation de cette partie du château montre qu'ils sont appuyés sur le rocher grossierement taillé et laisse apparaitre des signes de reprise et un appareillage moins fin (moellons et taille grossière). Ceci constraste avec le reste de la construction de cette partie du batiment, datée du XI/XIIème siècle et maçonnée en pierre de taille. Si la date exacte de ces premières constructions n'est pas connue, une charte de 1269 permet de savoir que des constructions primitives existaient antérieurement. Le propriétaire des lieux était en cette année là un écuyer, originaire du Poitou, Messire Aimery Sanglier. Par cet acte, il reçoit des terres en récompense de services rendus et "en agrandissement de sa terre de Maulévrier". On ne sait rien d'autre sur la famille Sanglier qui occupe le château jusqu'en 1440, date à laquelle il devint la propriété de la famille De Ballan. (rédaction en cours. Source des données : connaissances de l'auteur, combinées avec des extraits d'une notice publiée par A Desmé de Chavigny en 1943 dans le Bulletin des Amis du Vieux Chinon, intitulée "Le vieux Lerné : le fief et château de Maulévrier")
  • Le Château de Chavigny fut construit, de 1638 à 1646, par l'architecte Pierre Le Muet pour Claude Bouthillier, Comte de Chavigny, futur surintendant des Finances. Seuls, quelques vestiges subsistent.
  • Les vestiges du Château de Lerné et du Château de Cessigny,
  • De nombreuses maisons nobles ou fermes fortifiées parmi lesquelles La Bourrie,
  • L'église St Martin de Lerné.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les fouaciers cités dans Gargantua de Rabelais, dans l'épisode de la guerre picrocholine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liste des communes d'Indre-et-Loire

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]