Pierre-Paul Lemercier de La Rivière de Saint-Médard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre-Paul Lemercier de La Rivière de Saint-Médard
Fonction
Intendant des Îles-du-Vent de l'Amérique et de la Martinique
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
GrignyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Pierre-Paul Lemercier[1] de la Rivière, né le à Saumur (Maine-et-Loire)[2] et mort le à Grigny (Essonne)[3], était un administrateur colonial et physiocrate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, 1767

Ses parents étaient Paul-Philippe Le Mercier de la Rivière de Saint-Médard, écuyer, trésorier de France et intendant des finances de la généralité de Tours, et Marie-Claude Le Bigot de la Chouanière.

Conseiller au parlement de Paris de 1747 jusqu'à l'abolition des offices par la Révolution, il devint intendant de la Martinique de 1759 à 1764, grâce à Madame de Pompadour.

En 1767, il publie son ouvrage capital, intitulé L'ordre naturel et essentiel des sociétés politiques. Dans ce livre, qui rencontre un important succès, il développe sa doctrine du despotisme légal, ce qui donne lieu à une controverse entre Voltaire et Mably. Denis Diderot, ami personnel de Lemercier, imposa cet ouvrage dans les milieux philosophiques, d'ordinaire très hostiles aux physiocrates.

Sur l'invitation de l'impératrice Catherine II, il effectue un séjour en Russie en 1767 et 1768. Cependant, le séjour se transforme rapidement en échec car le physiocrate et la tsarine ne s'entendent pas sur les objectifs et la durée du séjour. Catherine II voyait en lui "une caution intellectuelle et philosophique" et n'entend pas se soumettre aux principes de la physiocratie[4].

Postérité[modifier | modifier le code]

Dans le chapitre 3 du Capital, Karl Marx cite, de façon positive, Lemercier de la Rivière, dans son analyse des échanges marchands.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'ordre naturel et essentiel des sociétés politiques. (2 tomes), Londres - Paris, 1767 lire en ligne sur Gallica.
  • L’intérêt général de l’Etat, ou la liberté du commerce des blés, Amsterdam - Paris, 1770.
  • De l’instruction publique, Paris, 1775 lire en ligne sur Gallica.
  • Essais sur les maximes et loix fondamentales de la monarchie française, ou Canevas d’un Code constitutionnel, Paris, 1789.
  • Palladium de la constitution politique, ou Régénération morale de la France, Paris, [s. а.].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En fait « Paul-Pierre Le Mercier » selon son acte de baptême.
  2. Archives départementales du Maine-et-Loire, État-civil numérisé, ville de Saumur, paroisse Notre-Dame-de-Nantilly, 1711-1727, vue 331.
  3. Archives départementales de l'Essonne, État-civil numérisé, commune de Grigny (Essonne), NMD an V-an X, vue 6, acte du 7 frimaire an X.
  4. Thérence Carvalho, La physiocratie dans l'Europe des Lumières. Circulation et réception d'un modèle de réforme de l'ordre juridique et social, Paris, Mare & Martin, , 808 p., p. 356 et suivantes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thérence Carvalho, La physiocratie dans l'Europe des Lumières. Circulation et réception d'un modèle de réforme de l'ordre juridique et social, Paris, Mare & Martin, 2020, 808 p.
  • Bernard Herencia, Physiocratie et gouvernementalité : l’œuvre de Lemercier de la Rivière, Thèse pour le doctorat en sciences économiques, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, 2011, 499 p., 2 vols.
  • Louis-Philippe May, Le Mercier de la Rivière (1719-1801). Aux origines de la science économique, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1975, 180 p.
  • Anthony Mergey, L’État des physiocrates : autorité et décentralisation, Aix-en-Provence, PUAM, 2010, 586 p.
  • Arnault Skornicki, L'Economiste, la cour et la patrie, Paris, CNRS, 2011, 448 p.
  • Georges Weulersse, Le mouvement physiocratique en France (1756-1770), Paris, Félix Alcan, 1910, xxxiv, 617, 768 p. , 2 vols.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]